En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

02.

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

03.

Mais qu’est-ce que le Boogaloo auquel aspirent nombre d’émeutiers américains ?

04.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

05.

Après le conflit israélo-palestinien la France importe les tensions raciales américaines

06.

Il y a un Covid-19 de gauche et un Covid-19 de droite ! Nous devons cette immense découverte à un épidémiologue, hélas encore peu connu, du nom de François Ruffin

07.

Mort de George Floyd : l’anti-racisme, combat nécessaire mais explication radicalement insuffisante de la situation américaine

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

05.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Nouvelle requête
Affaire Adama Traoré : une contre-expertise indépendante a été demandée par sa famille
il y a 7 min 1 sec
pépite vidéo > Europe
Anniversaire
Il y a 67 ans, la reine Elizabeth II était couronnée
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Economie
Conséquences du Covid-19

De l’inutilité des prédictions économiques actuelles

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Politique
Enfin la vérité

Il y a un Covid-19 de gauche et un Covid-19 de droite ! Nous devons cette immense découverte à un épidémiologue, hélas encore peu connu, du nom de François Ruffin

il y a 3 heures 21 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Après le Coronavirus, les criquets ?

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Santé
Symptômes persistants ?

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

il y a 4 heures 23 min
décryptage > International
Alt-right

Mais qu’est-ce que le Boogaloo auquel aspirent nombre d’émeutiers américains ?

il y a 5 heures 6 min
décryptage > International
Emeutes

Mort de George Floyd : l’anti-racisme, combat nécessaire mais explication radicalement insuffisante de la situation américaine

il y a 5 heures 21 min
light > Insolite
Concentration
La ville japonaise de Yamato souhaite interdire l’utilisation des smartphones en marchant
il y a 17 heures 30 min
pépites > Santé
Bien-être psychologique
Ehpad : les conditions de visites vont être à nouveau assouplies dès le vendredi 5 juin
il y a 19 heures 26 min
pépite vidéo > International
Loi et ordre
Emeutes après la mort de George Floyd : Donald Trump se rend à l’église vandalisée de Washington
il y a 33 min 20 sec
décryptage > Santé
Organisation dynamique

L’obésité de notre système de santé face à l’agilité de ses acteurs

il y a 2 heures 20 min
décryptage > International
Parti de la loi et de l'ordre

Une tragédie américaine

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Politique
Bas les masques

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Société
Impact du confinement

Pourquoi les couples et les célibataires ont des styles de vie encore plus différents post-Coronavirus

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Société
Similitudes ?

Après le conflit israélo-palestinien la France importe les tensions raciales américaines

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Politique
Stratégie risquée ?

Alliance LREM / LR : le baiser de la mort... mais pour qui ?

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Automobile, aéronautique, tourisme : tous ces secteurs menacés l’étaient bien avant la catastrophe sanitaire

il y a 5 heures 44 min
pépites > Economie
Impact économique
Déconfinement : la crainte du chômage est désormais plus forte que celle du Covid-19 chez les Français
il y a 18 heures 2 min
pépites > Politique
Cavalier seul
Elections municipales : Cédric Villani maintient sa candidature pour le second tour à Paris
il y a 19 heures 51 min
© ASHRAF SHAZLY / AFP
© ASHRAF SHAZLY / AFP
Radicaux en embuscade

Le Soudan de Charybde en Sylla ? Cette menace islamiste qui plane sur Khartoum après la destitution d’Omar El-Béchir

Publié le 13 avril 2019
Après le départ du dictateur, le chemin vers un pouvoir civil est semé d'embûches.
Spécialiste de l'Afrique et de l'action humanitaire, membre du GREMMO, groupe de recherche sur la Méditerranée et le Moyen-Orient.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Lavergne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Spécialiste de l'Afrique et de l'action humanitaire, membre du GREMMO, groupe de recherche sur la Méditerranée et le Moyen-Orient.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après le départ du dictateur, le chemin vers un pouvoir civil est semé d'embûches.
Atlantico : Au Soudan, l'armée vient de déposer le président Omar el-Bechir et son gouvernement en se joignant à la volonté des manifestants d'en finir avec 30 ans de gouvernance ayant entraîné de graves difficultés économiques. Le terme de "révolution" a été employé pour qualifier ce renversement. L'armée est maintenant en charge du gouvernement et les manifestants sont toujours dans la rue, réclamant une transition civile. A quoi devrait ressembler cette transition selon les manifestants ? Et a quoi pourrait-elle ressembler si l'on suivait le plan de l'Etat-major ? 
 
Marc Lavergne : Les manifestants, à partir des formations politiques ou syndicales ont des orientations peut-être religieuses, peut-être différentes les uns des autres, mais je crois que ce qui les unit c'est qu'ils veulent un pouvoir civil. Ils ne veulent plus de militaires à la tête de l'Etat, arguant du fait que les militaires sont à la fois incompétents et corrompus, ce qui a été prouvé par trente ans de ce régime, qui est d'ailleurs composé d'un mix de militaires et de civils.C'est un militaire qui a pris les choses en main et ça implique que le gouvernement va être imposé à la population par l'intermédiaire de ces lois d'exception, cet état d'urgence et donc la restriction ds libertés alors que ce qu veulent les gens au-delà du pain, c'est des libertés. Ils veulent un pouvoir civil avec une armée qui rentre dans sa caserne et qui du coup perdrait beaucoup de ses privilèges parce que l'armée s'est appropriée une grande partie des ressources du pays, avec l'appareil de sécurité. C'est quelque chose qui permettra aussi de rétablir un peu les comptes de la nation. Il y a une volonté de la part de la population d'être écoutée et en même temps dep rendre son destin en main. 
 
Atlantico : L'opposition à Omar el-Bechir réclame notamment l'instauration d'un gouvernement de technocrates. Est-ce qu'il y a une possibilité que la destitution d'Omar el-Bechir et une pression plus grande pour le départ rapide de l'armée amènent à une situation où le pouvoir serait vacant et ce vide susceptible d'être arraché par des milices ou des factions, et notamment à tendance islamiste ? 
 
Marc Lavergne : J'ai vu des exemples dans l'histoire du Soudan. J'ai connu le soulèvement de 1985 qui avait vu le dictateur déposé, remplacé par le chef d'Etat major de l'armée qui avait nommé un gouvernement civil qui était composé de représentants de forces politiques et de technocrates. C'est un peu le modèle qui est dans la tête des Soudanais je pense; si on a un général qui soit civil, loyal envers le peuple, je pense qu'il n'y aurait pas d'objection. Mais là on est en présence d'une armée qui est très idéologue, beaucoup travaillée au corps par les islamistes qui ont imposé leur commissaire politique. Les généraux qui sont là ont un passé et un passif et les gens ne veulent plus les voir. C'est le socle commun de toute l'opposition dans toute sa diversité. L'armée n'a jamais servi à protéger le pays de menaces extérieures mais à mater des rébellions avec des succès mitigés d'ailleurs, parce que le fait que ce soit une armée islamiste l'a beaucoup affaiblie. On l'a vue au Darfour, l'armée n'est pas opérationnelle. L'armée du rang est composée de gens originaires de ces régions qui se révoltent, les régions les plus pauvres du pays. Une refonte de l'armée s'imposerait. C'est une questions sous-jacente. Je pense que deux choses jouent. Ce qui compte, c'est la région d'origine et l'affiliation confrérique. Ce sont des choses qui transcendent les clivages entre civils et militaires. Ils sont sensibles dans les rangs inférieurs et moyens aux doléances de la population. Ce n'est pas forcément le cas des officiers supérieurs qui font partie d'un complexe militaro-industriel. Les militaires sont à la tête de secteurs de l'économie qui sont non concurrentiels et ont beaucoup de privilèges.  
 
Atlantico : Doit-on s'attendre à une révolution de palais ? 
 
Marc Lavergne : Elle a eu lieu. Tout changer pour que rien ne change...On a vu changer le personnage qui était le symbole de ce pays mais les manifestants ont rendu service à l'establishement soudanais en écartant Omar el-Beshir. C'était sur la table depuis un moment. Cela n'était plus gérable pour le régime d'avoir cet élément là comme porte-drapeau. Pour le général et les gens qui sont autour de lui, on doit s'arrêter là. Pas question d'aller plus loin. Il faut garder les prébendes car le budget est rétréci car aucune ressource ne rentre. Il faut préserver le budget de la sécurité et de l'armée. Cette période de vache maigre provoque une déliquescence interne. Chacun essaye de piquer aux voisins. La sécurité essaye de contrôler l'armée. Ils sont soutenus par la CIA. Ils sont plus intelligents, au sens technique du terme. Ce qui va être en jeu dans le temps qui viennent, c'est ce combat des chefs à l'intérieur du système. Mais je n'exclus pas que la direction civile de la contestation puisse peser - par ces liens personnels avec les militaires. Les civils ont montré leur capacité de mobilisation, de résurrection. Ces mouvements avaient été affaiblis par la répression. A l'intérieur du pays, il y a des mouvements progressistes, il y a des mouvements de droite, des mouvements islamistes. Il y a eu une homogénéité au sein de tout ça car les clivages sont aussi ethniques, familiaux, et cela joue plus que les relations idéologiques.   
 
Atlantico : Sur quelles forces le Soudan peut-il s'appuyer pour recomposer un Etat, une administration, une économie et une politique qui satisfasse la majorité des Soudanais ? 
 
Marc Lavergne : Il se peut que l'armée recrute des gens. Le chef de l'opposition est conservateur, leader de la plus grande obédience islamique. Il aurait bien aimé être le leader d'une révolution islamiste au Soudan. C'est quelqu'un qui pourrait être mis en face du monde en disant "Regardez, c'est un civil, qui est légitime. Les Soudanais l'adorent." C'est loin d'être le cas je pense. Les jeunes qui n'ont connu que le régime actuel n'ont pas forcément ces références tribales. Ce qu'on a vu dans la rue c'est le Soudan des villes. Le Soudan qui a besoin de farine pour vivre alors que le pays produit du mil et du sorgho. Cette jeunesse est urbaine, scolarisée, on ne peut pas la mater de la même manière qu'une révolte paysanne.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Soudan
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

02.

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

03.

Mais qu’est-ce que le Boogaloo auquel aspirent nombre d’émeutiers américains ?

04.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

05.

Après le conflit israélo-palestinien la France importe les tensions raciales américaines

06.

Il y a un Covid-19 de gauche et un Covid-19 de droite ! Nous devons cette immense découverte à un épidémiologue, hélas encore peu connu, du nom de François Ruffin

07.

Mort de George Floyd : l’anti-racisme, combat nécessaire mais explication radicalement insuffisante de la situation américaine

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

05.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 13/04/2019 - 16:49
Qu'ils RESTENT chez eux!
Depuis que les musulmans ne sont plus ''colonisés'': ils se font la guerre entre eux! Leurs pays sont gouvernés par des dictateurs qui ne pensent qu'à se remplir leurs poches! En Algérie, par exemple, ce sont des généraux de plus de 80 ans qui gouvernent ce pays! ces ''généraux sont des anciens fellouzes qui n'ont pas respecté les Accords d'Evian, qui ont chassé TOUS les non-musulmans de leur pays natal et ont ''nationalisé leurs biens! Ils laissent les Algériens crever de faim, ceux-ci se sauvent vers les anciens colonisateurs, en France, où ils répandent la terreur et l'islamisme voir https://fr.aleteia.org/2019/03/20/deux-deputes-demandent-louverture-dune-mission-dinformation-sur-les-actes-anti-chrétiens:1063 actes anti-chrétiens ont été commis, en France, au cours de l'année 2018 contre 1038 en 2017!80% de nos prisonniers sont musulmans.. Ces terroristes sont mieux accueillis, dans notre pays, que les ''Français'' non-musulmans par les islamo-collabos,qui nous gouvernent: Les gauchistes sont pleins ''d'humanisme'' envers les ''étrangers'' musulmans mais ils sont sans pitié pour les ''Français'' non-musulmans qu'ils veulent ''jeter à la mer''...