En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© MAURO PIMENTEL / AFP
Vaines obsessions
Ce que les candidats LREM ne comprennent pas en réclamant un dispositif anti fake news pour les derniers débats en direct de la campagne électorale
Publié le 21 mai 2019
Avec Luc Rouban
Si la lutte contre les fake-news est un combat majeur, l'enjeu pourrait plutôt être celui du renforcement de la confiance entre journalistes/politiques et le reste de la population.
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987.Il est l'auteur de La fonction publique en débat (Documentation française, 2014), Quel avenir pour la fonction publique ? (Documentation...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987.Il est l'auteur de La fonction publique en débat (Documentation française, 2014), Quel avenir pour la fonction publique ? (Documentation...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la lutte contre les fake-news est un combat majeur, l'enjeu pourrait plutôt être celui du renforcement de la confiance entre journalistes/politiques et le reste de la population.
Avec Luc Rouban

Il y a une relation très forte entre la défiance envers les institutions, le niveau de populisme et la défiance envers les informations officielles (statistiques par exemple). Cela est mesuré dans le cadre du baromètre de la confiance politique du CEVIPOF. Il y a une mise en cause des élites politiques, des institutions et des informations qu'ils peuvent produire.

On a un face à face entre une vision institutionnelle du politique, avec ses données, ses métiers, sa régulation professionnelle et de l'autre côté une volonté d'opposer à cette vision des convictions, des croyances et des informations qui seraient cachées à l'essentiel du peuple.

On voit par exemple l'hostilité des gilets jaunes envers les journalistes, accusés d’insister sur les violences des gilets jaunes et de le présenter comme un mouvement violent à partir d'infos qui pouvaient être corrompues par vision politique.

Il y a une remise en cause de la parole politique et de la parole des professionnels, une rupture de confiance dans ce qui peut émaner des institutions.

Pour quelles raisons? D'un côté, on a une profusion de sources d'informations sur les réseaux sociaux, internet, plus ou moins sérieuses, une trop grande abondance d'info tue l'info, avec un défaut de regard critique ou la croyance que toutes les sources d'info se valent, cela peut aboutir à du complotisme.

On a non seulement une remise en cause des indicateurs scientifiques mais aussi de ce qui est scientifique, plus on adhère au populisme moins on adhère à la science, les institutions sont considérées comme suspectes. Ce qui a pu alimenter cette idée, c'est un certain nombre de scandales, dans le domaine médical, pharmaceutique (levothyrox), les conflits d'intérêts...

Ce qui peut jouer aussi un rôle, c'est la fracture entre les élites et grande partie de la population, qui pense qu'il y a derrière cela un monde fermé avec ses propres règles, qui vit dans un entre-soi. Il y a remise en cause de la mondialisation, l'Europe, la technocratie, et d'une forme d'intellectualisation de la vie politique et sociale ; les "populistes" considèrent qu'on gave les gens avec des explications bidon qui ne correspondent pas au réel. La vision institutionnelle serait au service d'intérêts particulier et pas du plus grand nombre.

C'est grave car la république repose sur le raisonnement rationnel, c'est une forme de démocratie qui s'appuie sur des argumentaires de types scientifiques, avec un échange d’arguments contradictoires mais de type scientifique, validés par le débat et expérimentation. La destruction de ce lien conduit à un modèle communautaire, au chacun pour soi, à la perte de la philosophie des Lumières.

Les deux pistes pour reconstituer ce lien entre les citoyens et les institutions, c'est une décentralisation plus poussée (au niveau local les liens citoyens/institutions restent très forts). Macron devrait aller plus loin dans ce sens, la relation au maire est centrale. La deuxième piste serait de renforcer l'éducation civique et la formation juridique pour que les gens comprennent mieux le monde dans lequel ils vivent, qui est complexe.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
undefined
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La France mal classée à "l'indice de misère"
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 22/05/2019 - 15:53
Lutte des classes: le peuple contre les "élites"
C'est une vérité de dire qu'on "gave les gens avec des explications bidon qui ne correspondent pas au réel", et les premiers responsables sont les politiciens et les journalistes.
"Les populistes" sont des partis d'opposition que l'on veut dénigrer en les appelant ainsi, pas le peuple lui-même. Et s'ils peuvent mériter cette noble appellation, c'est parce qu'ils portent la voix du peuple.
Une fracture existe bien entre le peuple et ses dirigeants, qui se font appelés des "élites". Une véritable élite est quelqu'un de compétent, d'honnête et de dévoué à la cause publique. Combien d'élus et de hauts fonctionnaires en sont vraiment ? Ce sont ces pseudo-élites, vrais aristos imbus d'eux-mêmes et qui vivent d'argent public toute leur vie, qui ont creusé le fossé.
La politique est une chose trop sérieuse pour être confiée à des politiciens.
spiritucorsu
- 21/05/2019 - 22:33
Pensée unique.
Bien vu jardinier,il ne peut effectivement y avoir de ligne de pensée en dehors de la pensée unique,celle officielle de l'oligarchie en place qui est parole d'évangile,la mettre en doute c'est risquer une forme d'excommunication,se retrouver affubler du qualificatif infâme de populiste.Mais apparemment,certains veulent aller encore plus loin et prévoient de corriger cette déviance par un rééducation adaptée réservée aux individus réfractaires au dogme sublimal d'une élite autoproclamée,un lavage de cerveau intensif comme on le pratique en Chine ou en Corée du Nord.La dictature avance aussi chez nous sans masque et sans complexe.
Jardinier
- 21/05/2019 - 19:12
Article terrible.
Ou voyez vous un "échange d’arguments contradictoires", alors que la plupart des débats sont dans l'entre soi, entre personnes partageant les mêmes opinions. Ou sont les climato-realistes, les souverainistes, la remise en cause du libre échange intégral, l'immigration, ou autres, dans les débats. C'est vrai que vous rajoutez "mais de type scientifique, validés par le débat et expérimentation", ce qui veut probablement dire que vous voulez choisir quel type d'argument a le droit de cité dans le débat, quitte à éliminer les fâcheux grâce à une bonne utilisation des "fakenews". Mais le pire c'est la fin, la solution: La REEDUCATION.