En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 56 min 42 sec
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 1 heure 47 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 3 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 5 heures 4 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 7 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 8 heures 25 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 8 heures 59 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 9 heures 40 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 1 heure 22 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 3 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 4 heures 50 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 5 heures 23 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 6 heures 48 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 7 heures 25 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 8 heures 22 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 9 heures 52 min
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Bonnes feuilles

La délicate mission des centres de préventions de la radicalisation et leurs moyens d’action

Publié le 18 mai 2019
Gérald Bronner publie "Déchéance de rationalité" chez Grasset. Ce livre propose de comprendre notre impuissance contemporaine face à ce que beaucoup appellent la post truth society. Gérald Bronner a rencontré les jeunes du premier centre de "déradicalisation" français à Beaumont-en-Véron. Comment « rendre à la raison » de jeunes gens qui ne sont pas malades en général, mais fanatiques ? Extrait 1/2.
Gérald Bronner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Bronner est sociologue, spécialiste des questions relatives aux peurs collectives. Il est membre de l'Académie des technologies, et enseigne à l'université Paris 7.Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont les plus récents sont : L&...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Bronner publie "Déchéance de rationalité" chez Grasset. Ce livre propose de comprendre notre impuissance contemporaine face à ce que beaucoup appellent la post truth society. Gérald Bronner a rencontré les jeunes du premier centre de "déradicalisation" français à Beaumont-en-Véron. Comment « rendre à la raison » de jeunes gens qui ne sont pas malades en général, mais fanatiques ? Extrait 1/2.

Voilà donc que nous étions attablés dans le bureau du préfet pour évoquer la question essentielle de la radicalisation et de sa prévention. C’était la première fois que j’entendais parler de l’existence de ce projet de centre et même de plusieurs centres car à l’origine il était question d’en créer un par région. Pierre N’Gahane, en évoquant ces centres, introduisit son propos en expliquant qu’il était prêt à « prendre le risque ». Il exposa sa vision du problème de la radicalisation islamique en récitant un peu parfois ce qui paraîssait être une fiche Wikipedia. Il avait déjà pas mal consulté avant notre rencontre : Fethi Benslama, par exemple, mon collègue de Paris 7 qui développait en psychanalyste la thèse du « surmusulman », une sorte d’injonction permanente faite aux musulmans d’être dans l’exhibition d’une forme de pureté ostentatoire de la foi, ou encore Farhad Khosrokhavar, un collègue de l’EHESS qui était un des pionniers des recherches sur la radicalisation islamique en France. Il avait notamment interviewé des djihadistes incarcérés au début des années 2000 pour leurs liens avec le réseau Al-Qaïda. Je n’étais certes pas le premier, loin de là, à avoir été consulté sur ces questions.

Il n’y a pas besoin d’être grand clerc pour comprendre que les animateurs du CIPDR ne savaient pas encore exactement quoi faire. Ils voulaient faire quelque chose, prétendaient vouloir le faire vite, mais rien de cohérent n’avait vraiment émergé de toutes ces rencontres. Voilà ce que je compris lors de ce premier échange. Certains avaient d’ores et déjà accepté de participer à l’aventure. C’était le cas de Fethi Benslama et des membres de son équipe, notamment Thierry Lamotte, qui animerait des ateliers d’écriture et de théâtre pour cerner un peu mieux les enjeux identitaires des bénéficiaires. J’aurais l’occasion d’échanger avec les divers participants à ce projet et notamment de mettre en cohérence les informations que nous pouvions recueillir lors de nos interventions. D’autres avaient décliné l’offre de Pierre N’Gahane. Je ne savais pas encore à ce moment-là dans quel camp j’allais me ranger. Une chose m’inquiétait prioritairement dans les jours qui ont suivi cette première entrevue : dans ce grand pays qu’est la France, qui a une tradition d’excellence scientifique reconnue, n’avait-on pas trouvé d’individus plus compétents que nous pour établir les bases d’un programme de prévention de la radicalité ? Je connaissais bien les travaux de mes collègues et ils m’inspiraient du respect, mais ni eux ni moi ne me paraissaient avoir posé les bases solides de l’ingénierie psycho- sociologique nécessaire à l’exécution d’un tel programme ! 

En sortant du ministère des Outre-mer je n’avais pris aucun engagement, j’ai dit au préfet que j’allais réfléchir. La vérité était que je devais compulser la littérature scientifique sur ce sujet. Depuis longtemps on se posait la question de la pérennité des croyances. Est-il possible de convaincre quelqu’un qu’il se trompe lorsque cette erreur est l’expression d’une croyance à laquelle il tient ? C’est une question essentielle évidemment car si la radicalisation est un phénomène éminemment multifactoriel où se mêle la complexité des parcours individuels, des blessures personnelles ou identitaires, il n’en reste pas moins que le socle narratif, en l’occurrence l’idéologie djihadiste, est un facteur causal évident du passage à l’acte violent. Avant de compulser cette littérature, et parce que mon objet d’étude depuis plus de vingt ans portait justement sur les croyances, je savais que c’était là un des noyaux durs du problème. Un croyant peut endosser une croyance pour toute une série de raisons, il ne l’abandonnera pas pour autant si vous lui montrez une à une que ces raisons sont mauvaises. C’est là quelque chose qui a beaucoup été exploré à travers la théorie de la dissonance cognitive et les milliers d’expérimentations qui, en psychologie, ont démontré la puissance de cette loi. Le cerveau mobilise des ressources impressionnantes pour ne pas renoncer à son système de représentation. Il est capable de n’aller chercher que des informations qui vont affermir sa croyance, de ne mémoriser que les éléments qui lui seront favorables, d’oublier et de transformer tous les faits qui pourraient l’affaiblir, de discréditer tous ceux qui tenteraient de lui opposer des contre-arguments… L’empire des croyances est une citadelle presque imprenable en un temps bref. En réunissant des dizaines d’heures d’entretiens, la sociologue Romy Sauvayre a pu conclure qu’il fallait entre six et huit ans à un membre d’une secte, à partir de l’apparition de ses premiers doutes, pour en sortir. Mais en lisant et relisant l’ouvrage qu’elle a tiré de ce remarquable travail, on ne trouve guère de piste pour inventer une façon technique de résoudre le problème. Si ce n’est peut-être que le déclencheur de la « désadhésion » vient souvent d’une déception affective que le disciple peut ressentir par rapport à l’attitude du leader du mouvement. C’est d’ailleurs sur ce point que le CPDSI (Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam) de Dounia Bouzar insiste dans ses rapports publics. Le point crucial pour faire revenir à la tempérance un esprit radicalisé serait, si l’on en croit par exemple un article récent qu’elle a cosigné, de déconstruire l’embrigadement relationnel en réassociant le parcours de l’individu avec certains éléments émotionnellement forts de son passé : « Il s’agit de le faire retourner dans une histoire où il se sentait en sécurité, avant de recevoir les émotions anxiogènes des djihadistes. Pour cela, les parents remettent en scène des “petits riens de la vie quotidienne”, a priori négligeables, qui pourraient provoquer une remontée émotionnelle totalement inconsciente et réflexive chez leur enfant en lui rappelant quelque chose de son passé non atteint par l’embrigadement. »

Ce n’est pas ce type de pistes que j’avais décidé de suivre, mais cette approche émotionnelle me paraissait non seulement intéressante mais encore complémentaire de ce que nous finirions par mettre en place à Beaumonten-Véron. Cependant, déjà à cette époque, on me fit comprendre que les rapports entre le CPDSI et les décideurs politiques n’étaient plus au beau fixe. Par la suite, je dois dire que les choix de Dounia Bouzar m’ont un peu déconcerté, en particulier cette idée de s’associer si ouvertement avec Farid Benyettou, l’« émir des ButtesChaumont », mentor des frères Kouachi. Benyettou était à la tête d’une filière de recrutement à Paris dont le but était d’envoyer des combattants dans les rangs d’Al-Qaïda en Irak. Il fut condamné à six ans de prison pour ces activités et est ressorti en 2009. Redevenu libre, il rompt peu à peu avec ses anciennes passions fanatiques et déclare même publiquement avoir abjuré son idéologie djihadiste. Bien entendu, il est difficile d’évaluer sa sincérité. Son cas n’est pourtant pas unique, bien souvent les repentis ont pu servir utilement la cause du désendoctrinement. C’est le cas, par exemple, d’Hassan Butt, un ancien zélote de la violence islamiste en Grande-Bretagne et de beaucoup d’autres. Le parcours des repentis peut parfois servir de levier pour que des jeunes gens sur le sentier de la radicalisation prennent de la distance par rapport à leur engagement. Il est sans doute plus facile de s’identifier au parcours de ceux dont ils ont suivi les traces à condition qu’ils ne les repoussent pas a priori comme des traîtres. Il n’y a donc rien d’inadmissible dans la démarche de Dounia Bouzar, mais fallait-il pousser ce rapprochement jusqu’à cosigner un livre avec Farid Benyettou ? Fallait-il vraiment que ce livre paraisse en janvier 2017, date anniversaire des attentats de Charlie Hebdo ? 

En parcourant les rapports du CPDSI, je découvris que leur stratégie émotionnelle se fondait parfois sur un guet-apens tendu aux jeunes, selon les termes de Dounia Bouzar elle-même. Il s’agissait de les prendre par surprise et de les confronter à un effet « madeleine de Proust ». Le programme que je conçus n’aurait pas besoin d’une telle duplicité, je dirais dès le début, dès la première minute, ce que je comptais faire avec ces jeunes. Dans le contexte d’un centre comme celui de Pontourny, il eût été contre-productif de miser sur un effet de surprise, les bénéficiaires connaîtraient parfaitement les raisons de leur présence.

Extrait de "Déchéance de rationnalité", de Gérald Bronner, publié chez Grasset

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 18/05/2019 - 11:25
La REMIGRATION...
Il faut RENVOYER les musulmans radicalisés,les ''fichés S'',les délinquants musulmans qui encombrent nos prisons,dans ''leur'' pays!Les musulmans,eux,n'ont pas eu de scrupules pour chasser TOUS les non-musulmans de leur pays natal en leur disant:''La valise ou le cercueil''!