En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

05.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 38 min 54 sec
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 1 heure 43 min
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 2 heures 35 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 13 heures 3 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 17 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 20 heures 4 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 21 heures 41 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 22 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 22 heures 51 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 1 heure 51 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 12 heures 18 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 13 heures 46 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 18 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 22 heures 39 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 22 heures 57 min
© MYCHELE DANIAU / AFP
© MYCHELE DANIAU / AFP
Bonnes feuilles

L’histoire fascinante du commando Kieffer

Publié le 18 mai 2019
Stéphane Simonnet publie "Nous, les hommes du commando Kieffer" (éditions Tallandier). 6 juin 1944. 176 jeunes volontaires, avec à leur tête le commandant Kieffer, sont les premiers et les seuls Français à fouler les plages de Normandie. Au crépuscule de leur vie, les vétérans du commando Kieffer livrent leurs souvenirs. Extrait 1/2.
Stéphane Simonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Docteur en Histoire, chercheur à l’Université de Caen et ancien directeur scientifique du Mémorial de Caen, Stéphane Simonnet a consacré sa thèse au Commando Kieffer. Auteur de plusieurs ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale, il a notamment publié...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Simonnet publie "Nous, les hommes du commando Kieffer" (éditions Tallandier). 6 juin 1944. 176 jeunes volontaires, avec à leur tête le commandant Kieffer, sont les premiers et les seuls Français à fouler les plages de Normandie. Au crépuscule de leur vie, les vétérans du commando Kieffer livrent leurs souvenirs. Extrait 1/2.

Lorsqu’elle débarque en Normandie, cette unité des FFL1 est composée de volontaires ayant pour la plupart rejoint la France libre dès 1940. À leur tête, un homme de 40 ans, Philippe Kieffer, sous-lieutenant interprète de réserve, engagé volontaire en 1939 dans l’armée de terre puis dans la marine où, affecté dans un état-major à Dunkerque, il a assisté au désastre des armées françaises en mai 1940. Il est parvenu à quitter la France le 18 juin 1940 à bord d’un chalutier belge, pour rejoindre l’équipage du cuirassé Courbet réfugié en rade de Portsmouth en Angleterre. Kieffer entend y rejoindre les rangs des FFL que de Gaulle organise à Londres et qui se battent alors en Afrique. Mais c’est le succès d’un raid anglais mené le 4 mars 1941 sur les îles Lofoten au large de la Norvège qui retient toute son attention. Pourquoi une telle action engagée par des commandos britanniques ne pourrait-elle pas être lancée de la même manière par des commandos français, et sur les côtes françaises ? 

Kieffer entretient l’amiral Muselier, le commandant des FNFL, de son projet de création d’une unité  composée de commandos français. Le patron des FNFL se laisse plus facilement séduire que les Britanniques, peu disposés à ouvrir leurs prestigieuses unités à des soldats étrangers. Affirmant qu’il pourra recruter des marins français « connaissant chaque caillou de la côte », Kieffer obtient finalement, en décembre 1941, l’autorisation pour le recrutement des premiers volontaires. Celui-ci  commence rapidement parmi les unités FNFL basées autour de Portsmouth. Les premiers entraînements débutent au camp des FFL à Camberley. Marins, légionnaires et fusiliers marins constituent le noyau des commandos, complété par quelques punis à qui l’on propose d’effacer leur peine. L’entraînement est calqué sur le modèle britannique : marches forcées, séances de tir, maniement d’explosifs, combat à mains nues ou au couteau. La cadence imposée par Kieffer aboutit à une sélection très sévère. Vingt-neuf hommes sont retenus pour former, à la fin du mois de mars 1942, la 1re compagnie de fusiliers marins. 

Les entraînements suivants s’effectuent avec les unités des Royal Marines à Skegness, au nord de Londres. Encadrés par des instructeurs britanniques, les futurs commandos français s’aguerrissent un peu plus sous les ordres de Kieffer et de son adjoint Jean Pinelli, tandis qu’au camp de Camberley, d’autres volontaires s’entraînent sous la conduite du capitaine Charles Trépel. À la fin de ces stages, les hommes de Kieffer sont admis à suivre la formation des commandos au camp  d’Achnacarry, au nord de l’Écosse, en avril 1942. Ils sont les premiers étrangers à être ainsi admis dans cette école de commando. La deuxième équipe de volontaires constituée par Trépel est admise à son tour à Skegness à partir du 11 juin 1942. En juillet, les hommes de Kieffer, brevetés commandos, intègrent le Commando n° 2 stationné au camp de Ayr, en Écosse. Le 14 juillet 1942, ils sont à Londres pour le défilé voulu par le général de Gaulle. Les hommes de Kieffer intègrent au mois d’août le Commando interallié n° 10, installé à Criccieth, au pays de Galles, où ils poursuivent leur entraînement. 

Quinze hommes sont alors choisis pour participer au raid sur Dieppe. Sous la conduite de l’officier Francis Vourc’h, les commandos français rejoignent leurs trois unités, dont les Commandos n° 3 et n° 4. L’objectif : la batterie allemande de Varengeville. Le 19 août, ils font partie des 6 000 hommes de l’opération « Jubilee » qui se ruent vers les différentes plages de Dieppe. Les commandos parviennent à s’infiltrer dans les réseaux de défense ennemis. Mais très vite, les Allemands reprennent le dessus, le débarquement tournant à la déroute, surtout pour les Canadiens à Dieppe, même si les hommes du Commando n° 4 débarqués à Vasterival ont rempli leur mission. Parmi les quinze Français, tous ne rentrent pas : l’un a perdu la vie, un autre a été capturé. 

Au cours de ce même mois d’août 1942, de nouveaux contingents portent l’effectif de la troupe de Kieffer à 81 hommes. Rassemblée dans le sud de l’Angleterre à Eastbourne en mai 1943, l’unité française adopte définitivement le béret vert des commandos britanniques. 

À l’heure où des commandos français s’installent à Eastbourne, d’autres Français volontaires pour la France libre et les commandos, des fusiliers marins du 2e bataillon de retour du Liban, y sont rassemblés sous la conduite d’Alexandre Lofi. Pris en charge en Angleterre par Trépel, quarante-cinq marins, rejoints par des évadés de France ou d’Afrique du Nord, gagnent Achnacarry à la fin du mois de juin 1943, pour y subir pendant un mois le même entraînement que leurs prédécesseurs. Brevetés commandos le 29 juillet 1943, ils forment une nouvelle troupe, la troop n° 8. Le bataillon n’a cependant toujours pas fini de s’étoffer. En septembre 1943, le lieutenant Pierre Amaury constitue un groupe qu’il forme et entraîne en novembre au camp de Bir-Hakeim à Portsmouth, puis au centre d’entraînement commando de Wrexham. La moitié des nouveaux brevetés est alors répartie entre les troops n° 1 et 8, l’autre moitié devant former une section de mitrailleuses lourdes, la K Gun. En octobre 1943, les troops n° 1 et 8 sont pour la première fois rassemblées à Eastbourne. À partir de cet instant, les bérets verts français sont considérés comme opérationnels.

Les raids de sondage sur les côtes occupées

C’est durant l’hiver 1943-1944 que les Opérations combi nées les désignent pour mener des raids sur les côtes françaises, les Pays-Bas et les îles Anglo-Normandes. Près de quatre-vingts commandos français sont choisis pour douze opérations programmées sous le nom de code « Hardtack » et prévues entre le 25 et le 27 décembre 1943. Plusieurs raids se succèdent alors avec le même objectif : tenter de ramener un prisonnier et le maximum de renseignements sur les systèmes de défense allemands. 

Si les opérations sur Varreville-la-Madeleine, Quinéville ou Middelkerke se déroulent sans réelle difficulté et sans pertes, il n’en va pas de même pour certains raids qui sont catastrophiques et meurtriers, comme sur les îles de Jersey ou Sark. Ou encore à Gravelines, où l’équipe débarquée au cours de la nuit de Noël 1943 se retrouve piégée sur la grève au moment de réembarquer. Elle perd son chef, Pierre Wallerand, et un sergent anglais qui se noient tandis que les sept hommes restés sur la plage sont livrés à eux-mêmes, devant se constituer prisonniers ou prendre la fuite. Enfin, du raid mené à Scheveningen, sur les côtes néerlandaises, dans la nuit du 27 au 28 février 1944, l’équipe de l’adjoint de Kieffer, Charles Trépel, ne revient pas. La perte de Wallerand puis de Trépel et de ses hommes constitue un sérieux coup pour les commandos français. L’opération de Scheveningen est la dernière qui soit confiée aux hommes de Kieffer avant le 6 juin 1944. 

En avril 1944, le bataillon français, riche de cent quatre-vingts hommes, devient le 1er BFMC. Il est rattaché au Commando n° 4 du colonel Dawson, lui-même intégré à la 1re brigade spéciale de Lord Lovat. Le 25 mai 1944, le Commando Kieffer rejoint le camp de Titchfield. C’est là, consignés entre Portsmouth et Southampton, que les Français découvrent leur mission : la prise des points forts de Riva-Bella et du casino de Ouistreham – du moins ce qu’il en reste après sa destruction par les Allemands –, la jonction au pont de Bénouville avec la 6e division aéroportée britannique, enfin, le maintien de la tête de pont ainsi créée à partir d’Amfreville, au nord-est de Caen.

Le débarquement en Normandie

Rassemblés le 5 juin, les hommes embarquent à bord de deux LCI, les plus petits bateaux capables de traverser la Manche. Sur le LCI n° 527 prennent place Kieffer et son PC, la troop n° 1 et une moitié de la section K Gun. Sur le LCI n° 523 s’installent la troop n° 8, la seconde moitié de la section d’Amaury et une autre des radios du Commando n° 4. 

À l’aube du 6 juin, les hommes de Kieffer ont le privilège de débarquer les premiers sur le secteur britannique de Sword. À 7 h 30, les deux barges s’échouent sur la plage à La Brèche, lieu-dit de Colleville. Malgré l’importante préparation d’artillerie des Alliés, les Allemands sont parvenus à déclencher un véritable tir de barrage qui, de Merville à Lion-sur-Mer, balaie toutes les zones du Débarquement. Aucune des deux embarcations n’est cependant touchée, même si les passerelles de la barge n° 527 sont emportées par un tir d’obus. Les hommes du LCI n° 523 atteignent rapidement le haut de la plage, alors que ceux de la troop n° 1 ont plus de difficultés à s’extraire de leur bateau. Les premiers hommes sont touchés, à commencer par Kieffer. 

Sitôt les barbelés coupés, les commandos se rassemblent dans les ruines d’une ancienne colonie de vacances.

Kieffer dresse un premier bilan : pour la seule troop n° 1, 5 morts, 28 blessés et 115 valides. 

La troop n° 8 doit réduire les points d’appui allemands sur la plage en direction de Ouistreham. La troop n° 1 se dirige directement vers son objectif, le casino. La section K Gun, très vite assaillie par des tirs de mitrailleuse, accumule les pertes. La troop n° 1 est parvenue à son objectif, mais reste bloquée par un fossé et un mur antichar. Malgré plusieurs salves contre le bunker, Kieffer doit constater que ses armes antichars ne suffiront pas. Autour de lui, ses hommes continuent de tomber. Il n’a d’autre solution que de s’emparer d’un char du 18e hussars qui vient d’arriver à Ouistreham. Ses tirs d’obus, combinés à une double attaque des Français sur les flancs, réduisent au silence les tireurs du casino. Il est midi lorsque l’ensemble des combattants français se rassemble là où ils avaient laissé leurs sacs. Les pertes sont de 66 hommes, dont 10 tués.

Extrait du livre de Stéphane Simonnet, "Nous, Les hommes du commando Kieffer", publié aux éditions Tallandier

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires