En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Bon courage
Casser le mur de l’incompréhension avec les Français : l’équation impossible d’Emmanuel Macron ?
Publié le 25 avril 2019
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine.

La dernière vague de l’Observatoire de la politique nationale réalisé par BVA pour Orange-RTL et La Tribune (avril 2019) nous apporte des éléments précieux pour l’analyse des opinions des Français vis-à-vis d’Emmanuel Macron. L’enquête a été réalisée dans un contexte particulièrement chargé et grave pour le chef de l’Etat avec la sortie du Grand débat national et l’émotion après l’incendie de Notre Dame de Paris.

Si les Français portent globalement au crédit d’Emmanuel Macron son attitude et ses déclarations dans les heures qui ont suivi l’incendie de Notre Dame, cette approbation n’est ni massive ni unanime : moins de deux tiers (62%) de ceux qui ont écouté son intervention télévisée du mardi 16 avril l’ont trouvé à la hauteur de la situation et une courte majorité (54%) ont approuvé sa décision de reporter ses annonces. Ce sont les sympathisants du Rassemblement national et ceux de la France insoumise qui se sont montrés les moins convaincus sur ces deux aspects.  L’enquête BVA montre qu’au-delà de l’intense émotion ressentie par les Français en voyant brûler l’un des joyaux de notre patrimoine et de notre histoire nationale, apparait en filigrane toute la tension des derniers mois : dans une telle circonstance, le soutien à l’action et à l’attitude du chef de l’Etat devrait être plus proche des 70 ou 80% que des 60%.

Les données permettent de revenir sur l’image qu’ont les Français d’Emmanuel Macron au moment même où le pays manifeste son émotion et sa peine mais aussi son attente. Moment propice à revenir vers ce qui nous fait tenir ensemble, entre nous Français si différents, si opposés mais aussi si solidement unis par le ciment de nos grands mythes nationaux : Paris et son décor de musée d’histoire, Victor Hugo et Notre Dame. Moment également très métaphorique : la toiture partie en fumée et la flèche tombée comme les symboles d’une France qui ne va pas bien, avec sa capitale meurtrie par tant de coups et blessures depuis 2015.

Emmanuel Macron a fait preuve de volontarisme et a voulu incarner la posture du chef de la Nation, qui rassemble et appelle à l’unité nationale face à un traumatisme mémoriel et symbolique. Fidèle à son crédo de « bâtisseur », il nous a proposé d’élever le regard vers les cinq prochaines années. Mais ni ce volontarisme ni cette foi en l’avenir ne lui permettent de réellement reprendre pied dans l’opinion. Si Emmanuel Macron gagne 3 points de popularité (32% d’opinions positives), ce court rebond ne fait en rien bouger les lignes. Pour s’en convaincre, il suffit de parcourir les verbatim des réponses à la question ouverte posée tous les mois par BVA : ces petits textes expriment une grande ligne de fracture, une crevasse glaciaire digne d’un « rideau de fer » à propos d’Emmanuel Macron. Cette ligne de clivage sépare les deux camps qui se font face à propos d’Emmanuel Macron depuis des mois, sans qu’aucun élément externe ne vienne en réduire la profondeur et la dureté.  

Pour éprouver la résilience de cette fracture et tenter de percer son mur de béton, on peut utiliser la puissance des techniques de la statistique textuelle. Une panoplie de techniques sophistiquées existe pour faire apparaître les occurrences des énoncés, leurs poids, leurs agencements, leurs secrets enfouis dans les mots. Mais rien n’y fait pour le moment ; on ne peut que constater la très grande stabilité des contenus et des structures narratives à propos d’Emmanuel Macron depuis des mois. Même le choc profond ressenti dans tout le pays à la vue des images du feu de Notre Dame n’a pas créé la moindre brèche et le moindre espace ou marge de manœuvre pour qu’Emmanuel Macron remonte de manière forte le courant de l’impopularité.  Des centaines de mots utilisés par les Français lorsqu’ils parlent d’Emmanuel Macron émergent toujours deux personnages, deux figures mythologiques que tout oppose : d’un côté, « le Président des riches, arrogant et trop sûr de lui pour prêter attention au peuple » ; de l’autre côté, « le jeune réformateur qui a le courage de faire les réformes dont le pays a besoin et qui applique son programme ».

Ces éléments illustrent une problématique bien connue des spécialistes de l’opinion publique mais que les hommes et femmes politiques sous-estiment toujours : c’est un risque considérable pour une personnalité (politique) que de figer trop tôt et trop durement son image. Emmanuel Macron a trop vite édifié entre lui et une partie (importante) des Français un mur d’incompréhensions et de malentendus. Pourra-t-il, jeudi soir, pousser la disruption jusqu’à casser ce mur qu’il a pourtant construit ?  Après tout, la disruption c’est bien de la destruction créatrice, non ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
02.
L’histoire fascinante du commando Kieffer
03.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
04.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
05.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
06.
Elevage : l'entreprise Hénaff félicitée par... l'association L214
07.
Morts par morsure de serpent : une plaie planétaire contre laquelle l’OMS entend entrer en guerre
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ullman
- 25/04/2019 - 11:29
PAR ICI LA SORTIE
Ou par ici la sottie ?
Avec un QI supérieur à 200 (au moins) et un narcissisme encore plus grand,
Avec son empathie voisine de zéro,
Avec son arrogance à couper au couteau,
Avec sa volonté d’une loi d’exception pour contourner toutes les autres, qui sont d’indispensables garde-fous, et de contredire l’avis des meilleurs professionnels,
il montre encore une fois son parfait amateurisme et son incroyable incompétence.
C’est un enfant qui est aux manettes.