En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

06.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Cocasse
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 3 min 26 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 1 heure 12 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 3 heures 28 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 4 heures 30 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 6 heures 2 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Religion
Double impasse

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

il y a 6 heures 26 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 32 min 58 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 1 heure 8 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 2 heures 56 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 6 heures 4 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 6 heures 21 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 19 min
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Bonnes feuilles

La délicate mission des centres de préventions de la radicalisation et leurs moyens d’action

Publié le 18 mai 2019
Gérald Bronner publie "Déchéance de rationalité" chez Grasset. Ce livre propose de comprendre notre impuissance contemporaine face à ce que beaucoup appellent la post truth society. Gérald Bronner a rencontré les jeunes du premier centre de "déradicalisation" français à Beaumont-en-Véron. Comment « rendre à la raison » de jeunes gens qui ne sont pas malades en général, mais fanatiques ? Extrait 1/2.
Gérald Bronner est sociologue, spécialiste des questions relatives aux peurs collectives. Il est membre de l'Académie des technologies, et enseigne à l'université Paris 7.Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont les plus récents sont : L&...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Bronner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Bronner est sociologue, spécialiste des questions relatives aux peurs collectives. Il est membre de l'Académie des technologies, et enseigne à l'université Paris 7.Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont les plus récents sont : L&...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Bronner publie "Déchéance de rationalité" chez Grasset. Ce livre propose de comprendre notre impuissance contemporaine face à ce que beaucoup appellent la post truth society. Gérald Bronner a rencontré les jeunes du premier centre de "déradicalisation" français à Beaumont-en-Véron. Comment « rendre à la raison » de jeunes gens qui ne sont pas malades en général, mais fanatiques ? Extrait 1/2.

Voilà donc que nous étions attablés dans le bureau du préfet pour évoquer la question essentielle de la radicalisation et de sa prévention. C’était la première fois que j’entendais parler de l’existence de ce projet de centre et même de plusieurs centres car à l’origine il était question d’en créer un par région. Pierre N’Gahane, en évoquant ces centres, introduisit son propos en expliquant qu’il était prêt à « prendre le risque ». Il exposa sa vision du problème de la radicalisation islamique en récitant un peu parfois ce qui paraîssait être une fiche Wikipedia. Il avait déjà pas mal consulté avant notre rencontre : Fethi Benslama, par exemple, mon collègue de Paris 7 qui développait en psychanalyste la thèse du « surmusulman », une sorte d’injonction permanente faite aux musulmans d’être dans l’exhibition d’une forme de pureté ostentatoire de la foi, ou encore Farhad Khosrokhavar, un collègue de l’EHESS qui était un des pionniers des recherches sur la radicalisation islamique en France. Il avait notamment interviewé des djihadistes incarcérés au début des années 2000 pour leurs liens avec le réseau Al-Qaïda. Je n’étais certes pas le premier, loin de là, à avoir été consulté sur ces questions.

Il n’y a pas besoin d’être grand clerc pour comprendre que les animateurs du CIPDR ne savaient pas encore exactement quoi faire. Ils voulaient faire quelque chose, prétendaient vouloir le faire vite, mais rien de cohérent n’avait vraiment émergé de toutes ces rencontres. Voilà ce que je compris lors de ce premier échange. Certains avaient d’ores et déjà accepté de participer à l’aventure. C’était le cas de Fethi Benslama et des membres de son équipe, notamment Thierry Lamotte, qui animerait des ateliers d’écriture et de théâtre pour cerner un peu mieux les enjeux identitaires des bénéficiaires. J’aurais l’occasion d’échanger avec les divers participants à ce projet et notamment de mettre en cohérence les informations que nous pouvions recueillir lors de nos interventions. D’autres avaient décliné l’offre de Pierre N’Gahane. Je ne savais pas encore à ce moment-là dans quel camp j’allais me ranger. Une chose m’inquiétait prioritairement dans les jours qui ont suivi cette première entrevue : dans ce grand pays qu’est la France, qui a une tradition d’excellence scientifique reconnue, n’avait-on pas trouvé d’individus plus compétents que nous pour établir les bases d’un programme de prévention de la radicalité ? Je connaissais bien les travaux de mes collègues et ils m’inspiraient du respect, mais ni eux ni moi ne me paraissaient avoir posé les bases solides de l’ingénierie psycho- sociologique nécessaire à l’exécution d’un tel programme ! 

En sortant du ministère des Outre-mer je n’avais pris aucun engagement, j’ai dit au préfet que j’allais réfléchir. La vérité était que je devais compulser la littérature scientifique sur ce sujet. Depuis longtemps on se posait la question de la pérennité des croyances. Est-il possible de convaincre quelqu’un qu’il se trompe lorsque cette erreur est l’expression d’une croyance à laquelle il tient ? C’est une question essentielle évidemment car si la radicalisation est un phénomène éminemment multifactoriel où se mêle la complexité des parcours individuels, des blessures personnelles ou identitaires, il n’en reste pas moins que le socle narratif, en l’occurrence l’idéologie djihadiste, est un facteur causal évident du passage à l’acte violent. Avant de compulser cette littérature, et parce que mon objet d’étude depuis plus de vingt ans portait justement sur les croyances, je savais que c’était là un des noyaux durs du problème. Un croyant peut endosser une croyance pour toute une série de raisons, il ne l’abandonnera pas pour autant si vous lui montrez une à une que ces raisons sont mauvaises. C’est là quelque chose qui a beaucoup été exploré à travers la théorie de la dissonance cognitive et les milliers d’expérimentations qui, en psychologie, ont démontré la puissance de cette loi. Le cerveau mobilise des ressources impressionnantes pour ne pas renoncer à son système de représentation. Il est capable de n’aller chercher que des informations qui vont affermir sa croyance, de ne mémoriser que les éléments qui lui seront favorables, d’oublier et de transformer tous les faits qui pourraient l’affaiblir, de discréditer tous ceux qui tenteraient de lui opposer des contre-arguments… L’empire des croyances est une citadelle presque imprenable en un temps bref. En réunissant des dizaines d’heures d’entretiens, la sociologue Romy Sauvayre a pu conclure qu’il fallait entre six et huit ans à un membre d’une secte, à partir de l’apparition de ses premiers doutes, pour en sortir. Mais en lisant et relisant l’ouvrage qu’elle a tiré de ce remarquable travail, on ne trouve guère de piste pour inventer une façon technique de résoudre le problème. Si ce n’est peut-être que le déclencheur de la « désadhésion » vient souvent d’une déception affective que le disciple peut ressentir par rapport à l’attitude du leader du mouvement. C’est d’ailleurs sur ce point que le CPDSI (Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam) de Dounia Bouzar insiste dans ses rapports publics. Le point crucial pour faire revenir à la tempérance un esprit radicalisé serait, si l’on en croit par exemple un article récent qu’elle a cosigné, de déconstruire l’embrigadement relationnel en réassociant le parcours de l’individu avec certains éléments émotionnellement forts de son passé : « Il s’agit de le faire retourner dans une histoire où il se sentait en sécurité, avant de recevoir les émotions anxiogènes des djihadistes. Pour cela, les parents remettent en scène des “petits riens de la vie quotidienne”, a priori négligeables, qui pourraient provoquer une remontée émotionnelle totalement inconsciente et réflexive chez leur enfant en lui rappelant quelque chose de son passé non atteint par l’embrigadement. »

Ce n’est pas ce type de pistes que j’avais décidé de suivre, mais cette approche émotionnelle me paraissait non seulement intéressante mais encore complémentaire de ce que nous finirions par mettre en place à Beaumonten-Véron. Cependant, déjà à cette époque, on me fit comprendre que les rapports entre le CPDSI et les décideurs politiques n’étaient plus au beau fixe. Par la suite, je dois dire que les choix de Dounia Bouzar m’ont un peu déconcerté, en particulier cette idée de s’associer si ouvertement avec Farid Benyettou, l’« émir des ButtesChaumont », mentor des frères Kouachi. Benyettou était à la tête d’une filière de recrutement à Paris dont le but était d’envoyer des combattants dans les rangs d’Al-Qaïda en Irak. Il fut condamné à six ans de prison pour ces activités et est ressorti en 2009. Redevenu libre, il rompt peu à peu avec ses anciennes passions fanatiques et déclare même publiquement avoir abjuré son idéologie djihadiste. Bien entendu, il est difficile d’évaluer sa sincérité. Son cas n’est pourtant pas unique, bien souvent les repentis ont pu servir utilement la cause du désendoctrinement. C’est le cas, par exemple, d’Hassan Butt, un ancien zélote de la violence islamiste en Grande-Bretagne et de beaucoup d’autres. Le parcours des repentis peut parfois servir de levier pour que des jeunes gens sur le sentier de la radicalisation prennent de la distance par rapport à leur engagement. Il est sans doute plus facile de s’identifier au parcours de ceux dont ils ont suivi les traces à condition qu’ils ne les repoussent pas a priori comme des traîtres. Il n’y a donc rien d’inadmissible dans la démarche de Dounia Bouzar, mais fallait-il pousser ce rapprochement jusqu’à cosigner un livre avec Farid Benyettou ? Fallait-il vraiment que ce livre paraisse en janvier 2017, date anniversaire des attentats de Charlie Hebdo ? 

En parcourant les rapports du CPDSI, je découvris que leur stratégie émotionnelle se fondait parfois sur un guet-apens tendu aux jeunes, selon les termes de Dounia Bouzar elle-même. Il s’agissait de les prendre par surprise et de les confronter à un effet « madeleine de Proust ». Le programme que je conçus n’aurait pas besoin d’une telle duplicité, je dirais dès le début, dès la première minute, ce que je comptais faire avec ces jeunes. Dans le contexte d’un centre comme celui de Pontourny, il eût été contre-productif de miser sur un effet de surprise, les bénéficiaires connaîtraient parfaitement les raisons de leur présence.

Extrait de "Déchéance de rationnalité", de Gérald Bronner, publié chez Grasset

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

06.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 18/05/2019 - 11:25
La REMIGRATION...
Il faut RENVOYER les musulmans radicalisés,les ''fichés S'',les délinquants musulmans qui encombrent nos prisons,dans ''leur'' pays!Les musulmans,eux,n'ont pas eu de scrupules pour chasser TOUS les non-musulmans de leur pays natal en leur disant:''La valise ou le cercueil''!