En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 13 heures 47 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 14 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 17 heures 24 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 17 heures 36 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 18 heures 36 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 19 heures 43 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 21 heures 3 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 21 heures 25 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 21 heures 28 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 21 heures 28 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 14 heures 19 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 15 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 17 heures 28 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 18 heures 5 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 19 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 20 heures 32 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 21 heures 26 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 21 heures 28 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 21 heures 28 min
© EMMANUEL DUNAND / AFP
© EMMANUEL DUNAND / AFP
Relution

Double effondrement PS/LR : quel impact pour l’identité politique de LREM ?

Publié le 27 mai 2019
Avec respectivement 6,3 et 8.5% des voix, le Parti socialiste enregistre le pire score de son histoire à des élections européennes tandis que les LR perdent 12 points par rapport au dernier scrutin.
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec respectivement 6,3 et 8.5% des voix, le Parti socialiste enregistre le pire score de son histoire à des élections européennes tandis que les LR perdent 12 points par rapport au dernier scrutin.

ATLANTICO : Selon un député LREM, Emmanuel Macron a donné son feu vert à la création d'un nouveau mouvement de gauche, Macron-compatible, destiné à séduire d'anciens élus et des sympathisants du PS. Compte-tenu du cuisant revers subi par le PS et Génération.s lors du scrutin européen, ce LREM de gauche peut-il réussir à recruter les cadres socialistes décus de l'effondrement de la gauche ?

Jean Petaux : L’idée semble pertinente et opportune dans la mesure où il y a certainement une « fenêtre de tir » pour une telle création qui serait, somme toute, le pendant d’AGIR, la formation créée par Franck Riester, Fabienne Keller (présente sur la liste Loiseau), Frédéric Lefebvre ou Louis Vogel. La question qui se pose est celle de savoir s’il reste encore des « cadres » ou des « troupes » (voire des électeurs) à récupérer dans les rangs du PS. Un département de Nouvelle-Aquitaine, les Landes, considéré il y a peu comme une terre demeurée fidèle au PS, a donné un résultat surprenant aux élections européennes. Véritable fief socialiste à l’époque d’Henri Emmanuelli, inamovible président du Conseil général pendant près de 35 ans (de 1982 à son décès en 2017) avec une interruption de 3 années, pas du tout pour des raisons politiques, les Landes ont été un des rares départements en 2017 à élire un député socialiste :  Boris Vallaud, justement sur la circonscription « historique » d’Henri Emmanuelli. D’extrême justesse d’ailleurs : 50,75% des voix au second tour contre 49,25% à son adversaire : 691 voix d’écart sur plus de 46.000 suffrages exprimés. Dimanche soir 26 mai 2019 c’est la liste LREM+MODEM, emmenée par Nathalie Loiseau, qui est sortie en tête dans ce département des Landes avec 22,95% des suffrages exprimés, devant la liste RN (Bardella) qui a obtenu 21,29% des SE, reléguant les deux listes « de gauche »  issues du PS (Glucksmann et Hamon) à moins de 15% des SE à elles deux : Glucksmann (10,47%) et Hamon (4,29%). Résultats d’ailleurs élevés par rapport à leurs scores respectifs au plan national. Cet exemple montre clairement que le siphonage de l’ex-électorat PS par la LREM est déjà opéré et qu’une partie significative de cet électorat qui a voté Macron aux premier et second tours de la présidentielle de 2017 est en train de s’ancrer dans ce comportement au lieu de « revenir au bercail socialiste ». On peut imaginer que les conséquences des contre-performances des listes PP+PS (tandem Glucksmann-Faure) et Génération.s (liste Hamon)  vont rapidement se manifester dans les mois à venir. D’ores et déjà Benoit Hamon a annoncé, avant les résultats du vote, que s’il n’atteignait pas le seuil du remboursement (3% des SE) il abandonnerait la vie politique. A 21h30, dimanche 26 mai, les estimations le créditaient de 3,3%... Quant à la « stratégie » du PS et de son premier secrétaire Olivier Faure, on voit mal comment l’addition ne lui serait pas présentée par un certain nombre de caciques socialistes (ceux qui sont restés au moins…) tels Stéphane Le Foll ou d’autres. Voilà qui aura au moins le mérite de dégager peut-être un espace pour Bernard Cazeneuve qui apparait de plus en plus comme un recours possible dans ce champ de ruines… Pour Emmanuel Macron il y a sans doute urgence quand même à organiser et à structurer une offre politique à même de proposer aux électeurs de gauche, en rupture de PS, une solution alternative crédible. La nature (même politique) ayant horreur du vide , il y aurait sans doute une occasion manquée si ce choix n’était pas opéré.

Alors que l'influence des anciens de LR, notamment sarkozystes, est forte au sein du gouvernement, ce LREM ancré plus à gauche pourrait-il peser au point d'infléchir la politique d'Emmanuel Macron ?

Si cette « aile gauche » de LREM se met en ordre de marche, y compris sous la forme d’un parti ou d’un mouvement indépendant, on peut concevoir que ce ne sera pas seulement « pour la galerie » ou pour « colorier » en « progressisme » une politique gouvernementale clairement libérale au plan économique par exemple. Donc, comme vous le dites fort bien, de la même manière que la « branche ex-Sarkozyste » de l’attelage gouvernemental (Le Maire, Lecornu, Darmanin) pèse sur les choix budgétaires et économiques de l’exécutif, cette formation partisane de « recyclage » de personnalités ex-Socialistes serait aussi destinée à jouer sa propre partition. Les Gaullistes ont connu cela à l’époque triomphante du gaullo-pompidolisme avec des « gaullistes de gauche » (UNR-UDT) parmi lesquels on comptait des personnalités comme René Capitant, Edgar Pisani ou .Léo Hamon. D’ailleurs certaines de ces figures (dont certaines étaient d’ailleurs de grands Résistants, tels Pisani) ont rejoint les rangs de la gauche en 1981 en soutenant François Mitterrand pour sa présidentielle victorieuse. Le principal risque politique, dans cette sorte de « patchwork » de bricolage idéologique, c’est que LREM d’une part et surtout l’exécutif de l’autre, s’exposent à une forme de grand écart politique permanent. Au lieu de fonctionner en harmonie, avec ses fameuses « deux jambes », la droite et la gauche, l’attelage gouvernemental  est alors menacé d’écartèlement… On se souviendra du supplice du régicide Damien, coupable d’avoir voulu attenter à la vie de Louis XV, dûment analysé par Michel Foucault dans les premières pages de « Surveiller et Punir » pour convenir que cela ne fait pas forcément du bien…

Aussi bien LR que le PS apparaissent comme les deux grands partis politiques battus au soir des Européennes 2019 en France ? Quel peut être leur futur proche ?

Vous pouvez aussi ajouter La France insoumise, non pas pour  « faire bonne mesure » mais pour confirmer l’analyse qui veut que deux des formations arrivées dans le « quatuor de tête » du premier tour de la Présidentielle en 2017 (LR et FI) ont rejoint le PS  totalement explosé lors de cette consultation. Pour ces trois formations politiques les temps qui s’annoncent vont être sérieusement confondus avec la « mer des Tempêtes ». J’en ai déjà parlé pour le PS, je n’y reviens pas. Pour LR la « gifle » est d’autant plus sévère que les héritiers du gaullisme ont pu croire, au vu de quelques sondages pendant la campagne, que la sortie du purgatoire était proche et que le « coup Bellamy » était, à défaut d’être un « coup gagnant » au moins un « coup d’arrêt » vers la descente aux enfers… Quand le protégé de Laurent Wauquiez était crédité de 15% des voix avec une tendance haussière et qu’il était même envisagé comme pouvant « croiser » la courbe de la liste Loiseau, les cadres, les militants et les électeurs LR se sont même pris à rêver de retrouver le score (médiocre et surtout disqualificatif) de François Fillon au soir du premier tour de la Présidentielle de 2017. Las, non seulement il n’en a rien été mais c’est exactement l’inverse qui s’est produit. En pourcentage des suffrages exprimés, la liste Bellamy fait, selon les estimations de 21h30, pratiquement la moitié (8,2%) du score le plus haut que les instituts de sondages envisageaient pour elle, au « plus beau » de l’embellie LR, pendant la campagne… Avant d’ailleurs que le « doux philosophe » n’intervienne, contre l’avis des proches de Wauquiez, dans la triste « affaire Lambert ».

Véritable claque pour l’inventeur de Bellamy, Laurent Wauquiez, la gestion de l’après défaite a commencé dès ce soir avec une prise de parole du « «patron » de LR de moins de 2 minutes, dès 20h15, destinée à « tuer le match » des éventuelles critiques internes immédiates. On peut s’interroger sur l’efficacité de cette tactique quand il s’agira de survivre à une « Nuit des Longs couteaux » que ne manqueront pas de sortir des fourreaux aussi bien Valérie Pécresse que surtout Xavier Bertrand, totalement absent de cette séquence européenne pour mieux rebondir de sa région des Hauts-de-France sur le siège de LR. D’autant que Laurent Wauquiez, de retour dans sa région Rhône-Alpes-Auvergne, ne va pas tarder à être confronté à une crise au sein de sa majorité politique à même de le chahuter très sérieusement à la présidence de la Région avec une dissidence prévue d’une partie des élus UDI. En 2017, après le raz-de-marée des législatives qui avait, certes, laminé les « vieux partis » de « l’ancien monde » (dont, évidemment, LR) mais de manière un peu inégale puisque LR justement était quand même demeuré le deuxième groupe parlementaire à l’Assemblée, le premier ministre Edouard Philippe aimait dire que « sous les coups de boutoir » de LREM la « poutre de l’immeuble LR bougeait toujours », comme une poutre maitresse peut être encore sensible aux répliques d’un séisme et menacer de s’effondrer après le premier choc. Clairement on doit considérer après le 26 mai 2019, pour paraphraser Roger Couderc, grand commentateur des matchs du Tournoi des Cinq Nations, que « la poutre de la cabane est tombée sur le chien », expression qu’il affectionnait pour désigner une raclée mémorable… Là, en l’espèce, elle est tombée sur Laurent Wauquiez. Si on voulait faire de l’ironie grinçante (mais comme disait Françoise Giroud : « On ne tire pas sur une ambulance ») on pourrait dire que, dans son penchant obsessionnel à vouloir éliminer ses éventuels rivaux, ou ceux qui pouvaient potentiellement lui faire de l’ombre, telle Virginie Calmels, son éphémère numéro 2 après 2017, Laurent Wauquiez va faire l’économie d’une balle : il n’aura pas à tuer politiquement François-Xavier Bellamy, renvoyé sans frais à Versailles en passant quand même par la case Strasbourg. D’autres en revanche, qu’ils se nomment Retailleau, Bertrand (on l’a vu) ou encore Pécresse mais peut-être même Didier ou encore Estrosi (à moins qu’il ne s’agisse de Ciotti) ne vont pas quitter la roue de Laurent Wauquiez… Pas pour la lui sucer comme au plus fort d’un sprint… Plus prosaïquement pour l’accrocher et l’envoyer contre les balustrades, ou dans le ravin…  Sans compter que Marine Le Pen, dans sa propre stratégie, dès ce soir, va continuer le travail de sape et de débauche qu’elle a engagé en ramenant à elle les Garraud, Mariani et autres « républicains » en mal de mandats… Coincé entre ses propres amis et la présidente du RN, Laurent Wauquiez va finir par inspirer de la compassion… Un comble.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 27/05/2019 - 23:05
Bonnes nouvelles pour Macron.
Article partisan et pitoyable d'un bonhomme de gauche. Le RN a fait un très bon score mais il n'ira jamais au-delà, il est à son zénith, en tout cas tant que la conne qui le dirige est aux manettes. Aucun renfort de deuxième tour ne lui permettra de gagner in fine. En 2022 elle sera battue comme dab par Macron qui , tout impopulaire qu'il est et qu'il sera , sera réélu en 2022 et même largement. La droite classique est affectivement KO pour un certain temps . Bellamy malgré ses qualités, ou à cause d'elles ( trop bien élevé, propos trop subtil et pas assez tranché, trop gentil, pas assez plouc et vulgaire, ne voulant pas trop aborder franchement les questions qui fâchent comme l'immigration ) n'a pas été en mesure de rattraper le méli-mélo idéologique de LR, attaqué en outre de tous les côtés par les vieux satrapes de son parti. Ceci dit pour Macron ce ne sera pas une partie de plaisir. Il devra affronter dans la durée une impopularité croissante ( qui ne l'empêchera pas d'être réélu en 2022) , avec une situation générale probablement très difficile sans pouvoir laisser l'héritage à un autre. Il gardera le pouvoir mais ce pouvoir aura un goût très amer.
jurgio
- 27/05/2019 - 15:02
L'erreur est de croire que le PS ait disparu
Ce parti n'a simplement plus de chefs, si toutefois il en eu véritablement. Mais l'idéologie demeure dans les esprits. La LFI sombre à cause de son leader qui, lui aussi, a perdu les pédales du pédalo. Mais le PS hante encore les médias et le parti fasciste de l'Écologie , lequel prend du ventre, se nourrissant de l'imbécilité de citoyens désorientés .
hoche38
- 27/05/2019 - 09:29
Enfin un vrai choix politique!
La nouvelle configuration politique a au moins le mérite d'être claire: Les bobos de la France d'en haut contre les populistes de la France d'en bas. Dans le détail, il y aura toujours de quoi couper un cheveux en trente quatre.