En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

03.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

04.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

05.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

06.

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

07.

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 8 heures 13 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 9 heures 5 sec
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 10 heures 27 min
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 12 heures 58 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 15 heures 12 min
décryptage > France
Raison garder

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

il y a 15 heures 58 min
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 8 heures 25 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 9 heures 28 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 11 heures 17 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 13 heures 34 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 14 heures 53 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 15 heures 33 min
décryptage > Sport
Activité physique

Et les sports les plus tendances de l’été 2020 sont...

il y a 16 heures 20 min
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Environnement
Innovation et évolution

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

il y a 18 heures 52 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Atlantico business

SOS syndicats en perdition : le fiasco du 1er mai inquiète les patrons

Publié le 02 mai 2019
Personne n’est gagnant à l’issue de ce 1er mai... Ni les syndicats, ni les black blocs, ni le gouvernement, pas même les gilets jaunes.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Personne n’est gagnant à l’issue de ce 1er mai... Ni les syndicats, ni les black blocs, ni le gouvernement, pas même les gilets jaunes.

Quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse, ce premier mai va laisser des traces profondes et difficiles à cicatriser pour le monde syndical français. Le 1er mai, c’est traditionnellement la fête du travail et des travailleurs. Et dans le climat actuel de la France dominé depuis des mois par le mouvement des gilets jaunes, ce premier mai devait démontrer que la convergence des luttes était possible entre les mouvements syndicaux et les gilets jaunes.

Or, les manifestations à Paris comme en province n‘ont pas attiré des foules considérables. Ne tombons pas dans une bataille de chiffres, mais disons que l’on comptait environ 200 000 manifestants dans la France entière, dont 40 000 environ à Paris. Sans remonter à mai 68, on a connu des manifestations beaucoup plus importantes, avec des 1er mai qui rassemblaient plus de 500 000 participants dans la capitale.

Ce premier mai a été certes troublé par la présence des blackblocs venus de l’Europe entière, ce qui pose un problème particulier. Les services d’ordre ont réussi à limiter les dégâts qu’on nous annonçait, mais ces débordements de violence posent un vrai problème qui va sans doute nécessiter des mesures à l‘échelle de l’Europe, puisque les blackblocs agissent partout en Europe.

La question est de savoir si on est face à un mouvement organisé qui peut évoluer vers des formes de terrorisme, comme les brigades rouges ou Action directe dans les années 1970-80. Les années de plomb qui ont touché l‘Allemagne, l‘Italie et la France. Ou alors si ce mouvement se concentre sur la destruction des actifs du capitalisme.

Ce qui est troublant, c’est que les syndicats eux-mêmes ont été complètement débordés et incapables de faire respecter le trajet et l’ordre. La CGT a été malmenée par les gilets jaunes, son secrétaire général, Philippe Martinez, a été empêché de parler et a même dû être exfiltré et quitté le cortège un moment pour le rejoindre ensuite.

Mais ce n’est pas tout, la FSU, la très puissante fédération des syndicats de fonctionnaires, a abandonné la manifestation en demandant à ses adhérents de se retirer du terrain. Un terrain sur lequel FO était très discret, et que la CFDT avait délaissé pour choisir une autre forme de manifestation.

Dans le cortège, on attendait peut-être une sorte de fraternisation avec les gilets jaunes, mais il n’en a rien été. Une partie des gilets jaunes, en revanche, a préféré le noir et s’est mêlée aux black blocs.

Sinon, aucune banderole commune qui aurait repris les revendications ou les mots d’ordre.

Tout s’est passé comme si les syndicats, et la CGT en particulier, s’étaient fait voler leur 1er mai.

Alors, certains vont nous expliquer qu‘il ne pouvait pas y avoir convergence entre les gilets rouges et les gilets jaunes, puisque les gilets jaunes ont toujours affiché une méfiance à l’encontre des syndicats en considérant que les syndicats ne pouvaient pas les comprendre.

Du côté des syndicats, on pouvait espérer une convergence sur les problèmes sociaux-économiques, sur la défense du pouvoir d’achat, sur les impôts et la justice fiscale et sociale, mais on était très gênés à la CGT de suivre les gilets jaunes sur leurs revendications politiques ou contradictoires avec des demandes économiques.

Enfin, on savait quand même à la CGT et surtout à la CFDT qu’on pouvait difficilement travailler avec un mouvement qui n’était ni organisé, ni structuré et ni représenté.

En fait, la majorité des chefs syndicaux et des responsables politiques de l’opposition ne rêvaient que d’une chose : récupérer les gilets jaunes. Et bien ce travail de récupération a peut-être été possible en province, sur certains ronds-points, mais à Paris, le projet de récupération et de convergence a été raté. Complètement.

 

Maintenant, ce ratage montre à quel point les structures syndicales françaises sont affaiblies. On ne les savait pas très représentatives, mais les institutions existaient et permettaient un semblant de dialogue social et même une gestion paritaire des organisations sociales françaises. La confrontation entre le pouvoir politique, patronal et syndical était parfois chaotique, mais elles permettaient de dégager un compromis et d’avancer un peu sur certaines réformes.

Alors, beaucoup expliquent aujourd‘hui que, si les syndicats sont aussi affaiblis, c’est à cause de la politique d’Emmanuel Macron qui aurait refusé systématiquement le dialogue. Peut-être que le ton, l’attitude du président ne favorisait pas le dialogue social constructif. Peut-être que le président attendait du corps social une contribution plus forte à la modernité... Le pouvoir a sans doute fait beaucoup d‘erreurs. Il l‘a reconnu mais ça ne règlera pas les problèmes.

 

Les syndicats eux-mêmes vont devoir faire le bilan de ce qu’ils sont et de ce qu’ils font. Si Emmanuel Macron a « boudé » les chefs syndicaux, les salariés dans les entreprises, les gilets jaunes sur les ronds-points n‘ont pas « acheté » les discours et les projets des chefs syndicaux.

La vérité est que « le marché syndical » s’est effondré parce que ce que proposait les syndicats ne correspondait plus aux besoins et à la demande.

Un seul syndicat en France a fait un effort d’adaptation aux besoins, un seul a changé son discours et son offre syndicale. Ce syndicat est devenu le premier en France lors des dernières élections professionnelles. « Un syndicat doit faire son job de syndicat, mais il doit être désirable s’il veut capter des adhérents ». Laurent Berger, le secrétaire général, a regretté que le président de la République ne demande pas aux syndicats des éléments de réformes, mais il a surtout travaillé à sa propre offre. Les résultats obtenus sont encourageants.

Pour les chefs d’entreprise, la CFDT est un contre pouvoir légitime et crédible. Et les chefs d’entreprises ont besoin de contre-pouvoirs salariés, clients et actionnaires sinon l'entreprise ne tiendra pas en équilibre. Les chefs d’entreprise intelligents, et ils sont nombreux, savent bien que l‘objectif de leur entreprise n’est pas exclusivement financier, ils doivent certes satisfaire leurs actionnaires, l’Etat qui perçoit des impôts, mais aussi les clients et les salariés sans lesquels rien n’est possible.

Les chefs d’entreprise peuvent discuter avec leurs syndicats, mais difficilement avec les gilets jaunes totalement inorganisés même si les gilets jaunes ont des revendications légitimes. La majorité des chefs d’entreprises aurait souhaité que les gilets jaunes se rapprochent des syndicats ou des partis politiques quels qu’ils soient.

Si Philippe Martinez continue de penser que tout ce qui lui arrive est de la faute du président de la République qui a donné l’ordre à sa police de charger la CGT, il se trompe. Non seulement il se trompe, mais il est en ridicule. Il ne gagnera pas d’adhérents avec ce type de logiciel.

Les adhérents ont besoin d’un syndicat qui leur explique les contraintes de la modernité et la façon de l’assumer. On ne peut pas avoir des syndicalistes qui, sur le terrain, acceptent de signer des accords de compétitivité (dans l'automobile par exemple) et une centrale syndicale qui à Paris reste campée sur une stratégie de lutte des classes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ulysse85
- 03/05/2019 - 17:26
syndicats discrédités
Comment peut-on s'étonner du discrédit des syndicats en France ? Le mal n'est pas nouveau, le taux de syndicalisation en France est un des plus faibles mais les salariés du privé ont depuis longtemps de bonnes raisons de ne pas faire confiance aux syndicats. A la libération, à de la création d'une protection sociale soit disant "universelle ", les syndicats ont obtenu des exceptions pour les régimes spéciaux (EdF, SNCF) et la fonction publique, leurs fonds de commerce. Et depuis rien de nouveau, le discours officiel est que la retraite est à 62 ans alors que depuis cette année avec l'accord des syndicats les salariés du privé peuvent être pénalisés en cas de départ avant 67 ans. Pourquoi une telle duperie? Parce que le caractère totalement inéquitable de certaines retraites (départ à 55 ans ou calculées sur les 6 derniers mois) serait bien trop criant. Il ne peut pas y avoir "convergence des luttes" entre les gilets jaunes et les protégés des syndicats. Les intérêts sont trop antagonistes. Notre si beau système de "redistribution" exige de gens aux fins de mois impossibles de payer pour d'autres qui sont loin de la misère sociale mais qui ont un pouvoir de nuisance. Honteux!
lasenorita
- 02/05/2019 - 18:13
Où étaient les ''services d'ordre''?
Les syndicats étaient impuissants face aux manifestants radicaux! La C.G.T est plus proche des casseurs que des policiers: les ''syndicalistes'' jetaient des pavés sur les forces de l'ordre! Les syndicats ont voulu récupérer le mouvement des G.J. mais ils ont été débordés,les casseurs gauchistes ont saccagé un hôpital comme ils l'avaient déjà fait lors de la manifestation contre la ''loi travail''. .Martinez pris entre les Black Blocs et la police a été obligé de s'enfuir! Martinez (6.000€ par mois)dont le syndicat qu'il dirige est largement financé par nos impôts, ce qui lui permet d'être propriétaire d'une multitude d'immeubles classés! Pourtant de moins en moins d'ouvriers sont inscrits à ce syndicat, si ce n'est de très nombreux musulmans! C'est la raison pour laquelle la C.G.T. et les gauchistes sont immigrationnistes car sans les musulmans ''la gauche'' n'existerait plus en France!
.
De Clem
- 02/05/2019 - 17:51
Modernité ?
Quelle est cette "modernité" que JMS présente comme un fait acquis et un idéal ?
Et si les citoyens français ne voulaient pas de cette "modernité"? Ont-ils le droit d'en
discuter et de la refuser , en dépit "des efforts pédagogiques " de Macron, d'éditorialistes
et analystes divers ?
S'ils faut des syndicats pour expliquer "les contraintes de cette modernité", les citoyens , entre autres les Gilets jaunes , ont bien raison de se méfier des syndicats qui acceptent ce rôle.