En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Justice
Japon
Fukushima : trois anciens dirigeants de Tepco ont été acquittés
il y a 7 heures 21 min
pépites > Environnement
Emploi du temps
Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, n'aurait pas assisté aux réunions du Conseil de l'Arctique
il y a 8 heures 11 min
light > Justice
Butin important
Les propriétaires du château de Vaux-le-Vicomte ont été séquestrés
il y a 9 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "L'amour est aveugle" de William Boyd

il y a 11 heures 15 min
pépites > Politique
Victoire ?
Procès de Jean-Luc Mélenchon : le renvoi du parquet a été refusé
il y a 12 heures 5 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 15 heures 26 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 15 heures 58 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 17 heures 12 min
pépites > International
Tunisie
Mort de l'ancien président tunisien Ben Ali
il y a 7 heures 49 min
light > Société
Vocation
Traverser la rue pour trouver un emploi : la nouvelle vie de Jonathan
il y a 8 heures 59 min
pépite vidéo > International
Campagne
"Blackface" : Justin Trudeau présente ses excuses après la diffusion d'une photo polémique
il y a 10 heures 51 min
pépites > Santé
Mesures
Un rapport parlementaire dévoile la prise en charge "catastrophique" des patients en psychiatrie
il y a 11 heures 26 min
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Mémoires de Snowden : mais où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 15 heures 45 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 16 heures 49 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 17 heures 23 min
© STR / AFP
© STR / AFP
Poudrière ou poudre de perlimpinpin ?

États-Unis – Iran spirale infernale vers une guerre pourtant évitable

Publié le 16 mai 2019
Comme l'écrivait Michel Audiard : "A force de jouer avec des allumettes, ils vont mettre le feu à la baraque !"
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme l'écrivait Michel Audiard : "A force de jouer avec des allumettes, ils vont mettre le feu à la baraque !"

Mais qu’est ce qui prend la Maison Blanche ? Sous l’influence de John R. Bolton, conseiller à la sécurité qui avait soigneusement évité de faire la guerre du  Vietnam en s'enrôlant dans la Garde Nationale du Maryland ( il a déclaré par la suite : "je confesse que je n'avais aucun désir de mourir dans une rizière sud-asiatique. Je considérais que la guerre était déjà perdue") et de Michael Richard Pompeo, secrétaire d'Etat qui a effectivement fait West Point et servi dans l'armée sans connaître le feu et dirigé la CIA, aujourd'hui secrétaire du Département d’Etat (ministre des Affaires étrangères), deux faucons proches des néoconservateurs, les États-Unis semblent vouloir en découdre un peu partout sur la planète. Il n’y a qu’avec la Corée du Nord qu’ils ont fait marche arrière.

Le Venezuela n’a qu’à bien se tenir (même si le régime est exécrable, les États-Unis se permettent actuellement de bafouer toutes les règles internationales) et les Russes ont intérêt à ne pas menacer les pays nordiques européens car les pleureuses des Pays Baltes et polonaises craignent que le vilain ours moscovite ne leur fasse des misères à la mode des "petits hommes verts" en Crimée. Le plus risqué en ce moment est un possible incident (qui pourrait dégénérer) survenant avec l’Iran. Pour paraphraser le regretté Michel Audiard, "à force de jouer avec des allumettes, ils vont mettre le feu à la baraque."

Les services de renseignement US sont formels : Téhéran ou/et leurs alliés (milices chiites irakiennes, Hezbollah, rebelles Houthis, etc.) préparent un "mauvais coup" et les Américains se tiennent prêts à riposter énergiquement. À l’appui de cette menace potentielle, les personnels diplomatiques américains non essentiels en poste en Irak ont été priés de plier bagages. Les militaires allemands et les néerlandais ont arrêté les missions d’instruction conduites dans ce pays auprès des militaires et des peshmergas, se calfeutrant dans leurs baraquements. Si l'on en croit ces mesures, il est possible de penser que les Américains craignent une attaque - du style tirs d'artillerie légère ou attentat suicide - d'une des enclaves où ils sont cantonnés en Irak. Les forces étrangères pourraient aussi être visées mais il est à noter que Paris n'a pas pris pour l'instant de mesure conservatoire à l'égard des TF Narvik et Monsabert qui font partie de l'opération Chammal (ce qui ne veut pas dire que des précautions élémentaires ne sont pas prises, les attentats de Beyrouth d'octobre 1983 par un "proxy" des Iraniens sont dans toutes les mémoires des professionnels.)

Et pourtant, les doutes persistent puisque même le Major général britannique Christopher Ghika, commandant adjoint de l’opération internationale Inherent Resolve chargée de combattre Daech en Syrie et en Irak, a affirmé ne pas avoir noté d'intensification de la menace provenant des forces (chiites) soutenues par l’Iran dans ces deux pays. Les Américains ont rétorqué qu’ "ils ne lui avaient pas tout dit", ce qui n’est pas très sympathique avec un responsable allié - et Dieu sait si la Grande Bretagne est un allié privilégié des Américains -. Même la marine militaire espagnole a refusé de continuer à escorter (frégate  ESPS Méndez Nuñez F 104) au delà du canal de Suez les navires de l'US Navy rejoignant le Moyen-Orient car Madrid ne partage pas les vues de Washington sur la situation qui prévaut dans cette région.

Toujours est-il que les Américains ont renforcé la Vème flotte qui évolue en Mer d'Arabie avec le porte avions USS Abraham Lincoln CVN-72. Sur le plan tactique, ce n’est pas une chose exceptionnelle puisque cette unité est très souvent armée d’un porte-aéronefs. Est venu s'ajouter le navire servi par les Marines (aussi armé d'aéronefs) USS Arlington LDD-24. Ils ont déployé quatre bombardiers stratégiques B-52 au Qatar et une batterie Patriot. Il y a un petit problème politique en ce qui concerne les B-52 : ils ne peuvent mener des missions opérationnelles contre l’Iran - en clair des bombardements - que si Doha l’autorise. Or le Qatar entretient de bonnes relations avec l'Iran où le ministre des AE qatari a effectué une visite éclair ce mercredi… A noter que Bagdad a fermement averti que l'Irak n'autoriserait pas l'utilisation de son territoire pour une attaque contre l'Iran. Mais sur le fond, ce ne serait pas la première fois que Washington s’assoit sur des accords bilatéraux.

 

Comme par hasard, quatre pétroliers (dont deux battant pavillon d’Arabie Saoudite et un norvégien ont été "sabotés" ce week-end en Mer d'Arabie au large du Détroit d’Ormuz. Selon les photos publiées, le navire norvégien Andrea Victory eux a été attaqué par l’extérieur avec une charge explosive qui rappelle en moins puissant ce qui était arrivé au pétrolier français Limbourg au large du Yémen en 2002. À l’époque,  l'Armée islamique d'Aden-Abyane liée à Al-Qaida avait revendiqué cette action terroriste.

Comme personne ne semblait vouloir réagir, la mèche faisant long feu, sept drones Ababil-2/Qasef-1 des rebelles Houthis ont frappé mardi des stations de pompage d'un oléoduc d'Aramco à 800 kilomètres à l'intérieur du territoire saoudien. Les Houthis qui avaient déjà utilisé ce type de drones en 2016, ont revendiqué cette opération menée en réponse aux bombardements saoudiens. Riyad a protesté fermement mais, encore une fois, n'a pas été suivi...

Quel va être le prochain boutefeu et surtout, qui l’aura allumé ? En effet, beaucoup d’acteurs ont intérêt à ce que les États-Unis frappent l’Iran (sans toutefois déclencher une guerre).

Il y a eu un précédent en avril 1988 quand les Américains ont détruit les plates-formes pétrolières de Sassan et de Sirri et coulé deux navires de guerre iraniens. Mais, on était alors à la fin de la guerre Iran-Irak et Téhéran n’a pas souhaité poursuivre les hostilités.

 

Il n’empêche que la situation et différente aujourd’hui. Ali Khamenei, le Guide suprême de la Révolution a affirmé ne pas souhaiter la guerre. Le président Donald Trump a fait de même. Mais les deux dirigeants sont soumis à des pressions de leurs proches qui souhaitent en découdre. Certains responsables des pasdarans qui multiplient les déclarations belliqueuses pour le premier, beaucoup de néoconservateurs pour le second. Certes l’Iran ne gagnerait pas la guerre mais la superpuissance américaine, même soutenue par Israël et l’Arabie saoudite (qui parle rien de moins qu’envahir l’ennemi perse) ne viendraient certainement pas à bout facilement de cet immense pays peuplé de 82 millions d’habitants (ce n’est pas la Grenade, une grande victoire militaire américaine en 1983 célébrée par le film "le maître de guerre" de Clint Eastwood.)

Et il y a encore des observateurs américains qui osent avancer que "500 missiles par jour" frappant l’Iran pousseraient les dirigeants à la négociation (comme attendrir "la viande" avant de la faire cuire…). Ils semblent oublier que depuis le Vietnam, les engagements de l’armée américaine n’ont pas toujours été couronnés de succès (en dehors des deux guerres contre l'Irak - mais la suite a été problématique -, la Grenade citée plus avant et du Panama fin 1989 et 1990).

Il n'y a plus qu'à souhaiter que tous les responsables gardent leur sang froid dans cette situation pour le moins électrique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires