En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
Résilience des Français
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
Publié le 25 mai 2019
Le parquet antiterroriste s’est saisi de l’enquête après qu’un colis a explosé vendredi à Lyon, bien qu'il soit encore trop trop tôt pour parler d'attentat. L'influence de l'évènement sur le vote de dimanche devrait être limitée.
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le parquet antiterroriste s’est saisi de l’enquête après qu’un colis a explosé vendredi à Lyon, bien qu'il soit encore trop trop tôt pour parler d'attentat. L'influence de l'évènement sur le vote de dimanche devrait être limitée.

Atlantico : L’explosion vendredi à Lyon d’un colis piégé en plein centre-ville va-t-elle avoir une influence sur le scrutin ?

Bertrand Vergely : Lorsque le colis a explosé à Lyon hier, un journaliste d’une radio nationale se trouvait dans une réunion organisée par le Rassemblement National à laquelle assistait Marine Le Pen en personne. Apprenant cet événement, Marine Le Pen a immédiatement évoqué la piste terroriste tandis qu’un militant à côté du journaliste faisait ce commentaire : « C’est du pain béni pour nous Dimanche ».

Notons trois choses à propos des réactions qui ont eu lieu à la suite de cet événement.

Cet événement ne va pas influencer le scrutin. Pour une raison simple : les opinions sont déjà faites. Les abstentionnistes ne vont pas aller voter pour autant. Et le reste de l’électorat ne va pas se rallier en masse au Rassemblement National pour autant également.

Marine Le Pen ne s’est pas félicitée de cet attentat comme l’un des militants du Rassemblement National. En revanche, la réaction de ce militant est symptomatique.

Ce militant n’a pas complètement tort. Cette explosion va peut-être inciter certains électeurs républicains à se « droitiser » en votant pour le Rassemblement National avec l’idée que ce dernier aura une politique ferme à l’égard du terrorisme. Dernièrement, le passage au Rassemblement National d’un militant de La France Insoumise a quelque peu désemparé ce mouvement. On peut douter que cela devienne un phénomène de masse. L’explosion du colis piégé qui a eu lieu à Lyon va conforter les électeurs du Rassemblement National qu’ils ont bien raison de voter pour le Rassemblement National. En ce sens, cette explosion va être du pain béni afin de maintenir la cohésion de l’électorat de Marine Le Pen.

Maintenant, il est navrant qu’un militant réagisse comme ce militant l’a fait. Il est indécent de se réjouir d’une explosion qui fait des blessés. Comme il est indécent de voir immédiatement dans celle-ci une aubaine en vertu des profits politiques que cette explosion va être susceptible de produire. 

Au-delà de cette indécence, mentalement, cela place ce militant du Rassemblement National dans une position aberrante. Admettons que l’explosion de ce colis piégé soit la manifestation d’un acte terroriste. Le Rassemblement National qui entend lutter fermement contre le terrorisme ne peut pas se réjouir de cet attentat, sauf à devenir pro-terroriste lui-même en se réjouissant de l’existence du terrorisme. Or, c’est bien ce qui arrive à ce militant. Lui qui se veut contre le terrorisme est finalement quelque part pour. Il n’est pas le seul. La cuisine politique a l’art de pratiquer ce type de cuisine.

René Girard, grand penseur de la violence a toujours expliqué qu’à la base de celle-ci, on trouve, ce que l’on appelle, un phénomène de « rivalité » mimétique.

 Le violent, pour justifier sa violence, a besoin de la violence de l’ennemi qui s’oppose à lui. Il en a tellement besoin qu’il finit par aimer son ennemi, cet ennemi étant la meilleure justification de ce qu’il est. En un mot, il aime son ennemi sans oser le dire, parce qu’il a besoin de lui non seulement pour exister mais pour se sentir exister.

Quelque part l’extrême gauche a intérêt que le fascisme existe pour pouvoir se définir comme extrême gauche. D’où sa hantise obsessionnelle du fascisme, du racisme et de l’extrême droite, rien ne l’excitant autant que l’existence d’un fasciste bien raciste. Rien ne l’angoissant autant également que la disparition du fascisme et de l’extrême droite. Quand un tel phénomène apparaît, la droite normale voire le centre sont qualifiés de racistes et de fascistes. Ce phénomène existe également à l’extrême droite. Le gauchisme la  justifie quelque part. Quand il n’existe pas, le libéralisme est assimilé à un gauchisme comme la droite traditionnelle ou le centre sont assimilés au gauchisme.

Les Français en gardant leur calme face à cet événement semblent avoir fait preuve de résilience. Comment l’expliquer ?

Les Français ne sont pas fous. Ils ont un instinct de conservation assez bien développé.

Quand un phénomène violent comme ce colis piégé surgit, leur premier réflexe est de sauver leur peau et non de mettre de l’huile sur le feu. Il est de se conserver eux-mêmes en s’appuyant sur l’amour de soi et non de chercher à se venger en utilisant la haine de l’autre.

Si, parce qu’une explosion a lieu en faisant des blessés, les Français se mettaient à agresser le premier étranger qui passe, ils seraient fous et suicidaires. Au lieu de penser à se protéger, à se conserver, à conserver leur vie, ils n’auraient qu’une idée en tête : haïr, se venger, régler un compte. Heureusement, ils ont autre chose à faire. Ils ont d’autres chats à fouetter.

 Contrairement à Freud, qui, dans Malaise dans la civilisation, explique qu’il y a dans l’homme quelque chose de viscéralement méchant, l’homme n’étant pas un être débonnaire aimant son semblable mais un être cruel cherchant à violer et à tuer, dans son Discours sur l’origine et le fondement de l’inégalité parmi les hommes, Rousseau explique au contraire que le premier réflexe de l’homme n’est pas de tuer son semblable ni de se suicider. Rousseau a raison. Le premier réflexe de l’homme est d’abord conservateur, pour lui-même et pour ses semblables.

 Ce réflexe est particulièrement visible dans le climat actuel. Du fait de la menace terroriste, les Français ont un réflexe de sagesse, de prudence et de tempérance. Ils s’efforcent de ne pas mettre de l’huile sur le feu en provoquant un phénomène d’emballement par la violence et la haine.

 Il existe un militantisme pro-immigration et pro-Islam. Ce militantisme pense que c’est en faisant de la propagande pro-immigration et pro-Islam que l’on est capable d’éviter des affrontements communautaires. Il semble que cela soit plutôt le fait d’un réflexe de conservation tout ce qu’il y a de plus humain.

Quand elle apparaît, la propagande pro-immigration et pro-Islam a plutôt un effet inverse au résultat recherché. Quand on en fait trop, cela se voit et cela se sent. Ce qui est trop beau est trop beau pour être honnête. Ce qui est trop chargé de bons sentiments est trop chargé de bons sentiments pour ne pas véhiculer des arrière-pensées.

Rousseau conférait une certaine sagesse au peuple. Quand deux hommes se battent dans la rue, le philosophe fait des raisonnements pour se boucher les oreilles tandis que les femmes des Halles séparent les assaillants. C’est un peu ce qui se passe aujourd’hui. À Lyon, quand l’explosion a eu lieu, le premier réflexe des passants qui étaient là a été de porter secours aux blessés.

Peut-on appeler cela de la résilience ? Il s’agit plutôt de mesures de première urgence. La résilience, on la trouve quand il convient de surmonter une épreuve sur une longue durée. Ainsi, est résilient celui ou elle qui, ayant été blessé dans un attentat parvient à surmonter l’angoisse et la haine que cet attentat avec ses conséquences a pu provoquer.

Est-ce à dire que rien ne va se produire et que cet événement restera simplement rangé dans la mémoire ?

Non bien sûr. On verra un jour ou l’autre cet attentat ressurgir dans la mémoire des Lyonnais d’abord et dans le débat national ensuite. Pour l’instant, les Français font face à l’épreuve et cherchent d’abord et avant tout à se conserver. Mais le temps des comptes va venir et le politique ne perd rien pour attendre. Il est certain que tôt ou tard des questions vont être posées. Qui a posé cette bombe ? Pourquoi ? Avec qui ? Était-il connu des services de police ? Si oui, pourquoi rien n’a-t-il été fait ? etc… Que le politique ne s’imagine pas être à l’abri. Il ne perd rien pour attendre. D’une façon générale cette explosion à Lyon va relancer le débat sur la lutte anti-terroriste et, inévitablement, sur la question de l’immigration. À cette occasion, ce qui aura été refoulé, tu, mis de côté, mis sous silence provisoirement, ressurgira. S’il y a les intérêts immédiats, il y a les intérêts à long terme.  Ce n’est pas parce que les intérêts immédiats monopolisent l’attention qu’il faut utiliser les intérêts à long terme. La mémoire de longue durée existe et cette mémoire, ne l’oublions pas, tient une comptabilité. Mohamed Merah. Charlie Hebdo. La Bataclan. Nice. Le prêtre catholique égorgé en pleine messe. Au fur et à mesure que le temps s’écoule et que la question terroriste n’est pas réglée, la liste s’allonge. D’une façon ou d’une autre, elle ressurgira et, quand ce sera le cas, l’explosion d’hier à Lyon par exemple sera politiquement exploitée.

Le vrai politique est un animal rusé. Il sait se taire pour à un moment qu’il juge opportun donner un coup de patte fatal.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La France mal classée à "l'indice de misère"
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 25/05/2019 - 21:51
Mutatis mutandis!
"Le violent, pour justifier sa violence, a besoin de la violence de l’ennemi qui s’oppose à lui. Il en a tellement besoin qu’il finit par aimer son ennemi, cet ennemi étant la meilleure justification de ce qu’il est. En un mot, il aime son ennemi sans oser le dire, parce qu’il a besoin de lui non seulement pour exister mais pour se sentir exister."
Il y a aussi de la violence en politique, vous remplacez "le violent" par LREM et "l'ennemi" par RN, et vous n'avez rien d'autre à changer!" Chacun a besoin de l'autre pour exister!
C'est bien triste pour la vie politique et les politiciens!
Forbane
- 25/05/2019 - 16:16
Oui le français s’écrase pour
Oui le français s’écrase pour se protéger, voir il tend l’autre joue..Mais pour Monsieur Vergely, il réfléchit pour mieux se venger plus tard, c’est de la sagesse...
Heureusement que Jean Moulin et consorts n’étaient pas des sages!
Merci les GI’s et les Anglais aussi!
Il faut parfois sortir ses couilles dans la vie et si « Dieu » ou autre nous a doté de l’Adrénaline et de la colère, c’est que bien que mauvaises conseillères, elle peuvent parfois être vitales!
Les
zelectron
- 25/05/2019 - 15:39
malgré les exhortations du gvt qui ne changent rien . . .
la véniellité de cet attentat l'aurait-il déjà presque effacé de nos mémoires ?