En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Atlantico business

SOS syndicats en perdition : le fiasco du 1er mai inquiète les patrons

Publié le 02 mai 2019
Personne n’est gagnant à l’issue de ce 1er mai... Ni les syndicats, ni les black blocs, ni le gouvernement, pas même les gilets jaunes.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Personne n’est gagnant à l’issue de ce 1er mai... Ni les syndicats, ni les black blocs, ni le gouvernement, pas même les gilets jaunes.

Quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse, ce premier mai va laisser des traces profondes et difficiles à cicatriser pour le monde syndical français. Le 1er mai, c’est traditionnellement la fête du travail et des travailleurs. Et dans le climat actuel de la France dominé depuis des mois par le mouvement des gilets jaunes, ce premier mai devait démontrer que la convergence des luttes était possible entre les mouvements syndicaux et les gilets jaunes.

Or, les manifestations à Paris comme en province n‘ont pas attiré des foules considérables. Ne tombons pas dans une bataille de chiffres, mais disons que l’on comptait environ 200 000 manifestants dans la France entière, dont 40 000 environ à Paris. Sans remonter à mai 68, on a connu des manifestations beaucoup plus importantes, avec des 1er mai qui rassemblaient plus de 500 000 participants dans la capitale.

Ce premier mai a été certes troublé par la présence des blackblocs venus de l’Europe entière, ce qui pose un problème particulier. Les services d’ordre ont réussi à limiter les dégâts qu’on nous annonçait, mais ces débordements de violence posent un vrai problème qui va sans doute nécessiter des mesures à l‘échelle de l’Europe, puisque les blackblocs agissent partout en Europe.

La question est de savoir si on est face à un mouvement organisé qui peut évoluer vers des formes de terrorisme, comme les brigades rouges ou Action directe dans les années 1970-80. Les années de plomb qui ont touché l‘Allemagne, l‘Italie et la France. Ou alors si ce mouvement se concentre sur la destruction des actifs du capitalisme.

Ce qui est troublant, c’est que les syndicats eux-mêmes ont été complètement débordés et incapables de faire respecter le trajet et l’ordre. La CGT a été malmenée par les gilets jaunes, son secrétaire général, Philippe Martinez, a été empêché de parler et a même dû être exfiltré et quitté le cortège un moment pour le rejoindre ensuite.

Mais ce n’est pas tout, la FSU, la très puissante fédération des syndicats de fonctionnaires, a abandonné la manifestation en demandant à ses adhérents de se retirer du terrain. Un terrain sur lequel FO était très discret, et que la CFDT avait délaissé pour choisir une autre forme de manifestation.

Dans le cortège, on attendait peut-être une sorte de fraternisation avec les gilets jaunes, mais il n’en a rien été. Une partie des gilets jaunes, en revanche, a préféré le noir et s’est mêlée aux black blocs.

Sinon, aucune banderole commune qui aurait repris les revendications ou les mots d’ordre.

Tout s’est passé comme si les syndicats, et la CGT en particulier, s’étaient fait voler leur 1er mai.

Alors, certains vont nous expliquer qu‘il ne pouvait pas y avoir convergence entre les gilets rouges et les gilets jaunes, puisque les gilets jaunes ont toujours affiché une méfiance à l’encontre des syndicats en considérant que les syndicats ne pouvaient pas les comprendre.

Du côté des syndicats, on pouvait espérer une convergence sur les problèmes sociaux-économiques, sur la défense du pouvoir d’achat, sur les impôts et la justice fiscale et sociale, mais on était très gênés à la CGT de suivre les gilets jaunes sur leurs revendications politiques ou contradictoires avec des demandes économiques.

Enfin, on savait quand même à la CGT et surtout à la CFDT qu’on pouvait difficilement travailler avec un mouvement qui n’était ni organisé, ni structuré et ni représenté.

En fait, la majorité des chefs syndicaux et des responsables politiques de l’opposition ne rêvaient que d’une chose : récupérer les gilets jaunes. Et bien ce travail de récupération a peut-être été possible en province, sur certains ronds-points, mais à Paris, le projet de récupération et de convergence a été raté. Complètement.

 

Maintenant, ce ratage montre à quel point les structures syndicales françaises sont affaiblies. On ne les savait pas très représentatives, mais les institutions existaient et permettaient un semblant de dialogue social et même une gestion paritaire des organisations sociales françaises. La confrontation entre le pouvoir politique, patronal et syndical était parfois chaotique, mais elles permettaient de dégager un compromis et d’avancer un peu sur certaines réformes.

Alors, beaucoup expliquent aujourd‘hui que, si les syndicats sont aussi affaiblis, c’est à cause de la politique d’Emmanuel Macron qui aurait refusé systématiquement le dialogue. Peut-être que le ton, l’attitude du président ne favorisait pas le dialogue social constructif. Peut-être que le président attendait du corps social une contribution plus forte à la modernité... Le pouvoir a sans doute fait beaucoup d‘erreurs. Il l‘a reconnu mais ça ne règlera pas les problèmes.

 

Les syndicats eux-mêmes vont devoir faire le bilan de ce qu’ils sont et de ce qu’ils font. Si Emmanuel Macron a « boudé » les chefs syndicaux, les salariés dans les entreprises, les gilets jaunes sur les ronds-points n‘ont pas « acheté » les discours et les projets des chefs syndicaux.

La vérité est que « le marché syndical » s’est effondré parce que ce que proposait les syndicats ne correspondait plus aux besoins et à la demande.

Un seul syndicat en France a fait un effort d’adaptation aux besoins, un seul a changé son discours et son offre syndicale. Ce syndicat est devenu le premier en France lors des dernières élections professionnelles. « Un syndicat doit faire son job de syndicat, mais il doit être désirable s’il veut capter des adhérents ». Laurent Berger, le secrétaire général, a regretté que le président de la République ne demande pas aux syndicats des éléments de réformes, mais il a surtout travaillé à sa propre offre. Les résultats obtenus sont encourageants.

Pour les chefs d’entreprise, la CFDT est un contre pouvoir légitime et crédible. Et les chefs d’entreprises ont besoin de contre-pouvoirs salariés, clients et actionnaires sinon l'entreprise ne tiendra pas en équilibre. Les chefs d’entreprise intelligents, et ils sont nombreux, savent bien que l‘objectif de leur entreprise n’est pas exclusivement financier, ils doivent certes satisfaire leurs actionnaires, l’Etat qui perçoit des impôts, mais aussi les clients et les salariés sans lesquels rien n’est possible.

Les chefs d’entreprise peuvent discuter avec leurs syndicats, mais difficilement avec les gilets jaunes totalement inorganisés même si les gilets jaunes ont des revendications légitimes. La majorité des chefs d’entreprises aurait souhaité que les gilets jaunes se rapprochent des syndicats ou des partis politiques quels qu’ils soient.

Si Philippe Martinez continue de penser que tout ce qui lui arrive est de la faute du président de la République qui a donné l’ordre à sa police de charger la CGT, il se trompe. Non seulement il se trompe, mais il est en ridicule. Il ne gagnera pas d’adhérents avec ce type de logiciel.

Les adhérents ont besoin d’un syndicat qui leur explique les contraintes de la modernité et la façon de l’assumer. On ne peut pas avoir des syndicalistes qui, sur le terrain, acceptent de signer des accords de compétitivité (dans l'automobile par exemple) et une centrale syndicale qui à Paris reste campée sur une stratégie de lutte des classes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

04.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

05.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

06.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

07.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ulysse85
- 03/05/2019 - 17:26
syndicats discrédités
Comment peut-on s'étonner du discrédit des syndicats en France ? Le mal n'est pas nouveau, le taux de syndicalisation en France est un des plus faibles mais les salariés du privé ont depuis longtemps de bonnes raisons de ne pas faire confiance aux syndicats. A la libération, à de la création d'une protection sociale soit disant "universelle ", les syndicats ont obtenu des exceptions pour les régimes spéciaux (EdF, SNCF) et la fonction publique, leurs fonds de commerce. Et depuis rien de nouveau, le discours officiel est que la retraite est à 62 ans alors que depuis cette année avec l'accord des syndicats les salariés du privé peuvent être pénalisés en cas de départ avant 67 ans. Pourquoi une telle duperie? Parce que le caractère totalement inéquitable de certaines retraites (départ à 55 ans ou calculées sur les 6 derniers mois) serait bien trop criant. Il ne peut pas y avoir "convergence des luttes" entre les gilets jaunes et les protégés des syndicats. Les intérêts sont trop antagonistes. Notre si beau système de "redistribution" exige de gens aux fins de mois impossibles de payer pour d'autres qui sont loin de la misère sociale mais qui ont un pouvoir de nuisance. Honteux!
lasenorita
- 02/05/2019 - 18:13
Où étaient les ''services d'ordre''?
Les syndicats étaient impuissants face aux manifestants radicaux! La C.G.T est plus proche des casseurs que des policiers: les ''syndicalistes'' jetaient des pavés sur les forces de l'ordre! Les syndicats ont voulu récupérer le mouvement des G.J. mais ils ont été débordés,les casseurs gauchistes ont saccagé un hôpital comme ils l'avaient déjà fait lors de la manifestation contre la ''loi travail''. .Martinez pris entre les Black Blocs et la police a été obligé de s'enfuir! Martinez (6.000€ par mois)dont le syndicat qu'il dirige est largement financé par nos impôts, ce qui lui permet d'être propriétaire d'une multitude d'immeubles classés! Pourtant de moins en moins d'ouvriers sont inscrits à ce syndicat, si ce n'est de très nombreux musulmans! C'est la raison pour laquelle la C.G.T. et les gauchistes sont immigrationnistes car sans les musulmans ''la gauche'' n'existerait plus en France!
.
De Clem
- 02/05/2019 - 17:51
Modernité ?
Quelle est cette "modernité" que JMS présente comme un fait acquis et un idéal ?
Et si les citoyens français ne voulaient pas de cette "modernité"? Ont-ils le droit d'en
discuter et de la refuser , en dépit "des efforts pédagogiques " de Macron, d'éditorialistes
et analystes divers ?
S'ils faut des syndicats pour expliquer "les contraintes de cette modernité", les citoyens , entre autres les Gilets jaunes , ont bien raison de se méfier des syndicats qui acceptent ce rôle.