En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 4 heures 10 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 5 heures 44 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 6 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 8 heures 29 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 8 heures 52 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 10 heures 14 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 10 heures 52 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 11 heures 8 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 11 heures 45 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 5 heures 5 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 6 heures 28 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 6 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 8 heures 33 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 9 heures 8 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 11 heures 54 min
Bonnes feuilles

Pourquoi notre croyance dans un monde infini nous empêche de nous émerveiller du monde dans lequel nous vivons

Publié le 04 mai 2019
Dans son nouvel ouvrage "Notre vie a un sens" (ed. Albin Michel), Bertrand Vergely s'attaque, dans cette réflexion majeure et originale, au sujet clé qui interroge nos existences : quel est le sens de notre vie ? 1/2
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son nouvel ouvrage "Notre vie a un sens" (ed. Albin Michel), Bertrand Vergely s'attaque, dans cette réflexion majeure et originale, au sujet clé qui interroge nos existences : quel est le sens de notre vie ? 1/2

Aujourd’hui, quelle est notre vision du monde ? Celle que l’on trouve chez Giordano Bruno ainsi que Fontenelle. Nous croyons que l’univers est infini et qu’il y a d’autres univers. La science, par ses observations, le confirme. Non seulement, il n’y a pas que notre système solaire, mais il y a la galaxie qui est composée de plusieurs soleils. Qui plus est, il n’y a pas qu’une galaxie. Il y en a des milliards. En outre, nous croyons dans la science et dans le progrès infini de la science. Associons l’idée d’univers infini avec celle de science infinie. Regardons-les avec les yeux de l’infini. Une chose ressort : on ne voit pas ce que notre univers ni ce que la science que nous connaissons peuvent avoir de spécifique. Puisqu’une infinité d’univers sont possibles, notre univers n’est qu’un univers parmi d’autres. Étant un univers parmi d’autres, il n’a aucune nécessité interne. Il est contingent. C’est un accident. Même chose pour la science, elle non plus n’a aucune nécessité interne. Il y a là une grande liberté, a-t‑on envie de dire. Est-ce si sûr ?

Faisons de notre univers un univers parmi d’autres. Une question se pose : quelle est sa réalité ? A-t‑il même une réalité ? Force est de constater que non. Noyé dans une infinité de mondes, notre univers n’existe pas. Il n’a aucune réalité. Il n’est qu’une fiction. Nous pensons qu’il existe. Nous rêvons. D’où la contradiction de la théorie de l’infinité des mondes. Celle-ci pense ouvrir le monde ainsi que la réalité. Elle les ferme. L’univers infini que l’on pense plus réel que le monde fini dans lequel nous évoluons est un univers fermé. Il n’existe pas. Or, l’univers dans lequel nous vivons existe et nous avons le sentiment d’exister. Comment est-ce possible ?

Pour le comprendre, il importe de faire la différence entre deux niveaux d’expérience, la première étant l’expérience banale de la réalité et la seconde son expérience profonde. Quand on a affaire à la réalité de façon extérieure, que cette réalité soit cosmique, vivante ou humaine, une chose saute aux yeux : la réalité est multiple. Elle n’arrête pas d’être multiple. Relative, changeante, diverse, sa réalité est de ne pas en avoir. De ce point de vue, qu’importe de dire que l’univers n’a aucune réalité. Quand on aborde la réalité de façon intérieure, il en va autrement. L’intériorité consistant à être concentré et être concentré à être un, il n’est possible d’être un que dans un univers qui existe et qui est non seulement un mais unique. À ce stade, pas question d’être dans le multiple, l’infini, l’irréalité.

Nous croyons que l’univers est une chose. Il n’est pas une chose. Il est un état de conscience. Il en va de lui, comme il en va de la réalité que nous côtoyons. En général, celle-ci n’existe pas parce que nous n’existons pas, parce que nous n’avons pas pris la décision d’exister, comme de faire exister ce qui existe. Vivant à court terme, uniquement préoccupés par le matériel, l’égotique et l’immédiat, nous vivons au gré de ce que nous pouvons maîtriser et de ce qui nous arrive. D’où l’impression de vivre dans un univers multiple, infini. Mettons-nous à exister en faisant exister ce qui existe, il en va autrement. Vivant ce qui est présent en étant présent à ce qui est, l’univers nous apparaît. Nous apparaissons en lui. Tout nous apparaît. Tout devient une apparition unique. C’est la raison pour laquelle il n’y a pas plusieurs univers. Il n’y en a qu’un, qui est l’univers au sens propre en tant qu’univers.

Il n’est pas facile d’accepter l’idée qu’il existe deux structures possibles de l’univers : l’univers comme chose en face de nous et l’univers comme apparition. Nous n’avons pas l’habitude de concevoir l’univers comme une expérience.

Habituellement, nous le concevons comme une chose face à nous en oubliant qu’il existe parce que nous le faisons exister. Nous oublions que nous ne sommes pas en face de lui et qu’il n’est pas en face de nous. Nous sommes en lui et il est nous. De sorte que nous sommes l’univers et qu’il est nous. Vivons l’univers ainsi à partir d’une expérience profonde. Nous pouvons redonner un sens à l’infini en faisant de celui-ci, non pas ce dans quoi tout se noie, mais ce qui résulte de la vie vraiment vécue. Quand nous sentons vraiment ce que nous vivons, les choses que nous sentons se mettent à exister. Quand elles se mettent à exister, elles sont toujours une et infinies à la fois. Elles sont une parce qu’elles sont bien ce qu’elles sont en ayant de la chair. Elles sont infinies parce que les vivre, les sentir, c’est ne pas cesser de les vivre et de les sentir.

L’univers comme chose n’existe pas. C’est l’apparition de l’univers qui existe. La vie spirituelle ne voit pas la réalité autrement que comme une apparition. Pour elle, l’univers est toujours neuf. Il est toujours en train d’apparaître. L’infini a du sens quand il est vécu et qu’il provoque un saisissement. Dès lors qu’il n’est plus vécu et qu’il ne provoque plus aucun saisissement, ce n’est plus de l’infini. L’infini ainsi que la pluralité des mondes tels qu’ils sont pensés aujourd’hui sont, comme le dit Bachelard, des obstacles épistémologiques. Être libre, c’est ne pas être limité et ne pas être limité, c’est pouvoir vivre dans un monde infini avec un progrès infini, nous dit la vision contemporaine de la liberté, du progrès et de la science. Cette vision est naïve. Être libre, ce n’est pas être illimité. C’est être illimité et limité.

La liberté est un paradoxe. Quand on est libre, on est libre à l’égard de tout. On est libre à l’égard de la limite, en n’ayant pas peur de l’illimité, comme on est libre à l’égard de l’illimité, en n’ayant pas peur d’être limité. Les Anciens avaient peur de l’illimité. Ils craignaient d’être noyés par lui. Les modernes ont peur de la limite. Ils craignent d’être étouffés par elle. Si bien que les Anciens se sentaient sécurisés par la terre alors que les modernes sont sécurisés par le ciel. La liberté consiste à passer partout.

Il est beau de progresser, d’aller dans l’infini, de découvrir le toujours nouveau. Il est également beau de s’arrêter, de ne pas toujours être dans le nouveau. Quand tout est toujours nouveau, c’est ne pas l’être qui est nouveau. Signe que le nouveau n’est pas ce que l’on croit.

C’est l’imprévisible dans le nouveau et non le nouveau.

Cela vaut pour l’univers. Le véritable univers est imprévisible, et c’est en cela qu’il est unique. Dans les recherches qui se font à son sujet, il faut s’attendre à être surpris et à voir bien des progrès supposés remis en cause. C’est là qu’il va y avoir un réel progrès.

Extrait de "Notre vie a un sens ! : une sagesse contre le pessimisme ambiant" de Bertrand Vergely, publié chez Albin Michel.

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 07/05/2019 - 19:36
Des millions de mondes
Puisqu'il y a des milliards de galaxies, dire qu'il y a des millions de mondes doit être pris au sérieux. Mais nos sens et nos appareils auront-ils la capacité de les voir ? On en peut faire aucune hypothèse sur la nature de chacun de ses mondes. La seule chose que j'aie lue, c'est que notre terre est l'un des mondes les plus corrompus.
Ganesha
- 05/05/2019 - 17:47
Credo Fondamental
Pour en revenir, après de nombreuses digressions, au sujet de cet article, la question qui se pose, c'est : lorsque nous aurons enfin établi une communication avec des extra-terrestres, quel devra être l'objet de nos premiers échanges ?

Certains d'entre vous pensent probablement que la priorité sera de leur transmettre votre ''Credo Fondamental'' :

''La PMA et la GPA, ce n'est pas bien !''
Ganesha
- 05/05/2019 - 12:05
Cloette
Décidément, vos connaissances sont très parcellaires, puisque vous confondez le Mahâbhârata,qui est un livre sacré de l'Inde, relatant la ''Grande Geste des Bhārata'', grand poème épique datant des derniers siècles av. J.-C.

C'est donc une saga mythico-historique, tandis que le Kamasutra, soit littéralement ''les aphorismes du désir'', est un recueil hindou traitant des diverses activités de ce que recouvre l'expression « vie privée » aujourd'hui, écrit entre les VIe et VIIe siècles, attribué à Vâtsyâyana.

Le Kamasutra est avant tout un ouvrage philosophique, mais il est surtout connu en Occident par son chapitre consacré aux 64 positions sexuelles.

En tout cas, de nombreux siècles avant le ''Mariage pour tous'', il affirme que : ''l'homosexualité féminine et masculine sont des aspects naturels de la vie sexuelle'' !

Une fois de plus, c'est le satané colonialisme britannique qui a introduit ses névroses obsessionnelles dans le sous-continent indien !