En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

07.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 3 min 46 sec
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 4 heures 37 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 21 heures 21 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 22 heures 17 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 23 heures 33 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 23 heures 50 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 1 heure 39 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 4 heures 24 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 16 heures 18 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 22 heures 5 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 22 heures 55 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 23 heures 39 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 1 jour 8 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Institutions

Ce que l’engagement d’Emmanuel Macron dans la campagne des Européennes nous dit de l’essoufflement absolu de la Ve République post quinquennat

Publié le 13 mai 2019
Alors que la campagne pour les européennes s'ouvre officiellement, Emmanuel Macron semble être passé à l'offensive dès la semaine dernière en dramatisant l'opposition entre deux camps.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la campagne pour les européennes s'ouvre officiellement, Emmanuel Macron semble être passé à l'offensive dès la semaine dernière en dramatisant l'opposition entre deux camps.

Atlantico : Emmanuel Macron s'est engagé entièrement dans la campagne pour les européennes, en dramatisant le conflit entre LREM et RN, notamment lors du sommet européen de Sibiu. En quoi cette rupture avec l'incarnation monarchique de la nation, que le Président avait théorisée et remise en place depuis 2017, peut-elle être un mauvais calcul politique ? 


Edouard Husson : On voit surtout un homme qui a le dos au mur et qui fait feu de tout bois. Plus j’observe Emmanuel Macron, moins je crois qu’il réagisse par rapport aux institutions ou qu’il ait même l’idée qu’il se place dans une continuité. Lorsqu’il est arrivé à l’Elysée, il a un temps joué le rôle du Président comme il pensait devoir l’interpréter. Cela a donné Jupiter. Et puis est venue l’affaire Benalla, à l’occasion de laquelle on a eu une vue sur les coulisses. Il est devenu clair que nous avions affaire à un individualiste absolu né dix ans après 1968, et qui n’est même plus « Moi Président » mais « Moi », tout simplement. Louis XIV n’a jamais dit « L’Etat, c’est moi »; mais si Emmanuel Macron connaît la formule, il met une majuscule: « L’Etat c’est Moi ». Le problème du président vient de ce que, face à l’égocentrisme absolu de Moi au pouvoir, il y a le désespoir absolu d’individus qui n’ont plus de corps intermédiaires pour les canaliser et sont donc venus frapper à la porte du palais où habite Moi. Moi a eu très peur. Il a transformé la police en machine répressive pour faire corps intermédiaire entre Moi et « la foule haineuse ». Depuis les lendemains de Noël, Moi a moins peur mais il ne sait pas comment il va s’en sortir et il a donc décidé de mettre en scène un affrontement entre Moi et Anti-Moi, à savoir Marine Le Pen. Moi n’est rien d’autre que Moi, qui s’est livré, voici quelques jours à deux heures de séance publique d’analyse dans la salle des Fêtes de l’Elysée transformée en cabinet de psy. Mais Narcisse est-il psychanalysable? Comme il n’a pas vraiment convaincu dans l’exercice, il propose à présent une nouvelle petite pièce de sa composition: Moi en héros de la lutte contre Anti-Moi. Tant que les adversaires politiques de Narcisse seront incapables de sortir de leur propre fascination pour lui, ses calculs politiques....marcheront; peu importe qu’ils soient objectivement mauvais, en particulier au regard de l’histoire. 


En s'engageant de cette manière, le Président ne risque-t-il pas aussi d'enfermer le débat dans une redite de l'élection présidentielle ? En quoi cela pourrait empêcher toute résolution de la crise politique actuelle ?


On peut répondre de façon très simple. Premièrement, Narcisse veut enfermer le pays dans une redite de l’élection présidentielle. Deuxièmement, Narcisse souhaite que la crise dure. Il fait le calcul qu’il a été élu grâce à la crise profonde du système, sur les décombres de la droite et de la gauche de gouvernement. Narcisse a d’abord pensé qu’il allait voler de succès en succès: puisqu’en face de Moi, il n’y avait Rien. A partir du moment où surgit de façon inattendue la Foule Haineuse à la place de Rien, Narcisse a décidé de repartir en campagne électorale. Beaucoup se sont étonnés qu’il n’y ait aucun véritable débat avec les auditoires. Mais Narcisse se parle toujours à lui-même. Et il se persuade lui-même qu’au fond ce qui se passe est la meilleure chose qui puisse lui arriver puisqu’il peut mettre en scène à nouveau ce théâtre d’ombres où Narcisse revêt l’armure du valeureux combattant qui pourfend le dragon de l’extrême-droite. 


Faut-il nécessairement rendre responsable le Président de la République de cette stratégie ? N'est-elle pas en quelques sortes inscrite dans les institutions depuis la mise en place du quinquennat ? 


Il est bien vrai que le quinquennat a considérablement présidentialisé le régime. Le président n’a plus le recul nécessaire: Hollande a bien essayé de jouer à Mitterrand dans le cadre du quinquennat; mais Mitterrand a survécu, au milieu des années 1980, grâce au déclalage entre élection présidentielle et élections législatives. Les présidents, désormais, n’ont plus la perspective d’une cohabitation pour survivre. Cela dit, la cohabitation n’était pas une bonne chose non plus. Le quinquennat est dramatique mais il a sans doute une vertu: il révèle les capacités d’un président. Avec toute son énergie, Nicolas Sarkozy a manqué plusieurs cibles: il n’a pas persévéré dans son intention de réguler l’immigration; il n’a pas présidé au rétablissement de la sécurité dans les banlieues; contre son intuition d’origine, il s’est laissé enfermer à nouveau dans le tête-à-tête avec l’Allemagne. François Hollande est apparu pour ce qu’il était, un franchouillard blagueur, dépassé par l’ampleur de la tâche. Face à Macron-Narcisse, la principale erreur de tous ses adversaires est d’alimenter son narcissisme en prenant pour cible sa personnalité - mauvais calcul de Marine Le Pen lors du débat - ou d’être fasciné par lui au point de ne rien pouvoir articuler comme élément d’alternative - version Wauquiez. Mettons-nous à parler de la réalité. Parlons de la France, telle qu’elle est, telle qu’elle souffre, sans complaisance et sans désespoir non plus. Faisons en sorte que la France se réconcilie partout où Narcisse veut la diviser. Faisons en sorte qu’elle joue modestement mais efficacement son rôle dans les institutions européennes, qui laissent à notre pays beaucoup plus de marges de manoeuvre que ce qu’on croit. Il faut faire sortir le pays de l’impasse où Narcisse l’a enfermé au sein de l’UE. Revenons à l’Europe des Etats, telle que la voulait le Général de Gaulle; débarrassons cette Europe de toutes ses lourdeurs inutiles. Rendons à l’Europe sa dimension historique et géographique, c’est-à-dire sans nous limiter à l’Union Européenne. Tout cela est possible dans le cadre d’un quinquennat qui serait empreint de modestie et d’attention au réel.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

07.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 14/05/2019 - 07:39
Ces élections sont un référendum
Puisque que l'on dit que les députés européens payés chers ne servent à quasiment rien. Donc rendons ces élections utiles en mettant une grosse claque à Narcisse et son Oiseau.
hoche38
- 13/05/2019 - 17:55
Incertitude!
Cela ne fait pas de mal, en France, de retrouver de l'intelligence dans une analyse politique. La seule incertitude à court terme est le temps que nos oligarques mettront avant de bruler leur homme de paille. L'enjeu des "européennes" n'est finalement que sa survie. Cela au moins, il l'a parfaitement compris.