En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© ETIENNE LAURENT / AFP
ma déclaration
Fiscalité et Grand Débat : ce que les Français ont bien compris désormais… et ce qu’ils ne maîtrisent toujours pas
Publié le 13 avril 2019
L’enquête que vient de réaliser ELABE pour BFMTV est révélatrice d’une forme de maturation de la conscience politique dans le pays, mais on peine à y lire un consensus.
...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc de Basquiat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’enquête que vient de réaliser ELABE pour BFMTV est révélatrice d’une forme de maturation de la conscience politique dans le pays, mais on peine à y lire un consensus.

Alors que le Premier ministre évoque une baisse rapide des impôts, 71% des français n’y croient pas. En la matière, l’expérience parle... De même, une majorité des deux tiers associe naturellement baisse d’impôt et baisse des dépenses publiques, les électeurs les plus à gauche étant les seuls à hésiter sur ce point. Une large majorité de la population reconnait la légitimité de l’impôt, mais une proportion encore plus importante s’insurge contre la fraude fiscale ou estime que l’argent est mal utilisé. Dans l’ensemble, ces résultats ne sont pas le signe d’un désengagement des citoyens, c‘est rassurant. Mais on perçoit aussi un gros doute sur l’efficacité de l’impôt et de la dépense publique.

A un deuxième niveau de lecture du sondage, les orientations souhaitées par les français sont un peu surprenantes. Difficile de ne pas y lire l’écho de débats récents, par exemple sur l’assurance chômage. La révélation impromptue par la ministre du travail qu’un chômeur sur cinq perçoit plus que lorsqu’il était en activité, même si ceci est tout à fait explicable, et le fait que certains cadres supérieurs perçoivent des allocations chômage s’élevant à plus de cinq SMIC, ont probablement jeté un certain discrédit sur le dispositif. Ce sentiment semble particulièrement fort chez les électeurs LREM, MoDem et LR (les moins concernées par le chômage ?). Ce résultat est encore plus marqué concernant les allocations familiales, que les électeurs LREM et MoDem ne souhaitent pas renforcer, à la différence d’une partie des électeurs de gauche et du RN.

Le sondage montre des priorités très différentes selon les préférences partisanes

Sur les 15 domaines de dépenses publiques testés par le sondage, on lit la diversité des inquiétudes manifestées dans la population : 80% des retraités souhaiteraient renforcer les dépenses publiques de santé ; 80% des 50-64 ans souhaitent un coup de pouce sur les retraites, particulièrement lorsqu’ils habitent dans des villes moyennes de province ; les 25-34 ans se mobilisent pour l’éducation et l’environnement ; les classes populaires mettent la question du logement social en tête de leurs préoccupations, certains d’entre eux espérant par ailleurs une baisse de la TVA… Plus anecdotique mais sociologiquement instructif, le sondage montre une attente plus féminine d’action publique dans les domaines de la sécurité et de lutte contre le terrorisme, alors que l’investissement dans le numérique motive plus les hommes de région parisienne.

Il sera bien difficile de répondre à ces attentes par une panoplie de mesures, dans un contexte de ras-le-bol fiscal, sauf à invoquer un principe général de mise en cohérence de la fiscalité avec les dépenses publiques.

Quelques idées pour mettre en cohérence les dépenses publiques et la fiscalité

Si les retraités souhaitent améliorer les prestations de santé, peut-être est-il possible de les faire plus contribuer aux soins dont ils bénéficient ? Alors que chacun dépense pour sa santé dans les six derniers mois de sa vie autant que toutes les années précédentes (statistiquement), les retraités contribuent très peu au système de santé. Il serait peut-être temps de résoudre cette anomalie flagrante. Augmenter la CSG payée par les retraités en baissant la cotisation sociale patronale de 13% prélevée sur les salaires serait très logique et bienvenu pour abaisser le coût du travail.

Le projet mené par Jean-Paul Delevoye est à l’évidence légitime, équitable et efficace : qui peut raisonnablement s’opposer à la mise en place d’un système de retraite unifié, dont les règles soient compréhensibles par tous ? Dans cet effort de convergence, il est probable que quelques catégories de futurs retraités (en particulier des régimes spéciaux) ressentiront une certaine régression de leurs droits. C’est inévitable. C’est peut-être le moment de le dire aux français : ceux qui bénéficient actuellement de règles particulièrement généreuses vont progressivement rejoindre un système commun, qui coutera moins cher à la collectivité. C’est un choix collectif.

Alors que les effectifs de l’Education Nationale dépassent les 1,1 millions d’agents, les performances de notre système éducatif se sont fortement dégradées au cours des dernières décennies. Si les jeunes actifs s’y intéressent, peut-être pourraient-ils contribuer à un progrès qualitatif, à condition de libérer le mammouth de son carcan ?

Vers des politiques fiscales universelles

Le sondage ELABE/BFMTV a testé quelques affirmations et propositions concernant le système fiscal. Une partie concerne les plus riches : tranches d’impôt supplémentaires, ISF, niches fiscales. Les avis de la majorité sont mesurés, avec une forte dispersion selon les attaches politiques. Difficile de construire des règles fiscales motivées par la jalousie de certaines classes à l’égard d’autres. La seule voie permettant de dépasser les clivages consiste à généraliser des dispositifs s’appliquant à tous. La CSG et la TVA ont grosso modo cette caractéristique. Bien sûr certains rêvent d’une baisse de la TVA (la moitié des 18-24 ans et des électeurs de Marine Le Pen) et le tiers des retraités d’annuler l’augmentation de la CSG, mais le mouvement général est plutôt à l’universalisation des impôts et des prestations.

C’est ainsi que la simple combinaison d’un impôt universel de 23% et d’un crédit d’impôt universel mensuel de 480 euro par adulte remplacerait avantageusement la complexité inouïe de l’actuel impôt sur le revenu, des minima sociaux et de divers mécanismes dispendieux prétendument incitatifs. Un mécanisme universel de cet ordre aiderait chacun à dépasser la défense de ses avantages spécifiques pour se comparer à la règle applicable à toute la population.

La confirmation attendue du Grand débat est certainement que les attentes sont très diverses dans la population et qu’il sera difficile d’y répondre efficacement tout en diminuant la pression fiscale. Le président Macron va devoir être créatif pour proposer une ambition collective mobilisatrice lui permettant de relancer son action sur les trois prochaines années.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
fiscalité, Grand débat
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
05.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 14/04/2019 - 11:26
UN DÉLICIEUX ANGÉLISME!
Pour les dépenses de santé des retraités, l'auteur n'a visiblement aucune idée du coût des mutuelles entièrement à la charge des retraités. Il n'a non plus aucune idée de la fraude aux médicaments achetés en France et qui prennent les chemins étrangers du Sud. Le coût croissant t de la CMU ne lui pose non plus aucun problème.Quant à la soi-disant disparition des régimes spéciaux, on se redonne volontiers rendez-vous avec l'auteur dans quelques mois.