En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 11 min 54 sec
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 1 heure 15 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 1 heure 52 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 2 heures 18 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 4 heures 53 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 21 heures 12 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 43 min 3 sec
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 1 heure 21 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 1 heure 50 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 2 heures 13 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 2 heures 57 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 3 heures 26 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 4 heures 23 sec
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 4 heures 26 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 5 heures 23 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 21 heures 39 min
© Reuters
© Reuters
A la baguette

L’art d’être français d’Emmanuel Macron : plus d’humanité affichée dans les mots, pas assez de chair dans le discours

Publié le 26 avril 2019
Emmanuel Macron a essayé de défendre sa vision de sa politique, laquelle viserait à promouvoir "l'art d'être français".
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a essayé de défendre sa vision de sa politique, laquelle viserait à promouvoir "l'art d'être français".

Atlantico : S'agit-il d'une formule heureuse ? Que dit-elle de celui qui l'emploie et de son projet ?

Arnaud Benedetti : Macron aime à générer des formules. Comme si les mots avaient une force qui devait susciter une forme d’admiration, bien plus encore que d’adhésion. Il se fait plaisir mais cette communication, qui se veut esthétique, finit dans un contexte de colère par apparaître d’abord fortement maniériste. C’est sa faiblesse. Depuis le début le Président se veut le dépositaire d’un récit national, équilibré dans sa sémantique, dans ses références historiques. Une traduction lexicale de la posture du “ en même temps ". Le problème c’est que la perception de sa politique relève d’un ordre perçu comme injuste, clivant, privilégiant “ les premiers de cordée “.  C’est là toute la forge écumante de la crise des gilets jaunes. L’art d’être français, c’est de concilier dans l’absolu la liberté et l’égalité. Dans l’imaginaire, Macron a sacrifié la seconde, nonobstant son discours sur l’assignation à résidence et les inégalités de destin qui ne” performe “ qu’aux yeux des CSP plus. Ce sacrifice est le péché du macronisme originel. Peut-il s’en échapper ? 
 

Plus largement, Emmanuel Macron a-t-il réussi à donner corps aux annonces faites ce jeudi soir ? 

Son plan de com s’est consumé avec les charpentes multiséculaires de Notre-Dame. Les fuites ont asséché le potentiel de surprises qui devait être au cœur de sa fusée communicante. Macron n’a pas vraiment surpris. Il est trop cohérent avec lui-même. Ce qui n’est pas intellectuellement un défaut mais cela peut dans une situation politique de rupture s’avérer inappropriée. Les grands princes sont ceux qui savent aussi parfois se laisser traverser et transformer par les événements. Les annonces du Président s’inscrivent dans un sillon qui ne déroge pas à son corpus. Macron a un credo techno-liberal, favorable à l’individu bien plus qu’au collectif. Sa philosophie ne change pas mais sa sémantique intériorise néanmoins une petite musique qui investit l’espace public. Ses réserves sur la baisse du nombre de fonctionnaires attestent  un coup d’arrêt symbolique à la doxa du " moins d’Etat “. 

 

De son intervention du mois de décembre dernier à cette conférence de presse, comment Emmanuel Macron a-t-il essayé de modifier son image d'une "présidence arrogante", et dans quelle mesure y est-il parvenu ?  

Par le contact, par la rencontre, par le “ grand débat “ Emmanuel Macron a voulu procéder à un rite de passage pour montrer que la crise l’avait transformé. Il a reconnu au détour de la conférence de presse qu’il n’avait peut-être pas toujours eu les mots. Il s’est efforcé de gommer les aspects les plus " allergisants «  de sa personnalité. Macron a ajusté sa communication à la demande implicite d’humilité dont sa personnalité est l’objet. Le problème c’est la réception de ce comportement. Sera t’il considéré comme sincère ? La question demeure entière. La structure intellectuelle de Macron est peu sujette à remise en question. C’est sa solidité intrinsèque, sa marque de fabrique, son caractère, une force ... mais aussi une faiblesse. Eût-Il anticipé parfois certaines résistances, ou mieux évalué les conséquences sociales et politiques de certains de ses actes (comme avec la taxe carbone par exemple), peut-être se serait-il moins « cornerisé », au point parfois de n’apparaître que comme un homme qui ne plie que devant le rapport de forces. Sa détermination affichée a paradoxalement insinué l’idée que seule la montée en tension permanente pouvait avoir raison des certitudes présidentielles. D’où la radicalité de certaines de ses oppositions ... De ce point de vue la conférence de presse de ce 25 Avril n’a pas dissipé forcément cette perception du chef de l’Etat ...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 26/04/2019 - 19:51
dépositaire
Macron n'est pas dépositaire du récit national .
cloette
- 26/04/2019 - 19:51
dépositaire
Macron n'est pas dépositaire du récit national .