En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

03.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

04.

Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct

05.

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

06.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

07.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Jeune homme à la Mule" : quand Michel Orcel chausse la lorgnette de Stendhal…

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Raymonda" de Rudolf Noureev d'après Marius Petipa : la perfection classique pendant trois heures d’horloge… Et on en redemanderait…

il y a 8 heures 10 min
pépite vidéo > Religion
Huit mois après
Chantier de Notre-Dame de Paris : France 2 dévoile des images de l'intérieur de la cathédrale
il y a 9 heures 57 min
pépites > France
Fortes perturbations
Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro
il y a 13 heures 44 min
light > France
Mauvaise camaraderie ?
Miss France 2020 : les ultimes heures de la compétition avant le sacre auraient été marquées par des tensions entre les candidates
il y a 14 heures 58 min
pépites > Social
Prévisions
Grève SNCF : Edouard Philippe exige un "plan de transport" pour les fêtes
il y a 17 heures 3 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

Comment Daech est né sur les décombres de l'Etat irakien

il y a 18 heures 10 min
rendez-vous > Politique
Zone Franche
Mélenchon et les élections britanniques : le grand rabbin, le Crif et le Likoud ont-ils fait chuter la gauche ?
il y a 18 heures 45 min
décryptage > Education
Négociations

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

il y a 20 heures 6 min
décryptage > Europe
Le retour de l'ennemi héréditaire

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

il y a 21 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le roman des Goscinny, naissance d'un gaulois" de Catel Muller : un parcours tendre et souriant aux sources de l'inspiration du père d'Astérix et Obélix

il y a 7 heures 59 min
pépites > Défense
Solidarité et soutien envers nos soldats
Emmanuel Macron sera avec les militaires français en Côte d’Ivoire pour les fêtes de fin d’année
il y a 9 heures 24 min
light > France
"Nipple Gate"
Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct
il y a 10 heures 54 min
pépites > Politique
Confiance
Edouard Philippe considère que la "bonne foi" de Jean-Paul Delevoye est "totale"
il y a 14 heures 19 min
pépite vidéo > Sport
Valeurs du sport bafouées
Roxana Maracineanu, ministre des Sports, a été huée et menacée par des supporters lors d'un match du Red Star
il y a 16 heures 21 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

La genèse de Huaweï : comment le génie et les idées de Ren Zhengfei ont révolutionné les télécoms et l'industrie en Chine

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

Lutte et prévention contre le terrorisme : l'impérieuse nécessité d'adopter une vision globale afin d'éviter l'impression du pansement sur une jambe de bois

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Santé
Avancées médicales

Un nouveau traitement capable de prévenir la moitié des cancers du sein produit des effets même longtemps après avoir été pris

il y a 19 heures 33 min
décryptage > Politique
Répartie

Retraites : on peut être de droite et préférer la répartition

il y a 20 heures 21 min
décryptage > Politique
Déclaration d’intérêt

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

il y a 21 heures 25 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Nouvelle recette

Hausse des impôts ou baisse des dépenses publiques : le moins dommageable n’est pas forcément celui que vous espériez

Publié le 03 mai 2019
Contrairement aux attentes, les hausses de taxes ne sont pas forcément mauvaises pour l'économie. Elles pourraient être un moyen efficace de générer des recettes sans réduire le PIB.
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Contrairement aux attentes, les hausses de taxes ne sont pas forcément mauvaises pour l'économie. Elles pourraient être un moyen efficace de générer des recettes sans réduire le PIB.

Atlantico : Comment une politique fiscale n'impacterait-t-elle pas les économies de manière négative ?

Michel Ruimy : La politique fiscale a toujours un impact sur l’économie. Les changements de fiscalité peuvent notamment affecter l’économie via deux principaux canaux : les canaux de l’offre et de la demande.

Concernant l’offre, les effets transitent par des mécanismes d'incitations. Par exemple, suite à une baisse d’impôts, les agents peuvent être incités à travailler davantage (heures supplémentaires défiscalisées), à investir (primes) ou à embaucher (exonérations des cotisations patronales). Avec ce canal d’offre, un changement fiscal n’aura d’impact que s’il modifie substantiellement le comportement des agents.

Concernant la demande, les effets reposent sur le revenu disponible des agents. Une baisse d’impôts, parce qu'elle engendre une hausse du revenu disponible, va conduire à une hausse de la consommation, qui va elle-même engendrer des revenus supplémentaires pour les entreprises, et donc des embauches, de l’investissement, des rentrées fiscales supplémentaires pour l’Etat, etc. C’est le mécanisme keynésien du multiplicateur fiscal.

Comme les réformes fiscales sont un élément central des politiques publiques, il existe encore d’intenses controverses sur leur impact macroéconomique. Par exemple, vaut-il mieux relancer la consommation des ménages ou accorder des baisses de charges aux entreprises pour stimuler l’investissement et les embauches ? Ces questions ne cessent d’être débattue.

Mais, pour répondre plus précisément à votre question, il semble que la taille du pays est un paramètre non négligeable à prendre également en compte. Une étude récente de VoxEU, montre que si les hausses de taxes ont un important effet négatif sur l’activité économique des pays développés, et en particulier sur ceux d’Europe, cette conclusion empirique ne s’applique pas à un échantillon plus large. Dans les pays en développement, un niveau élevé de taxes peut engendrer des rentrées fiscales sans, pour autant observer une baisse du Produit intérieur brut (PIB). Cela est particulièrement vrai pour des pays à faible fourniture de biens publics ou pour des pays dépendant de produits de base.

Il n’en demeure pas moins qu’au-delà de ces facteurs, il convient également de bien évaluer les effets des politiques fiscales car les erreurs d’appréciation peuvent avoir de très lourdes conséquences. L’exemple de la Grèce est, à cet égard, emblématique. Les organisations internationales, comme le Fonds monétaire international (FMI) ont défendu, à partir de 2010, la nécessité de fortes hausses d’impôts afin de rétablir les finances publiques. Alors que le FMI anticipait que les efforts exigés conduiraient à une baisse du PIB réel d’environ 6% entre 2010 et 2012, le PIB s’est, en réalité, effondré de 17%, et le chômage a atteint 25% au lieu des 15% prévus. Le FMI a reconnu quelques années plus tard son erreur d’appréciation. Il considérait, en effet, que le multiplicateur était de l’ordre de 0,5 - une hausse d’1 point de PIB des prélèvements obligatoires n’entrainait qu’une baisse de 0,5% du PIB - avant d’admettre que le multiplicateur était, en réalité, jusqu'à trois fois supérieur.

Comment peut-on mesurer les effets et impacts d’une politique fiscale, indépendamment du contexte économique ?

Vaste et importante question ! Les erreurs d’appréciation viennent en grande partie de la remise en cause par les économistes libéraux des mécanismes keynésiens qui a conduit au développement de modèles macroéconomiques dans lesquels, quasiment par hypothèse, les hausses d’impôts ne peuvent avoir d’effets récessifs. Paradoxalement, dans les modèles dits « nouveaux keynésiens », les effets de l’impôt ne passent que par les incitations des agents (effet d’offre).

Par ailleurs, les hypothèses sur lesquelles ont été construits ces modèles macroéconomiques ont conduit à la disparition du canal de la demande et l’idée même de multiplicateur. Par exemple, dans ces schémas, les ménages sont supposés consommer, non pas en fonction de leur revenu disponible, mais de leur « revenu permanent » c’est-à-dire de l’estimation de leur revenu à long terme qui intègre les revenus passés, présents et à venir. Il est également supposé que toute baisse d’impôts sans baisse équivalente des dépenses publiques ne peut avoir d’effet sur l’activité car les ménages vont anticiper une hausse future des impôts pour rembourser la dette publique et choisir alors d’épargner plutôt que de consommer ces ressources supplémentaires. C’est l’« équivalence ricardienne ». Pourtant, ces hypothèses théoriques de revenu permanent ou d'équivalence ricardienne ont été très rapidement rejetées par les études empiriques.

En fait, il est difficile d’évaluer correctement les effets agrégés des politiques fiscales pour plusieurs raisons. Tout d’abord, différents facteurs peuvent influencer en même temps l’activité et les recettes fiscales. S’ils ne sont pas isolés, l’évaluation qui est faite n’est pas celle de la fiscalité sur l’activité, mais aussi celle de l’ensemble de ces facteurs. Ensuite, parce que l’activité économique influence les recettes fiscales autant que ces dernières influencent l’activité. Aussi, pour isoler l’effet allant de la fiscalité vers l’activité économique en éliminant l’effet inverse (de l’activité vers la fiscalité), il faut retenir, parmi les principaux changements fiscaux, ceux ayant été pris indépendamment du contexte économique (exogènes) et en mesurer l’impact.

Dernièrement, pour dépasser ces difficultés, l’approche dite « narrative » a été développée. Elle consiste, en utilisant différents documents d’archives - débats parlementaires, rapports d'organisations internationales, articles de journaux, etc. -, à identifier les motivations des politiques fiscales et à ne retenir que les mesures « exogènes » c’est-à-dire prises indépendamment du contexte économique. En procédant de la sorte, plusieurs études, portant sur les Etats-Unis ou sur le Royaume-Uni, sont arrivées à constater des multiplicateurs fiscaux de l’ordre de 2-3 c’est-à-dire que suite à une baisse d’impôt d’1 point de pourcentage du PIB, le PIB augmente de 2 à 3% au bout de 3 ans.

Dans le contexte actuel d’économies ouvertes et interdépendantes, les politiques fiscales expansionnistes peuvent-elles être efficaces ?

Il existe un dilemme des politiques fiscales expansionnistes. Si elles ont des effets positifs sur l’activité à court terme, en particulier sur la consommation, l’investissement et l’emploi, elles conduisent, dans le même temps, à une aggravation des déficits extérieurs. Cet effet sur le solde extérieur d’une politique de relance est connu sous le nom de « déficits jumeaux ».

Dans une économie ouverte, une partie de la demande additionnelle créée par une relance fiscale est adressée à l’extérieur (propension de la population à consommer des produits importés) et se traduit par une dégradation de la compétitivité. C’est ce à quoi la relance de François Mitterrand, en 1981, avait conduit et qui avait nécessité de dévaluer le franc à trois reprises pour rétablir la compétitivité. Une partie des gains de pouvoir d'achat s’était, en effet, reportée sur l’achat de produits allemands et japonais.

Ce danger des politiques de relance avait été anticipé par Keynes lui-même, qui prenait le problème du déficit commercial très au sérieux. Il considérait ainsi qu’une politique d’expansion, bien que désirable, devait être accompagnée par l’introduction d’« un sérieux tarif douanier ». Il s’agissait, selon lui, d’une solution beaucoup moins coûteuse en termes d’emplois qu’une baisse des salaires, alternative défendue, à l’époque pour réduire le chômage et sauver l’industrie britannique.

Peu de temps auparavant, il avait souligné le danger d’« abandonner toute industrie incapable, pour le moment, de survivre » et, pour l’éviter, il avait préconisé de protéger les industries automobiles, du fer et de l’acier. Dans le même temps, il mettait en garde contre le risque d'escalade : si, à l’échelle d'un pays, un tarif douanier peut contribuer à la réduction du chômage, une montée du protectionnisme à l’échelle mondiale conduirait à un jeu à somme négative.

Reste à savoir si Keynes parviendrait à la même recommandation d'instaurer « un sérieux tarif douanier » dans le contexte actuel d’économies hyper mondialisées, où les chaînes de valeur sont beaucoup plus fragmentées, et où les risques d’escalade et de tensions commerciales constituent une menace plus sérieuse pour l’économie mondiale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

03.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

04.

Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct

05.

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

06.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

07.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Forbane
- 03/05/2019 - 11:17
Rendre du pouvoir d’achat
aux classes moyennes supérieures, elles consommeront probablement moins de cochonneries Made in China.
Pour ma part, je payerai bien quelques heures de ménage/ repassage par semaine, j’irai bien au resto plus souvent aussi...