En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

04.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

05.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

06.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

07.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

LR : le tigre de papier

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Maintien
Cote de confiance : lègere hausse pour Emmanuel Macron en janvier
il y a 23 min 52 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amazon, main basse sur le futur" : Amazon nous promet la lune mais à quel prix ? Enquête instructive sur un mastodonte.

il y a 58 min 38 sec
décryptage > France
Baisse

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Politique
Ils ont le plus grand respect l’un pour l’autre

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Quand la religion sert de justification à la violence contre les femmes : pour en finir avec la gynépathie

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : la cruelle absence de vision et le manque de réel projet au sein du ministère de la Santé

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Europe
Basculement

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

il y a 4 heures 24 sec
décryptage > Politique
Alternative

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

il y a 4 heures 18 min
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 20 heures 43 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 21 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amertume Apache, Une aventure du Lieutenant Blueberry" : Le renouvellement d’un mythe

il y a 55 min 20 sec
pépite vidéo > Politique
Soirée perturbée
Emmanuel Macron évacué d'un théâtre où tentaient d'entrer des manifestants
il y a 2 heures 12 min
décryptage > International
Régime autoritaire

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La laïcité et le féminisme : les deux atouts de la société française pour lutter contre l'obscurantisme religieux

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Gilets jaunes : les perspectives concrètes pour le mouvement après la phase insurrectionnelle

il y a 3 heures 37 min
décryptage > France
La réalité dépasse la caricature

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

il y a 3 heures 49 min
décryptage > International
Retournement

Les trois locomotives de l’économie américaine qui avaient combattu Donald Trump s’allient désormais à lui pour sa réélection

il y a 4 heures 13 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles
il y a 4 heures 27 min
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 21 heures 43 sec
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 21 heures 45 min
© RAYMOND ROIG / AFP
© RAYMOND ROIG / AFP
Gilets jaunes

5 milliards d’euros de réductions d’impôts : le compte pour leur financement n’y est toujours pas

Publié le 09 mai 2019
Le Gouvernement a décidé de distribuer l’argent qu'il n’a pas afin de répondre aux exigences contradictoires des gilets jaunes.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Gouvernement a décidé de distribuer l’argent qu'il n’a pas afin de répondre aux exigences contradictoires des gilets jaunes.

Le coût des annonces du mois de décembre et d’avril a été évalué à 17 milliards d’euros, soit 0,7 % du PIB. Après avoir été le héraut de l’offre, l’exécutif a opté pour une casquette de facture keynésienne. Certes, ce mini plan de relance aura l’avantage de maintenir la croissance à un niveau minimal en 2019. Mais, le prix à payer sera considérable. La France continuera à prendre du retard dans l’assainissement de ses finances publiques. Le déficit public devrait se situer selon le Ministre des Comptes Publics, en 2020 autour de 2 % du PIB, mais en moyenne, pour la zone euro, ce déficit n’était que de 0,5 % du PIB. L’Allemagne dégage depuis plusieurs années des excédents budgétaires. La dette publique française est toujours en progression et se rapproche inexorablement de la barre des 100 % du PIB.  Le plan du Gouvernement devrait, en outre, provoquer une nouvelle dégradation de la balance commerciale française. Son déficit a été de 60 milliards d’euros en 2018. Il devrait encore être supérieur en 2019. L’accumulation des déficits génère un appauvrissement progressif mais certain de la France. Nous finançons notre train de vie à crédit. Même si les taux d’intérêt sont faibles, il faut consacrer une part croissance de nos revenus à rembourser le capital de la dette.

Face aux déficits, à la dette, le Gouvernement semble vouloir gagner du temps ou plutôt laisser du temps au temps. Le gouffre est devant nous mais en jouant au bonneteau, les ministres des comptes publics escomptent de l’éloigner le temps de passer la prochaine élection.

La baisse de 5 milliards d’euros de l’impôt sur le revenu comme bien d’autres mesures n’est pas financée. Ont été avancées la suppression de certaines niches fiscales concernant les entreprises, la relance de la déconcentration, etc. Il y a maldonne. Il faut rappeler que le contribuable « entreprise » a l’avantage de ne pas voter mais dans les faits il n’existe pas. Augmenter les prélèvements sur les entreprises, c’est soit réduire le niveau des salaires, soit diminuer les revenus des actionnaires ou ponctionner le pouvoir d’achat des consommateurs. En outre comment comprendre qu’en 2018 les entreprises sont trop taxées et qu’en 2019 elles ne le sont pas assez.

Penser gagner de l’argent en délocalisant des services de l’Etat en Bretagne, dans la Creuse ou ailleurs est une vision de l’esprit. Premièrement, dans le passé, les délocalisations ont généré des surcoûts. En outre, comment imposer à des fonctionnaires installés à Paris de s’installer du jour au lendemain en Creuse ? Il faut penser aux conjoints qui devront trouver un emploi. Les gains fonciers sont assez relatifs. L’ENA qui a été installée à Strasbourg après une décision d’Edith Cresson a toujours une antenne à Paris…

En annonçant que l’objectif de suppression de 120 000 emplois était mis entre parenthèses, le Président de la République a renoncé à une réforme en profondeur de l’administration publique. L’idée de procéder à une remise en cause du périmètre public comme cela a été fait au Canada ou en Nouvelle Zélande s’éloigne de plus en plus. Deux ans après son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron semble avoir gaspillé son temps utile. Une réforme du droit du travail, quelques aménagements fiscaux mais rien de révolutionnaire. Pour autant, le terme de réforme devient de plus en plus difficile à manier. Le mot est usé sans avoir été réellement utilisé.

L’économie française est un moteur bridé, bridé par le faible temps de travail, bridé par le poids excessif des prélèvements, bridé par le sentiment de défiance qui parcourt le pays de long en large.

Le Président de la République est conscient que le temps de travail est trop faible. Il suffit de regarder les statistiques pour comprendre que le décrochage français est intervenu à partir de 2003 au moment de la généralisation des 35 heures. Pour autant, face à ce problème, il ne mentionne que la possibilité de relever la durée de cotisation pour les retraites. Le retour au 39 heures aurait été le seul à provoquer un choc d’offre. Mais évidemment, le pouvoir craint que cette mesure remette en cause la toute petite amélioration de la situation de l’emploi. C’est une vue de l’esprit. Si les 35 heures avaient fonctionné pour lutter contre le chômage, nous le saurions déjà.

Sur les économies, il faudrait sortir des pistes éculées. Il faudra un jour ou l’autre avoir l’honnêteté de stopper la dérive du tout prestation. Au nom de la lutte contre les inégalités sociales, c’est toujours plus d’aides et de prestations qui ne sont que des cautères sur une jambe de bois. Il faut jouer sur les revenus primaires et non aller doucement mais surement vers le revenu universel. En matière de logement, le système actuel est un véritable cercle vicieux. La France consacre plus d’argent que ses partenaires en faveur du logement, 40 milliards d’euros tout en arrivant pas à loger convenablement sa population. Les aides logement contribuent à augmenter les loyers, le coût de l’immobilier. Favoriser le parc locatif, réserver le logement social aux personnes en ayant besoin et de manière temporaire et surtout développer la construction de logements neufs en desserrant le verrou du foncier sont autant de pistes à étudier.

Le plan du Gouvernement est avant tout une réponse de court terme à une crise structurelle grave. La France se segmente, se clive avec une montée des incompréhensions. La violence tant physique que verbale augmente. La défiance à l’encontre des pouvoirs, des corps constitués est à un niveau inconnu. Or, les mesures apparaissent bien traditionnelles pour un pouvoir qui s’est construit en récusant le monde ancien.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

04.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

05.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

06.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

07.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

LR : le tigre de papier

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 09/05/2019 - 17:46
En effet Zelectron
( en 1980 2,6 millions de fonctionnaires), ( en 2016 5,6 millions. )
Donc nous avions 21 Français par Fonctionnaire en 1980 car 54,6 millions d'habitants & aujourd'hui avec 67,2 millions & bien nous avons un Fonctionnaire pour 12 Français. Cerise sur le gâteau aujourd'hui ils font grèves pour être plus nombreux :)::)
ajm
- 09/05/2019 - 17:28
Les grandes masses de la fonction publique.
Quand on parle de fonctionnaires ou d'employés en général de la sphère publique (qui ne sont pas nécessairement fonctionnaires statutaires ) il faut avoir en tête les grandes masses: sur 5.5 millions, on en a près de 2 millions dans les collectivités territoriales ( là où leur nombre a , et de loin, le plus augmenté ), 1 million dans l'education nationale, presque autant dans les hôpitaux ( qui ne dépendent pas du budget de l'Etat ): reste 1.5 millions pour tout le reste dont à peu près la moitié pour les fonctions régaliennes ( services centraux gouvernement, armée, police, prefectures, justice, affaires étrangères, trésor public , budget et douanes).
Benvoyons
- 09/05/2019 - 12:58
zelectron 09/05/2019 - 12:09 En effet votre remarque est bonne
mais la dette véritable de la France est de 5400Mds€ avec les hors bilans de l’État.