En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Les réactions politiques après la décision de Benjamin Griveaux de renoncer à sa candidature pour les municipales à Paris

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 36 min 43 sec
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 2 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 15 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 16 heures 10 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 16 heures 37 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 18 heures 5 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 19 heures 17 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 21 heures 8 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 22 heures 31 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 37 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 16 heures 24 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 17 heures 34 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 18 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 20 heures 1 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 21 heures 47 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 23 heures 28 min
© Eric CABANIS / AFP
© Eric CABANIS / AFP
Election sans vrai gagnant

Européennes : même atomisée, la vie politique française n'est toujours pas recomposée

Publié le 27 mai 2019
" Entre les communistes et nous, (les gaullistes), il n'y a rien" disait André Malraux. A sa manière Emmanuel Macron veut réitérer la donne entre son parti, La République en Marche et le Rassemblement National.
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
" Entre les communistes et nous, (les gaullistes), il n'y a rien" disait André Malraux. A sa manière Emmanuel Macron veut réitérer la donne entre son parti, La République en Marche et le Rassemblement National.

Le scrutin des européennes lui a partiellement donné raison, mais à son détriment, puisque LaRem, le parti de la majorité est devancé par le RN de Marine Le Pen, même si un point seulement sépare les deux listes. Un point, c'est suffisant pour que le Premier Ministre Edouard Philippe déclare :"Quand on termine deuxième à une élection, on ne peut pas dire qu'on a gagné", précisant qu'il " accueilli ces résultats avec humilité". Si LaRem et le RN, les deux partis se partagent peu ou prou la moitié de l'électorat français, c'est insuffisant pour ne pas prendre en compte l'autre moitié, celle qui s'est atomisée (-sous l'effet Macron), ainsi que celle qui émerge (les Verts ), sous l'effet réchauffement climatique. "Le message sur l'urgence écologique", comme l'ensemble du message envoyé par l'électorat français " a été reçu cinq sur cinq", a déclaré Edouard Philippe qui a assuré que "l'heure est à l'action". Elle l'est d'autant plus que Yannick Jadot, le vrai vainqueur de cette élection a implicitement fait acte de candidature à la présidentielle de 2022.

Pour les autres partis ,LR, PS, LFI (La France Insoumise), l'UDI, l'heure est plutôt à la réflexion et à la remise en question ! Si les Verts, avec 13,4% des voix deviennent la troisième force politique en France, les Républicains s'effondrent avec 8,48 des suffrages, LFI, le parti de Jean-Luc Mélenchon, avec 6,3% des voix arrive tout juste devant le PS qui sauve les meubles avec Raphael Glucksmann en obtenant 6,2% des voix, c'est à dire assez pour envoyer quelques députés au Parlement de Strasbourg. Avec le style emphatique qui est le sien, Jean Luc Mélenchon a déclaré "ce n'est pas une soirée heureuse que celle-ci". Dire qu'il se voyait à l'Elysée il y a deux ans! 

A eux deux donc, le PS et LR (qui s'est appelé RPR ou UMP), qui ont gouverné la France pendant des décennies, ne totalisent même pas 20% des voix. Leurs deux leaders vont devoir rendre des comptes à leurs élus (-nationaux), et à leurs militants. Pressés par leurs éléphants respectifs, Olivier Faure et Laurent Wauquiez n'ont pas voulu aller à la bataille. Faute de candidat jugé suffisamment glamour dans ses rangs, le premier a fait appel à Raphael Glucksmann, essayiste, un peu écologiste, un peu social démocrate, très bobo et surtout anti-PS à l'ancienne. Michel Rocard qui avait bu la tasse en 1994, avait dû quitter la tête du parti à la suite de cet échec, tout comme Laurent Fabius avait dû démissionner à la suite de la lourde défaite aux législatives de 1993.Olivier Faure va se retrouver très vite sous le feu roulant de ses amis qui ont encaissé les critiques contre le bilan de la gauche , contre François Mitterrand. Hier soir l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, dont l'autorité s'affirme à gauche bien qu'il ne soit plus élu, est monté au créneau sur Twitter pour appeler à "reconstituer une force de gauche sociale et écologique qui offre à la France une espérance..." et il "invité celles et ceux qui croient en la gauche humaniste à oeuvrer dès maintenant "car " nous ne pouvons plus faire courir à la République et à la démocratie le danger d'un face à face entre LREM et le RN"...

A L.R. les dagues ont été dégainées aussitôt les résultats connus. Non seulement il n'y a pas eu d'effet Bellamy, mais Laurent Wauquiez a tenté de se défausser en faisant porter à Emmanuel Macron la responsabilité de la défaite, l'accusant d'avoir fait "progresser les extrêmes" et regrettant que dans cette campagne où tout a été fait pour la réduire à un duel Rassemblement national contre En marche ,nous n’avons pas pu faire entendre notre voix". Ce n'est pas le temps de parole qui a manqué mais le message. Quel était-il? Si LR obtient le pire score de son histoire, c'est peut-être aussi parce que le parti qui fut celui de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy, délesté de son aile modérée qui a fondé "Agir", aujourd'hui dans la majorité présidentielle, n'a pas eu le discours que les électeurs voulaient entendre. On ne gagne pas une élection en parlant uniquement de " valeurs". Le président du groupe LR au Sénat Bruno Retailleau a évoqué la nécessité de Rassemblement, d'"idées nouvelles". A LR on redécouvre les vertus d'une alliance avec le Centre...Ce matin sur RTL, Valérie Pécresse embrayait en déclarant qu'il n'y a pas eu "d'alternance désirable ", prônant elle aussi "une stratégie d'élargissement avec le centre droit". Nicolas Sarkozy qui n'avait obtenu que 12,8% des voix aux européennes de 1999 (-il avait pris la tête de la campagne à la suite de la démission de Philippe Séguin), glisse régulièrement à ses visiteurs " quand j'ai fait 12,8% j'ai démissionné". A bon entendeur!

Les municipales sont toutes proches et la question des alliances est plus que jamais d'actualité dans les partis politiques, y compris dans la majorité. Patrick Mignola, le président des députés MODEM, le parti de François Bayrou, a déclaré que "la majorité doit s'élargir... Nous devrons veiller, comme l’a demandé le Président de la République, à mieux associer les Français et les territoires dans leurs diversités".C'est aussi le sens de la déclaration d'Edouard Philippe quand il dit que "Nous devons, comme le président de la République nous y a invités, mettre en œuvre une nouvelle méthode pour davantage aider les territoires qui se sentent oubliés, pour davantage associer les Français, les élus, les partenaires sociaux, bref pour mettre davantage d’humain dans notre politique sans rien perdre de notre ambition ni de notre audace. C’est l’enjeu de l'acte 2 du quinquennat". C'est surtout la leçon de ce scrutin, car si dans un duo, ce n'est pas toujours le même qui gagne... 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Les réactions politiques après la décision de Benjamin Griveaux de renoncer à sa candidature pour les municipales à Paris

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 27/05/2019 - 14:51
Un Algérien de 24 ans...
..étudiant en informatique est l'auteur de l'attentat de Lyon.. Le gouvernement le savait depuis longtemps mais il ne voulait pas encourager les Français à voter R.N....Les Français ne sont plus en ''sécurité'' dans leur pays à cause des islamo-collabos qui les gouvernent! Macron a présenté la ''repentance'' de ''la France'' au F.L.N. parce que notre armée a enlevé et tué le collabo Maurice Audin qui préparait des bombes pour le F.L.N....j'aurais aimé que Macron demande au F.L.N. de faire, lui aussi, sa ''repentance'' pour les 30.000 non-musulmans ''innocents'' que les fellouzes ont enlevés, torturés et qui ont été ''portés disparus''...Macron s'est aussi, excusé'' au nom de la France'' auprès des harkis qui ont été ''obligés'' de quitter leur pays natal parce que les fellouzes ont profité que nos soldats ''gardaient le fusil au pied'' pour massacrer 120.000 harkis ''désarmés et leur famille …..le F.L.N. n'a pas respecté les ''Accords d'Evian''...Qui est-ce qui doit s'excuser auprès des harkis???Les Algériens doivent RESTER dans ''leur'' pays!
COUKOUCéMOI
- 27/05/2019 - 13:46
25% = 12% des inscrits et 8,5% de la Nation.
Concept de la minorité majoritaire !
En étant parvenu à sauvegarder le système, avec les mêmes aux commandes, Macron a gagné cette manche quant à la forme; quant au fond, l'enfumage et la manipulation sont à la manoeuvre de tous les bords.
Les perdants, ce sont les citoyens qui ont voté, car, en l'état, voter est l'acte nourricier commis par le citoyen par lequel il permet au système qui l'aliène de perdurer.
Ni complice ni collabo, je ne participe pas à cette mascarade démago-populiste.
TPV
- 27/05/2019 - 13:01
@hoche38
En gros vous avez raison.