En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 11 min 52 sec
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 47 min 58 sec
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 2 heures 3 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 5 heures 55 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 7 heures 12 min
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 17 heures 50 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 20 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 27 min 40 sec
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 1 heure 25 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 6 heures 4 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 7 heures 41 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 18 heures 5 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 21 heures 16 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
SOS discours politiques orphelins du réel

Le poids des mots, le choc des photos… mais quid des idées ?

Publié le 12 mai 2019
Les discours politiques tendent de plus en plus à l’exaltation et au symbolique, mais n’articulent plus leurs discours avec le réel.
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les discours politiques tendent de plus en plus à l’exaltation et au symbolique, mais n’articulent plus leurs discours avec le réel.

Atlantico : Le débat politique de cette campagne pour les élections européennes semble de plus en plus tendre vers une exaltation de valeurs symboliques, et les discours s'articulent de moins en moins avec le réel : à "l'Europe du progrès" de Nathalie Loiseau s'oppose par exemple "l'Europe de la civilisation" chez Les Républicains. Est-ce particulièrement sensible pendant cette campagne ?

Eric Deschavanne : Le fond du problème est celui de l'impuissance publique, le déclin du "pouvoir du pouvoir", pour ainsi dire, qui tient à l'écart croissant entre d'une part la complexité et la diversité des contraintes à maîtriser et, d'autre part, la capacité de réflexion et d'analyse qui permettrait d'y répondre. La démagogie, la moraline et l'incantation constituent cependant des ressources rhétoriques inépuisables pour les politiques, afin de pallier l'absence de diagnostic et de projet convaincants en prise sur le réel.

A la décharge des candidats, il faut bien convenir que les élections européennes ne sont pas de nature à susciter des propositions politiques sérieuses. Elles n'ont elles-mêmes qu'une existence symbolique et sont, sur le plan du réel s'entend, sans véritable enjeu. Qui pourrait affirmer que le résultat des élections européennes, une seule fois depuis qu'elles ont été instituées, a infléchi véritablement le cours de la politique de l'Union Européenne et le destin des Européens ? Qui saurait même dire ce que représente un député européen et quel est son mandat ? Le député européen est-il un représentant du peuple européen ? A-t-il pour mandat de prendre la parole au nom de la nation européenne et de voter les lois qui engagent le sort de l'ensemble des européens ? L'enjeu des élections est d'autant plus opaque que les candidats se présentent sous une étiquette qui n'est pas celle du groupe parlementaire dans lequel ils vont siéger. Dans ces conditions, le plus surprenant n'est pas l'ampleur de l'abstention mais le fait qu'il y ait tout de même un peu de participation. Il faut pour maintenir celle-ci activer beaucoup de moulins à vent afin de générer du dissensus politique, lequel ne peut en l'occurrence reposer que sur "les valeurs". 

En quoi est-ce révélateur d'un mouvement général de "gadgétisation" de la vie politique, qui montre l'impuissance des hommes politiques à inscrire leurs discours dans la réalité par la mise en place de grands chantiers ? 

L'absence de véritable enjeu politique associé aux élections européennes interdit de faire des généralités à partir de la campagne à laquelle nous assistons. La transformation en cours de la vie politique se caractérise essentiellement par le discrédit dans lequel sont tombés la classe politique et les partis traditionnels. Cela se traduit par le "dégagisme", la montée du populisme et de l'instabilité politique, par le fait notamment que les partis politiques, qui constituaient des forces politiques relativement stables, ne sont pas remplacés par de nouveaux partis, mais par des "mouvements" fluctuants et précaires. Un tel contexte ne favorise pas l'émergence de visions à long terme et de projets politiques structurés. La véritable rupture, en France, s'est produite à l'occasion des dernières élections nationales (la présidentielle et des législatives) : nous avons basculé dans un "nouveau monde" politique, dont on ne peut encore savoir s'il sera meilleur ou pire que l'ancien (même si j'incline pour ma part à penser qu'il sera pire), un monde dans lequel se combattent toujours des rapports aux valeurs différents, mais sans que ceux-ci se traduisent en projets  crédibles de transformation du réel.

La polémique qui a surgi après l'émission de Pascal Praud sur l'écologie avec Claire Nouvian montre que la sensibilité est aujourd'hui le pilier du débat politique : quelqu'un d'affecté gagne facilement l'adhésion des réseaux sociaux. En quoi cela accentue encore la nature essentiellement spectaculaire du débat politique aujourd'hui ?

Le "crédit" politique se construit désormais dans le monde médiatique (réseaux sociaux compris), lequel est dominé par les passions communes (la colère, l'indignation, la compassion, le ressentiment, l'amour et la haine). L'affaire Praud/Nouvian est à cet égard révélatrice. L'émission de Pascal Praud, sorte de café du commerce médiatique, témoigne du continuum réseaux sociaux/médias traditionnels. L'interaction est permanente entre médias et réseaux sociaux, et ce d'autant plus qu'on a affaire à des émissions qui génèrent des "clashs" susceptibles de faire le "buzz". 

Claire Nouvian incarne assez bien le personnel politique du "nouveau monde", celui qui prétend renouveler la politique en prenant la place des professionnels de la politique. Son attitude est  typique du populisme, lequel à mon sens ne caractérise pas seulement ceux qu'on appelle "les populistes", mais aussi bien souvent les bobos bienpensants auxquels ceux-ci s'opposent. Pendant et après l'émission de Praud, Claire Nouvian a en effet fort bien illustré plusieux traits caractéristiques de la posture populiste. L'obscurantisme, en premier lieu, en dépit de l'imposture médiatique qui consiste à présenter cette militante comme une "experte". Un véritable expert aurait utilisé la situation pour expliquer et faire calmement un peu de pédagogie. Un politique classique aurait feint de posséder une expertise en produisant une rhétorique argumentative rodée, peut-être stéréotypée et sophistique, mais dotée à tout le moins de l'apparence d'une argumentation objective. Rien de tel dans l'attitude de Claire Nouvian, mais le recours à l'argument d'autorité ("la science dit que") en vue de justifier son indignation. L'appel à la censure du "négationnisme climatique" après l'émission confirme cet obscurantisme, ce refus de jouer le jeu du débat fondé sur les ressources de l'argumentation et de la rhétorique. Même le recours au fake news ne nous aura pas été épargné, à travers le montage malhonnête, destiné à exciter les réactions du public, de l'échange entre Claire Nouvian et ses interlocuteurs. 

L'indignation est le second trait du populisme au sens large, commun aux "populistes" et aux "bienpensants". L'indignation, en associant colère, moralisme et dénonciation vengeresse, constitue la matière première des clashs et des buzz sur les réseaux sociaux. Elle peut être alimentée par la victimisation, troisième trait caractéristique du populisme. Le succès de la posture victimaire tient au fait qu'elle permet à n'importe qui de participer au débat public sans avoir besoin pour cela de faire valoir une quelconque compétence. Il suffit d'être soi-même pour être une victime, et donc pour justifier une prise de parole dont la finalité est de dénoncer l'injustice des bourreaux. La victimisation permet de dire quelque chose quand on n'a rien à dire ("vous me dites ça parce que je suis une femme"), de faire de son être une cause politique, et de susciter la compassion et la haine (le désir fanatique de faire justice) qui vont alimenter les buzz sur les réseaux sociaux.
Dernière caractéristique de l'attitude de Claire Nouvian, après l'émission cette fois, l'appel au peuple, qui constitue bien entendu la caractéristique essentielle du populisme. Il prend aujourd'hui la forme de l'appel aux réseaux sociaux afin de procéder à l'arbitrage du débat, voire, trop souvent, comme dans cette affaire, au lynchage médiatique de l'adversaire désigné comme ennemi du peuple. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 12/05/2019 - 13:01
Encore un article parlant de la Hitler Nouvian
Franchement avec Nouvian vous êtes sur d'avoir la Guerre Civile & autres Joyeusetés car en fait elle & ces gens formatent une Religion dont ils sont les Dieux, les Parfaits, Divins, idylliques, merveilleux & il faut impérativement que tous les Humains soient immaculés d'eux.
Cela sera pire que ce que tous les Humains ont vécu jusqu'à aujourd'hui, cela est malheureusement une certitude.
Même dans l'Univers, la Nature, l'absolue n'existe pas sauf chez elle & chez eux.