En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

05.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

06.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 9 heures 45 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 10 heures 59 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 12 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le mystère Abd el-Kader" de Thierry Zacone : Un livre savant pour les spécialistes de l’Islam et de la Franc-maçonnerie

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 18 heures 32 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 10 heures 21 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 11 heures 39 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 12 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 28 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 16 heures 57 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 18 heures 35 min
© Reuters
© Reuters
Catholiques conservateurs

Yann Raison du Cleuziou : La crise qui frappe l’Eglise est paradoxalement le moteur de la contre-révolution catholique qui irrigue le champ politique français

Publié le 15 avril 2019
Le texte de Benoît XVI a révélé l'existence d'une pensée "observante" au sein du catholicisme, la même qui ont conduit les catholiques français à s'engager en politique, notamment lors de la manif pour tous. Un entretien avec l'auteur d' "Une Contre-Révolution Catholique" aux éditions du Seuil.
Yann Raison du Cleuziou est maître de conférences en science politique à l’université Montesquieu Bordeaux IV et membre du Centre Émile Durkheim (UMR CNRS 5116). Sa thèse sur les transformations de la vie religieuse dans l’Ordre dominicain entre l’après...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yann Raison du Cleuziou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yann Raison du Cleuziou est maître de conférences en science politique à l’université Montesquieu Bordeaux IV et membre du Centre Émile Durkheim (UMR CNRS 5116). Sa thèse sur les transformations de la vie religieuse dans l’Ordre dominicain entre l’après...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le texte de Benoît XVI a révélé l'existence d'une pensée "observante" au sein du catholicisme, la même qui ont conduit les catholiques français à s'engager en politique, notamment lors de la manif pour tous. Un entretien avec l'auteur d' "Une Contre-Révolution Catholique" aux éditions du Seuil.

Atlantico : Le pape émérite Benoit XVI, dont la parole est rare, a publié un long texte pour contribuer au débat interne qui anime l'Eglise sur la "crise de la foi et de l'Eglise" à la suite de la "diffusion de la nouvelle choquante des abus commis par des religieux sur des mineurs". La première partie de son papier montre que cette crise trouve ses sources dans la crise de la théologie morale qui a secoué l'Eglise à partir des années 70. Cette analyse a été reçue de façon fort différente en France selon les médias et autres relais importants du catholicisme. La réception de ce texte n'est-il pas un exemple "la revanche des observants" que vous décrivez dans votre livre ?

Yann Raison du Cleuziou : Dans mon livre Qui sont les cathos aujourd’hui ? (Desclée de Brouwer, 2014), j’ai montré que les catholiques ne partagent pas la même interprétation de la crise qu’ils traversent. Ceux que je qualifie de « conciliaires » pensent que la cause en est l’encyclique Humanae Vitae publiée par Paul VI en juin 1968 puis la focalisation de Jean-Paul II sur la morale sexuelle ; pour les catholiques conservateurs que je qualifie d’« observants », c’est la pastorale post-conciliaire et la rupture avec la tradition qu’elle provoque qui est la cause de la crise. Et il y a encore bien d’autres interprétations… Le pape Benoit XVI est particulièrement apprécié par les catholiques conservateurs.Dans le texte sur les abus sexuels que vous citez, son argumentation rejoint en effet leur analyse sur deux points. Tout d’abord il considère que l’Eglise s’est affaiblie de l’intérieur dans les années 1960. Il remet en cause la « conciliarité » au sein de l’épiscopat, c’est-à-dire non pas le respect du concile Vatican II, mais le désir de rompre avec tout ce qui précède pour mieux s’intégrer au monde. Sur ce point, il est tout à fait en phase avec la pensée des observants. Ces derniers considèrent que l'Eglise est en crise depuis les années 60 en raison de ce que Jacques Maritain a appelé « les agenouillements devant le monde » dans son livre Le Paysan de la Garonne (1966).Ensuite, le pape émerite considère que cet état d’esprit aurait rendu l’Eglise poreuse aux valeurs ambiantes et surtout à la révolution anthropologique qu’a été Mai 68. Le pape prend l’exemple de l’effondrement de la théologie morale à cette période comme illustration de cette subversion. Désarmé par les sciences sociales et psychologiques, le clergé se serait trouvé sans ressources intellectuelles pour résister à la permissivité sexuelle ambiante. Pour le pape émérite, Mai 68 est la cause de la décadence de la société et de l'Eglise. Là encore, il rejoint les thèses des catholiques conservateurs et de ce que Serge Audier appelle « la pensée anti-68 » qui se diffuse à partir de 1998 avec des auteurs aussi différents que Michel Houellebecq ou Tony Anatrella.

Pour Benoit XVI la crise des abus sexuels ne serait que la conséquence interne d'une décadence externe. Par conséquent, il affirme que la réforme la plus nécessaire est la conversion, ou encore la restauration d’une pratique exigeante de la foi catholique. La sortie de la crise ne peut donc se faire par un ajustement supplémentaire de l’Eglise aux valeurs séculières, par exemple en renonçant au célibat sacerdotal. Sa réflexion sur les faiblesses du droit canonique s’inscrit dans cette logique. Il dénonce l’absence de protection spécifique de la foi des fidèles. Et pour lui les abus sexuels sont d’autant plus graves qu’ils la détruisent. En définitive, les catholiques conservateurs concluent la plupart de leurs analyses de la même manière : l’Eglise va mal parce que les catholiques n’osent plus affirmer leur différence à l’égard du monde. Leur désir de communion avec l’humanité ne serait que le prétexte fallacieux d’un abandon de leur tradition.

J’observe aussi que les controverses et les logiques de réception de ce texte montrent à quel point la base catholique est autonome des sommets épiscopaux et romains, les textes des papes ne sont diffusés que dans les réseaux qui y trouvent la confirmation de leurs convictions. Pour comprendre le fonctionnement du catholicisme, il est important de s’affranchir d’une lecture top/down souvent dominante. Dans mon livre Une contre-révolution catholique, je montre ainsi à quel point les dynamiques qui structurent le catholicisme actuel doivent plus aux laïcs qu’au pape ou au clergé.

A lire aussi : Bonne feuilles : Quand la foi vient au secours des valeurs de la République, Yann Raison du Cleuziou

En France, le creuset de cette "contre-révolution" serait selon vous la Manif pour Tous. Faut-il comprendre que le catholicisme s'est réarmé ces dernières années pour devenir à nouveau acteur dans la politique actuelle aujourd'hui ?

J’utilise le concept de « contre-révolution » dans le sens que lui a donné Joseph de Maistre : « la contre-révolution n’est pas la révolution en sens contraire, elle est le contraire de la révolution ». Cela signifie qu’elle est la perpétuation d’un ordre. Or le catholicisme français est de plus en plus influencé par ceux qui conservent la foi et parviennent à la transmettre à leurs enfants. Et ce sont les catholiques conservateurs : les « observants ». Dans un contexte de déclin de la pratique religieuse, ils gagnent en importance et ils transforment l’Eglise parce qu’ils parviennent à durer alors que les autres univers de sensibilité catholique s’épuisent. J’analyse la Manif pour tous comme la manifestation de ces transformations du rapport de force interne à l’Eglise. Ce qui m'a intéressé dans mon livre, c'est de prendre des distances avec l'analyse qui fait de la Manif pour Tous le « creuset » d'un retour des catholiques en politique. Je mobilise une histoire plus longue pour montrer que la Manif pour tous est moins une cause qu’un aboutissement de dynamiques militantes qui restaient jusqu’alors peu visibles. Cette histoire remonte jusqu'aux années 70, même si à mon avis c'est surtout à partir des années 1990 que les réseaux catholiques commencent à se réarmer politiquement. Il y a plusieurs raisons à cela. La France a franchi durant cette décennie une étape supplémentaire dans le processus de sécularisation avec les lois bioéthiques de 1995 ou l’adoption du PACS en 1999. A la même période, l’islam gagne en visibilité et en réaction s’affirme une conception plus dure de la laïcité. Les catholiques se trouvent encerclés entre toutes ces évolutions qui manifestent leur déclin.  Les catholiques conservateurs prennent conscience que le catholicisme a perdu son statut majoritaire et qu’il faut s’adapter.

A partir des années 2000, ils vont rechercher le meilleur moyen de contrer ce processus de marginalisation. Le catholicisme conservateur va alors être traversé par beaucoup de débats que je raconte. Leur enjeu est de définir la meilleure stratégie à adopter. Faut-il opter pour le lobbying ou le communautarisme?Faut-il rester dans des établissements catholiques sous-contrats de moins en moins catholiques ou créer des écoles hors-contrats plus sûres ? Est-il préférable de s'engager dans les partis de droite existants ou ne faudrait-il pas mieux créer des partis de droite spécifiques ? Faut-il opter pour une objection de conscience électorale pour ne plus se compromettre avec le relativisme moral qui résulte de la démocratie, ou privilégier de voter pour les candidats qui représentent un moindre mal ? Si la Manif pour tous a été un mouvement social si important et si puissant - et ce même s'il a échoué - cela s'explique par les 20 années d'expérience militante qui se cumulent et qui préparent ce mouvement. 

Le directeur du journal "La Vie", Jean-Pierre Denis, dans son essai récent "Un catholique s'est échappé" considère que la passe difficile que rencontre actuellement le catholicisme est une chance pour les chrétiens, qu'ils peuvent désormais retrouver leur vraie place dans la société, celle qu'ils avaient perdu jusqu'ici. Est-ce cette dynamique qui paradoxalement nourrit la logique de contre-révolution aujourd'hui à droite comme à gauche chez les catholiques ?

Dans son précédent livre, Pourquoi le christianisme fait scandale (2010), Jean-Pierre Denis se prononçait en faveur d’un positionnement contre-culturel. Dans le dernier, il fait cette fois l’apologie d’une posture attestataire. Sa singularité dans le paysage catholique vient du fait qu’il articule des éléments de langage du catholicisme conservateur avec un positionnement de gauche assumé. Il essaye de dépasser les clivages existants et de réarticuler toutes les ressources humaines qui demeurent au sein de l’Eglise et qui trop souvent se neutralisent et s’épuisent en raison d’une vaine rivalité. Sa réflexion suit une ligne cohérente. Il invite les catholiques à transformer la crise traversée en ressource de libération. Selon lui, les catholiques doivent se désinstaller, renoncer à la nostalgie de la chrétienté, pour mieux renouer avec l’essentiel de leur foi. Car il affirme qu’il y a dans la société une grande attente spirituelle à l’égard des chrétiens. A eux d’y répondre en assumant leur foi et surtout en se libérant de l’auto-censure dans laquelle ils s’enferment.

Ce raisonnement n’est pas très éloigné de celui des catholiques conservateurs. Si ces derniers ont déployé une telle créativité c’est parce qu’ils ont pris conscience que le catholicisme français était menacé par son atonie spirituelle. Depuis les années 1970, ils reprochent aux évêques de brader la foi au profit d’un humanisme sans dimension transcendante. Ils considèrent que la pastorale dominante privilégie la recherche d’un consensus mou au détriment d’une affirmation de la différence chrétienne. Ils se sont donc autonomisés des diocèses et des paroisses, sans rompre pour autant, afin de transmettre une foi moins édulcorée à leurs enfants. Et ils sont allés chercher les ressources d’un réarmement spirituel auprès des communautés nouvelles qu'elles soient charismatiques, traditionalistes ou néo-classiques (Saint Martin, Saint Jean) dans lesquelles ils trouvaient un clergé correspondant à leurs attentes. Je remarque cependant que la dynamique du catholicisme observant n’a pas pour autant de retombée en termes d’évangélisation. Car pour mieux protéger leur foi et les conditions favorables à sa transmission à leurs enfants, ils ont souvent privilégié une certaine sécession à l’égard de la société.  Ils recherchent les quartiers, les écoles, les paroisses dans lesquelles ils sont sûr de se retrouver entre-eux et donc d’échapper à ce qu’ils estiment être le délitement de la société. Le livre Le pari bénédictin de l’américain Rob Dreher (2017) a eu un grand succès parmi eux parce qu’ils sont obsédés par le contrôle de leur cadre de vie. La force des observants c’est de se perpétuer, mais ils ne sont pas en expansion et ils ont du mal à s’engager concrètement dans la mission bien qu’ils en aient l’ambition. La différence est ici frappante avec les protestants évangéliques. Pour que la contre-révolution de ces catholiques devienne une nouvelle évangélisation, il faudrait qu’ils s’échappent, comme les y invite Jean-Pierre Denis, de la peur de se mêler à des univers sociaux qu’ils ne contrôlent pas.

Pourtant, comme vous le racontez, les "observants" reviennent au centre du jeu politique. Ils ne succombent donc pas à la tentation du ghetto ?

Oui, les catholiques observants sont à la fois très prudents en ce qui concerne leur famille et ils privilégient un fonctionnement en milieu mais, pour contrer leur marginalisation sociale, ils ont aussi acquis des dispositions militantes qui les conduisent à s’engager. C’est pourquoi, alors que le catholicisme poursuit son déclin statistique et que toutes les formes de pratiques religieuses se raréfient, les catholiques sont revenus au centre du jeu politique, du moins à droite. La Manif pour tous a ainsi structuré l’opposition de droite à François Hollande ; Sens commun et les réseaux catholiques ont eu un rôle important dans la primaire de la droite et du centre en novembre 2016 puis dans la campagne présidentielle de François Fillon en 2017 ; enfin, Laurent Wauquiez est allé chercher François-Xavier Bellamy pour conduire la liste LR aux élections européennes, un scrutin capital parce que la reconstruction de LR en dépend après l’échec de la présidentielle.

Ce que je montre dans mon livre, c’est que les partisans d’un communautarisme catholique ont systématiquement été défaits par les partisans d’un redéploiement catholique dans la société. Reste que, malgré quelques avant-postes à gauche comme les Poissons Roses ou le parti Refondation, ce sont surtout les partis de droite qui ont bénéficié de leurs engagements. Parallèlement, il y a aussi un très fort engagement dans le domaine scolaire avec par exemple La Fondation pour l’école ou le réseau Espérance banlieue. Enfin, le catholicisme observant a la capacité de générer une élite intellectuelle qui se traduit dans des espaces de réflexion que sont dans des genres différents, le mouvement ICHTUS, la revue Limite ou encore les Alters-cathos.

Il est important de noter que ce redéploiement des catholiquesa pour sa plus grande part un caractère non-confessionnel. Pour reprendre une vieille distinction élaborée par Jacques Maritain, en politique les catholiques préfèrent agir en chrétien plutôt qu’en tant que chrétien. C’est ce qui explique que Christine Boutin ou Jean-Frédéric Poisson à sa suite n’aient jamais rallié qu’une minorité des catholiques sympathisants ou adhérents de LR. Quand Christine Boutin lors du débat parlementaire sur le PACS en 1999 a brandi une Bible - même si on n'est pas certain qu'il s'agissait bien d'une Bible - cela a été jugé contre-productif par une grande partie de l'électorat catholique, qui ne souhaitait pas se mobiliser au nom d’arguments confessionnels parce qu'ils savent parfaitement que ceux-ci les folklorisent. Et par ailleurs, indépendamment de la stratégie, les catholiques ont intégré les règles de la délibération démocratique et interviennent dans le débat politique au nom d'arguments qui relèvent de l'intérêt général et qui n'ont rien de confessionnel.Le succès de la Manif pour tous, de Sens Commun ou encore de François-Xavier Bellamy vient de leur refus d’instrumentaliser l’étiquette catholique et de limiter leur entreprise à la défense d’une vision chrétienne de la politique. Ils n’aiment pas la confusion du temporel et du spirituel.

Paradoxalement, actuellement, ceux qui font référence à la « défense des racines chrétiennes de la France » en politique ne sont pas d’abord des militants catholiques. Cette expression est devenue un lieu commun des populistes qui instrumentalisent le catholicisme comme une frontière culturelle qui permet d’affirmer indirectement que les musulmans ne seront jamais des Français comme les autres ou que leur culture ne sera jamais légitime en Europe. Il y a là deux phénomènes qui se croisent et se recoupent en partie, mais dont les logiques sont distinctes. Le catholicisme comme « culture majoritaire » ou « patrimoine national » est mobilisé comme frontière contre l’islam, il s’agit donc d’une nouvelle étape du processus de sécularisation puisque la symbolique religieuse (crèche en France, crucifix en Bavière, le chapelet de Matteo Salvini) se trouve subordonné à une logique politique. Et en même temps, les catholiques s’engagent en politique pour contrer les effets de leur marginalisation et mieux entraver certaines évolutions sociétales, c’est-à-dire freiner la sécularisation de la société. Ces deux dynamiques expliquent pourquoi le catholicisme semble redevenu central dans la recomposition des droites. Cela explique aussi pourquoi les catholiques sont si divisés par ce moment très particulier et complexe de leur histoire politique.

Extrait de "Une contre-révolution catholique" de Yann Raison du Cleuziou, publié aux éditions du Seuil

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

05.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

06.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AZKA
- 15/04/2019 - 16:38
@GP13
Pas faux. Mais Mai...68 en dénonçant à
Juste titre l'hypocrisie a fait la promotion du comportement de salaud libéré de toute morale, exploiteur et jouisseur cynique....DSK, Cohn-Bendit Bergé, Lang, etc et etc...le libéralisme culturel étant intrinsèquement lié au libéralisme économique. Les curés pervers pépère sont les grands prêtres des médias, du tout Pariset du show biz.
GP13
- 15/04/2019 - 10:30
Mai 68,non pas cause, mais révélateur de la décadence
Les désordres sexuels dans l'Eglise et la pédophilie ne sont pas apparus après 1968.
Je les ai éprouvé dès l'automne 1950, pensionnaire en 7° dans une institution catholique.
A coups de claques il fallait avouer au directeur, prêtre et confesseur, que nous rêvions de femmes à poil !
Plus tard, le dimanche, avant la communion à l’église de la ville,confession obligatoire et interdiction d'aller uriner avant la communion, parce que sortir son sexe pour pisser exposait au péché. Et ce prêtre, professeur de latin, pédophile manifeste aux étranges manières de corriger la copie avec l’élève dans sa chambre. Et, dans la même région, au tournant des années 50/60, ce prêtre circulant à moto, son anatomie largement exposée sur le réservoir, simplement déplacé dans un minuscule village, et tout près de là, ce curé de village montrant son sexe à une petite fille de 5 ans, et promptement déplacé, mais sans aucune autre suite.
La parole, sur ces faits était, en ce temps là, interdite. Même aux parents, nous ne pouvions rien dire. Mai 68, a fait tomber des tabous et a libéré la parole. Mai 68, n'a pas été une "cause", mais un révélateur.