En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 6 heures 14 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 7 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 9 heures 22 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 10 heures 8 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 11 heures 32 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 12 heures 55 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 13 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 13 heures 56 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 6 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 9 heures 18 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 9 heures 27 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 10 heures 41 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 12 heures 36 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 13 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 22 heures 25 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Couple libre

Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution

Publié le 22 mai 2019
La dernière vague de l'enquête électorale d'Ipsos pour le CEVIPOF, Le Monde et la Fondation Jean-Jaures s'intéresse notamment au second choix des électeurs de chaque liste qui disent "pouvoir encore changer d'avis". LREM possède une base électorale moins stable que celle d'autres partis.
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La dernière vague de l'enquête électorale d'Ipsos pour le CEVIPOF, Le Monde et la Fondation Jean-Jaures s'intéresse notamment au second choix des électeurs de chaque liste qui disent "pouvoir encore changer d'avis". LREM possède une base électorale moins stable que celle d'autres partis.

Atlantico : Emmanuel Macron s'est beaucoup impliqué dans la campagne européenne ces derniers jours. Si 78% de ses électeurs disent être certains de voter pour la liste Renaissance de LaREM/Modem, n'y a-t-il pas un danger électoral à surinvestir cette élection quand on regarde du côté des électeurs indécis ?

Jean Petaux : Il y a une colonne qui doit être observée avec plus d’attention que d’autres, c’est celle qui est située à la droite du tableau donnant les résultats du sondage CEVIPOF-LE MONDE : « Ne voterait pour aucune autre liste ». Dans ce refus de choisir une « liste de substitution » ce sont ceux qui disent qu’ils voteront LREM dimanche prochain qui sont les plus nombreux : 16% devant les électeurs RN (14%) et LR (12%). Ceux qui se disent susceptibles de voter pour la liste FI ne sont que 6% à envisager de ne pas voter pour une autre liste que celle-ci. De fait le score obtenu par LREM, dans ce sondage, montre bien que le chef de l’Etat a en-tête la mobilisation des abstentionnistes : celles et ceux qui ont voté pour lui en 2017, en particulier au premier tour, lui permettant de « virer » en tête dans la dernière ligne droite de la présidentielle et ceux qui se sont mobilisés contre sa rivale du second tour : Marine Le Pen. Contrairement à ce que l’on pouvait imaginer les électeurs LREM sont plutôt sûrs de leur choix. En tous les cas si l’on compare les intentions éventuelles des électeurs LREM et LR à l’égard des listes les « plus proches » idéologiquement et politiquement de leur premier choix, on note une « solidité » plus forte du côté de LREM comparée à LR. 69% des personnes qui se disent certaines de voter LREM en premier choix indiquent qu’elles pourraient voter Place Publique/PS (19%) ; EELV (17%) ; UDI (10%) et LR (23%). Pour les électeurs qui déclarent que leur premier choix de vote sera LR, ce sont 75% d’entre eux qui  seraient susceptibles de choisir en second lieu une autre liste, pas trop éloignée de leur premier vote : LREM (29%, proportion considérable qui montre que la « volatilité électorale » est supérieure dans le sens LR vers LREM que dans l’autre sens) ; UDI (17%) ; DLF (9%) et surtout FN (20%).

La question du surinvestissement vis-à-vis d’une telle élection ne me semble pas vraiment pertinente. Quand vous êtes le parti majoritaire à l’Assemblée nationale et que le président de la République est issu de vos rangs, sauf à être à moitié masochiste vous faites en sorte de ne pas sortir « essoré » d’une élection, peu importe laquelle d’ailleurs. Donc vous vous investissez dans la campagne pour faire le score le moins médiocre possible… Sauf à imaginer un calcul particulièrement complexe où vous recherchez la défaite pour mieux gagner au coup suivant… Un peu comme a pu le faire Jacques Chirac après la dissolution de l’Assemblée nationale en avril 1997 sauf que ni lui ni ses proches n’imaginaient justement d’être défaits. Même si les cinq années de cohabitation avec Lionel Jospin ont figuré parmi les principaux atouts de sa réélection en 2002….

 

La stratégie du barrage contre le RN peut-elle se retourner contre le parti du Président ? Dans quelles conditions si c'est le cas ? 

Je ne le crois pas. Sauf à imaginer une dégradation puissante du score de la liste Renaissance d’ici dimanche, les sondages indiquent tous que la liste LREM et ses alliés, conduite par Nathalie Loiseau, sortira première ou, plus vraisemblablement, deuxième de la compétition. Assez loin devant le score de la liste LR emmenée par François-Xavier Bellamy.

Aux Européennes du 13 juin 1999 (les dernières qui se sont tenues au scrutin proportionnel de liste nationale), dans le contexte instable qui était celui de la cohabitation, les deux listes concurrentes à droite, celle du RPR-DL dont le numéro 1 a changé en cours de campagne, Philippe Séguin ayant piqué une de ses crises caractérielles dont il avait le secret et confié les « clefs » du camion à un Nicolas Sarkozy qui n’en voulait absolument pas, et celle du RPF codirigée par le « redoutable » tandem de Villiers-Pasqua font presque jeu égal : 12,82% pour la liste Sarkozy et 13,06% pour la liste souverainiste Pasqua. Si on ajoute à ce score les 9,29% de la liste UDF (Bayrou), on obtient 35,17%, correspond peu ou prou au score de la « droite de gouvernement ». La liste FN conduite par Jean-Marie Le Pen plafonne à 5,70%, recule de 4,83% et perd 6 sièges pour n’en conserver que 5.

 Face à cela le PS et ses alliés du PRG (Baylet) et du MDC (Chevènement), avec François Hollande comme tête de liste,  arrivent largement en tête des neuf listes qui vont prétendre à la répartition des sièges : 21,95% des voix soit une progression de 7,5% par rapport à 1994 (très mauvaise séquence alors puisque la liste Rocard s’était fait « hacher » par la liste Tapie) et une progression de 7 sièges par rapport aux 15 obtenus en 2004. En 1999, deux ans après sa défaite des législatives pour la droite parlementaire et donc pour le camp politique du président de la République en place, celui-ci n’avait pas plus souffert que cela de cette nouvelle déconvenue. Tout comme d’ailleurs en 2001 la perte de « sa » mairie de Paris au profit de Bertrand Delanoë n’avait pas eu de conséquences politiques pour le locataire de l’Elysée.

On objectera que dans les deux situations présentées (Européennes 1999 et Municipales 2001), Jacques Chirac n’avait pas pris de risques et ne s’était pas particulièrement « mouillé » dans les deux cas. Mais l’essentiel n’est pas là. En réalité les électeurs font la « part du feu » et ne projettent pas les résultats d’une consultation sur une autre. Surtout, et ce sera évidemment le cas dimanche prochain, si l’abstention se situe entre 50% et 55% des inscrits (certains sondages évoquent même 58%) et, compte tenu d’un tel niveau, rend impossible, ou plus exactement imprécise,  une lecture commentée de la séquence électorale européenne.

Marine Le Pen et ses porte-paroles évoqueront bien pendant quelques jours et en guise d’éléments de langage le fait que le président Macron devrait tirer les conséquences politiques de cet éventuel échec (qui ne sera encore une fois, s’il est avéré, sans doute que relatif…) en remettant au peuple son mandat présidentiel. Mais il y a fort à parier que cette antienne n’aura pas plus d’avenir que celui d’un mantra momentané destiné à rejoindre les poubelles de la rhétorique politique.

 

Quels pourraient être les bénéficiaires d'une "défaillance" de LaREM ?

 En premier lieu les listes que le sondage CEVIPOF-LE MONDE indique être les éventuelles bénéficiaires d’un « deuxième choix » : celles que j’ai citées plus haut. En second lieu le RN qui, bien que « vainqueur à la Pyrrhus », autrement dit bien qu’ayant sans doute progressé en pourcentage des SE par rapport au score de  Marine Le Pen au premier tour de la Présidentielle de 2017 demeurera, compte tenu de l’abstention, très loin du score de la candidate FN en valeur absolue. Le RN n’aura donc pas, malgré le fait qu’il est en situation comme dit Marine Le Pen, d’être le « premier parti de l’opposition », capitalisé en électeurs protestataires.

On notera, par ailleurs,  que la mobilisation des Gilets Jaunes, dont nous avons indiqué, dès son origine, dans nos premières analyses en novembre 2018, qu’elle n’avait pas de soutien électoral de masse dans l’opinion française et qu’elle n’aurait pas de « débouché » politique aussi bien du côté de l’extrême-droite (RN) que de l’extrême-gauche (FI) montre clairement que nous avions raison alors. Les partis protestataires ou tribunitiens n’ont pas réussi, pour ces Européennes, à attirer à eux une part significative des manifestants de l’automne-hiver 2018-2019. Pour trois raisons : cette mobilisation, en quantité, était faible et son poids électoral relatif résiduel ; la désaffection des Gilets Jaunes à l’égard des organisations partisanes tout comme envers les syndicats représentatifs est définitive et incurable ;  ces mêmes structures politiques et sociales n’ont pas été en mesure de produire les signaux forts ou faibles qui auraient pu attirer vers elles ces protestataires, plus socialement désespérés que politiques conscients.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 22/05/2019 - 22:00
La question d'après!
Si j'étais Wauquiez je commanderais un sondage:
1. Avez-vous voté par conviction pour la liste LREM
2. Avez-vous voté par conviction pour la liste LREM
3. Avez-vous voté LREM pour éliminer RN?
4. Avez-vous voté RN pour éliminer LREM?
5. Vous êtes-vous abstenu, ou avez-vous voté blanc ou nul
6. Si OUI à la question 3,4,ou5,
Dans ce cas, quelle est le parti dont vous sentez le plus proche
7. Envisagez-vous de voter pour lui aux prochaines municipales?

Ca peut être instructif sur la vraie force de LREM et RN
zen-gzr-28
- 22/05/2019 - 19:04
Les sondages ne devraient pas être stoppés.
Quel intérêt peut susciter cet article ?
REAGAN
- 22/05/2019 - 11:40
lrem
je prédis LREM en dessous de 20% et RN au dessus de 25%
les instituts et journaux étant a la botte de l oligarchie ces sondages sont bidons
si Macron s investit autant c est qu il a des chiffes du ministère de l intérieur qui lui dise ATTENTION DANGER