En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

04.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

05.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

06.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

07.

Philippe Juvin: "Si la France s’en sort aujourd’hui, c’est uniquement grâce aux Français, pas à l’État"

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 28 min 20 sec
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 2 heures 4 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 3 heures 21 min
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 13 heures 59 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 16 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 18 heures 10 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 18 heures 48 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 20 heures 43 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 39 min 26 sec
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 2 heures 13 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 3 heures 22 sec
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 3 heures 49 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 14 heures 13 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 17 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 18 heures 25 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 19 heures 52 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 21 heures 22 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
La vérité est ailleurs

Ces chiffres qui éclairent de manière surprenante les difficultés de recrutement des entreprises

Publié le 25 avril 2019
Les difficultés de recrutement concernent 46 % des entreprises industrielles. Au plus haut depuis 2000, bien que le contexte de l'emploi soit très différent. En 2000, 82 000 créations nettes d'emplois industriels étaient intervenues. Celles-ci n'étaient que de 9 500 en 2018.
Denis Ferrand est Docteur en économie de l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble, Directeur Général de Coe-Rexecode depuis décembre 2008. Il est l'auteur de perspectives économiques mondiales 2014-2015 de Coe-Rexecode. Il est également...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Ferrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Ferrand est Docteur en économie de l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble, Directeur Général de Coe-Rexecode depuis décembre 2008. Il est l'auteur de perspectives économiques mondiales 2014-2015 de Coe-Rexecode. Il est également...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les difficultés de recrutement concernent 46 % des entreprises industrielles. Au plus haut depuis 2000, bien que le contexte de l'emploi soit très différent. En 2000, 82 000 créations nettes d'emplois industriels étaient intervenues. Celles-ci n'étaient que de 9 500 en 2018.

Atlantico : Selon les données INSEE publiées ce 24 avril, 46% des entreprises du secteur industriel seraient confrontées à des difficultés de recrutement, un plus haut depuis près de 20 ans, mais dans un contexte de création d'emplois pourtant bien moins porteur qu'à cette époque. Comment expliquer ce paradoxe ? 

Denis Ferrand : L’année 2000 était une époque tout à fait exceptionnelle (82 000 embauches dans ce secteur) et les difficultés de recrutements étaient plus fortes à ce moment là  qu’elles ne le sont aujourd'hui (9500 embauches en 2018). Mais il est vrai que nous avons l’impression que nous venons buter beaucoup plus rapidement sur ces difficultés de recrutement parce que nous sommes confrontés à deux décennies de déclin industriel. En matière industrielle, le temps long a son importance avec des phénomènes d’hystérèse qui peuvent se manifester. Quand vous avez une contraction de la base industrielle sur une base régulière, cela se traduit par un certain nombre de compétences qui ne sont plus au rendez vous, ce sont des formations qui disparaissent - à quoi bon développer des formations pour des secteurs dont la capacité d’embauche ne fait que s’atrophier année après année. Ce sont des processus de temps long qui sont l’illustration de la  trace de la perte de compétitivité qu’a connu l’industrie pendant de longues années. C’est un processus cumulatif : pas d’investissement dans la formation, un environnement public qui ne promeut pas de formations industrielles dans les écoles,  ce qui aboutit à une situation ou vous ne trouvez plus les compétences pour pouvoir embaucher quand il y a un redressement de l’activité. Ce qui est tout à fait remarquable, c’est que nous sommes dans un contexte très particulier où l’on voit des créations nettes d’emplois (je le répète 9500 en 2018 contre 82 000 en 2000, mais cela suffit pour faire de 2018 une année exceptionnelle). Et je parle ici d’emplois directs et non pas de l’emploi intérimaire sollicité par l’industrie, qui a reculé au cours de l’année 2018 dans une proportion qui annihile la progression de l’emploi industriel direct. 

Ce qui est également remarquable sur les années 2018 et 2019, c’est que cette accélération de l’activité dans le domaine industriel a surtout été la conséquence de la croissance connue en 2017. Depuis 2018, le ralentissement est assez franc, on voit que l’indice de la production industrielle n'est en progression que de 0.5% aujourd'hui par rapport à il y a un an. La croissance industrielle est donc plus faible mais nous avons toujours les mêmes difficultés de recrutement, et toujours plus d’entreprises qui se déclarent confrontées à des difficultés liées à leurs capacités d’offre que d’entreprises confrontées à des problèmes de demande. Ce qui montre bien que si tous les risques pesant sur l’activité venaient à se lever, les entreprises viendront rapidement buter sur leurs capacités à suivre l’activité. 

Ne peut-on pas considérer que les entreprises se seraient accoutumées à une situation d'un marché de l'emploi dégradé, dont la progressive amélioration pourrait commencer à changer la donne ? 

Ce qui est remarquable dans ce contexte est que les entreprises doivent s’habituer à ces difficultés de recrutement. Sans doute ont-elles perdu l’habitude de recruter pendant toutes ces années de contraction et elles se retrouvent aujourd'hui confrontées à un pouvoir de négociation qui est peut être un peu moins à l’avantage des entreprises que cela ne pouvait être le cas il y a quelques années. Les données de l’ACOSS, publiées également le 24 avril montrent bien que dans les embauches qui s’effectuent aujourd'hui dans le secteur industriel, celles-ci se font principalement en CDI. Il est impressionnant de voir la progression très forte d’embauches en CDI par rapport à des contrats courts. Les entreprises, dans un contexte où elles ont du mal à trouver des salariés, vont se garantir de pouvoir les garder plus longtemps dans l’entreprise.  Un contrat qui aurait été proposé en CDD il y a 3 ou 4 ans, est aujourd'hui proposé en CDI. Nous n’avons pas encore les données, mais il faudra également surveiller les progressions des salaires à l’embauche, ce qui serait un véritable marqueur de la traduction de ces difficultés de recrutement qui s’exercent.   

La France connaît aujourd'hui des difficultés de recrutement et un taux de chômage très élevé, avec un taux d’emploi des 20-29 ans les moins formés qui est ridiculement bas au regard des autres pays européens. Ces difficultés de recrutement sont donc aussi un problème d’inclusion dans l’emploi de toute une frange de population, les jeunes non qualifiés, qui sont de plus en plus exclus de l’emploi. Il existe des initiatives qui sont menées par les entreprises pour essayer de former ces jeunes en interne, mais cela prend du temps. Nous avons un problème de nature conjoncturelle alors que les outils qui peuvent permettre de répondre à ces difficultés sont de nature structurelle.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DANIEL74
- 26/04/2019 - 08:18
BON SENS
Les fossoyeurs de notre pays sont l'Education Nationale et la Sécurité Sociale, deux monopoles d'Etat qui ignorent les réalités et qui n'ont pas su s'adapter bien qu'ils ont détruit notre pays au lieu de le construire. Le Général n'a t'il pas confier à Alain Peyrefitte en juin 1969 : "Il est temps de mettre fin à l'absurdité qui veut que ceux qui devraient servir l'Etat sont ceux qui le menacent le plus". Remplacer l'ENA, l'ENS et l'ENM risque d'être le même alambic qui a transformé l'IUFM. Faire mieux est impossible en France mais faire pire est la solution des protégés du statut public et qui ne sont pas régalien. Poser le problème, la solution en découle CQFD
lal
- 25/04/2019 - 11:52
Désindustrialisation ,
Désindustrialisation , mondialisation,concurrence déloyale au sein même de l’Europe,ont produit ce chômage de masse en France; et nos gouvernants se désolent alors qu’ils ont accepté et encouragé cette situation;Promenez vous dans les campagnes française ,il y avait partout des petits ateliers, des petites industries en plus des agriculteurs,cela faisait vivre des millions de gens, aujourd’hui’hui il n’y a que des ruines,il n’y a plus de services publics parce qu’il n’y a plus personne.