En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© PATRICK HERTZOG / AFP
Fausse bonne idée
Supprimer l’Ena, un trompe l’oeil ?
Publié le 17 avril 2019
Emmanuel Macron devrait annoncer, selon les informations de RTL et du Monde, qu'il envisage de supprimer l'ENA afin de supprimer le mode de gouvernance technocratique.
Jean-Marc Boyer est diplômé de Polytechnique et de l’Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique (ENSAE). Il a commencé sa carrière en tant que commissaire contrôleur des assurances puis a occupé différentes fonctions à l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Boyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Boyer est diplômé de Polytechnique et de l’Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique (ENSAE). Il a commencé sa carrière en tant que commissaire contrôleur des assurances puis a occupé différentes fonctions à l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron devrait annoncer, selon les informations de RTL et du Monde, qu'il envisage de supprimer l'ENA afin de supprimer le mode de gouvernance technocratique.

Atlantico : Emmanuel Macron devrait annoncer, selon les informations de RTL et du Monde, qu'il envisage de supprimer l'ENA. La mesure viserait à supprimer le mode de gouvernance technocratique - dont le Président lui-même est issu. Mais si la suppression de la structure éducative pouvait changer profondément le système en place, serait-ce suffisant pour répondre aux critiques visant l'élitisme français ?

Jean-Marc boyer : S’il ne s’agit pas d’un ballon d’essai, ce serait une mesure démagogique pour calmer la colère populaire à l’encontre d’élites, supposées déconnectées du monde réel. Cela reviendrait à accorder une nuit du 4 août contre les privilèges de la principale caste d’aristocrates de l’adolescence. Cette demande vient d’ailleurs non seulement des gilets jaunes extrémistes mais aussi du grand débat, pourtant plus large et plus policé.

Cela ne réglerait pas la question du stock d’énarques administrateurs civils, préfets, des grands corps d’Etat, en disponibilité voire en détachement dans la politique ou dans les entreprises publiques (sans prises illégales d’intérêt puisque c’est le réseau qui s’auto-désigne et pas directement les bénéficiaires). La suppression supposée du flux d’énarques mettrait 40 ans à prendre pleinement effet avant de libérer la gouvernance du pays.

Les critiques populaires, mais aussi celles des entrepreneurs lassés des « sévices publics », portent sur les contraintes fiscalo-administrées. En parallèle de l’arrêt du flux des hauts fonctionnaires honnis, il faudrait aussi la suppression des bureaucraties assises sur des prébendes, et des systèmes clientélistes faits de dérogations fiscales et d’octrois de financements.

Une telle mesure ne devrait pas faire que des heureux. Le Président pourrait-il d'ailleurs vraiment risquer de mener une telle réforme ?

La mesure heurtera la haute administration et la macronie, comme N. Loiseau qui a dirigé cette école sans en être issue. Mais la macronie relève du « en même temps ». E. Macron n’avait pas hésité dans sa promotion de l’ENA à porter plainte contre l’Etat et à critiquer sa caste dans son livre « Révolution ». F. Bayrou et B. Le Maire, tous les deux également anciens élèves, s’étaient dits favorables à la suppression de leur école.

Mais, la plupart des anciens élèves exerceront un puissant lobbying, jusqu’au Premier ministre, qui avait exprimé la fierté de sa formation. Le report du discours présidentiel pour cause d’incendie à Notre-Dame est une première opportunité pour les apparatchiks d’avancer leurs pions en plaidant la transmutation de l’annonce fuitée en renforcement de leurs réseaux.

Jusqu’à présent, les réformes réclamées ou mises en œuvre, comme le déménagement à Strasbourg de l’ENA par E. Cresson sous F. Mitterrand, n’ont en rien diminué la progression des réseaux énarchiques. La tentative de dissolution de Polytechnique, dans un gloubi-boulga universitaire avec B. Attali, s’est soldée par un accroissement du périmètre de l’X et une diversification de ses filières.

Le projet de loi réformant la fonction publique sera explosif en tout état de cause. D’autant que si l’ambition est au rendez-vous, il faudra aussi moderniser les autres formations de fonctionnaires (ENM pour la Justice, INET pour les collectivités locales, les écoles formant les corps techniques d’Etat, etc).

Si l'ENA venait à être supprimée, que faudrait-il faire pour la remplacer sans en créer une copie-conforme ? Qu'est-ce qu'il faut particulièrement casser dans la haute administration que les réformes de l'ENA (dont certaines menées par Mme Loiseau) n'ont pas réussi à obtenir ?

Il est à craindre que cette « suppression » annoncée ne cache le projet d’une structure encore plus tentaculaire, d’autant que l’ENA s’est étendue en mastères, en cycles internationaux et en formations continues. A tout le moins, on subodore le subterfuge de « tout changer pour que rien ne change », selon G.T. di Lampedusa.

Or, si la France avait sans doute besoin de retrouver une structure étatique après-guerre, aujourd’hui, le besoin est inverse. Le pays a déjà trop de prélèvements obligatoires, de lois et de règlements, qui l’handicapent dans la compétition internationale.

Le risque est d’avoir une nouvelle structure plus étendue sous couvert d’élargissement social. Or, on sait que la greffe de ZEP à Sciences-Po à été un échec culturel. L’égalité des chances est un leurre, puisque l’on continue à adouber des jeunes socialement parvenus et respectueux de la doxa germanopratine de leurs examinateurs.

Enfin, on ne peut pas véritablement parler de technocrates de l’ENA puisque, faute d’écoles pratiques obligatoires après l’ENA, les élèves sortent sans compétences dans le domaine qu’ils doivent administrer. De plus, ils ne sont incités ni à se former par la suite, ni à performer puisque le mérite dans ses fonctions n’est pas pris en compte. Le système actuel relève simplement de rentes scolaires. Former en continu des élites utiles et restant motivées serait la condition d’un service public efficace.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
07.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 18/04/2019 - 12:45
“L’imagination est plus importante que le savoir.”Einstein
Peut importe l'école car l'imagination ne s'apprend pas elle est en vous ou pas.
Ainsi même le premier de la classe s'il n'a pas l'imagination pour ne pas se satisfaire de ce qu'il y a & bien rien de nouveau ne peut avoir lieu, & cela dans tous les domaines. Pas beaucoup de personnes sont capables de tout mélanger & même en intégrant des savoirs qu'il n'a pas (en allant les Chercher par lui même ce qui est une forme concrète de son intelligence ) & ainsi d'en sortir une nouvelle solution positive.
Le savoir & connaître par cœur , en le figeant, pour en garder la maîtrise absolue n'est pas signe d'intelligence c'est bien un signe de bêtise absolue.
Benvoyons
- 18/04/2019 - 12:12
L'ENA n'a pas dynamisé la France car son problème est aussi
dans le fait que la Constitution permet à des Hauts Fonctionnaires d'être des élus. Ce qui est totalement interdit en UK, Allemagne, Autriche, Pologne etc.. C'est ainsi que la France s'est formatée Étatiste avec un courant de sang unique donc consanguin, sans pouvoir changer & ainsi n'a produit que des alourdissements, des empilages, successifs qui ont abouti à notre appauvrissement. Donc pourquoi diable garder ça & en plus donner ça à l'Afrique ou ailleurs, car ceux qui en sortent voudront bien évidemment dominer de la même manière & cela produira les mêmes phénomènes négatifs pour les peuples.
Benvoyons
- 18/04/2019 - 12:01
Quand les Hauts Fonctionnaires arrivent avec pertinence
à faire partir en fumée 1,5 Mds€ avec la création de logiciels 100% spécifiques car pour s'assurer la main mise sur la structure tout est spéciale dans l'Administration. Alors qu'il fallait réorganiser entièrement l'administration pour utiliser des logiciels à 80% Standards & 20% en Spécifiques comme dans les entreprises. Mais faire comme les entreprises cela veut dire que n'importe qui peut entrer pour diriger l'administration ou y travailler ( en faisant toutefois un module Juridique Administratif, mais module ayant subit, toutefois, les réformes après les réformes d’organisations des Administrations). Ahhh nonnn ! Pas de ça lisette la caste doit rester la caste ENA avec leurs Mignons ne pouvant rien dire, rien modifier, & sans rien remonter pour le faire non plus, (car un Chef est un Chef c'est un intouchable de la Divine nature Administrative) mais pour calmer les Bons qui voudraient modifier ce qui ne va pas & bien il y a la monter à l’ancienneté systématique pour réduire au silence la base.
C'est ainsi que l’Administration Française a embauché à tour de bras des nouveaux serviles fonctionnaires alors que l'informatisation standard aurait du stabiliser les effectifs.