En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 7 heures 46 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 9 heures 16 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 13 heures 10 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 14 heures 14 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 15 heures 17 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 7 heures 34 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 8 heures 34 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 13 heures 41 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 14 heures 19 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 14 heures 49 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 15 heures 12 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 15 heures 56 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 16 heures 25 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 16 heures 59 min
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Le rouge, le noir et le jaune

Syndrome du 1er mai : ce mal français dont la fièvre “Black Blocs + Gilets Jaunes” est le symptôme

Publié le 01 mai 2019
Le 1er mai est la fête du travail et le jour traditionnel d’action des syndicats. Mais ces derniers se font voler la vedette par les Gilets Jaunes et les Black Blocs cette année, et ce n’est pas que du fait de l’actualité.
Sylvain Boulouque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il est l'auteur de Mensonges en gilet jaune : Quand les réseaux sociaux et les bobards d'État font l'histoire (Serge Safran éditeur) ou...
Voir la bio
Hubert Landier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Landier est expert indépendant, vice-président de l’Institut international de l’audit social et professeur émérite à l’Académie du travail et de relations sociales (Moscou).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 1er mai est la fête du travail et le jour traditionnel d’action des syndicats. Mais ces derniers se font voler la vedette par les Gilets Jaunes et les Black Blocs cette année, et ce n’est pas que du fait de l’actualité.

Atlantico.fr : Cette journée du 1er mai est l'occasion du traditionnel défilé des syndicats, mais les regards sont plus tournés vers les Black Blocs et les Gilets jaunes. Face à un syndicalisme réformiste grisonnant et en perte de vitesse, est-on passé avec les Gilets jaunes et les Black Blocs à quelque chose qui s'apparente plus à un néo anarcho-syndicalisme ? Qu'est-ce que cela dit de l'évolution du dialogue social ces dernières années ?

Sylvain Boulouque : Le dialogue social est atone depuis un certain nombre d'années et le politique a moins tendance à tenir compte de l'avis des centrales syndicales. D'un côté les syndicalistes et un certain nombre de personnes se retrouvent donc dans une impasse et de l'autre côté, d'autres personnes ont des pratiques syndicales plutôt révolutionnaires qui considèrent que comme il n'y a aucune possibilité de dialoguer, il faut se faire entendre par d'autres moyens. L'utilisation de la violence est l'un de ces autres moyens. 

Hubert Landier : A son arrivée à la présidence de la République, Emmanuel Macron a voulu se situer au-delà de l’opposition droite/gauche sur laquelle repose traditionnellement la politique française. Mais il a contribué à créer une nouvelle faille, celle qui oppose les élites au pouvoir, qu’il s’agisse du pouvoir politique, du pouvoir économique ou du pouvoir médiatique, et une partie importante de la population française, qui éprouve le sentiment de n’être pas entendue. D’où la crise des « Gilets jaunes ». 

Mais les Gilets jaunes représentent une famille sociologique très différente de celle des syndicats. Les syndicats représentent les salariés, principalement ceux des grandes entreprises et des services publics, et ils fonctionnent selon une organisation pyramidale qui leur vient de leur passé. Les gilets jaunes, eux représentent une population très composite, où l’on retrouve entre autres des salariés, mais également des artisans, des agriculteurs et des retraités. Et ils fonctionnent en réseau, sur Internet, d’une façon beaucoup plus informelle. Du côté syndical, le principe de la démocratie représentative, du côté des Gilets jaunes, la valorisation de la démocratie directe. Ces deux familles vont donc se retrouver ensemble ce 1er mai et on ne sait pas du tout comment ça va se passer. Le plus probable, c’est qu’elles ne se mélangeront pas. 

L’équation se trouve compliquée par l’intervention attendue des Black blocks. Celle-ci résulte indirectement de la politique du gouvernement à l’égard des Gilets jaunes. Le gouvernement a joué le pourrissement du conflit. Et chacun sait qu’un conflit qui dure trop longtemps sans déboucher sur un compromis acceptable par les parties en présence risque de déboucher sur des violences. Mais il faut ajouter que le gouvernement se sert de cette violence pour tenter de discréditer le mouvement auprès de l’ensemble de la population. Ceci dit, la ficelle est un peu grosse car les gens savent parfaitement distinguer les auteurs de violence d’un mouvement qui par ailleurs s’est montré très pacifique dans son ensemble. L’amalgame n’a pas pris.

Si on regarde ce qu'ont pu être des contestations violentes du même ordre dans l'histoire du dialogue social, quelles sont les conditions sociales qui ont entraîné ces violences ? Qu'est-ce qu'on peut retrouver dans les circonstances actuelles qui expliquerait cette incapacité à voir différents pans de la société communiquer ?

Sylvain Boulouque : Cette violence sociale peut se retrouver au 19ème ou au début du 20ème siècle, période lors de laquelle les affrontements avec les forces de l'ordre étaient légion. Il faut tout de même relativiser, ces affrontements étaient beaucoup plus violents et tragiques. L'une des origines du 1er mai en France, il faut le rappeler, vient des événements du 1er mai 1891 à Fourmies.  Ce jour-là l'armée a tiré sur des manifestants et des grévistes manifestant pour la journée de 8h.

Il y avait à l'époque une forme de dialogue social très ténue. Aujourd'hui les choses sont certes différentes mais nous sommes tout de même dans une non-forme de dialogue social, ce qui explique les revendications des éléments les plus révolutionnaires et leur mode d'expression plus violent. Le reste des manifestants fait preuve d'une forme d'empathie avec ces éléments plus violents dans la mesure où il y a peu de prise en compte et de résultats des revendications.

Hubert Landier : Le gouvernement, jusqu’ici, a répondu à la crise par des concessions toujours trop tardives etil n’a pas su convaincre de sa bonne foi. Il s’est situé essentiellement sur le plan économique. Ce qu’il ne peut pas, ou ne veut pas comprendre c’est que le conflit manifeste une opposition frontale entre les élites et cette partie de la population qui en subit les décisions.

Pour l’élite au pouvoir, il va de soi que le progrès passe par la croissance économique, la construction européenne et la mondialisation heureuse. Or, c’est un récit qui ne passe plus. L’élite, sur la foi des agrégats économiques et des indices statistiques calculés par l’INSEE, affirme que le pouvoir d’achat augmente alors que les gens constatent concrètement que leur revenu disponible tend à se rétrécir. D’où l’incompréhension qui s’est installée.

Ce que l’élite refuse de voir, c’est que la situation est pré-révolutionnaire. Il y a situation révolutionnaire quand les masses ne veulent plus entendre parler des élites qui occupent le pouvoir et se recommandent du « dégagisme ». Et évidemment, le pouvoir ne peut pas entendre cela. Il met en avant sa bonne volonté et des mesurettes supposées répondre aux revendications alors que pour les Gilets jeunes, ce n’est plus de cela qu’il s’agit. On leur avait promis, à l’issue du « Grand débat », un geste fort, un geste politique, et il n’est pas venu. Bien entendu, il n’est pas exclu que le mouvement finisse par s’essouffler. Mais le contentieux n’ayant pas été purgé, il rebondira à une prochaine occasion.

Quelle place a le gouvernement actuel dans ce sentiment d'incapacité à instaurer un dialogue ?

Sylvain Boulouque : Si l'on prend en compte la crise des Gilets jaunes, le fait que les centrales syndicales qui proposaient de dialoguer et de remettre à plat certaines choses n'aient pas été reçues ni écoutées par le pouvoir politique est un exemple de l'absence de ce dialogue social. Les corps sociaux intermédiaires, notamment syndicaux, ont été très peu écoutés ces dernières années. Cela facilite nécessairement le développement de groupes plus violents.

L'utilisation de la force policière participe aussi à souder et unifier les manifestants confrontés à une répression qui n'est pas toujours proportionnée ou dirigée correctement. Il y a une escalade chez les manifestants et chez les forces de l'ordre.

Les Blacks Blocs sont d'une certaine manière les héritiers de la violence que pouvaient pratiquer les syndicalistes révolutionnaires au début du 20èmesiècle. Nous sommes face au même profil, plusieurs groupes bigarrés faisant preuve de violence au sein de la frange anticapitaliste de la gauche. 

Hubert Landier : La France est un pays paradoxal. Les Français adorent être gouvernés par un souverain protecteur, qui guérit les écrouelles, assure à chaque famille la poule au pot hebdomadaire et exerce la justice assis sous son chêne. Mais quand il manque à ses obligations, qu’il devient lointain, qu’il n’écoute plus son peuple au point de lui recommander de manger de la brioche quand il n’y a plus de pain, on lui coupe la tête. Voilà où on en est. Il ne s’agit plus de savoir si c’est Turgot ou Necker qui a raison, il s’agit d’autre chose. A partir de là, on peut s’attendre à tout, y compris à ce qu’il ne se passe rien.

S’il veut éviter de survivre dans l’impuissance pendant encore trois ans, il faut donc qu’Emmanuel Macron renverse la table avec une mesure qui soit à la hauteur des circonstances. Jusqu’à présent, il ne l’a pas fait. Rappelons ici le jugement formulé par Edouard Philippe dans Libération (18 janvier 2017) : « Macron, qui n’assume rien mais promet tout, avec la fougue d’un conquérant juvénile et le cynisme d’un vieux routier ».Il lui faut se comporter en homme d’Etat, non pas en politicien habile ou en économiste avisé (plus ou moins). Il n’est pas certain qu’il en soit capable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 04/05/2019 - 08:27
@assougoudrel
Tout à fait. Notre aristocratie progressiste des hypercentres des quelques métropoles françaises applaudit aux LBD et autres lacrymo et grenades, mais ne s'émeut pas de l'impunité des "quartier" car elle en a une peur bleue (couleur cohérente avec sa position d'aristocratie progressiste).
lasenorita
- 01/05/2019 - 16:14
Les casseurs sont ''rouges''.
Les ''casseurs'' sont les Black Blocs, les Antifas ,les alter-mondialistes et l'islamo-racaille; ils qui votent TOUS ''à gauche'' Les manifs des Gilets Jaunes sont de plus en plus ''rouges'' couleurs de la C.G.T...Lors de la manifestation contre la'' loi travail'' organisée par la C.G.T. des Black blocs s'étaient mêlés au cortège des cégétistes et avaient saccagé un hôpital pour enfants! En 1962,les dockers cégétistes du port de Marseille, ont jeté dans les eaux du port les objets précieux que les ''Français'' non-musulmans avaient arrachés des mains des égorgeurs du F.L.N...Mes enfants sont ''obligés'' de donner une partie de leur salaire à ces fainéants de la C.G.T. qui ont détruit l'activité du port de Marseille.. Nos ''gouvernants'' ne punissent pas les casseurs ''rouges et l'islamo-racaille! Nous ne sommes plus en sécurité dans notre pays!
JBL
- 01/05/2019 - 12:15
La réalité
C'est que d'un côté, il y a une communauté avec sa culture sanguinaire, ses trafics, ses territoires, sa religion, son culot, ses exigences démentielles, qui fait vraiment PEUR et à tous les gouvernements, car ils sont devenus maintenant incontrôlables. Et d'un autre, un mouvement de salariés et retraités, qui certes, dérange, mais dont sait que ce sont des résignés, souvent des malheureux, "des caves qui se rebellent" au bout de 40 ans. Il y a donc une belle marge de manoeuvre qui s'est traduit d'ailleurs par une répression totalement libérée et décomplexée. Aux premiers, on leur donne absolument tout, mais vraiment tout, quand aux autres ils continueront à se partager les miettes, quand le soufflet retombera.