En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© JOSEPH PREZIOSO / AFP
Etats-Unis

Biden, Buttigieg, Sanders : le trio favori pour la candidature démocrate à la présidentielle 2020

Publié le 24 avril 2019
La campagne pour la Maison Blanche promet d'être chargée en testostérone...
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La campagne pour la Maison Blanche promet d'être chargée en testostérone...

Atlantico : L’ancien vice-président Joe Biden entre en campagne : cela peut-il changer le cours des choses et n’est-ce pas trop tard ?

Jean-Eric Branaa : Hillary Clinton s’était déclarée un 12 avril. Joseph Robinette Biden a beaucoup hésité, tergiversé, repoussé l’échéance et le fait donc pour sa part un 25 avril. C’est donc à peu près à la même période que l’ancienne Première dame mais, cette année, cela semble bien tard, si on considère que cela arrive bien après tous les autres candidats démocrates, qui se sont lancés très tôt cette année. Ils sont aussi très nombreux, puisque le record du nombre de candidats à la présidentielle a été battu, avec 21 candidats sur la ligne de départ à ce jour. Toutefois Joe Biden espère bien que cela ne gênera pas son destin, car il se voit bien en président de la première puissance mondiale…

Pour y prétendre, ses atouts sont nombreux car la vie politique du vieux démocrate a déjà été particulièrement riche : 36 ans au sénat, puis la vice-présidence pendant les deux mandats de Barack Obama. Il a d’ailleurs été le premier catholique romain à occuper ce poste. Cette vie dévouée à l’action publique aurait dû logiquement être couronnée par le premier rôle depuis longtemps. La plus haute marche lui a pourtant échappé en 1988 et 2008, lorsqu’il a été à chaque fois prématurément obligé d’abandonner le combat. En 1988, c’est un scandale énorme qui l’a obligé à jeter l’éponge alors qu’il faisait face à une accusation de plagiat d’un discours du leader travailliste anglais Neil Kinnock, dont il s’était largement inspiré pour une intervention publique dans l’Iowa. Il a alors été balayé dès le caucus de l’Iowa, celui qui ouvre la saison des primaires, et où il n’a terminé qu’en 5eposition. En 2015, c’était un peu différent, car s’il a renoncé, c’est uniquement parce qu’il a été secoué par la mort de son fils et révulsé à l’avance par l’idée qu’il puisse être accusé d’exploiter ce chagrin personnel à des fins électorales. Alors, il a fait un pas de côté et a regardé passer le train. Mais avec des regrets qu’il ne dissimule pas. Il reste persuadé qu’il aurait battu Donald Trump.

Si sa conviction est faite qu’il l’aurait emporté dans ce combat entre mâles, sa certitude est encore plus forte qu’il serait sans nul doute sorti vainqueur d’une lutte avec Hillary Clinton, lors des primaires. C’est un point du vue qu’il a défendu avec fougue et sans relâche depuis ce funeste 8 novembre 2016. Il est revenu longuement sur ce point dans son livre le plus récent et laisse transparaitre une amertume de ne pas s’être lancé quand c’était encore possible. A cette lecture, on découvre que son entourage a beaucoup pesé pour le dissuader de s’engager dans un tel combat, à commencer par le président, Barack Obama, qui ne l’a pas vraiment encouragé : « Je veux sincèrement protéger ton héritage », lui aurait-il dit simplement en guise d’explication.  Sans ce soutien, cela se compliquait un peu, surtout face à Hillary.  Son propre directeur de campagne, Mike Donilon, a enfoncé le clou quand il a estimé qu’il fallait garder un temps pour le deuil et que la douleur était trop forte pour se consacrer à une campagne aussi dure.

En novembre 2018, il a fêté ses 76 ans. D’aucun penserait qu’il est temps de profiter de sa retraite et de ses journées : pas lui. L’âge ne lui fait pas peur et ne représente pas un frein à ses yeux. Pendant deux ans et demi, il a maintenu la pression sur le 45e président et s’est montré très présent dans les médias. Pour être sûr d’être compris, il a même publié un livre, Promise Me, Dad qui est paru le 14 novembre 2017. Il a alors expliqué qu’il s’agissait du premier tome de ses mémoires. Une grande place est accordée dans cet ouvrage à l’agonie de son fils, Beau, qui a succombé d’un cancer le 30 mai 2015. Joe Biden raconte que, sur son lit de mort, son fils lui a demandé de ne rien changer à ses plans et de tout faire pour devenir président. Mais l’ancien vice-président fait une différence très forte entre ses sentiments personnels et sa vie publique. Il a déjà eu à affronter la mort dans sa vie, lorsqu’il a perdu sa femme Neilia et sa fille Naomi, victimes d’un accident de voiture en 1972, alors qu’il venait tout juste d’être élu sénateur du Delaware. Ses deux fils avaient alors survécu et il avait fait face avec courage, honorant aussi ses obligations publiques, tout en étant un jeune père de 30 ans, seul avec ses enfants.

Son intention est maintenant de proposer un autre narratif pour le roman national qu’il entend contribuer à écrire. Il pense être le mieux placé pour tourner la page Donald Trump. Face au vingt autres candidats, il va faire jouer l’expérience, mais aussi les réseaux : le Parti va se ranger derrière lui et il sera la cible première de tous les autres candidats. C’est à cela que l’on mesure que l’on est un candidat crédible. 

Et si cela ne suffisait pas, il pourra lire les tweets de Donald Trump, où il tiendra une place de premier choix : le président des Etats-Unis a toujours répété qu’il serait son candidat préféré. Il n’a jamais caché non plus qu’il aime le catch et la castagne. Cela annonce donc une campagne rude et à forte dose de testostérone.

Elle commence véritablement cette semaine.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

04.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

05.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

06.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
CasCochyme
- 24/04/2019 - 16:23
On verra bien
Ce n'est pas encore gagné pour Joseph Robinette Biden. Style personnel très tactilement (ce sont ses termes) affectueux envers le genre féminin de tout âge, et en l'ère du "me too" il pourrait avoir du mal à continuer à plaisanter à ce sujet. Il est vieux, depuis longtemps propice aux bourdes (évocation de Roosevelt et de ses causeries au coin du feu avec les Américains devant leur poste de télévision...qu'ils n'avaient pas à cette époque), il n'enthousiasme guère les bailleurs de fonds incontournables. Il est possible aussi qu'il n'arrive pas à battre le non-démocrate Sanders aux primaires démocrates (si vous ne comprenez pas la situation moi non plus), même si le sénateur radical n'hésite pas à défendre des positions branquignolles, par ex. en se prononçant en faveur du droit de vote pour tous les détenus condamnés, quelle que soit la gravité de leur sentence (mais ça plaît à la fraction des démocrates de choc atteints du TDS (syndrome du dérangement anti-Trump) avec leur étendard médiatique Bob de Niro, lesquels ont élu les néo-pétroleuses Tlaib, Omar et AOC). Il a du pain sur la planche, Joe l'Irlandais, pour faire prévaloir son point de vue "modéré" dans ce climat tendu.