En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 3 heures 7 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 6 heures 8 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 6 heures 59 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 10 heures 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 13 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 13 heures 37 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 14 heures 11 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 3 heures 32 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 6 heures 34 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 8 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 10 heures 2 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 10 heures 35 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 12 heures 56 sec
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 12 heures 37 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 13 heures 34 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 14 heures 29 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Casse-tête managérial

Procès des suicides de France Télécom : y-a-t-il des entreprises ayant réussi des virages stratégiques vitaux en maîtrisant leur risque social ?

Publié le 07 mai 2019
Ce sont sept prévenus qui comparaissent devant la chambre correctionnelle de Paris dans le procès dit "France Télécom".
Valéry Michaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Titulaire d’un Doctorat et d’une Habilitation à Diriger les Recherches, Valéry MICHAUX rejoint NEOMA Business School en 2004 après seize années d’expérience acquises dans le secteur privé (secteurs cosmétique et pharmaceutique) puis dans le secteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce sont sept prévenus qui comparaissent devant la chambre correctionnelle de Paris dans le procès dit "France Télécom".

Atlantico : Le procès dit "France Télécom" - de l'affaire des suicides" - s'est ouvert ce lundi, reviendra sur une méthode de gestion du changement à la fin des années 2000. Qu'est-ce qu'aurait pu faire France Télécom Orange pour mener le changement en profondeur souhaité d'une "meilleure manière" ? 

Valéry Michaux: Ils auraient pu utiliser le même outil - la courbe de deuil - mais pour diagnostiquer que certains de leurs salariés étaient en souffrance. France Telecom a utilisé à l'époque, via le cabinet qui les a accompagnés, un outil que beaucoup d'entreprises utilisent: la courbe de changement (on parle de « courbe de deuil »). Et cette courbe a été développée par un psychiatre qui travaillait sur les différentes phases par lesquelles les personnes en soins palliatifs acceptaient leur propre mort. Initialement cette courbe décrit des phases psychologiques de personnes très déstabilisées et qui ont un vrai deuil à faire au sens premier du terme. Cette courbe a été introduite dans le domaine du management par le BCG (Boston Consulting Group) et ils l'ont utilisée pour pouvoir identifier des phases psychologiques chez des personnes qui vivaient mal certains changements. Cela a été dévoyé. La courbe a traversé les frontières. Tous les pays l'utilisent aujourd'hui. La courbe en elle-même permet d'identifier des phases psychologiques avant l’acceptation du changement. la façon dont beaucoup d'entreprises l'ont utilisée dans la décennie 2000 et dans le cas de France Télécom, cette courbe a été utilisée en disant à la ligne managériale: vous voyez, les gens vont passer par de la colère, par de la dépression, et c'est normal. Ils ont appris à la ligne managériale à déculpabiliser, ils l'ont complètement anesthétisée. Cela a rendu propice un certain endormissement face à la souffrance au travail chez France Télécom. C'est évidemment plus complexe. En management du changement il y a deux grands paradigmes. Celui qui fait de la résistance au changement quelque chose de négatif. Il y en a un qui est plus tournée vers les solutions et la participation : co-constrruire avec les salariés des solutions. Quand vous co-construisez des solutions, vous engagez les gens dans l'action, et cela se passe mieux que lorsque vous imposez un changement qui vient d'une direction générale. Parallèlement, les outils de conduite du changement sont utilisés de façon standardisée.,Dans le cas de FT, Il aurait peut-être été plus intéressant d'être plus contextuel. Le cas de France Télécom était très complexe. Il fallait diminuer le nombre de fonctionnaires de 120 000 à 90 000. Cela faisait beaucoup de gens en moins. C'est là où cela échappe complètement au management classique. Quand vous faîtes une pression importante pour que les gens partent, cela fait des dégâts encore plus importants qu'ailleurs. Il aurait fallu prendre le problème complètement à l'envers. Au-dessus il y avait l'Etat en tant que tel. La pression n'est pas venue d'eux-mêmes de la direction générale de FT seulement. Il fallait que France Télécom fasse face aux problématiques de transition du secteur privé au secteur public et on ne leur a probablement pas beaucoup laissé le choix. En faisant des phases progressives on y arrive peut-être un peu mieux. Aujourd'hui ce qu'on essaye de faire c'est de responsabiliser les lignes hiérarhiques, c'est ce qu'a fait dans un deuxième temps France télécom, qui a introduit une nouvelle part variable salariale dans les salaires des 100 plus grands cadres de France Télécom, relative au climat social. Ce qu'il faudrait faire aujourd'hui en entreprise, c'est que lorsqu'on fait un grand tournant stratégique avec des problématiques identitaires liés à des changements de métiers il faut suivre au fur et à mesure du temps les transformations. Il n'y a eu aucun suivi ici en dehors des rapports alarmants des CHSCT qui n’ont pas été pris en compte par la direction de FT. 

Quels sont les exemples d'entreprises étant parvenues à mener un tel changement en profondeur avec succès, dans des conditions de départ pouvant être comparées à celles rencontrées par France Télécom ? 

Qui a bien réussi dans des tournants de ce type ? Il y a beaucoup d'entreprises publiques qui ont eu des problèmes, ne serait-ce que l'ANPE, La Poste, France Télévisions. La difficulté de ces changements c'est qu'ils sont très larges. On passe du public au privé. A l'étranger je ne suis même pas sûre qu'on ait réussi ce chemin sans dégâts. Toutes ces entreprises publiques qui ont changé vers un statut privé complet ou pas, d'ouverture à la concurrence ont rencontré des difficultés. Une entreprise qui n'aurait eu aucune difficulté, ça ne me vient pas. 

Où en sommes nous aujourd’hui dans les pratiques managériales employées dans de telles circonstances ? Des progrès ont-ils été réalisés ?

De mon point de vue de changement stratégique, je pense que les entreprises aujourd'hui ont pris conscience du caractère essentiel du facteur humain. Pour introduire un peu plus de participation des salariés aux solutions mises en place, il y a deux autres volets qui nous aident bien en management aujourd’hui : c'est le volet de l’amélioration de la qualité et le volet de l'innovation. En effet, ces domaines touchent moins les instances du personnel et donc apparaissent moins conflictuels... et donnent l’occasion aux entreprises d’apprendre à faire travailler les lignes hiérarchiques avec les salariés... C'est à dire les salariés sont conviés à discuter des solutions avec leur hiérarchie. Cela ne se fait pas partout mais il y a du mieux de ce côté-là.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 07/05/2019 - 12:00
Je me souviens d'une femme qui
s'était suicidée chez France Télécom, car son chef de service avait été muté dans un autre service (étrange). Ils étaient dans quelle tranche d'âge, ces suicidés? Il n'y avait aucun jeune, seulement des employés qui n'étaient pas habitués à un rythme normal comme dans toute entreprise privée. Qu'on privatise des entreprises publiques et on verra le même phénomène.
J'accuse
- 07/05/2019 - 11:44
Orange mais pas l'Intérieur
Quand il y a des suicides dans une entreprise, elle est poursuivie en justice et le PDG doit rendre des comptes; mais quand il y a des suicides chez les policiers, le ministre de l'Intérieur est tranquille.
Quoi d'étonnant ? Qui a été jugé responsable pour l'attentat évitable de Nice un 14 juillet pendant l'état d'urgence, et qui a fait près de 100 morts et des centaines de blessés et traumatisés ? Personne: c'était la faute à pas de chance.
L'impunité des élus, des hauts fonctionnaires et des ministres, faut que ça change.
DANIEL74
- 07/05/2019 - 08:06
ETAT PROVIDENCE OU TOTALITAIRE ?
Monsieur Didier LOMBARD, technicien et non technocrate respectait et le client et l'entreprise sans acheter la paix sociale sur le dos du contribuable. Je suis désolé que certains n'aient pas vu le changement de stratégie de l'obligation de moyen à l'obligation de résultat. C'est le drame de notre Nation qui succombe à l'assistance