En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

02.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

03.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

04.

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

05.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

06.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

07.

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

PMA pour toutes : le conservatisme sociétal est-il une cause définitivement perdue ?

05.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 8 heures 59 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 10 heures 32 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 12 heures 6 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 14 heures 38 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 17 heures 48 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 18 heures 33 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 21 heures 3 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 22 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 22 heures 49 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 9 heures 51 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 11 heures 9 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 13 heures 23 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 15 heures 13 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 18 heures 6 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 20 heures 3 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 22 heures 31 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 23 heures 2 min
© Pixabay
© Pixabay
Bonnes feuilles

La rupture des noces immémoriales du masculin et du féminin est pour aujourd’hui

Publié le 08 mai 2019
Dans "Elle : Eloge de l'éternel féminin" (ed. Albin Michel), Denis Tillinac nous invite à préserver ce mystère qu'est la femme pour l'homme et éviter à tout prix qu'une guerre des sexes n'éclate. 1/2
Denis Tillinac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Tillinac est écrivain, éditeur  et journaliste.Il a dirigé la maison d'édition La Table Ronde de 1992 à 2007. Il est membre de l'Institut Thomas-More. Il fait partie, aux côtés de Claude Michelet, Michel Peyramaure et tant d'autres, de ce qu'il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans "Elle : Eloge de l'éternel féminin" (ed. Albin Michel), Denis Tillinac nous invite à préserver ce mystère qu'est la femme pour l'homme et éviter à tout prix qu'une guerre des sexes n'éclate. 1/2

Notre désarroi est plus trouble, parce que nous voyons se déchirer, au fil des années et sur un tempo accéléré, la trame d’une civilisation qui fut celle de nos pères. On l’appelle encore occidentale par abus de langage, mais nos croyances, nos règles et nos mœurs nous en éloignent ; il n’en restera bientôt que des vestiges. Nous sommes les gardiens tantôt distraits, tantôt résignés et tantôt paniqués de ruines auxquelles est consentie l’aumône d’une muséification. Nous avons du mal à encaisser un tel chambardement. Avec des nostalgies variables, nous sommes enclins à regretter, non sans les idéaliser, ces temps jadis où les épousailles de la permanence et de l’innovation permettaient à l’homme de traverser les générations sans perdre ses ancrages. Il les cherche à tâtons dans une nuit sans lune, mal équipé et mal barré pour affronter les vents mauvais de l’Histoire. Le sac écologique de la planète, les pressions démographiques, les flux migratoires, les conflits prévisibles pour le contrôle de l’eau, des matières premières et des sources d’énergie, la dissémination des armes nucléaires, une lutte des classes à échelle mondiale, la tentation d’un prométhéisme technicien : autant de menaces qu’il va falloir conjurer.

La pire de toutes : une fin programmée des noces immémoriales du masculin et du féminin. Rien de moins. La fin des connivences qui partout, au long des siècles, ont modulé en premier lieu les sentiments humains. Toi et Moi, Il et Elle, émerveillés par le mystère de cette altérité. C’est l’altérité des genres qui enfante la psyché, éveille la conscience, construit le désir, nourrit la créativité. Sans le regard de l’Autre, l’écho de sa voix, sa main tendue, ses bras ouverts pour une étreinte amicale, amoureuse ou fraternelle, le moi balbutie des mots d’infirme en béant devant son miroir.

Sans l’Autre tout proche bien qu’énigmatique, l’imaginaire est réduit à battre de l’aile au ras de pulsions et de fantasmes. L’altérité des genres est le premier des distinguos par quoi l’humain commence à appréhender le monde. Toi mon père et ma mère, toi mon frère ou ma sœur. Toi mon âme sœur.

Cette altérité est au fondement de toutes les légendes des origines et des fins dernières. Elle s’est déclinée différemment selon les saisons historiques des civilisations qui ont essaimé sur ce globe à présent minuscule. Le génie de la nôtre est d’avoir fait naître entre Athènes et Jérusalem une conception de la féminité qui a imprégné au plus intime notre spiritualité, notre sensibilité, notre esthétique, notre érotique. Elle fut et reste le joyau le plus précieux de notre héritage ; d’une certaine façon, elle en résume la singularité et la noblesse. Or, un certain féminisme venu des États-Unis, mais issu du pire nihilisme européen, a dévoyé la juste cause de l’émancipation de la femme pour détruire le bonheur de se reconnaître dans le chatoiement des dissemblances en vue d’instaurer un enfer où Hermaphrodite et Narcisse s’exténueraient dans la quête d’une unité fantoche. Plus de toi face à moi, plus de secret à déchiffrer dans le regard de l’Autre : un monologue stérile du Même avec le Même. Plus d’ici et d’ailleurs : des individus interchangeables condamnés à une errance solitaire sur un espace aléatoire. Au bout de cette logique se profile un cauchemar totalitaire : la barbarie de l’Indifférencié, légitimée par une confusion puérile entre l’existence de l’altérité des genres, et ses modalités selon les cultures.

Ce nihilisme rejoint celui des fous d’Allah dans un même déni de la féminité où transparaît la haine du monde. Il prêterait à sourire si les forces de l’argent, les progrès des sciences du vivant, la déshérence des fondements anthropologiques et le suivisme apeuré des faiseurs d’opinion ne conspiraient à l’avènement d’un androgynat mental, par la loi ou par la terreur. Les deux font la paire quand le matraquage des esprits anesthésie les consciences. À un conditionnement récurrent se surajoute l’imbroglio de revendications « sociétales » qui prises séparément semblent raisonnables, mais dont le flux tendu enracine l’idée d’une mise au rebut de l’altérité par un prétendu sens de l’Histoire. Les cultures tendant à dégénérer en folklore dans le barnum du cosmopolitisme, ce qui distingue le masculin du féminin serait voué à choir dans « les poubelles de l’Histoire », formule de Trotski.

Ceux qui s’y réfèrent pour exalter le chant polyphonique du monde et la joie d’y inscrire nos dissemblances seraient des passéistes machos ou réacs. Ainsi est dite la messe des sectateurs de l’Indifférenciation, avec un catéchisme où dans les écoles garçons et filles, au lieu d’apprendre à cultiver le beau mystère de leur altérité, sont sommés de la mettre sous séquestre. Divers pédagogues conspirent à cet attentat contre la vie, dévoyant leur mission par soumission à une frénésie idéologique. La menace n’est donc pas illusoire. Des lois prétendument émancipatrices, en relais d’une sociologie à leur convenance, nous rapprochent d’un degré zéro de la sociabilité où l’homme et la femme seront au mieux les partenaires d’un jeu de rôles sans enjeu affectif, au pire des concurrents. Rien de plus calamiteux pour l’avenir de l’engeance humaine : Toi et Moi acculés à un mimétisme parallèle, car soustraits à notre identité première. Toi déguisé en Moi, pour ne pas offusquer la bigoterie des nouveaux tartuffes : cachez ce sexe que je ne saurais voir. Toi mon ennemi potentiel, et réciproquement, dans l’open space où nous sommes tous en lice pour entretenir une guerre économique sans merci.

Extrait de "Elle : Eloge de l'éternel féminin" de Denis Tillinac, publié chez Albin Michel.

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires