En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

04.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

07.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 2 heures 48 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Catarina Bonvicini

il y a 3 heures 23 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 3 heures 40 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 4 heures 52 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 17 heures 18 min
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 18 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 19 heures 14 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 3 heures 18 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 3 heures 51 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 4 heures 35 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Politique
Lâches, cyniques et/ou aveugles

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 17 heures 45 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 18 heures 38 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 20 heures 32 min
© STR / AFP
© STR / AFP
Poudrière ou poudre de perlimpinpin ?

États-Unis – Iran spirale infernale vers une guerre pourtant évitable

Publié le 16 mai 2019
Comme l'écrivait Michel Audiard : "A force de jouer avec des allumettes, ils vont mettre le feu à la baraque !"
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme l'écrivait Michel Audiard : "A force de jouer avec des allumettes, ils vont mettre le feu à la baraque !"

Mais qu’est ce qui prend la Maison Blanche ? Sous l’influence de John R. Bolton, conseiller à la sécurité qui avait soigneusement évité de faire la guerre du  Vietnam en s'enrôlant dans la Garde Nationale du Maryland ( il a déclaré par la suite : "je confesse que je n'avais aucun désir de mourir dans une rizière sud-asiatique. Je considérais que la guerre était déjà perdue") et de Michael Richard Pompeo, secrétaire d'Etat qui a effectivement fait West Point et servi dans l'armée sans connaître le feu et dirigé la CIA, aujourd'hui secrétaire du Département d’Etat (ministre des Affaires étrangères), deux faucons proches des néoconservateurs, les États-Unis semblent vouloir en découdre un peu partout sur la planète. Il n’y a qu’avec la Corée du Nord qu’ils ont fait marche arrière.

Le Venezuela n’a qu’à bien se tenir (même si le régime est exécrable, les États-Unis se permettent actuellement de bafouer toutes les règles internationales) et les Russes ont intérêt à ne pas menacer les pays nordiques européens car les pleureuses des Pays Baltes et polonaises craignent que le vilain ours moscovite ne leur fasse des misères à la mode des "petits hommes verts" en Crimée. Le plus risqué en ce moment est un possible incident (qui pourrait dégénérer) survenant avec l’Iran. Pour paraphraser le regretté Michel Audiard, "à force de jouer avec des allumettes, ils vont mettre le feu à la baraque."

Les services de renseignement US sont formels : Téhéran ou/et leurs alliés (milices chiites irakiennes, Hezbollah, rebelles Houthis, etc.) préparent un "mauvais coup" et les Américains se tiennent prêts à riposter énergiquement. À l’appui de cette menace potentielle, les personnels diplomatiques américains non essentiels en poste en Irak ont été priés de plier bagages. Les militaires allemands et les néerlandais ont arrêté les missions d’instruction conduites dans ce pays auprès des militaires et des peshmergas, se calfeutrant dans leurs baraquements. Si l'on en croit ces mesures, il est possible de penser que les Américains craignent une attaque - du style tirs d'artillerie légère ou attentat suicide - d'une des enclaves où ils sont cantonnés en Irak. Les forces étrangères pourraient aussi être visées mais il est à noter que Paris n'a pas pris pour l'instant de mesure conservatoire à l'égard des TF Narvik et Monsabert qui font partie de l'opération Chammal (ce qui ne veut pas dire que des précautions élémentaires ne sont pas prises, les attentats de Beyrouth d'octobre 1983 par un "proxy" des Iraniens sont dans toutes les mémoires des professionnels.)

Et pourtant, les doutes persistent puisque même le Major général britannique Christopher Ghika, commandant adjoint de l’opération internationale Inherent Resolve chargée de combattre Daech en Syrie et en Irak, a affirmé ne pas avoir noté d'intensification de la menace provenant des forces (chiites) soutenues par l’Iran dans ces deux pays. Les Américains ont rétorqué qu’ "ils ne lui avaient pas tout dit", ce qui n’est pas très sympathique avec un responsable allié - et Dieu sait si la Grande Bretagne est un allié privilégié des Américains -. Même la marine militaire espagnole a refusé de continuer à escorter (frégate  ESPS Méndez Nuñez F 104) au delà du canal de Suez les navires de l'US Navy rejoignant le Moyen-Orient car Madrid ne partage pas les vues de Washington sur la situation qui prévaut dans cette région.

Toujours est-il que les Américains ont renforcé la Vème flotte qui évolue en Mer d'Arabie avec le porte avions USS Abraham Lincoln CVN-72. Sur le plan tactique, ce n’est pas une chose exceptionnelle puisque cette unité est très souvent armée d’un porte-aéronefs. Est venu s'ajouter le navire servi par les Marines (aussi armé d'aéronefs) USS Arlington LDD-24. Ils ont déployé quatre bombardiers stratégiques B-52 au Qatar et une batterie Patriot. Il y a un petit problème politique en ce qui concerne les B-52 : ils ne peuvent mener des missions opérationnelles contre l’Iran - en clair des bombardements - que si Doha l’autorise. Or le Qatar entretient de bonnes relations avec l'Iran où le ministre des AE qatari a effectué une visite éclair ce mercredi… A noter que Bagdad a fermement averti que l'Irak n'autoriserait pas l'utilisation de son territoire pour une attaque contre l'Iran. Mais sur le fond, ce ne serait pas la première fois que Washington s’assoit sur des accords bilatéraux.

 

Comme par hasard, quatre pétroliers (dont deux battant pavillon d’Arabie Saoudite et un norvégien ont été "sabotés" ce week-end en Mer d'Arabie au large du Détroit d’Ormuz. Selon les photos publiées, le navire norvégien Andrea Victory eux a été attaqué par l’extérieur avec une charge explosive qui rappelle en moins puissant ce qui était arrivé au pétrolier français Limbourg au large du Yémen en 2002. À l’époque,  l'Armée islamique d'Aden-Abyane liée à Al-Qaida avait revendiqué cette action terroriste.

Comme personne ne semblait vouloir réagir, la mèche faisant long feu, sept drones Ababil-2/Qasef-1 des rebelles Houthis ont frappé mardi des stations de pompage d'un oléoduc d'Aramco à 800 kilomètres à l'intérieur du territoire saoudien. Les Houthis qui avaient déjà utilisé ce type de drones en 2016, ont revendiqué cette opération menée en réponse aux bombardements saoudiens. Riyad a protesté fermement mais, encore une fois, n'a pas été suivi...

Quel va être le prochain boutefeu et surtout, qui l’aura allumé ? En effet, beaucoup d’acteurs ont intérêt à ce que les États-Unis frappent l’Iran (sans toutefois déclencher une guerre).

Il y a eu un précédent en avril 1988 quand les Américains ont détruit les plates-formes pétrolières de Sassan et de Sirri et coulé deux navires de guerre iraniens. Mais, on était alors à la fin de la guerre Iran-Irak et Téhéran n’a pas souhaité poursuivre les hostilités.

 

Il n’empêche que la situation et différente aujourd’hui. Ali Khamenei, le Guide suprême de la Révolution a affirmé ne pas souhaiter la guerre. Le président Donald Trump a fait de même. Mais les deux dirigeants sont soumis à des pressions de leurs proches qui souhaitent en découdre. Certains responsables des pasdarans qui multiplient les déclarations belliqueuses pour le premier, beaucoup de néoconservateurs pour le second. Certes l’Iran ne gagnerait pas la guerre mais la superpuissance américaine, même soutenue par Israël et l’Arabie saoudite (qui parle rien de moins qu’envahir l’ennemi perse) ne viendraient certainement pas à bout facilement de cet immense pays peuplé de 82 millions d’habitants (ce n’est pas la Grenade, une grande victoire militaire américaine en 1983 célébrée par le film "le maître de guerre" de Clint Eastwood.)

Et il y a encore des observateurs américains qui osent avancer que "500 missiles par jour" frappant l’Iran pousseraient les dirigeants à la négociation (comme attendrir "la viande" avant de la faire cuire…). Ils semblent oublier que depuis le Vietnam, les engagements de l’armée américaine n’ont pas toujours été couronnés de succès (en dehors des deux guerres contre l'Irak - mais la suite a été problématique -, la Grenade citée plus avant et du Panama fin 1989 et 1990).

Il n'y a plus qu'à souhaiter que tous les responsables gardent leur sang froid dans cette situation pour le moins électrique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires