En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Thomas SAMSON / AFP
Acte XXIII
Notre-Dame et Gilets jaunes : le week-end à hauts risques d'Emmanuel Macron
Publié le 20 avril 2019
Après la tragédie de Notre-Dame lundi, les cartes politiques ont été violemment rebattues comme elles le sont rarement dans une démocratie institutionnelle. La stratégie d’Emmanuel Macron pour sortir du Grand Débat s’est écroulée comme un château de carte.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la tragédie de Notre-Dame lundi, les cartes politiques ont été violemment rebattues comme elles le sont rarement dans une démocratie institutionnelle. La stratégie d’Emmanuel Macron pour sortir du Grand Débat s’est écroulée comme un château de carte.

Un rare moment d’unité nationale a suspendu le cours de la campagne électorale et de la contestation des Gilets Jaunes. Mais tout laisse à penser que ce suspens touche à sa fin et que les exaspérations intérieures pourraient redonner de la voix. Emmanuel Macron n’a pas prévenu d’intervenir avant la fin de la Semaine Sainte. Nul ne sait si ce pari sera gagnant ou pas. Tout peut basculer ce week-end, dans un sens comme dans un autre.

Malraux avait annoncé que le vingt-et-unième siècle serait religieux ou ne serait pas. Et les événements commencent à lui donner raison! Jamais une Semaine Sainte, jamais un Week-end pascal n’avait eu une telle importance dans la vie politique de la République.

Après Notre-Dame, Macron respecte la semaine sainte

Emmanuel Macron a annoncé qu’il reportait à mardi prochain l’intervention qu’il avait initialement programmée lundi dernier. L’incendie de Notre-Dame l’a en réalité forcé à surseoir, et assez curieusement il a choisi de s’exprimer après la Semaine Sainte. C’est probablement la première fois qu’une tradition catholique dicte autant son tempo à la classe politique républicaine.

Macron nous avait parlé d’un monde nouveau. On est en réalité revenu, par la force des choses, pour ainsi dire naturellement, à un monde bien plus ancien qu’on ne le pensait, qu’on ne l’aurait imaginé.

Au fond, le deuil catholique s’est imposé, même aux laïcards qui voient dans Notre-Dame bien plus qu’un symbole chrétien. Après les affaires Barbarin et autres, l’Eglise a repris sa place en France.

Dons à Notre-Dame: un pays toujours en colère

Mais la trêve partisane qui s’est imposée durant la Semaine Sainte a un champ limité. La vivacité des polémiques qui entourent les montants des dons apportés par les plus grandes fortunes de France pour la reconstruction de la cathédrale montre que le pays, même dans le recueillement, même dans le deuil, est toujours en colère.

L’inégal partage des richesses et la contribution des plus riches à l’effort collectif demeurent au centre des passions et des mécontentements. Au lieu de flétrir ce ressenti, les élites françaises devraient plutôt s’interroger sur la profondeur du mal qui ronge désormais le pays. Et s’inquiéter de ce qu’il pourrait produire.

La situation française ne tient plus qu’à un fil

On sent bien que, politiquement, tout peut basculer d’un côté comme de l’autre. Soit Macron remporte l’adhésion du pays, soit il s’effondre face à un mouvement de rejet virulent. Entre les deux extrêmes l’issue est très incertaine. D’un côté, l’ordre intemporel, de l’autre le trouble de la colère.

Qu’adviendra-t-il? Macron, qui est arrivé au pouvoir sur un coup de poker, ne peut désormais se départir de cette ligne hasardeuse. Tout en lui, en son quinquennat, est soumis à l’incertitude et au pari.

Le risque d’un samedi très violent

Ce qui devrait faire la différence, c’est la capacité de l’Etat et du brillant Christophe Castaner, à maintenir l’ordre demain. Depuis de nombreuses semaines, une arrivée massive de black-blocks et de casseurs est annoncée dans Paris. Le samedi qui s’annonce, ce samedi de Pâques, de recueillement et d’affliction chez les Chrétiens, meurtris par l’incendie de Notre-Dame, pourrait être un samedi de violence.

Si celle-ci devait réellement se produire, si elle devait mettre le pouvoir en difficulté, nul ne sait comment les Français réagiront. Compte tenu de la colère exprimée à propos des dons des plus riches à Notre-Dame, tout laisse à penser que le parti de l’ordre ne sera pas automatiquement majoritaire.

De notre point de vue, donc, de deux choses l’une: soit l’ordre est maintenu demain et Emmanuel Macron devrait marquer positivement l’opinion. Cette option pourrait lui être très bénéfique. Soit les casseurs mettent l’ordre en échec, et beaucoup, y compris parmi les ultra-riches, penseront que le moment est désormais venu de changer de cavalier.

Sit transit gloria mundi.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
05.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
06.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
07.
Une directrice de collège alerte sur "l'hypersexualité" des élèves de 6e et de 5e
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ullman
- 20/04/2019 - 12:31
LA SUITE
Gilets Jaunes ou pas, le gamin qui croit diriger mais ne dirige rien du tout n’a maintenant qu’une issue : la porte de sortie.
Le vrai, le seul problème pour les Français, c’est la suite : dans tout notre stock de politiciens et de politicards, il n’y a pas UN homme d’État pour succéder au freluquet puéril.
Aujourd’hui est difficile, demain le sera aussi.
ajm
- 20/04/2019 - 12:30
Gilets Jaunes et Notre-Dame de Paris.
C'est quoi le peuple ? Celui qui s'exprime dans les élections où les milliers de braillards casseurs du samedi matin ? Je n'ai pas voté Macron mais, de fait, il a été élu et a obtenu facilement une majorité à l'Assemblée Nationale. Si on remet en cause cette base élémentaire de la démocratie, demain n'importe quel président d'un autre bord politique pourra voir sa légitimité contestée par des agitateurs violents.
Pour ce qui est de la comparaison entre le " budget" Notre-Dame et les budgets sociaux on se fiche du monde. I milliard sur 8 ans ( par exemple, le chantier risque en fait de durer plus) cela fait 125 millions par an soit environ 7% de ce que coûte chaque année l'aide médicale d'Etat pour les immigrés illégaux et pratiquement rien en comparaison des dépenses sociales du pays ( 20% du pnb hors retraite) . Le seul entretien annuel de Beaubourg doit coûter plus cher.
J'accuse
- 20/04/2019 - 10:52
La seule sortie qu'on attend est la démission de Macron
L'avenir de Macron ne tient pas au "succès" ou à la mise en échec des casseurs du samedi. Tout au plus celui de l'incompétent de service occupant la place Beauvau, ce dont tout le monde se fout.
Il ne tient pas non plus à la semaine sainte: les prêches des curés n'ont rien à voir avec ceux des imams des mosquées le vendredi, que le pouvoir craint à juste titre dans les pays musulmans.
Les Français attendent-ils quelque chose de la "sortie" du faux grand débat ? Oui: de l'argent ! Via une baisse forte et durable de la fiscalité. Mais ça n'arrivera pas.
L'OFCE a eu beau essayer de dire que le pouvoir d'achat allait augmenter en 2019, les Français sont comme Saint Thomas: ils ne croient qu'à ce qu'ils palpent, sans croire aux prévisions ou aux promesses.
Macron n'a jamais eu l'adhésion des Français, et ne l'aura jamais.
Nul ne sait quand et comment se produira l'explosion sociale, mais beaucoup de gens pensent qu'elle est inéluctable. Je n'affirmerai pas le contraire.