En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Occasion manquée

Theresa May, la femme qui avait le mieux compris le défi politique du Brexit tout en se révélant incapable de le traduire en actes

Publié le 24 mai 2019
La Première Ministre britannique avait toutes les cartes en mains pour sortir son pays de l'UE, mais elle a échoué faute d'avoir fait les bons choix de négociation.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Première Ministre britannique avait toutes les cartes en mains pour sortir son pays de l'UE, mais elle a échoué faute d'avoir fait les bons choix de négociation.

 

Atlantico : Ce vendredi, la Première ministre Theresa May devrait être sous pression et on parle déjà de l'annonce d'une démission. Si son mandat risque d'être rattaché à l'échec des négociations en vue d'une sortie de l'Union européenne, faut-il pour autant remettre en cause son mandat ? N'a-t-elle pas particulièrement bien saisi le défi politique que représentait le Brexit pour son pays ?

Edouard Husson : Theresa May est loin d’être la seule mais elle est la première responsable de l’impasse dans laquelle se trouve son gouvernement. Elle avait pourtant toutes les cartes en main.  Sur le papier, elle était capable de rassembler les Remainers et les Leavers de son parti: elle avait voté contre le Brexit mais était acceptable pour les Brexiteers. Ses premiers discours correspondaient bien à l’état d’esprit du Parlement: même les députés ayant voté Remain, majoritaires, étaient prêts à respecter le vote du peuple. Madame May prononçait le discours de Lancaster, début 2017, avec sa fameuse formule «Brexit means Brexit ». En fait, le Premier ministre a commis une erreur stratégique: elle aurait dû demander la dissolution du parlement juste après son arrivée à Downing Street. A ce moment là, elle aurait eu une majorité claire. Et pu faire passer un accord de retrait de l’Union Européenne. La machine s’est déréglée avec sa majorité relative, qui l’a rendue dépendante du DUP nord-irlandais. Le plus étonnant, c’est que le Premier ministre ait accepté alors la grosse ficelle de l’Union Européenne consistant à agiter la question de la frontière irlandaise. Elle aurait dû rompre les négociations à ce moment-là, si elle ne l’avait pas fait plus tôt. Donald Trump lui a conseillé une méthode de négociation beaucoup plus dure mais elle n’a pas suivi le conseil.

Si on lui a mis nombre de bâtons dans les roues, quelle est la part de responsabilité de la Première ministre Theresa May ?

Theresa May n’est pas la seule à s’être effondrée, politiquement et moralement. Jeremy Corbyn a été aussi lamentable, finalement, que Madame May. On sait qu’il a voté pour le Brexit mais il a finalement fait la politique des Remainers de son parti. Il aurait pu faire obstruction à Madame May, pour le meilleur: en prenant la défense du peuple et en la forçant à faire aboutir le Brexit. Après tout, le Labour aurait vocation à rassembler les « Somewheres », ces électeurs sédentaires perdants de la mondialisation, pour reprendre la terminologie de David Goodhart ( qui les oppose aux « Anywheres », les nomades, gagnants de la mondialisation). Mais non, Jeremy Corbyn, qui a tweeté aujourd’hui sur la nécessité de faire barrage à l’extrême droite (entendez le Brexit Party), montre qu’il n’est pas du tout à la hauteur des événements. Il devient le symbole d’un blairisme gauchiste.

Il reste que Jeremy Corbyn n’était que le chef de l’opposition. Theresa May pouvait être porteuse d’un accord modéré, trouvant les moyens d’une entente avec l’UE mais intraitable sur la souveraineté britannique. Et surtout, il fallait résister aux pressions de l’UE. C’est largement parce que Theresa May a été très mauvaise dans la négociation avec Bruxelles qu’elle a amené le parlement à se déchirer - les négociateurs de Bruxelles ayant beau jeu de dire à un Premier ministre qui acceptait tout de leur part: eh bien, débrouillez-vous !

On annonce Boris Johnson comme successeur. Ce dernier, malgré un positionnement plus marqué en faveur du Brexit ne risque-t-il pas de se trouver dans la même impasse que Theresa May ?

Boris Johnson n’est pas quelqu’un de très constant. C’est surtout une grande gueule. Mais son accession à Downing Street est infiniment préférable à celle de Jeremy Corbyn. Et puis, on peut imaginer qu’il réveille le sens tactique du Maire de Londres qu’il a été entre 2008 et 2016. Deux éléments vont jouer en faveur du prochain Premier ministre britannique, quel qu’il soit, pourvu qu’il ait le courage de mettre en oeuvre le Brexit: tout d’abord, l’opinion britannique en faveur d’un Brexit rapide, au besoin dans le cadre de l’OMC, gagne du terrain. Ensuite, l’Union Européenne va ressortir groggy des élections européennes, qui vont faire entrer à Bruxelles bien des amis des Brexiteers. L’UE va devoir bouger (question du backstop irlandais) et Boris Johnson ou un autre bon négociateur pourront en profiter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

03.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

07.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pig
- 24/05/2019 - 18:23
la Première ministre
Quelle horrible expression ! Parlait-on ainsi d'Édith Cresson ?
Ganesha
- 24/05/2019 - 13:21
Tour de Pise
La Grande Bretagne avait eu suffisamment de lucidité et de courage pour refuser le système intenable de l'Euro.

Mais, un autre aspect délirant, tout aussi vicié à la base, a suffi pour provoquer le Brexit : la fameuse directive Bolkestein, sur les travailleurs détachés.

En clair et en pratique, cela signifie l'échec définitif de la politique d'appauvrissement continu des peuples occidentaux voulue par la sinistre perversion connue sous le nom de ''Mondialisation''.

Les italiens sont très fier d'avoir réussi, depuis plus de six siècles, à empêcher la chute de la tour de Pise.

Mais, si vous prenez la peine de vous informer, vous apprendrez que ce résultat n'a été possible qu'après d'important travaux de ''rénovation'' effectués dans les années 1990.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Tour_de_Pise
Benvoyons
- 24/05/2019 - 12:20
Trump lui a conseillé d'être plus dur avec l'UE :)::)
Ben elle n'aurait rien eu à négocier au parlement UK & le no deal serait déjà là :)::)
En fait les Politiques UK ne veulent rien signer concernant le Brexit même s'ils sont dans l'obligation de le faire car ne veulent pas que leur nom apparaissent dans l'histoire UK & ses résultats.
Sauf Nigel Farage qui veut signer des 2 mains.