En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© (DR)
Hijra
Ces Saoudiens qui fuient le Royaume
Publié le 26 avril 2019
Deux soeurs saoudiennes ont fui leur pays et appellent la communauté internationale à les protéger. Elles affirment avoir fui "l’oppression de leur famille".
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux soeurs saoudiennes ont fui leur pays et appellent la communauté internationale à les protéger. Elles affirment avoir fui "l’oppression de leur famille".

Atlantico : Qu'est ce que ce cas (et les autres cas de fuite du Royaume) trahit de la situation aujourd'hui en Arabie saoudite ?

Ardavan Amir-Aslani : C’est un mythe que de considérer que l’Arabie Saoudite évolue sous le magistère du prince héritier Mohammad Bin Selman, communément appelé « MBS ». La réalité est que ce pays est structurellement impossible à réformer. La version de l’islam qui y règne, celle du wahhabisme, est la version la plus radicale de l’islam sunnite. Une version qui ne laisse aucune place aux droits des femmes pas plus qu’elle ne laisse de place pour une opposition inexistante. Ce pays, depuis sa création, se structure autour de l’alliance entre la famille royale des Saouds et du clergé wahhabite. Cette alliance fait que la famille royale ne tire sa légitimité que de l’orthodoxie wahhabite qu’elle est tenue d’appliquer. Ses marges de manœuvre sont donc particulièrement limitées. La famille royale ne saurait contrevenir aux préceptes du wahhabisme faute de quoi elle risque de perdre le soutien du clergé wahhabite et donc sa légitimité à gouverner. Les déclarations  de MBS eu égard aux droits de femmes et à l’ouverture sociale du pays ne sont que de la poudre aux yeux. La réalité est toute autre. Le cas du blogueur  Raif Badawi est un cas révélateur. Ce blogueur  est un écrivain saoudien qui a créé le site Free Saudi Liberals sur lequel il militait pour une libéralisation morale de l'Arabie saoudite. Or accusé d'apostasie et d'insulte à l'islam, il est emprisonné à la prison centrale de Dahaban depuis plus de sept ans. Il en est de même du sort de ces femmes saoudiennes qui militaient pour le droit de conduire qui gisent toujours en prison. La réalité est que MBS dans la foulée de l’affaire Kashoggi cherche à redorer l’image désastreuse de ce pays à travers le monde. Cependant tant que le principe du tutorat masculin sur les femmes n’est pas aboli, le sort des saoudiennes n’est pas près de changer. À ce jour, pour accomplir les actes les plus courants de la vie, une femme saoudienne a besoin de l’autorisation d’un membre masculin de son entourage comme son père ou mari voir son fils. L’ouverture d’un compte bancaire, la liberté de travailler ou encore celui de voyager sont par exemple des actes qui sont hors de leur portée. On est pas près de voir ces questions évoluer de sitôt.

 

A-t-on une idée de l'ampleur de ce phénomène d'exil des Saoudiens ?

Il y a deux exils à identifier. D’abord et avant tout celui de l’exil des élites de l’époque du précédent roi Abdallah. Ces derniers, depuis l’affaire du Ritz Carlton à Ryad ne cherchent qu’à fuir leur pays et à trouver un deuxième passeport. Des pays européens qui disposent d’un programme de naturalisation contre investissement, comme MALTE ou encore Chypre, recensent les saoudiens comme occupant le rang peu enviable, après les chinois, des candidats à la naturalisation et donc à l’exil. Le cas de la saoudienne dont vous faite état est un cas symbolique puisqu’il traduit la stratégie saoudienne de priver les ressortissants récalcitrants de leur nationalité et donc de restreindre leurs mouvements. 

Ensuite, il y a le cas des jeunes femmes saoudiennes qui, voulant faire des études à l’étranger ou fuir un mariage imposé, cherchent à partir à l’étranger. A ces femmes il convient de rajouter celles qui veulent fuir leur pays à cause des restrictions qui existent en ce qui concerne leurs libertés sociales ou simplement de mouvement. Pour toutes ces femmes n’importe quel autre pays est perçu comme une aubaine leur permettant de vivre en liberté. 

La jeunesse saoudienne est l’une des populations musulmanes les plus actives sur les réseaux sociaux. Elle connait donc les libertés dont jouissent les jeunes occidentaux.  Elle veut simplement vivre leurs vies, constatées à la télévision ou sur internet. Les chiffres des départs volontaires sont inconnus et demeurent un secret bien gardé. On peut, malgré tout, situer le chiffre à quelques dizaines de tentatives de fuite par mois. Rappelons à cet égard que le simple fait de quitter le pays demeure subordonné à une autorisation d’un membre masculin de leur entourage. Ainsi donc souvent les fuites ont lieu à l’occasion des déplacements familiaux à l’étranger.

 

Est-ce un signe que la volonté de réforme de MBS et d'ouverture au monde et les gestes comme la possibilité pour les femmes de conduire ne sont que des façades qui cachent un pays bien plus difficile à réformer qu'il n'y paraît ?

Bien évidemment, la volonté de réforme de MBS est un mirage. Ce pays maintient les pays occidentaux dans un black out complet sur la réalité des changements sur place. À travers des réseaux de sociétés de communication et à coup de menaces de sanctions économiques voir même physiques dont l’affaire Kashoggi n’est qu’un rappel, l’Arabie contraint les pays occidentaux à se taire. Le Canada, l’Allemagne ou encore la Suède ont dernièrement fait les frais du courroux saoudien qui leur a opposé l’arme des sanctions économiques dès qu’un quelconque officiel de ces pays a osé évoquer la question des droits de l’homme. C’est quand même extraordinaire qu’un pays puisse faire couper en morceaux ses ressortissants dans un de ses consulats à l’étranger et ne rien risquer comme sanction par la communauté internationale. L’affaire Skripal ou l’histoire de la tentative d’empoisonnement d’un agent russe a abouti à des sanctions internationales contre Moscou pâlit à côté du silence mondial suite à l’affaire Kashoggi. Skripal contre Kashoggi illustre parfaitement l’hypnose que fait subir l’Arabie saoudite à la communauté des nations.

 

Enfin, que faudrait-il pour que la situation évolue sur place ?

Il ne peut y avoir d’évolution de la situation tant que l’alliance entre la royauté saoudienne et le clergé wahhabite perdure. Tant que l’école wahhabite règne en maître en Arabie saoudite et que le monde se croit dépendant du pétrole saoudien, il n’y a aucun changement à espérer. L’Arabie saoudite continuera de mériter son titre peu enviable de pays le plus rétrograde de la planète pendant de longues années encore. Seul un regard différent du concert des nations sur ce pays et sur son rôle néfaste dans la radicalisation de l’islam par le biais du financement des médersas radicaux pourra contraindre ce pays à changer. Je crains cependant que cela ne puisse se réaliser que par un changement de régime à Ryad. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
04.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Merci Trump ! Pourquoi Trump est utile en nous forçant à changer nos habitudes économiques
07.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
06.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
05.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 26/04/2019 - 21:31
On ne peut comparer ces deux pays
l'un a une histoire très ancienne et une civilisation, l'autre pas . Certes l'Iran est fermé aujourd'hui, mais ça n'a pas toujours été le cas, et il me semble que la jeunesse iranienne fréquente les universités du pays , il reste bien sûr la rigidité du pouvoir depuis plus de quarante ans , ça changera un jour ...
jerome69
- 26/04/2019 - 12:52
@ benvoyons
Je ne comprends pas bien votre relation , sur ce thème entre l IRAN et L arabie saoudite. ces deux pays sont guerre depuis des siècles, l'un sunnite et l autre schiite. je ne vois donc pas en quoi une révolution dans l'un changerait quoique se soit pour l autre.

la seule chose qui pourrait changer quoique se soit c' est la disparition de l islam, qu'il soit sunnite ou schiite. Mais on prend le chemin exactement inverse avec l'islamisation de l 'europe, islamisation sunnite wahhabite principalement grace au petro$ qui font construire des mosquées a tour de bras et envoi des IMAM intégristes
Benvoyons
- 26/04/2019 - 11:17
Pour que cela change en Arabie Saoudite il faudrait que cela
change totalement en Iran. Il faut que la jeunesse de l'Iran élimine la dictature Islamique & fasse revenir la société civile au pouvoir. Après le totalitarisme Islamique d'Arabie sautera aussi, car la jeunesse d'Arabie le fera explosée sans peur, le risque Islamiste Iranien étant éliminé.
Les Islamistes Iranien & d'Arabie n'étant plus alimentés en argent & bien réduira le pouvoir destructeur de tous les d’Islamismes car ils sont partout minoritaires.