En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

02.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

03.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

04.

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

05.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

06.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

07.

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

PMA pour toutes : le conservatisme sociétal est-il une cause définitivement perdue ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 5 heures 50 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 7 heures 22 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 8 heures 57 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 11 heures 29 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 14 heures 39 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 15 heures 24 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 17 heures 54 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 18 heures 57 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 19 heures 40 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 6 heures 42 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 8 heures 48 sec
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 10 heures 14 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 12 heures 3 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 14 heures 57 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 19 heures 22 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 19 heures 53 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Bon courage

Casser le mur de l’incompréhension avec les Français : l’équation impossible d’Emmanuel Macron ?

Publié le 25 avril 2019
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine.

La dernière vague de l’Observatoire de la politique nationale réalisé par BVA pour Orange-RTL et La Tribune (avril 2019) nous apporte des éléments précieux pour l’analyse des opinions des Français vis-à-vis d’Emmanuel Macron. L’enquête a été réalisée dans un contexte particulièrement chargé et grave pour le chef de l’Etat avec la sortie du Grand débat national et l’émotion après l’incendie de Notre Dame de Paris.

Si les Français portent globalement au crédit d’Emmanuel Macron son attitude et ses déclarations dans les heures qui ont suivi l’incendie de Notre Dame, cette approbation n’est ni massive ni unanime : moins de deux tiers (62%) de ceux qui ont écouté son intervention télévisée du mardi 16 avril l’ont trouvé à la hauteur de la situation et une courte majorité (54%) ont approuvé sa décision de reporter ses annonces. Ce sont les sympathisants du Rassemblement national et ceux de la France insoumise qui se sont montrés les moins convaincus sur ces deux aspects.  L’enquête BVA montre qu’au-delà de l’intense émotion ressentie par les Français en voyant brûler l’un des joyaux de notre patrimoine et de notre histoire nationale, apparait en filigrane toute la tension des derniers mois : dans une telle circonstance, le soutien à l’action et à l’attitude du chef de l’Etat devrait être plus proche des 70 ou 80% que des 60%.

Les données permettent de revenir sur l’image qu’ont les Français d’Emmanuel Macron au moment même où le pays manifeste son émotion et sa peine mais aussi son attente. Moment propice à revenir vers ce qui nous fait tenir ensemble, entre nous Français si différents, si opposés mais aussi si solidement unis par le ciment de nos grands mythes nationaux : Paris et son décor de musée d’histoire, Victor Hugo et Notre Dame. Moment également très métaphorique : la toiture partie en fumée et la flèche tombée comme les symboles d’une France qui ne va pas bien, avec sa capitale meurtrie par tant de coups et blessures depuis 2015.

Emmanuel Macron a fait preuve de volontarisme et a voulu incarner la posture du chef de la Nation, qui rassemble et appelle à l’unité nationale face à un traumatisme mémoriel et symbolique. Fidèle à son crédo de « bâtisseur », il nous a proposé d’élever le regard vers les cinq prochaines années. Mais ni ce volontarisme ni cette foi en l’avenir ne lui permettent de réellement reprendre pied dans l’opinion. Si Emmanuel Macron gagne 3 points de popularité (32% d’opinions positives), ce court rebond ne fait en rien bouger les lignes. Pour s’en convaincre, il suffit de parcourir les verbatim des réponses à la question ouverte posée tous les mois par BVA : ces petits textes expriment une grande ligne de fracture, une crevasse glaciaire digne d’un « rideau de fer » à propos d’Emmanuel Macron. Cette ligne de clivage sépare les deux camps qui se font face à propos d’Emmanuel Macron depuis des mois, sans qu’aucun élément externe ne vienne en réduire la profondeur et la dureté.  

Pour éprouver la résilience de cette fracture et tenter de percer son mur de béton, on peut utiliser la puissance des techniques de la statistique textuelle. Une panoplie de techniques sophistiquées existe pour faire apparaître les occurrences des énoncés, leurs poids, leurs agencements, leurs secrets enfouis dans les mots. Mais rien n’y fait pour le moment ; on ne peut que constater la très grande stabilité des contenus et des structures narratives à propos d’Emmanuel Macron depuis des mois. Même le choc profond ressenti dans tout le pays à la vue des images du feu de Notre Dame n’a pas créé la moindre brèche et le moindre espace ou marge de manœuvre pour qu’Emmanuel Macron remonte de manière forte le courant de l’impopularité.  Des centaines de mots utilisés par les Français lorsqu’ils parlent d’Emmanuel Macron émergent toujours deux personnages, deux figures mythologiques que tout oppose : d’un côté, « le Président des riches, arrogant et trop sûr de lui pour prêter attention au peuple » ; de l’autre côté, « le jeune réformateur qui a le courage de faire les réformes dont le pays a besoin et qui applique son programme ».

Ces éléments illustrent une problématique bien connue des spécialistes de l’opinion publique mais que les hommes et femmes politiques sous-estiment toujours : c’est un risque considérable pour une personnalité (politique) que de figer trop tôt et trop durement son image. Emmanuel Macron a trop vite édifié entre lui et une partie (importante) des Français un mur d’incompréhensions et de malentendus. Pourra-t-il, jeudi soir, pousser la disruption jusqu’à casser ce mur qu’il a pourtant construit ?  Après tout, la disruption c’est bien de la destruction créatrice, non ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ullman
- 25/04/2019 - 11:29
PAR ICI LA SORTIE
Ou par ici la sottie ?
Avec un QI supérieur à 200 (au moins) et un narcissisme encore plus grand,
Avec son empathie voisine de zéro,
Avec son arrogance à couper au couteau,
Avec sa volonté d’une loi d’exception pour contourner toutes les autres, qui sont d’indispensables garde-fous, et de contredire l’avis des meilleurs professionnels,
il montre encore une fois son parfait amateurisme et son incroyable incompétence.
C’est un enfant qui est aux manettes.