En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 6 min 30 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 1 heure 24 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 2 heures 47 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 3 heures 54 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 4 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 5 heures 44 sec
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 5 heures 31 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 6 heures 8 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 7 heures 23 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 32 min 54 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 1 heure 46 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 3 heures 43 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 4 heures 8 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 4 heures 40 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 5 heures 10 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 6 heures 17 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 7 heures 35 min
Bonnes feuilles

Pourquoi notre croyance dans un monde infini nous empêche de nous émerveiller du monde dans lequel nous vivons

Publié le 04 mai 2019
Dans son nouvel ouvrage "Notre vie a un sens" (ed. Albin Michel), Bertrand Vergely s'attaque, dans cette réflexion majeure et originale, au sujet clé qui interroge nos existences : quel est le sens de notre vie ? 1/2
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son nouvel ouvrage "Notre vie a un sens" (ed. Albin Michel), Bertrand Vergely s'attaque, dans cette réflexion majeure et originale, au sujet clé qui interroge nos existences : quel est le sens de notre vie ? 1/2

Aujourd’hui, quelle est notre vision du monde ? Celle que l’on trouve chez Giordano Bruno ainsi que Fontenelle. Nous croyons que l’univers est infini et qu’il y a d’autres univers. La science, par ses observations, le confirme. Non seulement, il n’y a pas que notre système solaire, mais il y a la galaxie qui est composée de plusieurs soleils. Qui plus est, il n’y a pas qu’une galaxie. Il y en a des milliards. En outre, nous croyons dans la science et dans le progrès infini de la science. Associons l’idée d’univers infini avec celle de science infinie. Regardons-les avec les yeux de l’infini. Une chose ressort : on ne voit pas ce que notre univers ni ce que la science que nous connaissons peuvent avoir de spécifique. Puisqu’une infinité d’univers sont possibles, notre univers n’est qu’un univers parmi d’autres. Étant un univers parmi d’autres, il n’a aucune nécessité interne. Il est contingent. C’est un accident. Même chose pour la science, elle non plus n’a aucune nécessité interne. Il y a là une grande liberté, a-t‑on envie de dire. Est-ce si sûr ?

Faisons de notre univers un univers parmi d’autres. Une question se pose : quelle est sa réalité ? A-t‑il même une réalité ? Force est de constater que non. Noyé dans une infinité de mondes, notre univers n’existe pas. Il n’a aucune réalité. Il n’est qu’une fiction. Nous pensons qu’il existe. Nous rêvons. D’où la contradiction de la théorie de l’infinité des mondes. Celle-ci pense ouvrir le monde ainsi que la réalité. Elle les ferme. L’univers infini que l’on pense plus réel que le monde fini dans lequel nous évoluons est un univers fermé. Il n’existe pas. Or, l’univers dans lequel nous vivons existe et nous avons le sentiment d’exister. Comment est-ce possible ?

Pour le comprendre, il importe de faire la différence entre deux niveaux d’expérience, la première étant l’expérience banale de la réalité et la seconde son expérience profonde. Quand on a affaire à la réalité de façon extérieure, que cette réalité soit cosmique, vivante ou humaine, une chose saute aux yeux : la réalité est multiple. Elle n’arrête pas d’être multiple. Relative, changeante, diverse, sa réalité est de ne pas en avoir. De ce point de vue, qu’importe de dire que l’univers n’a aucune réalité. Quand on aborde la réalité de façon intérieure, il en va autrement. L’intériorité consistant à être concentré et être concentré à être un, il n’est possible d’être un que dans un univers qui existe et qui est non seulement un mais unique. À ce stade, pas question d’être dans le multiple, l’infini, l’irréalité.

Nous croyons que l’univers est une chose. Il n’est pas une chose. Il est un état de conscience. Il en va de lui, comme il en va de la réalité que nous côtoyons. En général, celle-ci n’existe pas parce que nous n’existons pas, parce que nous n’avons pas pris la décision d’exister, comme de faire exister ce qui existe. Vivant à court terme, uniquement préoccupés par le matériel, l’égotique et l’immédiat, nous vivons au gré de ce que nous pouvons maîtriser et de ce qui nous arrive. D’où l’impression de vivre dans un univers multiple, infini. Mettons-nous à exister en faisant exister ce qui existe, il en va autrement. Vivant ce qui est présent en étant présent à ce qui est, l’univers nous apparaît. Nous apparaissons en lui. Tout nous apparaît. Tout devient une apparition unique. C’est la raison pour laquelle il n’y a pas plusieurs univers. Il n’y en a qu’un, qui est l’univers au sens propre en tant qu’univers.

Il n’est pas facile d’accepter l’idée qu’il existe deux structures possibles de l’univers : l’univers comme chose en face de nous et l’univers comme apparition. Nous n’avons pas l’habitude de concevoir l’univers comme une expérience.

Habituellement, nous le concevons comme une chose face à nous en oubliant qu’il existe parce que nous le faisons exister. Nous oublions que nous ne sommes pas en face de lui et qu’il n’est pas en face de nous. Nous sommes en lui et il est nous. De sorte que nous sommes l’univers et qu’il est nous. Vivons l’univers ainsi à partir d’une expérience profonde. Nous pouvons redonner un sens à l’infini en faisant de celui-ci, non pas ce dans quoi tout se noie, mais ce qui résulte de la vie vraiment vécue. Quand nous sentons vraiment ce que nous vivons, les choses que nous sentons se mettent à exister. Quand elles se mettent à exister, elles sont toujours une et infinies à la fois. Elles sont une parce qu’elles sont bien ce qu’elles sont en ayant de la chair. Elles sont infinies parce que les vivre, les sentir, c’est ne pas cesser de les vivre et de les sentir.

L’univers comme chose n’existe pas. C’est l’apparition de l’univers qui existe. La vie spirituelle ne voit pas la réalité autrement que comme une apparition. Pour elle, l’univers est toujours neuf. Il est toujours en train d’apparaître. L’infini a du sens quand il est vécu et qu’il provoque un saisissement. Dès lors qu’il n’est plus vécu et qu’il ne provoque plus aucun saisissement, ce n’est plus de l’infini. L’infini ainsi que la pluralité des mondes tels qu’ils sont pensés aujourd’hui sont, comme le dit Bachelard, des obstacles épistémologiques. Être libre, c’est ne pas être limité et ne pas être limité, c’est pouvoir vivre dans un monde infini avec un progrès infini, nous dit la vision contemporaine de la liberté, du progrès et de la science. Cette vision est naïve. Être libre, ce n’est pas être illimité. C’est être illimité et limité.

La liberté est un paradoxe. Quand on est libre, on est libre à l’égard de tout. On est libre à l’égard de la limite, en n’ayant pas peur de l’illimité, comme on est libre à l’égard de l’illimité, en n’ayant pas peur d’être limité. Les Anciens avaient peur de l’illimité. Ils craignaient d’être noyés par lui. Les modernes ont peur de la limite. Ils craignent d’être étouffés par elle. Si bien que les Anciens se sentaient sécurisés par la terre alors que les modernes sont sécurisés par le ciel. La liberté consiste à passer partout.

Il est beau de progresser, d’aller dans l’infini, de découvrir le toujours nouveau. Il est également beau de s’arrêter, de ne pas toujours être dans le nouveau. Quand tout est toujours nouveau, c’est ne pas l’être qui est nouveau. Signe que le nouveau n’est pas ce que l’on croit.

C’est l’imprévisible dans le nouveau et non le nouveau.

Cela vaut pour l’univers. Le véritable univers est imprévisible, et c’est en cela qu’il est unique. Dans les recherches qui se font à son sujet, il faut s’attendre à être surpris et à voir bien des progrès supposés remis en cause. C’est là qu’il va y avoir un réel progrès.

Extrait de "Notre vie a un sens ! : une sagesse contre le pessimisme ambiant" de Bertrand Vergely, publié chez Albin Michel.

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 07/05/2019 - 19:36
Des millions de mondes
Puisqu'il y a des milliards de galaxies, dire qu'il y a des millions de mondes doit être pris au sérieux. Mais nos sens et nos appareils auront-ils la capacité de les voir ? On en peut faire aucune hypothèse sur la nature de chacun de ses mondes. La seule chose que j'aie lue, c'est que notre terre est l'un des mondes les plus corrompus.
Ganesha
- 05/05/2019 - 17:47
Credo Fondamental
Pour en revenir, après de nombreuses digressions, au sujet de cet article, la question qui se pose, c'est : lorsque nous aurons enfin établi une communication avec des extra-terrestres, quel devra être l'objet de nos premiers échanges ?

Certains d'entre vous pensent probablement que la priorité sera de leur transmettre votre ''Credo Fondamental'' :

''La PMA et la GPA, ce n'est pas bien !''
Ganesha
- 05/05/2019 - 12:05
Cloette
Décidément, vos connaissances sont très parcellaires, puisque vous confondez le Mahâbhârata,qui est un livre sacré de l'Inde, relatant la ''Grande Geste des Bhārata'', grand poème épique datant des derniers siècles av. J.-C.

C'est donc une saga mythico-historique, tandis que le Kamasutra, soit littéralement ''les aphorismes du désir'', est un recueil hindou traitant des diverses activités de ce que recouvre l'expression « vie privée » aujourd'hui, écrit entre les VIe et VIIe siècles, attribué à Vâtsyâyana.

Le Kamasutra est avant tout un ouvrage philosophique, mais il est surtout connu en Occident par son chapitre consacré aux 64 positions sexuelles.

En tout cas, de nombreux siècles avant le ''Mariage pour tous'', il affirme que : ''l'homosexualité féminine et masculine sont des aspects naturels de la vie sexuelle'' !

Une fois de plus, c'est le satané colonialisme britannique qui a introduit ses névroses obsessionnelles dans le sous-continent indien !