En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

05.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 13 min 12 sec
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 2 heures 14 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 2 heures 49 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 5 heures 9 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 6 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 16 heures 50 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 17 heures 27 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 1 heure 38 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 2 heures 21 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 3 heures 2 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 3 heures 25 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 17 heures 3 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 20 heures 29 min
© Kay Nietfeld / POOL / AFP
© Kay Nietfeld / POOL / AFP
Différences franco-allemandes

Coup de patte venu de l’est : les sous-titres de l’interview d’Angela Merkel sur Emmanuel Macron

Publié le 16 mai 2019
Dans un entretien accordé au Süddeutsche Zeitung, la chancelière a parlé de différences entre la France et l'Allemagne pour justifier sa réponse au mouvement initié par Emmanuel Macron.
Henri de Bresson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri de Bresson a été chef-adjoint du service France-Europe du Monde. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Paris-Berlin.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un entretien accordé au Süddeutsche Zeitung, la chancelière a parlé de différences entre la France et l'Allemagne pour justifier sa réponse au mouvement initié par Emmanuel Macron.

Atlantico : Dans un entretien accordé au Süddeutsche Zeitung, Angela Merkel a répondu aux journalistes allemands qui lui demandaient pourquoi l'Allemagne ne suivait pas le mouvement initié par la France d'Emmanuel Macron, mettant en avant des différences. Comment interprétez-vous cette sortie ?

Henri de Bresson : A l'égard du budget de la zone euro, les Allemands entretiennent une très grande prudence et une méfiance, notamment par rapport à ce que les Français comptent y mettre. C'est une peur assez classique. Le contexte actuel est assez tendu au moment des élections européennes, parce que la situation est difficile en Allemagne comme en France, on sent que la chancelière a cherché, tout en soulignant avec une grande diplomatie certains désaccords, à éviter les conflits. Et ce alors même que techniquement, au sein du Parlement, les

L'enseignement principal, c'est que l'Allemagne veut bien avancer mais se méfie des trop belles phrases. Elle souhaite avancer doucement, car il y a des choses à faire et que c'est un enjeu important : des progrès ont déjà été faits. On comprend que Macron, dans sa fougue, est allé un peu loin, mais il n'y a pas de raisons que l'Allemagne se laisse dicter sa conduite par la fougue de Macron.

Angela Merkel explique-t-elle que l'Allemagne, elle aussi, a son agenda national malgré la campagne européennes ?

En Allemagne, l'extrême-droite, de plus en plus importante malgré tout, n'est pas à la tête d'un mouvement comme le Frexit. Il y a, en Allemagne, un souci de ne pas voir l'extrême-droite prendre davantage d'importance. Il y a également le fait que les trois forces politiques majeures (les Verts, le SPD, la CDO) ont accédé à un consensus que l'Europe est nécessaire pour l'Allemagne. Il y a une peur de se laisser entraîner sur des pistes qui pourraient fournir des armes de croissance à l'extrême-droite ; doublée d'une peur des Allemands en raison de leur réussite économique et financière actuelle d'être la banque des autres.

Cependant il faut se rappeler que le contrat de coalition entre le SPD et la CDO, qui n'aurait sans doute pas été signé aujourd'hui, met l'Europe en tête dans les objectifs de cette coalition. Et comme les Verts sont sur cette ligne, cela indique bien la ligne des élites politiques allemandes.

Cet entretien montre-t-il une certaine fébrilité de l'exécutif face à la population allemande sur la question européenne ?

Il y a dans le débat public allemand une question qui demeure : pourquoi cette peur d'avancer dans le projet européen ?  Il faudrait que l'Allemagne soit plus percutante quant à ce projet. La structure actuelle de la scène politique allemande s'oppose actuellement à ça. Depuis que cette coalition est au pouvoir, les partis n'ont pas arrêté de débattre sur des problèmes qu'ils jugent importants mais qui ne nous semblent pas essentiels, pour nous Français. En France, le président Macron est capable d'arrêter un débat du jour au lendemain, ce n'est pas le cas en Allemagne.

De manière générale, si l'on veut avancer, il y a besoin d'une solidarité européenne. La politique sociale pourrait constituer le ciment de cette solidarité européenne. Seulement, les Allemands ne veulent pas de châteaux de sable financés par leur argent et souhaitent avancer, notamment sur les politiques de défense qui sont laborieuses en Allemagne. On voit la différence sur la politique d'intégration de la zone euro, puisque ça leur paraît dangereux, ce qui n'est pas l'avis de tous les pays européens. Cela serait intéressant de voir quelle sera la recomposition de la social-démocratie allemande durant ces prochaines années, puisqu'ils sont pris entre deux : une partie de la social-démocratie ne comprend pas pourquoi le ministre des Finances semble encore tenir à la "Ligne Schröder" et en même temps elle n'arrive pas à se reconstruire sur un modèle plus offensif quant à la solidarité. La gauche française a explosé en se traitant de social-traître : en Allemagne, c'est un débat qui n'arrive pas à avoir lieu. Depuis les deux dernières élections, on sent que ce débat n'arrive pas à sortir au sein du parti social-démocrate. C'est vrai aussi des Verts en Allemagne : le premier débat anti-nucléaire a eu lieu en France et non en Allemagne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 17/05/2019 - 01:46
L'Europe sans les Rosbifs....
C'est une soirée sans humour, comme chez l'ami Fritz...
ajm
- 16/05/2019 - 23:39
Rectification.
Lire " ce lamentable lèche-cuisme" ....n'a provoqué "



..
ajm
- 16/05/2019 - 23:35
Réalisme et lucidité.
Cette article franchement n'apporte rien de plus que ce que tout le monde sait. Le gros problème c'est l'obsession allemande de la plupart de nos politiques. Les problèmes de la France c'est à nous de les régler et les Allemands n'ont rien à faire ou pas grand chose dans la solution. Il y a peu à attendre d'eux et eux de nous , chacun chez soi. Ce lamentable lèche-cuisme de nos présidents vis â vis de Merkel n'ont provoqué qu'un certain mépris chez un peuple qui n'a que trop tendance à mépriser les autres, sur un mode non guerrier sans doute, mais bien réel malgré son côté bon enfant trompeur. Il est normal que les Allemands ( et les autres de l'Europe du nord) craignent de payer pour le " social" dispendieux français mais il est normal aussi de ne pas faire de cadeaux sur d'autres registres, militaires, diplomatiques ou autres. Le donnant- donnant doit être la règle . Il faut arrêter le gnan gnan conceptuel Français sur l'Europe et se fixer des objectifs réalistes et concrets , étape par étape, sans se presser et en restant inflexibles sur nos intérêts vitaux.