En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

07.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 1 min 31 sec
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 47 min 37 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 1 heure 33 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 13 heures 27 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 19 heures 14 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 20 heures 4 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 20 heures 48 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 21 heures 17 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 22 heures 8 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 22 heures 41 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 18 min 44 sec
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 1 heure 12 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 1 heure 46 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 18 heures 30 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 19 heures 26 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 20 heures 42 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 20 heures 59 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 21 heures 48 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 22 heures 37 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 22 heures 55 min
© PATRICK KOVARIK / AFP
© PATRICK KOVARIK / AFP
Habile, trop habile

Emmanuel Macron, ce nouveau Chirac ?

Publié le 27 avril 2019
Le Président de la République semble avoir convaincu à la fois François Bayrou et Jean-Michel Blanquer de leur influence politique. Un fait révélateur de sa stratégie avec ses proches interlocuteurs politiques et qui rappelle la tempérance de Jacques Chirac envers le Parti radical.
Diplômé de l’IEP Paris, rédacteur en chef au magazine Famille Chrétienne, Samuel Pruvot a publié "2017, Les candidats à confesse", aux éditions du Rocher. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samuel Pruvot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de l’IEP Paris, rédacteur en chef au magazine Famille Chrétienne, Samuel Pruvot a publié "2017, Les candidats à confesse", aux éditions du Rocher. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Président de la République semble avoir convaincu à la fois François Bayrou et Jean-Michel Blanquer de leur influence politique. Un fait révélateur de sa stratégie avec ses proches interlocuteurs politiques et qui rappelle la tempérance de Jacques Chirac envers le Parti radical.

Atlantico : Le Président de la République semble avoir convaincu à la fois François Bayrou et Jean-Michel Blanquer de leur influence politique. En quoi est-ce révélateur de sa stratégie avec ses proches interlocuteurs politiques ? Comment la met-il en place ?

Samuel Pruvot : Plus qu'une stratégie, c'est un comportement, une manière d'être chez Emmanuel Macron. Il est séducteur comme beaucoup d'hommes politiques, mais séducteur au point qu'il est capable de dire à son interlocuteur vraiment ce qu'il a envie d'entendre. Vous pouvez avoir quelqu'un de FO qui passe, ou quelqu'un du Medef, chacun sort du bureau du Président convaincu d'avoir été profondément compris, entendu, comme dans certaines pièces de Molière. Les gens se parlent ensuite et voient que cette stratégie du en même temps n'est pas forcément possible, parce qu'on ne peut pas être d'accord avec tout le monde. On ne peut pas être pour tous à la fois. Cette capacité de séduction qui lui permet de faire croire à son interlocuteur qu'il est le seul est majeure chez lui. Elle ne vient pas absolument de nulle part, parce qu'il a une grande capacité d'attention, de considération et d'empathie.

Il est donc tout à fait normal que même ses proches, qui connaissent les ficelles, même M. Blanquer, M. Le Maire, M. Bayrou, pensent qu'ils ont vraiment son oreille et qu'ils ont une influence déterminante. Plusieurs me l'ont dit avec un peu d'amertume. Et au final, la force d'Emmanuel Macron, c'est qu'il est seul. C'est lui qui décide. Il entend, il écoute, certes, mais à la fin, c'est lui qui prend les décisions. Très peu de personnes, sauf peut-être Brigitte Macron, peuvent se targuer d'avoir son oreille.

Un dernier indice : il s'est toujours reconnu dans des aînés à qui il donnait un crédit et une confiance totale. Eux avaient son oreille. Quand il était jeune homme, c'est Manette, sa grand-mère, qui avait une influence. Il y a eu aussi et il y a toujours Brigitte son épouse. Ses conseils sont déterminants pour lui. En revanche, sorti d'un cercle minuscule, très peu de personnes peuvent avoir accès au Président, et surtout, très peu de personnes peuvent l'influencer. La force d'Emmanuel Macron, c'est qu'il décide toujours tout seul.

Est-ce le signe de sa force ou de sa faiblesse ? Est-ce que cela ne montre pas qu'il ne prend en réalité que peu de décisions fondamentales?

En fin de compte, il fait des choix ! Quand on regarde l'exemple de jeudi soir, tout n'est arbitré certes, car il relance la balle au gouvernement sur certaines choses, mais il a déjà fait un certain nombre d'abritrages : par exemple, sur le RIC, il a choisi qu'il n'y en aurait pas. Il y a bien d'autres exemples. Au final, il a écouté, et il a arbitré tout seul, ce qui pour un Président, n'est pas forcément mauvais. Il est capable de décider.

Ce n'est pas là qu'il faut lui faire des reproches. Ce qui est plus inquiétant, c'est plutôt qu'entre le début du quinquennat et aujourd'hui, ceux qui avaient son oreille et qui étaient son biotope, pour aider à la décision, sont de moins en moins nombreux. Il y a une hémorragie à l'Elysée. Ceux qui sont encore là sentent naturellement qu'ils ont plus de poids, parce que le désert avance. C'est une influence un peu par défaut. Cela ne veut pas dire qu'ils n'ont pas d'idées. Pour autant, ce n'est pas François Bayrou ou Bruno Le Maire qui vont télécommander Emmanuel Macron.

Est-ce que sa capacité de séduction n'est pas à l'origine de son isolement et est-ce vraiment tenable politiquement ?

Vous avez raison, ce n'est pas vraiment tenable. Pour reprendre l'exemple de la pièce de Molière, cela se passe toujours très bien quand il y a deux interlocuteurs, Emmanuel Macron et un autre. Mais quand deux interlocuteurs ayant rencontré le Président se parlent entre eux d'un sujet ayant fait l'objet d'un litige. Par exemple, si un conseiller est pour le RIC, un autre est contre, chacun estime avoir eu gain de cause. Quand la décision tombe, il y a forcément une désillusion pour une partie de ses proches. Comme mode de gouvernement, cela confine à l'isolement, ou alors, à la recherche d'autres conseillers. Pour l'instant, les conseillers ne sont pas remplacés.

J'ai un exemple de ce problème. J'ai fait un entretien avec François Bayrou et je lui ai demandé pourquoi Emmanuel Macron, alors qu'il est plutôt littéraire, s'entoure de technos. La réponse de François Bayrou est la suivante : on ne peut pas gouverner sans les technos, mais faites-moi confiance, le fond du cœur d'Emmanuel Macron, c'est celui d'un littéraire, il a le sens de l'histoire. Je lui réponds qu'il prend tout de même des décisions de technos, et François Bayrou me dit qu'il lui a parlé de la lutte chez lui entre l'homme qui a le sens de l'histoire et du tragique, et le techno, le serviteur de l'Etat, et il faut que tu sois un homme d'Etat pour marquer ton temps et pas un techno. François Bayrou plaide pour la première version d'Emmanuel Macron. Mais il devait jeudi soir être le premier à être déçu.

En quoi cette manière de faire fait-il de lui un digne continuateur de Jacques Chirac, qui était capable de donner l'illusion de l'influence à ses proches ?

C'est vrai, mais à propos de Jacques Chirac, on a souvent parlé de son dernier mandat comme un mandat de roi fainéant, en étant dur, surtout à cause de l'indécision. Peut-être donnait-il l'impression d'écouter tout le monde mais je pense que Jacques Chirac avait un profil idéologique différent. On a souvent considéré qu'il était un continuateur du radical-socialisme et donc d'une sorte d'éternelle tempérance, un éternel compromis, entre des choses qui semblent à peu près raisonnables. C'est cela le radical-socialisme du point de vue de la décision. Chez Emmanuel Macron, il y a vraiment un aspect monarchique voire autoritaire. Souvenez-vous de la façon dont il a osé traiter l'ancien CEMA, de Villiers, quand il a dit : « ici, c'est moi le chef ». Donc en fin de compte, il fait croire aux gens qu'ils les écoutent mais leur fait aussi bien comprendre qu'il est le dernier à décider.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

07.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 27/04/2019 - 17:13
Confusion (suite et fin)
Ce mode de gouvernance sans âme et sans éthique que notre bon prince à fait sien,on en voit le résultat aujourd'hui;une caste politico-oligarchique confite dans son mépris et son arrogance,rivée à ses avantages et à ses privilèges,se retrouve face à ceux majoritaires dans le pays qui écoeurés par autant de malhonnêteté et d'incurie en ont assez d'être les dindons de la farce.Deux blocs irréconciliables pour qui la dérisoire prestation télévisée de sa jupitérienne majesté à fait autant d'effet qu'un cautère sur une jambe de bois.Alors duplicité certainement,quant à l'habileté,l'empathie,l'écoute ou même l'intelligence on ne les trouve nulle part,une tête bien pleine ne suffisant pas à faire une tête bien faite.
spiritucorsu
- 27/04/2019 - 16:56
Confusion!
Mr Pruvot doit confondre habileté et duplicité.Certes on peut être habile en ménageant la chèvre et le choux,surtout en politique,afin de ne pas trop braquer les partenaires ou les opposants,c'est tout l'art de la diplomatie de trouver un consensus qui doit être une des qualités premières d'un chef d'Etat pour maintenir le pays à l'équilibre.S'agissant du monarque et avec le recul de deux années d'un règne autocratique,on a du mal à trouver une once d'habilité là où il n'y a que propos peu amènes à l'égard de la la France laborieuse et un grand dégoût pour tous ceux qui souffrent.Si en effet faire croire aux acteurs de la société civile et aux partenaires politiques que leur avis vaut pour quelque chose le terme habileté est complètement dévoyé,avec ses effets délétères qui autorisent tous les coups dont la trahison qui n'est jamais bien loin.