En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Wikipédia commons
Bonnes feuilles
"Plus fragile que de la vaisselle en faïence" : les confidences d'un homme touché par la maladie des "os de verre"
Publié le 22 avril 2019
Dès sa naissance, on découvre que Stéphane Froger est atteint de la "maladie des os de verre". Dans son ouvrage "En mille morceaux" (ed. City), il raconte sa quête d'indépendance pour apprendre à se déplacer seul, trouver un travail ou vivre dans son propre appartement. 1/2
Stéphane Froger est né avec la maladie des os de verre, un syndrome qui a gravement affecté sa croissance. Après avoir frôlé la mort à plusieurs reprises et connu de longs séjours à l'hôpital, il a réussi, avec l'aide de ses proches, à conquérir son...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Froger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Froger est né avec la maladie des os de verre, un syndrome qui a gravement affecté sa croissance. Après avoir frôlé la mort à plusieurs reprises et connu de longs séjours à l'hôpital, il a réussi, avec l'aide de ses proches, à conquérir son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dès sa naissance, on découvre que Stéphane Froger est atteint de la "maladie des os de verre". Dans son ouvrage "En mille morceaux" (ed. City), il raconte sa quête d'indépendance pour apprendre à se déplacer seul, trouver un travail ou vivre dans son propre appartement. 1/2

Comme dans la plupart des cas où je me suis fracturé un os, la circonstance à l’origine de l’accident était parfaitement banale, dénuée de tout risque pour quelqu’un de normal. J’étais assis dans la voiture de mes parents, et des enfants du voisinage, qui étaient également mes camarades de jeu quand j’étais dans la cour, se proposèrent de me transporter depuis le véhicule jusque dans mon fauteuil. Il y avait une distance d’un ou deux mètres à franchir, pas plus, et moi, j’étais ravi qu’ils veuillent ainsi me rendre service. La manœuvre commença. La fille qui me tenait du côté gauche me chatouillait sans le vouloir et je partis d’un fou rire qui se propagea bientôt au reste du groupe. Je me mis à gigoter et finalement, le malheureux convoi se désorganisa suffisamment pour que je me retrouve déséquilibré, appuyé de tout mon poids sur mon bras gauche. Je l’entendis  distinctement craquer, comme tous les autres enfants d’ailleurs, et lorsqu’ils me posèrent enfin sur mon fauteuil, ils virent à quel point la fracture avait déformé mon bras, avec les pointes des os qui dépassaient sous la peau. La fille qui était à l’origine de cette mésaventure était toute blanche. Je me rappelle qu’elle ne cessait pas de s’excuser et que tout le monde, ses amis, mes parents et moi, n’arrêtait pas de lui dire que ce n’était pas sa faute. Elle n’est finalement pas restée à Saint-Chéron, je crois que sa famille a déménagé peu après l’incident, et j’ai peur qu’elle soit restée traumatisée par sa responsabilité dans cet incident – si elle me lit aujourd’hui, je lui garantis qu’elle peut se tranquilliser à ce sujet. Mais j’étais quand même bon pour une nouvelle visite à l’hôpital.

C’est le même médecin qui m’avait amené à porter le corset, un chirurgien pédiatrique, qui supervisa le traitement de mon bras. Dans l’ensemble, en dehors de ces circonstances dont je parle, je n’ai pas eu à me plaindre de son travail. Pourtant, en cette occasion précise, je pense qu’il aurait pu demander un deuxième avis ; admettre qu’il n’était pas vraiment un spécialiste du mal qui me touchait – après tout, nous ne sommes pas si nombreux à en souffrir.

Lorsqu’il vint me voir à l’hôpital, il regarda mon bras, l’os qui dépassait sous ma peau, considérant les choses avec calme. Je me rappelle encore ses mots, son ton :

— Je ne pense pas que nous allons opérer.

Ma mère lui demanda pourquoi : vu que la stratégie de poser des broches pour renforcer mes os avait l’air de parfaitement fonctionner, pourquoi ne pas agir de même concernant mes membres supérieurs ?

Et sa réponse claqua, définitive :

— Parce qu’il ne marche pas sur ses bras.

Voilà, pour lui, le problème était réglé : il suffisait de plâtrer, et les os se souderaient tout seuls. Nous n’en revenions pas, mais il avait le pouvoir de décision. C’est donc lui qui a tranché, et sans hésitation. Certes, l’os a fini par se ressouder comme il l’avait prévu, mais je suis resté avec un cal osseux que je pouvais sentir sous mes doigts quand je les passais sur mon bras. Et ce cal osseux n’était ni plus ni moins qu’une fragilité permanente. Je le sais parce que ce bras s’est cassé à nouveau non pas une mais deux fois dans les mois qui ont suivi – et chaque fois pour des motifs plus absurdes. Rendez-vous compte : la première fois que je me le cassais à nouveau, c’était tout simplement parce que la voiture dans laquelle je me trouvais avait passé un dos-d’âne un peu vite. Vous vous imaginez ça ? J’étais plus fragile que de la vaisselle en faïence. La seconde fois, c’était parce qu’on m’avait transféré sur mon fauteuil un tout petit peu trop vite : mon bras avait cédé dans le mouvement, sans opposer la moindre résistance. J’avais l’impression que mon corps n’était plus « de verre » mais de sucre tellement il était fragile.

Extrait de "En mille morceaux" de Stéphane Froger, publié aux éditions City.

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
02.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
03.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
06.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
07.
Des planètes rocheuses comme la Terre survivraient à la mort de leur étoile ; Une sonde interstellaire pour explorer Proxima b testée
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires