En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Benjamin CREMEL / AFP
Bonnes feuilles

"Il faut qu’on fasse entendre raison au président" : quand les conseillers d'Emmanuel Macron prennent en main l'affaire Benalla

Publié le 14 avril 2019
Dans "Les apprentis de l'Elysée" (ed. Plon), Pauline Théveniaud et Jérémy Marot lève le voile sur l'entourage d'Emmanuel Macron, ce club très fermé qui gouverne la France. 2/2
Pauline Théveniaud est reporter au service Politique du Parisien.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérémy Marot est reporter au service politique de l'Agence France Presse (AFP), chargée du suivi de La République en marche, après avoir couvert la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron depuis octobre 2016. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pauline Théveniaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pauline Théveniaud est reporter au service Politique du Parisien.  
Voir la bio
Jérémy Marot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérémy Marot est reporter au service politique de l'Agence France Presse (AFP), chargée du suivi de La République en marche, après avoir couvert la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron depuis octobre 2016. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans "Les apprentis de l'Elysée" (ed. Plon), Pauline Théveniaud et Jérémy Marot lève le voile sur l'entourage d'Emmanuel Macron, ce club très fermé qui gouverne la France. 2/2

Dans la tourmente, le président tergiverse, avec, comme de coutume, la ferme intention de ne rien céder à la pression des médias, ni à celle des oppositions qui s’emparent de l’histoire. Patrick Strzoda propose sa démission. Si cela peut éteindre l’incendie.

Le président la refuse. Conscient qu’il y a urgence à sortir de la nasse, il adresse ce texto à ses proches en toute fin de semaine  : « Bon, là, il faut arrêter une stratégie, on a jusqu’à demain midi. Quelle décision et quand ? Quelle prise de parole et quand ? Quelle répartition des rôles ? Mettez-vous tous ensemble et proposez-moi des scénarios. »

Sylvain Fort reprend la main. Car, aussi étonnant que cela puisse paraître, y compris à ses propres yeux, aucune cellule de crise ne s’est jusqu’à présent formée.

Pour en constituer une, en urgence, enfin réaliser un point de situation et esquisser une stratégie partagée, il se tourne naturellement vers le commando de la campagne. « Il y a un truc, quoi qu’il arrive, quoi qu’il se passe, quoi qu’on devienne. Le président a forgé autour de lui des cercles d’amitié politique et personnelle très forts et qui croient profondément dans ce qu’il fait pour le pays. Et qui, du coup, se reformeront en cas de besoin », glisse Sibeth Ndiaye.

L’un des invités décortique : « Là, Sylvain dit : Stop, il se passe quelque chose de grave, il faut qu’on fasse entendre raison au président et, si on parle tous de la même voix, on peut faire entendre un certain nombre de choses. Alors il nous invite chez lui, dans ce cadre un peu convivial. On met un grand nombre de choses sur la table et certains découvrent le niveau de bêtise de Benalla. » Ce selfie pris lors d’un déplacement de campagne avec un pistolet – factice, dira-t‑il – circule ainsi parmi les convives. Beaucoup tombent des nues.

Autour des viennoiseries, la riposte s’organise. Les participants s’accordent sur ce point : le président doit s’exprimer. « Nous, on peut passer en matinales, mais ce n’est pas le sujet, c’est l’Élysée qui est visé. Le seul qui ait le coffre, la caisse de résonance, la légitimité politique pour le faire, c’est le président », décrypte un proche. « La question est  : comment gère-t‑on la sortie de crise et quel niveau de frappe met-on ? Tout le monde est d’accord pour dire que Benalla est un type dangereux, malsain, donc il ne faut pas chercher à le protéger. Il faut voir comment on le débranche et comment on écarte le président de ce souci de le protéger », insiste un autre. Sylvain Fort consigne les recommandations dans une note, qu’il fait valider au petit groupe, via une boucle Telegram créée à dessein. Les préconisations peuvent être adressées au président. La machine se remet enfin en route. Une autre boucle est en ce temps‑là créée pour faciliter les échanges au sein des collaborateurs du cabinet du ministère de l’Intérieur. Elle s’intitule… « Benayallah ».

Benjamin Griveaux et Christophe Castaner quittent le 5e , direction l’Élysée pour un déjeuner en comité restreint, avec le président, Édouard Philippe, Alexis Kohler, Gérard Collomb, Philippe Grangeon et Richard Ferrand. Le lendemain, le dimanche soir, puis lundi soir jusque tard dans la nuit et encore mardi midi, autour de François Bayrou, le Premier ministre, Ismaël Emelien, Richard Ferrand et Christophe Castaner, Emmanuel Macron peaufine ses éléments de langage. C’est décidé. Le président va parler.

Des mois plus tard, l’un de ces conjurés soupire  : « L’Élysée est une drôle de machine dans son fonctionnement. Affaire Benalla, affaire Hulot, affaire Collomb, crise des “gilets jaunes”… Chaque fois, vous avez trois jours de silence, chaque fois la machine met du temps à se remettre en route. »

 

Extrait de "Les apprentis de l'Elysée" de Pauline Théveniaud et Jérémy Marot, publié chez Plon

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

06.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

07.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Caustik317
- 19/04/2019 - 16:01
Affection.
Que d'affection dans ce regard attendri ! Presque gênant !