En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 6 heures 46 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 7 heures 25 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 8 heures 51 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 9 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 14 heures 49 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 14 heures 52 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 7 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 8 heures 37 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 9 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 10 heures 55 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 14 heures 49 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 14 heures 49 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 14 heures 53 min
© François NASCIMBENI / AFP
© François NASCIMBENI / AFP
Bioéthique

Vincent Lambert : décision médicale ou décision politique ?

Publié le 28 avril 2019
Vincent Lambert est condamné par ceux qui le maintiennent dans un lit sans espoir d’en sortir si ce n’est entre quatre planches. Or, il n'est pas en fin de vie.
Laurence Trochu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurence Trochu est présidente du Mouvement Conservateur Sens Commun, Conseiller départemental des Yvelines, membre du Bureau politique Les Républicains.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Lambert est condamné par ceux qui le maintiennent dans un lit sans espoir d’en sortir si ce n’est entre quatre planches. Or, il n'est pas en fin de vie.

Depuis son accident de 2008, Vincent Lambert est un patient cérébro-lésé lourdement handicapé, mais il n’est pas en fin de vie.

Après une phase de coma profond, le privant de toute autonomie, il a ouvert les yeux et retrouvé la capacité de respirer seul, ce qui caractérise l’état végétatif. Ses proches, et les médecins qui les accompagnent dans cette terrible épreuve, témoignent aussi de sa capacité à interagir certes faiblement, avec son environnement pour répondre à des ordres simples par un clignement des yeux ou en tournant la tête. A ce stade pauci-relationnel, il aurait déjà dû quitter le service de réanimation pour être accueilli dans un centre de rééducation qui lui aurait permis, grâce à des soins de kinésithérapie, d’orthophonie, de psychomotricité, d’ergothérapie, de poursuivre cette phase d’éveil et, petit à petit, « faire son bonhomme de chemin ».

Nous avons cette immense chance, en France, de bénéficier de services hospitaliers adaptés aux traumatisés crâniens. On y croise dans les couloirs des hommes et des femmes de tous âges, des enfants aussi, cabossés par un accident plus que la voiture qui les a renversés. Des slaloms en fauteuils ou en démbulateurs, des cris en guise d’éclats de rire, les bips bips du sac de perfusion et la vie. Une vie fragile, traversée de douleurs que viennent calmer la douceur des soignants tout autant que la toxine botulique. Une vie dont on savoure le prix à chaque progrès accompli : la déglutition d’une petite cuiller de crème au chocolat, le soleil qui caresse le visage, l’entrelacement de mains qui retrouvent la vigueur perdue.

Comment alors comprendre que Vincent Lambert n’ait pas eu cette chance et qu’il ait été privé d’une orientation en soins de suite et de réadaptation, parcours « classique » pour les personnes en sortie de coma alors que sa famille le demande avec insistance depuis de longues années ? Vincent Lambert est, depuis le début, condamné, non par la vie qui ne se dérobe pas à lui, preuve s’il en fallait qu’il n’est pas en fin de vie, mais par ceux qui le maintiennent dans un lit sans espoir d’en sortir si ce n’est entre quatre planches.

Condamné à être privé d’alimentation et d’hydratation au motif que ce serait de l’acharnement thérapeutique de poursuivre ce qui ne relève pas du soin mais des gestes essentiels à la vie, Vincent Lambert semble instrumentalisé par ceux-là même qui, au nom de la dignité humaine, réclament de mettre fin à ses jours. Injustement, la décision politique a prévalu sur la décision médicale initiale qui n’a jamais été prise. Injustes par omission, médecins et juges ont aujourd’hui failli au droit à la vie, que l’article 2 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme considère pourtant comme le plus important, car « sans le droit à la vie, il n’est pas possible de jouir des autres droits de l’homme » . Alors que vont s’ouvrir les débats sur la réforme des lois bioéthiques, et que des députés LREM ont affirmé leur volonté d’avancer vers l’euthanasie, l’avertissement de Montesquieu est prophétique : « Une injustice faite à un seul est une menace faite à tous ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 28/04/2019 - 18:16
Phlt1
oui, mais qui va faire la piqure qui tue ? au risque de passer pour un assassin, et ne pas avoir droit au paradis quand viendra l'heure .( parce qu'il faut le dire ,il n'y a pas de volontaire, et quand il y en a un qui le fait en douce, on le met en prison et c'est normal, personne ne lui a rien demandé, de quoi se mêle -t-il ? ) Si on ne fait pas de piqure on laisse crever de faim et de soif, c'est pire . Pourquoi ne pas le faire dormir, et dormir, mais je suppose que c'est ce qu'il font ... Pas facile !
ajm
- 28/04/2019 - 15:59
Compliqué.
Phlt1: vous simplifiez vous-mêmes une situation très complexe qui dure depuis longtemps justement à cause de cette complexité. En ce qui concerne la volonté exprimée à l'avance , j'ai connu pas mal de déclarations "viriles" sur la vieillesse et la fin de vie de personnes qui, plus tard, confrontées à la possibilité de leur mort prochaine , deviennent beaucoup moins décidées , tentant tout pour survivre et inversement d'ailleurs.
Phlt1
- 28/04/2019 - 15:29
Un peu juste
comme argument: "Depuis son accident de 2008, Vincent Lambert est un patient cérébro-lésé lourdement handicapé, mais il n’est pas en fin de vie". Chère Madame, si j'étais dans la même situation, je voudrais simplement mourir. ET cela a aussi toujours été sa propre volonté.!. Donc tout le reste n'est que blabla.!; Vous parlez de ceux qui instrumentalisent, et vous faites la même chose.!. Parce que vous oubliez l'essentiel, bien plus important que tout le reste: le libre arbitre et la liberté de l'être humain qu'est Vincent Lambert qui a été lui-même confronté en tant que professionnel de la santé à ce type de situation et qui avait été absolument clair à ce sujet. L'une des caractéristiques des extrémistes, c'est de décider pour les autres. Un dernier détail: quand on est croyant, on croit au Paradis, ce lieu où tout serait harmonieux et serein, détaché des souffrances d'ici-bas. Alors quand on est croyant, on ne souhaite qu'une chose: que celui ou celle qu'on aime puisse avoir le meilleur avenir possible, et dans le cas de Vincent Lambert - toujours lorsqu'on est croyant - le meilleur avenir possible c'est le paradis. Croyances et contradictions: c'est pas joli joli.!.