En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

04.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

05.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

06.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

07.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 11 min 55 sec
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 7 heures 15 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 9 heures 37 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 52 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 29 min 57 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 3 heures 7 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 27 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 1 heure
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 1 jour 2 heures
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Une campagne française

Pourquoi la campagne électorale a accentué les divergences entre les préoccupations nationales et l’avenir de l’Europe.

Publié le 24 mai 2019
Cela ne date pas d’hier, mais la campagne électorale qui vient de s’achever a mis plus que jamais en lumière les préoccupations nationales, au demeurant souvent contradictoires et le fonctionnement des institutions européennes.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cela ne date pas d’hier, mais la campagne électorale qui vient de s’achever a mis plus que jamais en lumière les préoccupations nationales, au demeurant souvent contradictoires et le fonctionnement des institutions européennes.

Cela ne date pas d’hier, mais la campagne électorale qui vient de s’achever a mis plus que jamais en lumière les préoccupations nationales, au demeurant souvent contradictoires et le fonctionnement des institutions européennes. Tout se passe aujourd’hui comme si la musique qui émane de Bruxelles était celle d’un disque rayé qui devient inaudible faute de susciter un élan mobilisateur car elle s’éloigne de plus en plus des préoccupations des gens. Il est vrai que la campagne en faveur du brexit empoisonne depuis trois ans l’atmosphère, sans que l’on puisse en concevoir l’issue. Mais elle aboutit à créer une situation ubuesque, où la Grande Bretagne élit des parlementaires qui n’ont qu’une ambition : quitter le plus tôt possible le vaisseau européen , pour tenter selon les observateurs les plus pessimistes de le faire couler à terme en exploitant les difficultés internes de l’Italie, avec la complicité tacite des Etats-Unis de Donald Trump. Ce qui explique les déclarations alarmistes du ministre de l’économie, Bruno Lemaire, qui y voit une menace pour l’euro, pour l’instant le principal rempart de la construction européenne, qui se fragilise comme en témoigne son cours sous-évalué par rapport au dollar.

Au demeurant, en France aussi les considérations nationales l’emportent. Malgré une campagne insistante des médias pour montrer le poids croissant que les institutions européennes ont pris dans l’élaboration des décisions qui affectent le quotidien, la tendance au fil des jours a té de transformer l’enjeu de la consultation en une sorte de referendum pour ou contre Emmanuel Macron. L’examen des différentes listes des partis politiques témoigne aussi d’une absence d’écoute pour les revendications des autres Etats membres, comme si chacun voulait étendre à l’ensemble européen ses préoccupations intérieures.  Pas étonnant dans ce contexte que l’on oublie tout ce que les institutions européennes ont apporté de positif, pour ne garder qu’une représentation caricaturale d’une machine bureaucratique, qui ne songe qu’à multiplier les réglementations et les interdits, alors que la population affiche de plus en plus un besoin de liberté et d’indépendance. Pas étonnant dans ces conditions que, malgré les menaces que la situation géopolitique fait peser, l’abstention reste la manière dominante pour exprimer son exaspération vis-à-vis d’un modèle qui parait s’’écarter de plus en plus du mode de vie réclamé par les populations.

Car, en moins d’une génération, la révolution informatique, l’irruption d’internet et des réseaux sociaux ont bouleversé la donne, alors que le discours politique n’a guère changé, ce qui le rend inaudible à des citoyens qui sont mieux informés, qui entendent gérer leur existence avec moins de contraintes et qui ne se sentent pas bercés par le train-train routinier européen, où la croissance ralentit et qui ne propose rien pour contrer les offensives américaines ou chinoises qui entendent réduire sa place sur l’échiquier planétaire. Avec une tendance au repli sur soi, mù par la crainte de l’avenir, où nos compatriotes en particulier, faute d’avoir confiance dans les mesures gouvernementales, continuent de réclamer une augmentation du pouvoir d’achat, non pas pour le dépenser, mais pour le placer sur les livrets de caisse d’épargne, ou pour privilégier l’immobilier, qui donne lieu à des opérations record, par crainte de l’avenir.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

04.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

05.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

06.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

07.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 24/05/2019 - 17:59
Divergence
C'est bien là le problème, la divergence entre les objectifs de l'Europe et l'identité nationale. Pour simplifier à l'extrême, le mieux serait de laisser la gestion de la totalité des décisions nationales dans les mains de Bruxelles. Supprimons le problème, et il n'y a plus besoin de solution. C'est de la simplicité d'esprit, pour ne pas dire autrement
hoche38
- 24/05/2019 - 16:02
On ne doit pas connaître les mêmes!
Je puis vous assurer que les Gilets jaunes de mon petit pays, ceux qui sont restés chez eux depuis Noël, ceux là sont à découvert le 20 du mois et ne réclament pas, comme vous dites, une augmentation du pouvoir d’achat pour le placer sur les livrets de caisse d’épargne ou pour privilégier l’immobilier.
lasenorita
- 24/05/2019 - 11:27
Les préoccupations nationales sont importantes!
Pour moi, les ''préoccupations nationales'' passent avant ''l'avenir de l'Europe''. Je pense que les ''Français'' passent AVANT les ''étrangers'' ce qui n'est pas le cas, actuellement, en France! Ainsi Les musulmans ''étrangers'' (le Qatar, l'Arabie Saoudite, etc. )paient moins d'impôts que les ''Français'' quand ils achètent des biens immobiliers en France! Les musulmans ''étrangers'' et clandestins sont mieux reçus, chez nous, que les ''Français'' non-musulmans chassés de leur pays natal par les musulmans.. ces musulmans qui encombrent nos prisons et augmentent l'insécurité des ''vrais'' Français voir https://fr.yahoo.com/news/mort-théo-19-ans-près-caen-trois-suspects-115506254.html..les musulmans, d'origine étrangère ''nés en France'' ont la ''double nationalité'',par exemple ils sont Franco-Algériens'' ,mais les non-musulmans ''nés en Algérie'', eux, n'ont pas la ''double nationalité'',etc..etc..