En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 7 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 8 heures 18 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 9 heures 58 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 11 heures 4 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 13 heures 42 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 14 heures 2 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 14 heures 43 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 15 heures 53 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 8 heures 1 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 9 heures 8 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 13 heures 6 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 13 heures 55 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 14 heures 16 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 15 heures 8 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 16 heures 7 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 16 heures 50 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 17 heures 27 min
Stress à l'hôpital

Pression sur les hôpitaux : le personnel médical de plus en plus touché par des troubles psychosociaux

Publié le 24 mai 2019
Selon un rapport, trois internes sur quatre dépassent les 48 heures de travail par semaine.
Gérald Kierzek
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Kierzek est urgentiste à Paris au SMUR Hôtel-Dieu (AP-HP), chroniqueur médical sur Europe 1 et auteur du blog www.sante-urgences.com. Il est l'auteur de "Ayez les bons réflexes" (Fayard, 2016). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un rapport, trois internes sur quatre dépassent les 48 heures de travail par semaine.

Atlantico : Selon un rapport, trois internes sur quatre dépassent les 48 heures de travail par semaine. Le système hospitalier repose-t-il trop sur les internes, qui sont une main-d'oeuvre à moindre coût, au détriment de leur apprentissage ?

Gérald Kierzek : Les internes ont une double responsabilité: de soin et de formation. Ils ont cette, double casquette donc une double pression, étudiante et professionnelle. Donc ils sont confrontés à un dilemme : ils doivent consacrer beaucoup de temps aux malades, l'hôpital manque de moyens donc beaucoup de choses se retrouvent dans leurs tâches. Auparavant il y avait plus de personnels, à présent on demande aux internes de faire plus avec moins. En plus du travail, ils doivent se former, et ils ont moins de facteurs de compensation qu'auparavant. Le système hospitalier est encore mandarinal, avec l'idée qu'il faut mettre la pression sur les jeunes docteurs, qu'ils doivent en baver, il y a cette culture-là. Même si les lois ont changé, les restructurations ont fragilisé tout le monde, les soignants se retrouvent en flux tendus. Avant, il y avait une reconnaissance du médecin et de l'interne par la société, aujourd'hui on est passé à un management administratif, la compensation n'y est plus par les patients eux-mêmes, et on arrive à un point de rupture. La situation des internes est un symptôme de la maladie qui touche tous les professionnels de santé, il y a un épuisement des soignants, un dysfonctionnement systémique de toute la chaîne des soins.

Comment en est-on arrivé là ?

Le diagnostic est le même partout. A l'hôpital, on a aujourd'hui moins d'infirmiers, moins de lits, moins de mains pour opérer et plus de gens à soigner. Même les médecins libéraux sont payés 25 euros la consultation et doivent faire de l'abattage. On demande de la quantité mais pas de la qualité, au détriment des patients. Le système de santé ne repose que sur la bonne volonté et le surinvestissement des soignants, leur épuisement. A un moment donné, ça craque. Les professionnels sont fatigués, ils servent de variable d’ajustement, les malades en pâtissent, c'est une source d'erreurs médicales. Des postes sont supprimés, des lits sont supprimés. Le système repose sur l'épuisement soignants. Heureusement, la qualité et la sécurité des soins sont préservées mais au prix  d'un surinvestissement des soignants. Mais jusqu’à quand ?

Avec la loi HPST de 2009 (hôpital patients santé territoires), le pouvoir a basculé du côté du manager et de la tarification à l’activité. Un soignant possède des valeurs médicales, éthiques, alors que les directions d'hôpitaux ont des valeurs managériales. On est donc dans un conflit de valeurs et de pouvoir: les médecins n'ont plus le pouvoir. On constate la même chose dans la médecine libérale. Avant, les valeurs permettaient de tenir, le travail était dur mais il y avait une reconnaissance. Dans les années 60, le système reposait sur l'autonomie des médecins "mandarins". On est passé à une autocratie des managers.

Les soignants sont pris en étau entre leurs valeurs et les valeurs managériales, ils doivent faire plus avec moins de moyens. On constate des suicides à tous les échelons (de l'interne au médecin en passant par les infirmières), les arrêts maladie se multiplient, on assiste à une fuite du personnel. En dégoutant les internes pendant leur cursus se pose le problème d'attractivité des carrières et donc de recrutement, et donc une surcharge qui s’aggrave pour ceux qui restent. C'est une véritable hécatombe. Lorsqu'un pays n'est plus capable d'entendre ses soignants, ses paysans, ses policiers, c’est à dire ceux qui le soignent, le nourrissent ou le protègent, et toutes ces professions sont en crise, on est face à un grave problème de société. 

Comment sortir de cette situation ?

Il faut à tout prix redonner de l'attractivité au système de santé. Avant, le médecin était un responsable, il faut recréer ça, il faut que le médecin ait un pouvoir décisionnaire. Aujourd'hui, le chirurgien ne décide plus des pinces avec lesquelles il va opérer, c'est le responsable des achats qui choisit (selon le témoignage d'un chirurgien de l’hôpital Cochin). ça crée une situation terrible pour le soignant et surtout le malade in fine. Il faut remettre les soignants en responsabilité, revoir la gouvernance. Pourquoi ne pas avoir une direction bicéphale des hôpitaux, avec un directeur médical [un médecin, ndlr] et un directeur administratif et financier. Ça permettrait une évolution professionnelle des médecins en terme de carrière, ça représenterait une valeur ajoutée pour la structure, ça motiverait les soignants à venir travailler à l'hôpital et à rester, et d'éviter les burn-outs. Aujourd'hui, les internes restent 4-5 ans et ne pensent qu'à partir. Il faut remettre des soignants aux manettes. Aujourd'hui, l'objectif prioritaire n'est pas de soigner mais de réaliser des économies.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 24/05/2019 - 12:16
Il y aurait tant à dire
Les internes sont exploités dans les hôpitaux ainsi que tous les médecins qui nous pas atteint le statut de PH (praticien hospitalier).
Certes, les médecins séniors "en ayant bavé" se consacrent à des taches plus nobles que le suivi des hospitalisés 24/24 sans parler des hospitalo-universitaires qui partagent leur temps entre médecine, enseignement et recherche.
Dire que les mandarins ont disparu et que le pouvoir est entre les mains des "managers" est caricatural ; un chef de pole médical et même un responsable de service peuvent en imposer à la direction dont ils ne dépendent nullement sur le plan hiérarchique.
Terminons avec cette perle " Aujourd'hui, le chirurgien ne décide plus des pinces avec lesquelles il va opérer, c'est le responsable des achats qui choisit" ...bigre !
Cela est possible pour un modèle spécifique de pince proposé par plusieurs fabricants mais le chirurgien disposera bien de l'instrument chirurgical dont il a besoin.
Toutefois, j'ignore ce qui se passe à l'APHP, ce modèle de non gestion !