En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Poudre de perlimpinpin ?
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
Publié le 26 avril 2019
Dans son intervention, le Président de la République a affirmé que son gouvernement avait déjà obtenu des résultats, notamment sur la croissance et l'emploi (+500.000 emplois créés).
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son intervention, le Président de la République a affirmé que son gouvernement avait déjà obtenu des résultats, notamment sur la croissance et l'emploi (+500.000 emplois créés).

Atlantico : Selon vous, cette déclaration est-elle justifiée ?  

Philippe Crevel : Lors de ces deux dernières années, l’économie française a créé plus de 460 000 emplois dans le secteur privé. Pour 2017, le Président ne peut guère s’en prévaloir car ces créations sont plutôt le produit de son prédécesseur. En outre, il faut souligner que c’est la reprise rendue possible par la baisse du pétrole et des taux d’intérêts qui ont permis à l’activité de reprendre. Le ralentissement de la croissance s’est traduit, en 2018, par un plus faible nombre de créations d’emploi.

Sur l'ISF, il affirmé qu'il ne devait pas être changé, notamment parce qu'il devait permettre d'investir dans l'économie. L'augmentation de l'épargne des Français ne dit-elle pas l'inverse ?

 L’augmentation de l’épargne constatée depuis la fin de l’année 2018 est plutôt à mettre en compte sur la volonté des Français de mettre de l’argent de côté face à la montée des incertitudes. Par ailleurs, Si les anciens redevables de l’ISF ont opté pour le réinvestissement dans l’économie de leur ancienne contribution, cela passe par l’épargne. En effet, cet investissement passe par l’acquisition d’actions cotées ou non cotées ou d’obligations d’entreprises. Même si cela ne porte que sur 3 milliards d’euros, la réintroduction de l’ISF serait un signal fort d’instabilité fiscale. Il faudrait de nombreuses années avant de rassurer les investisseurs. Or, les entreprises françaises ont besoin de fonds propres.

 Plus largement, comment analyser la cohérence des annonces en matière économique ?

 Les mesures annoncées ce 25 avril sont, en grande partie, celles qui avaient été dévoilées par la presse après l’incendie de Notre Dame. Il a ainsi confirmé une baisse d’impôt sur le revenu portant sur 5 milliards d’euros, la défiscalisation des heures supplémentaires ainsi que celle de la prime annuelle, la réindexation des pensions en 2020 pour les retraités ayant moins de 2000 euros de revenus mensuels et en 2021 pour toutes. Ce plan poursuit celui annoncé au mois de décembre. Au total, c’est près de 19 milliards d’euros qui pourraient être réinjectés entre 2019 et 2020. Pour le financement, il a mis en avant la suppression de niches fiscales concernant les entreprises afin de ne pas pénaliser les électeurs. Mais, il faut savoir que dans les faits un alourdissement de la fiscalité des entreprises est toujours payé par les salariés, les consommateurs ou les actionnaires. En revanche, le plan est très timide sur la durée du travail.

 Il ne crée pas le choc dont le pays a besoin. Il n’y a pas de rupture avec la tendance de laisser-aller keynésien. Après le tremblement de terre provoqué par les gilets jaunes et la dictature des sondages d’opinion sur toutes les annonces, par définition, l’annonce de mesures choc était peu probable. Compte tenu des règles médiatiques et d’opinion actuelles, un Président serait bien en mal aujourd’hui de décider l’adhésion de la France à la CEE comme en 1957, l’adoption un plan de même ampleur que celui de 1958 sur le redressement économique et financier.

 En gelant les fermetures des hôpitaux, des écoles, de maternité, le Président répond à une demande mais cela vise surtout à reporter les nécessaires adaptations. De même, en annonçant qu’il pourrait remettre en cause son objectif de 120 000 suppressions d’emplois dans les fonctions publiques, il renonce à réaliser des économies et à restructurer en profondeur le système public. La France demeurera un des pays les plus administrés de l’OCDE et sans nul doute celui où les dépenses publiques sont les plus élevées. 

Le Président a confirmé la réforme des retraites qui vise à instituer un système par points. Il a annoncé qu’il revenait sur l’idée d’abandonner la référence à la durée de cotisation. Celle-ci qui sera de 43 ans pour les générations nées après 1973 pourrait être allongée. Cela aboutira à reporter l’âge de départ à la retraite sans changer l’âge légal. Il a joue sur les mots.

Qui sont les "gagnants" de ces annonces, et quels sont ceux qui pourraient être considérés comme laissés pour compte ?  Cela correspond-il aux objectifs poursuivis de réponses aux Français qui se sentent abusé par le fonctionnement actuel de la fiscalité notamment ?

 Les gagnants sont ceux pourront avoir accès aux heures supplémentaires, aux primes. L’indexation des petites pensions est une mesure chère mais qui est un simple retour à la norme de ces dernières années. Les mères isolées qui pourront recevoir leur pension seront satisfaites que l’état de droit soit respecté. La baisse de l’impôt sur le revenu devrait bénéficier aux classes moyennes mais sera a priori assez limitée. En revanche, les retraités gagnant plus de 2000 euros, les classes moyennes supérieures continueront à contribuer fortement aux impôts sans réelle contrepartie. La France restera très éclatée.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
07.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zen-gzr-28
- 26/04/2019 - 18:41
Tout ça pour çà !
Et bien sûr, le PR a tenu compte des soucis et questionnements des Français . Cela manque de convictions solides, de vision, de raison.
jurgio
- 26/04/2019 - 15:35
Quand le socialisme obtient de bons résultats
C'est qu'il n'a pas fait malgré lui suffisamment de bévues pour empêcher de meilleurs résultats.
Ullman
- 26/04/2019 - 11:42
MISTER TCHATCHER
Après Le Discours de la méthode (Descartes, 1637), voici la Méthode du Discours (Macron, 2019).
Tragediante, comediante ! (Pie VII, 1813).
Waouh ! Macron n’a vraiment RIEN à dire, mais il le dit avec un tel brio ! Il emporte l’admiration sans pour autant susciter l’enthousiasme…
Biquet n’en a pas fini avec les Gilets Jaunes, qui n’en ont pas fini avec Macron. Et en dépit de la Laïcité, nous allons continuer à être flagellés et à porter notre croix : inutile de nous voiler la face.