En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 5 heures 28 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 9 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 11 heures 13 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 12 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 13 heures 17 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 14 heures 48 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 14 heures 50 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 14 heures 50 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 7 heures 55 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 9 heures 42 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 11 heures 54 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 12 heures 35 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 14 heures 19 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 14 heures 48 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 14 heures 52 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Vu sur le courrier des stratèges

Dérive des dépenses publiques : Emmanuel Macron cède à la malédiction de l’ancien monde

Publié le 13 mai 2019
La dérive des comptes publics devrait repartir de plus belle dans les mois à venir, alors que l’exécutif ne cesse de répéter que les objectifs de déficit auxquels la France s’est engagée devraient être maintenus.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La dérive des comptes publics devrait repartir de plus belle dans les mois à venir, alors que l’exécutif ne cesse de répéter que les objectifs de déficit auxquels la France s’est engagée devraient être maintenus.

Cette incapacité prévisible de l’exécutif à tenir ses promesses est le principal obstacle sur lequel bute tous les gouvernements en France depuis 30 ans. Macron y cède à son tour, après deux premières années de quinquennat où il n’a guère montré de volonté de diminuer les dépenses. Dans un contexte de tensions européennes grandissantes, nul ne sait à quoi peut mener cette indiscipline française.

Les comptes publics français sont en pleine débandade, et cela devrait rapidement se voir, puisque l’annulation de la hausse de la CSG pour les « petites retraites » est entrée en vigueur en mai. Non seulement les recettes fiscales, mais plus encore les équilibres des comptes sociaux devraient rapidement accuser le coup.

Déficit de la sécurité sociale: le retour

Le Haut Conseil du Financement de la Protection Sociale pronostique un impact massif des mesures « Gilets Jaunes » prises par Emmanuel Macron de près de 5 milliards sur les comptes sociaux. Selon le Haut Conseil, ces mesures (comme nous l’avions indiqué) coûteront 2,7 milliards au contribuable, au bas mot. A cette addition salée, il faut ajouter le coût induit de la croissance en berne, qui ralentira la masse salariale, et donc la dynamique des recettes de la sécurité sociale.

La loi de financement de la sécurité sociale avait prévu un retour des comptes sociaux à l’équilibre. Un enchaînement désagréable de circonstances rappelle que l’équilibre budgétaire ressemble en France au supplice de Tantale: toute approche de l’objectif ramène très vite au point de départ.

Comment les comptes publics repasseront dans le rouge

Cette mauvaise nouvelle ne devrait pas s’arrêter aux comptes sociaux. Selon toute vraisemblance, les mesures fiscales annoncées de façon tonitruante par Emmanuel Macron devraient également coûter cher à l’Etat. Selon Gérald Darmanin, 95% des foyers qui acquittent l’impôt sur le revenu bénéficieront d’une baisse de 300 euros en moyenne de la somme à payer.

L’addition totale devrait s’élever à 5 milliards supplémentaires. En l’état, ils ne sont pas financés. Et personne ne sait si la situation politique n’obligera pas à concéder de nouvelles mesures qui pèseront un peu plus sur les déficits, d’ici à la fin de l’année.

Les ratés de Macron sur les comptes publics

Cette dégradation prévisible des comptes s’incrémente dans une suite peu glorieuse pour Emmanuel Macron, pourtant présenté comme un « libéral » vertueux. Les dernières statistiques d’Eurostat sur les comptes des Etats membres ont en effet montré que la France faisait partie des quatre pays européens qui n’avaient pas profité des taux bas pour se désendetter… avec la Roumanie notamment. Tous les autres partenaires européens de la France ont fait l’effort d’assainir leurs comptes.

Si les Français peuvent être dupes des accusations de « libéralisme » portées contre Macron sur la scène intérieure, les Européens ne peuvent évidemment partager ce point de vue. Les chiffres officiels prouvent et prouveront, année après année, que Macron succède à une longue liste de dirigeants français incapables de revenir à l’équilibre budgétaire.

Les risques pour la France de comptes publics dégradés

L’an prochain, Eurostat constatera sans doute, et de façon irrévocable, que la France et l’Italie sont les pires élèves de l’Union. En l’état, personne ne peut anticiper les réactions « chimiques » produites par cette situation sur l’ensemble de la zone euro. Mais un scénario catastrophe peut se réaliser rapidement.

Ce scénario consiste d’abord en une succession à la chancellerie berlinoise. L’arrivée de Annegret Kremp-Kampauer marquerait la fin d’une forme d’indulgence allemande pour les errements français, et probablement un durcissement de ton outre-Rhin. Si l’Allemand Weidmann devait par ailleurs devenir gouverneur de la Banque Centrale Européenne, tout porte à croire que se dégagerait un front allemand pour empêcher la France de s’endetter sur le dos de l’épargnant allemand, de moins en moins amusé par les discours brillants mais creux de notre cher Président.

Si l’on ajoute à cela l’agacement grandissant de la « ligue hanséatique », formée par les pays du Nord, vis-à-vis de l’arrogance d’une France qui a la paresse de se réformer, les ingrédients seraient alors réunis pour une nouvelle crise européenne de la dette.

L’impuissance du pouvoir exécutif français face aux déficits

L’incapacité du pouvoir exécutif, en France, à résorber les déficits publics n’est pas nouvelle. Philippe le Bel déjà avait persécuté les Juifs et les Templiers pour désendetter l’Etat. Louis XVI a perdu la tête faute de pouvoir financer les pensions des nobles, équivalent contemporain du salaire des fonctionnaires. Le sujet n’est pas neuf, donc, et l’existence d’un gouvernement profond contre-carrant les objectifs de réduction des déficits nous a déjà valu une révolution sévère en 1789.

Emmanuel Macron constituait probablement l’ultime chance d’éviter la répétition d’un scénario aussi brutal. Sous nos yeux, ce jeune président plein de promesses et d’ambitions est petit à petit mis à genoux par des manifestants qui  l’obligent à desserrer l’étau de Maastricht.

Macron sans vision claire pour financer ses mesures

Si Emmanuel Macron avait une vision claire des mesures à prendre pour réduire les dépenses et les déficits, la situation serait plus rassurante. Le problème est que, de cette vision, nous n’avons pas le moindre signe. Alors que le Président a d’ores et déjà annoncé qu’il renonçait à supprimer 120.000 emplois publics (une paille en comparaison de l’effort à fournir), les fonctionnaires sont pourtant dans la rue pour contester toute évolution de leur statut très protecteur.

L’aristocratie d’Ancien Régime n’avait pas agi autrement en 1788, alors que le gouffre s’ouvrait sous les pieds du régime. Même cause, même effet ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 15/05/2019 - 19:08
Contribuer et recevoir.
La responsabilisation des citoyens sur les dépenses ne peut exister que par le risque perçu d'impôts supplémentaires, mais à partir du moment où la base fiscale nationale et locale devient de plus en plus pyramidale avec une masse croissante de citoyens qui ne contribuent presque plus à ces charges et qui vivent de la manne collective, cette responsabilisation devient très difficile voir impossible.
jurgio
- 15/05/2019 - 17:02
Comment juge-t-on un élyséen au fond du trou ?
Alors qu'il est dans un déficit à faire peur, il y a encore plus de fonctionnaires que lorsqu'il est arrivé !
JBL
- 13/05/2019 - 17:58
La plus belle des roses, ne peut donner que ce qu'elle a !
On a élu un gamin, certes intelligent, mais immature et inexpérimenté. Conclusion, il apprend son boulot, et sur notre dos. A son arrivée, il s'est tout de suite mis à dos, tous les maires et tous les seigneurs locaux. Erreur stratégique monumentale. Ces gens là, ne restent en poste que par la dépense. Parce qu'à écouter ces braves citoyens, au café du commerce, ils veulent tous leur facteur dans la cuisine, leur rond point, leur ralentisseur, leur salle pour les retraités, etc. On ne pourra donc jamais réduire la dette par les élus locaux. En réalité, la baisse du déficit ne peut passer et ne peut se faire que par le consentement et la responsabilisation des citoyens, et non pas par les politiques. Toutes dépenses, au-delà d'un seuil (à fixer) devraient être soumises à un vote (électronique) sur la base d'un pourcentage d'électeurs tirés au hasard et pour chaque vote. Et là, nous aurions une responsabilisation de la population permanente. Une prise de conscience de la dépense. Exemple de gabegie : Marseille s'est payée une patinoire à 2 km de la plage....
Mais, aucun politique ne veut d'un tel système, il y perdrait leur petit pouvoir de seigneur du village ou de la région.