En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 12 heures 7 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 13 heures 45 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 16 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 17 heures 33 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 18 heures 40 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 19 heures 45 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 20 heures 37 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 21 heures 2 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 21 heures 41 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 22 heures 5 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 12 heures 39 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 14 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 18 heures 19 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 18 heures 55 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 24 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 20 heures 51 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 21 heures 35 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 21 heures 58 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 22 heures 6 min
© JOHN THYS / AFP
© JOHN THYS / AFP
Modération

Instagram et Facebook bannissent des radicaux de droite : un remède pire que le mal?

Publié le 04 mai 2019
Avec Marc Rees
Facebook et Instagram multiplient les fermetures de comptes de personnalités incitant à la haine. Le fait que des plateformes privées puissent prendre une telle décision, même si c'est pour la bonne cause, ne pose-t-il pas un problème en termes de libertés numériques?
Marc Rees
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Rees est journaliste, rédacteur en chef de Next INpact.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Facebook et Instagram multiplient les fermetures de comptes de personnalités incitant à la haine. Le fait que des plateformes privées puissent prendre une telle décision, même si c'est pour la bonne cause, ne pose-t-il pas un problème en termes de libertés numériques?
Avec Marc Rees

Atlantico.fr : Selon vous, peut-on se réjouir que Facebook et Instagram aient fermé les comptes de personnalités incitant à la haine, telles que le conspirationniste Alex Jones ?

Marc Rees : Une première réponse rapide, évidente, m’inciterait à répondre d’un « oui » franc et massif. La nouvelle est d’autant plus importante que le réseau social est de tradition américaine, où la liberté d’expression est protégée jusqu’à l’absolutisme par le Premier amendement. Et tant pis pour les vraies victimes.

Plusieurs comptes d’importance, qui prospéraient de longue date sur le réseau social où étaient disséminées des horreurs, ont donc fait les frais de ce virage stratégique. Si l’on prend un peu de recul, toutefois, cette décision ne tardera pas à être instrumentalisée par les principaux concernés.

Paul Joseph Watson, proche d’Alex Jones et adepte des théories du complot, a déjà dénoncé sans nuance une « purge politique ». Ce processus de victimisation inévitable va désormais orienter les projecteurs sur ces bannis, attisant davantage encore la curiosité des badauds ou les convictions des fans de la première heure. Bien entendu, rien ne les empêchera de rouvrir un compte, éventuellement sous une autre identité, ce qui pose la question de l’efficacité de la mesure.

Je ne dis pas qu’il faut ne rien faire, mais reste surpris par la décision. Pas tant sur son sens, mais sur le moment choisi par Facebook. Cela fait des années que ces individus opèrent sur le réseau social sans que les équipes n’aient pris de décisions aussi radicales, même si l’an passé déjà le compte de Jones fut suspendu pour un mois. De même, voilà quelques semaines, Marck Zuckerberg réclamait l’intervention des autorités publiques, ou d’un organisme tiers qui serait chargé de « définir des standards sur la diffusion des contenus violents et haineux ». Faut-il du coup y voir une opération de reconquête pour ce service en ligne qui repose, ne l’oublions jamais, sur la confiance des internautes ?

Le fait que des plateformes privées puissent prendre une telle décision, même si c'est pour la bonne cause, ne pose-t-il pas un problème en termes de libertés numériques? Ou bien ces plateformes sont-elles dans leur bon droit en veillant au respect de leurs conditions d'utilisation?

C’est la question prioritaire. Facebook a deux versants. Le premier est son statut d’hébergeur.

Juridiquement, il est un service en ligne mettant à disposition des espaces de stockages au profit de ses utilisateurs, qui peuvent alors partager leurs contenus à coup de liens, like et autres vidéos live. Le site doit supprimer sans attendre les contenus « manifestement illicites » qui lui sont signalés, ceux dont le caractère illégal est évident et frappe la rétine. En tête de liste, la pédopornographie, l’apologie des crimes contre l’humanité… Pour les contenus illicites, ni noirs ni blancs mais gris, pas d’obligation de suppression sauf injonction d’un tribunal.

Mais Facebook est aussi un univers avec ses règles de vie. Les clauses contractuelles, rarement lues, mais toujours acceptées par chaque inscrit, interdisent une série de comportements. Ce sont les fameux standards de la communauté. Le réseau social a le droit de régenter sa bulle. Rien d’extraordinaire, tous les sites un peu sérieux s’adonnent à l’exercice. Atlantico par exemple exige dans ses CGU des commentaires « polis et courtois », dénués de « remarques désobligeantes », « en toutes circonstances ».

Il est impératif cependant que cet encadrement soit accessible au commun des mortels, évite des décisions discrétionnaires à coup d’algorithmes sans appel, ou inversement laisse persister des contenus pourtant interdits. J’enfonce une porte ouverte, mais plus la liberté d’appréciation est large, plus grand est le risque d’atteinte à la liberté d’expression ou de communication.

Facebook, Instagram et les autres plateformes (YouTube par exemple) ont-ils une véritable volonté de lutter contre les discours de haine - qui génèrent beaucoup de clic - ou s'agit-il davantage de communication? Sont-ils prêts à remettre en question le fonctionnement de leurs algorithmes qui semblent contribuer à la visibilité de ces contenus "haineux" ?

Clairement, les contenus incendiaires ou polémiques sont toujours porteurs de clics. Et quand le modèle économique est celui de l’attention, visser l’utilisateur le plus durablement possible sur ses pages est tentant, peu importent les considérations morales. Seulement, dire que ces intermédiaires se fichent des discours de haine serait ignorer les efforts salués par la Commission européenne elle-même ou que des annonceurs ne veulent pas voir leurs marques baigner dans le lisier.

Faut-il alors de nouveaux tours de vis sur l’algorithme, percer l’effet-bulle ? Une certitude, entre une blague de « beauf », des propos aux frontières de l’abus et des contenus illicites, le tri est complexe pour ces bouts de code dont « l’intelligence » est plus proche du grille-pain que celle d’un être humain. Un contrôle externe plus poussé de ces rouages serait une piste, par exemple, histoire de dézinguer les travers des outils de recommandation. Mais là encore, le diable est dans les détails. L’algorithme est le cœur de Facebook. Sa recette de Coca-Cola que le législateur européen a pris soin de protéger davantage encore avec la directive sur le secret des affaires…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 05/05/2019 - 15:17
Toute haine qui remplit une vie est à proscrire
à l'exception de celle qui permet de survivre.