En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
Bonheur de cuisiner
Le marché de Rungis a officiellement lancé sa plateforme en ligne pour les particuliers en cette période de confinement
il y a 1 heure 31 min
pépites > Science
IHU Méditerranée Infection
Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique
il y a 2 heures 38 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Sibeth Ndiaye décide de remanier les membres de son cabinet ministériel
il y a 6 heures 43 min
pépites > Terrorisme
Espoir
Sophie Pétronin serait toujours en vie, selon le fils de l'otage française enlevée au Mali
il y a 7 heures 31 min
pépites > France
Printemps et confinement
Covid-19 : Christophe Castaner met en garde les Français qui auraient l’intention de partir en vacances
il y a 9 heures 29 min
pépite vidéo > Société
Ministère de l'Intérieur
Violences conjugales : un numéro d'urgence est dorénavant accessible par un simple SMS
il y a 10 heures 43 min
décryptage > Politique
LR

Aurélien Pradié : "Non, je ne suis pas anti-libéral"

il y a 11 heures 50 min
décryptage > International
Campagne électorale

Les élections américaines face à l’émergence d’un nouveau candidat : le coronavirus

il y a 13 heures 11 min
décryptage > International
Il paraît que c’est de l’humour

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Consommation
Mesures barrières... contre les kilos

Déjeuner chez soi par temps de confinement : attention surpoids

il y a 14 heures 13 min
pépites > Economie
Brétigny-sur-Orge
Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation
il y a 2 heures 9 min
pépites > Santé
Prise de guerre ?
Covid-19 : une commande française de masques aurait été détournée et achetée en liquide par les Etats-Unis en Chine juste avant l'acheminement vers la France
il y a 6 heures 6 min
pépite vidéo > Europe
Courage des Britanniques
Le prince Charles adresse un message de solidarité aux Britanniques face à l’épreuve du coronavirus
il y a 7 heures 14 min
light > High-tech
Bonheur en famille
Confinement : grâce à Google et à la réalité augmentée, il est possible de recréer un véritable zoo à la maison
il y a 8 heures 49 min
pépites > France
Nouveau délai
Coronavirus : Gérald Darmanin précise le calendrier et le décalage de la déclaration d'impôts
il y a 10 heures 11 min
décryptage > Economie
Solidarité nationale

Appel de l’Etat aux dons pour les plus affectés par le Coronavirus : et la France inventa le Fisc fucking

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Europe
Nouvel épicentre de la pandémie

L’Union européenne en réanimation : pronostic vital engagé

il y a 12 heures 33 min
décryptage > Société
Contagion

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Santé
Crise silencieuse

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Politique
Stratégie offensive

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

il y a 14 heures 30 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Winter is coming

Game of Thrones autour de la Commission de Bruxelles : mais qui détiendra vraiment le pouvoir dans l’Europe d’après les élections ?

Publié le 10 mai 2019
Selon certains observateurs, le sommet européen informel de Sibiu, en Roumanie, a été l'occasion de commencer certaines négociations concernant le nom du prochain président de la Commission européenne.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon certains observateurs, le sommet européen informel de Sibiu, en Roumanie, a été l'occasion de commencer certaines négociations concernant le nom du prochain président de la Commission européenne.

Atlantico : Le nom de Michel Barnier a été cité à plusieurs reprises, alors que l'histoire récente semblait réserver ce poste à d'anciens premiers ministres. Dans une situation ou les Etats semblent vouloir reprendre la main, ou le secrétaire général de la Commission, Martin Selmayr, parait tout puissant, ne pourrait on pas voir un affaiblissement politique de la Commission comme "approprié" dans le contexte actuel ?

Edouard Husson : S’agirait-il vraiment d’un affaiblissement politique? On ne peut pas faire pire que le maintien à son poste d’un Jean-Claude Juncker alors que son incapacité à assumer la fonction est devenue de plus en plus évidente. Là nous parlons du président de la Commission. La nomination de Michel Barnier rendrait à la présidence de la Commission  sa réputation. Et cela rendrait en fait la Commission encore plus puissante qu’elle n’est actuellement. Car elle est puissante de par les autres commissaires:  Carlos Moedas, présentée par le Portugal, à la Recherche, Margrethe Vestager, candidate du Danemark, à la Concurrence, sont deux exemples de commissaires qui font rarement la une des médias et qui ont une réelle influence. Sans parler, bien entendu de l’Allemand Günther Oettinger, au Budget, ou du Néerlandais Frans Timmermans, l’un des vice-présidents: ils ont gouverné à la place de Juncker avec le secrétaire général de la Commission, le redouté Martin Selmayr. Je ne crois pas que ce système va changer après les élections européennes. En fait, la chose étonnante qui est en train de se passer, c’est que, si les rumeurs concernant le sommet de Sibiu sont exactes, le Conseil est en train, non pas de reprendre la main, mais d’essayer de confisquer à l’avance le vote des élections européennes. Normalement, ce devrait être le président du groupe ayant le plus d’élus, le Parti Populaire Européen, qui devrait devenir président de la Commission: on parle de puis longtemps de l’Allemand Manfred Weber. Le Conseil cherche à écarter cette solution, si l’on en croit les rumeurs. Pourquoi? Parce qu’un nombre important de députés de droite, populistes, souverainistes mais aussi conservateurs va être élu: il est bien évident que, les frontières avec le PPE n’étant pas étanches, il y a une vraie possibilité de constitution progressive d’une majorité inattendue. Et le Bavarois Manfred Weber, de la CSU, est sans doute considéré comme pas assez fiable pour maintenir le gouvernement du Parlement européen au centre-gauche. 

Quel bilan peut-on faire, historiquement parlant, des périodes ou la Commission pouvait paraître affaiblie, politiquement parlant ? 

Si l’on fait une histoire complète de la Commission, elle a eu des personnalités fortes à sa tête ou en son sein: Walter Hallstein, Etienne Davignon (commissaire à l’énergie de Gaston Thorn), Jacques Delors, Romano Prodi. Barroso puis Juncker témoignent plutôt de l’envie des Etats de reprendre la main, avec des personnalités plus faibles. Mais ce n’est que la surface des choses. Vu de France, nous avons tendance à croire qu’une fois le président et son équipe nommés, tout est fait. Avec cette attitude, qui pouvait convenir tant qu’on était dans la Communauté Européenne et quand on avait un Français à la tête de la Commission, ne marche plus dans l’Union Européenne à 27. Ce que les Français n’ont pas compris, c’est que le contrôle de la Commission est une lutte d’influence de tous les instants. il faut placer des individus aux postes-clé: identifier le portefeuille où l’on veut avoir de l’influence et tout faire pour l’avoir; peser sur la nomination du secrétaire général; placer des gens de confiance aux postes de directeur de cabinet des différents commissaires et aussi dans les direction. A ce jeu, auquel ses hommes politiques et ses hauts fonctionnaires sont mal préparés, les Français sont largement perdants. La nomination de Michel Barnier ne servirait pas les intérêts de la politique française si elle ne s’accompagnait pas d’un certain nombre de nominations à des postes-clé. 

Qu'est ce que l'Europe aurait à gagner d'une reprise en mains par les Etats, et par le Conseil européen ? 

Le jeu me semble beaucoup plus complexe. D’une part quelle est la stratégie de l’Allemagne? Va-t-elle laisser échapper la possibilité de nommer Manfred Weber? Si c’était le cas, ne serait-elle pas en droit de réclamer la présidence de la BCE? Mais l’Allemagne a-t-elle intérêt à mettre un Allemand à la tête de la Banque Centrale? Cela ne risque-t-il pas de retourner un peu plus une partie de l’opinion européenne contre l’euro? On peut se demander aussi dans quelle mesure faire fuiter maintenant le nom de Barnier n’est pas un moyen de court-circuiter sa candidature. En fait, je ne pense pas que grand chose soit maîtrisé car ce qui domine, deux semaines avant les élections européennes, c’est surtout la peur de cette Europe différente qui va, inévitablement, advenir. Le Parlement européen va être plus à droite; or le Traité de Lisbonne lui donne de réelles prérogatives. On assiste donc, j’y reviens, à une tentative un peu grossière des “progressistes” pour tâcher de limiter l’influence d’un parlement qui sera plus à droite que le précédent et où le condominium PPE/socialistes appartient vraisemblablement au passé. On touche là à la question de fond: les progressistes, pour reprendre la terminologie de notre président de la République, acceptent-ils que l’Union Européenne devienne le lieu d’un vrai débat politique, avec des possibilités d’alternances au parlement européen? Ce que beaucoup de souverainistes français ne voient pas c’est qu’il existe, au sein de l’Union, une attitude critique de la politique actuelle de l’UE qui ne souhaite pas se transformer en critique de l’UE en tant que telle. Pourquoi un pays comme l’Autriche, qui est un de ceux qui gagnent le plus, économiquement parlant, à faire partie du Marché Unique, remettrait-elle en cause la construction européenne? Pourquoi est-ce qu’un pays qui n’est pas dans l’euro, comme le Danemark, voudrait se séparer de l’Union, alors qu’il n’a pas les atouts ni la taille de la Grande-Bretagne? On va donc vers un débat entre trois forces: les progressistes et fédéralistes européens; les souverainistes; et les conservateurs, qui reprendront à leur compte une partie des thèmes des souverainistes, mais pour faire évoluer l’UE, non pour la faire exploser. Or, il se peut que les progressistes, par leur obstruction, qui va devenir systématique, à la montée en puissance d’un bloc authentiquement conservateur au Parlement européen, se fassent, objectivement, les meilleurs alliés de ceux qui veulent faire exploser l’UE. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 11/05/2019 - 11:47
Une solution est peut-être possible!
Le pouvoir sera encore détenu par la Commission. Les conservateurs mais aussi les souverainistes, comme en France, semblent évoluer vers une réforme démocratique qui remette les nations à leur place légitime, plutôt qu'une remise en cause de l'Union. C'est une solution à l'échec et à la perte de l'initiative par Bruxelles qui semble raisonnable.
Ganesha
- 10/05/2019 - 12:11
Manfred Weber
L'intérêt de cet article, c'est que Mr. Husson attire notre attention sur la situation réellement ''apocalyptique'' que nous sommes en train de vivre !

Les français se préparent à observer un taux d'abstention massif le 26 Mai !

Nos concitoyens semblent totalement incapables de comprendre que ce qui va se décider ce jour là, c'est ce que sera réellement notre vie quotidienne pendant les cinq années suivantes.

Et, après cette échéance, il n'y aura plus aucun moyen d'influencer démocratiquement la politique qui sera menée par Manfred Weber, le prochain président ''autoproclamé'' de la Commission Européenne.

Vous n'aurez plus qu'à joindre les ''black blocs'' dans les manifestations de Gilets Jaunes !

Si vous avez des revendications précises, telles que l'arrêt de l'Immigration, votre intérêt personnel, c'est d'aller voter, et de choisir une liste qui présente un programme clair, et, au moins un minimum de crédibilité de l'appliquer !