En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

03.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

04.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

05.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 1 heure 52 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 3 heures 7 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 3 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 3 heures 48 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 4 heures 3 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 4 heures 45 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 7 heures 13 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 7 heures 27 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 2 heures 55 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 3 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 3 heures 51 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 4 heures 23 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 5 heures 26 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 6 heures 42 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 7 heures 4 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Politique
Il ne vous est pas interdit de rire

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

il y a 7 heures 32 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Institutions

Ce que l’engagement d’Emmanuel Macron dans la campagne des Européennes nous dit de l’essoufflement absolu de la Ve République post quinquennat

Publié le 13 mai 2019
Alors que la campagne pour les européennes s'ouvre officiellement, Emmanuel Macron semble être passé à l'offensive dès la semaine dernière en dramatisant l'opposition entre deux camps.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la campagne pour les européennes s'ouvre officiellement, Emmanuel Macron semble être passé à l'offensive dès la semaine dernière en dramatisant l'opposition entre deux camps.

Atlantico : Emmanuel Macron s'est engagé entièrement dans la campagne pour les européennes, en dramatisant le conflit entre LREM et RN, notamment lors du sommet européen de Sibiu. En quoi cette rupture avec l'incarnation monarchique de la nation, que le Président avait théorisée et remise en place depuis 2017, peut-elle être un mauvais calcul politique ? 


Edouard Husson : On voit surtout un homme qui a le dos au mur et qui fait feu de tout bois. Plus j’observe Emmanuel Macron, moins je crois qu’il réagisse par rapport aux institutions ou qu’il ait même l’idée qu’il se place dans une continuité. Lorsqu’il est arrivé à l’Elysée, il a un temps joué le rôle du Président comme il pensait devoir l’interpréter. Cela a donné Jupiter. Et puis est venue l’affaire Benalla, à l’occasion de laquelle on a eu une vue sur les coulisses. Il est devenu clair que nous avions affaire à un individualiste absolu né dix ans après 1968, et qui n’est même plus « Moi Président » mais « Moi », tout simplement. Louis XIV n’a jamais dit « L’Etat, c’est moi »; mais si Emmanuel Macron connaît la formule, il met une majuscule: « L’Etat c’est Moi ». Le problème du président vient de ce que, face à l’égocentrisme absolu de Moi au pouvoir, il y a le désespoir absolu d’individus qui n’ont plus de corps intermédiaires pour les canaliser et sont donc venus frapper à la porte du palais où habite Moi. Moi a eu très peur. Il a transformé la police en machine répressive pour faire corps intermédiaire entre Moi et « la foule haineuse ». Depuis les lendemains de Noël, Moi a moins peur mais il ne sait pas comment il va s’en sortir et il a donc décidé de mettre en scène un affrontement entre Moi et Anti-Moi, à savoir Marine Le Pen. Moi n’est rien d’autre que Moi, qui s’est livré, voici quelques jours à deux heures de séance publique d’analyse dans la salle des Fêtes de l’Elysée transformée en cabinet de psy. Mais Narcisse est-il psychanalysable? Comme il n’a pas vraiment convaincu dans l’exercice, il propose à présent une nouvelle petite pièce de sa composition: Moi en héros de la lutte contre Anti-Moi. Tant que les adversaires politiques de Narcisse seront incapables de sortir de leur propre fascination pour lui, ses calculs politiques....marcheront; peu importe qu’ils soient objectivement mauvais, en particulier au regard de l’histoire. 


En s'engageant de cette manière, le Président ne risque-t-il pas aussi d'enfermer le débat dans une redite de l'élection présidentielle ? En quoi cela pourrait empêcher toute résolution de la crise politique actuelle ?


On peut répondre de façon très simple. Premièrement, Narcisse veut enfermer le pays dans une redite de l’élection présidentielle. Deuxièmement, Narcisse souhaite que la crise dure. Il fait le calcul qu’il a été élu grâce à la crise profonde du système, sur les décombres de la droite et de la gauche de gouvernement. Narcisse a d’abord pensé qu’il allait voler de succès en succès: puisqu’en face de Moi, il n’y avait Rien. A partir du moment où surgit de façon inattendue la Foule Haineuse à la place de Rien, Narcisse a décidé de repartir en campagne électorale. Beaucoup se sont étonnés qu’il n’y ait aucun véritable débat avec les auditoires. Mais Narcisse se parle toujours à lui-même. Et il se persuade lui-même qu’au fond ce qui se passe est la meilleure chose qui puisse lui arriver puisqu’il peut mettre en scène à nouveau ce théâtre d’ombres où Narcisse revêt l’armure du valeureux combattant qui pourfend le dragon de l’extrême-droite. 


Faut-il nécessairement rendre responsable le Président de la République de cette stratégie ? N'est-elle pas en quelques sortes inscrite dans les institutions depuis la mise en place du quinquennat ? 


Il est bien vrai que le quinquennat a considérablement présidentialisé le régime. Le président n’a plus le recul nécessaire: Hollande a bien essayé de jouer à Mitterrand dans le cadre du quinquennat; mais Mitterrand a survécu, au milieu des années 1980, grâce au déclalage entre élection présidentielle et élections législatives. Les présidents, désormais, n’ont plus la perspective d’une cohabitation pour survivre. Cela dit, la cohabitation n’était pas une bonne chose non plus. Le quinquennat est dramatique mais il a sans doute une vertu: il révèle les capacités d’un président. Avec toute son énergie, Nicolas Sarkozy a manqué plusieurs cibles: il n’a pas persévéré dans son intention de réguler l’immigration; il n’a pas présidé au rétablissement de la sécurité dans les banlieues; contre son intuition d’origine, il s’est laissé enfermer à nouveau dans le tête-à-tête avec l’Allemagne. François Hollande est apparu pour ce qu’il était, un franchouillard blagueur, dépassé par l’ampleur de la tâche. Face à Macron-Narcisse, la principale erreur de tous ses adversaires est d’alimenter son narcissisme en prenant pour cible sa personnalité - mauvais calcul de Marine Le Pen lors du débat - ou d’être fasciné par lui au point de ne rien pouvoir articuler comme élément d’alternative - version Wauquiez. Mettons-nous à parler de la réalité. Parlons de la France, telle qu’elle est, telle qu’elle souffre, sans complaisance et sans désespoir non plus. Faisons en sorte que la France se réconcilie partout où Narcisse veut la diviser. Faisons en sorte qu’elle joue modestement mais efficacement son rôle dans les institutions européennes, qui laissent à notre pays beaucoup plus de marges de manoeuvre que ce qu’on croit. Il faut faire sortir le pays de l’impasse où Narcisse l’a enfermé au sein de l’UE. Revenons à l’Europe des Etats, telle que la voulait le Général de Gaulle; débarrassons cette Europe de toutes ses lourdeurs inutiles. Rendons à l’Europe sa dimension historique et géographique, c’est-à-dire sans nous limiter à l’Union Européenne. Tout cela est possible dans le cadre d’un quinquennat qui serait empreint de modestie et d’attention au réel.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 14/05/2019 - 07:39
Ces élections sont un référendum
Puisque que l'on dit que les députés européens payés chers ne servent à quasiment rien. Donc rendons ces élections utiles en mettant une grosse claque à Narcisse et son Oiseau.
hoche38
- 13/05/2019 - 17:55
Incertitude!
Cela ne fait pas de mal, en France, de retrouver de l'intelligence dans une analyse politique. La seule incertitude à court terme est le temps que nos oligarques mettront avant de bruler leur homme de paille. L'enjeu des "européennes" n'est finalement que sa survie. Cela au moins, il l'a parfaitement compris.