En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 39 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 2 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 3 heures 57 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 4 heures 48 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 7 heures 26 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 9 heures 33 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 11 heures 23 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 14 heures 15 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 2 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 3 heures 32 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 4 heures 18 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 7 heures 52 sec
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 7 heures 50 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 10 heures 29 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 11 heures 56 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 15 heures 10 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Crépuscule

Face aux Gilets Jaunes, l'entre-soi macronien

Publié le 11 avril 2019
"Crépuscule", le pamphlet de Juan Branco, charge violemment les réseaux de la macronie.
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Crépuscule", le pamphlet de Juan Branco, charge violemment les réseaux de la macronie.

Le pamphlet de Juan Branco, appelé Le Crépuscule – d’un règne, d’un régime, d’une société -  se lit d’un trait. 

Riche d’informations sur les réseaux de l’oligarchie, de laquelle l’auteur prétend être un transfuge, il montre  avec pertinence comment,  poulain de l’oligarchie, Macron a été son instrument pour en servir les intérêts : alléger massivement les impôts de  la caste supérieure, surtout par le CICE conçu par Hollande, le « président qui n’aimait pas les riches » à l’instigation de son conseiller économique Macron. Plus encore que l’exonération de l’ISF sur les patrimoines financiers, le CICE, délestant l’Etat de plusieurs dizaines de milliards pour un solde de créations d’emplois marginal, reflète cette politique de classe. C’est ce que Branco appelle justement un  « transfert de ressources massif de la majorité  de la population vers un pourcentage infinitésimal de celle-ci ». Dans un contexte où n’est fait aucun effort pour réduire les dépenses  publiques, il a bien fallu  compenser ces allègements en alourdissant l’impôt sur tous les autres contribuables, moyens et petits; d’où les Gilets jaunes. 

Derrière les réseaux qui ont fait Macron, l’influence au moins passive des médias, souvent possédés par les premières fortunes françaises. 

Rappel utile aussi du rôle décisif de Richard Descoings, ancien directeur de l’Institut d’études politiques de Paris , aujourd’hui décédé, dans la diffusion dans toute une génération de dirigeants dont Macron est le pur produit, d’une idéologie transnationale  où le mot France n’a plus de sens.  

Une approche très hexagonale 

Ce pamphlet enlevé présente cependant  une lacune importante. Tout se passe comme si l’affaire Macron n’était que franco-française, comme si elle n’était que  l’œuvre d’une  bourgeoisie nationale. Des dizaines de think tanks ou de  services d’espionnage américains scrutent en permanence la politique française : ils seraient restés inactifs dans la dernière  présidentielle ; le capitalisme français serait si peu mondialisé qu’il échapperait à toute interférence extérieure. Comment expliquer que le premier dîner de fund raising de Macron ait eu lieu à Londres sous la présidence d’un  associé de Goldman Sachs ? Sans donner dans la théorie du complot, Jean-Pierre Jouyet dont le rôle clef dans la campagne a été bien souligné a-t-il été nommé ambassadeur à  Londres seulement « pour le remercier et l’écarter »  ? Ne serait-il   pas une courroie de transmission avec la City qui demeure le centre nerveux de la finance mondiale ? 

Quant à la politique de Macron, s’agit-il seulement pour lui d’assurer une redistribution à l’envers de la richesse française ? Pourquoi dès lors  brader la patrimoine industriel français « à la découpe » comme il l’a fait en commençant par Alstom,  une affaire dont le rôle clef dans l’ascension de l’actuel  président  aurait pu être mieux souligné.

Si encore ils étaient compétents ! 

Terminons   par une remarque plus générale : les  réseaux de pouvoir ont toujours existé, la collusion de la République et de la finance tout autant, les inégalités, la corruption et le copinage aussi, mais  les oligarchies du passé savaient quelque part qu’elles étaient en charge d’un peuple, que les rapports des classes sociales n’était pas entièrement antagonistes. Beaucoup de leurs membres étaient de sincères patriotes, soucieux de l’intérêt général, notions qui  sont devenues aujourd’hui des gros mots dans le milieu décrit par Bravo. 

On peut même aller plus loin. A la rigueur pourrait-on pardonner à une oligarchie son  goût du lucre si  au moins elle gérait les affaires de manière compétente. Mais c’est le contraire qui arrive : la stagnation de l’économie française , malgré ou à cause des cadeaux répétés aux riches, le recul du pouvoir d’achat d’une grande partie des Français , et tant d’autres dysfonctionnements  de l’administration et de  la société  françaises,  tout cela est le résultat d’erreurs graves de gestion, dont tout le monde pâtit, y compris les oligarques eux-mêmes. 

Nous aurons toujours, sous une forme ou sous une autre, une classe dirigeante, mais encore faudrait-il , pour que les Français ne sentent pas trahis , qu’elle soit bonne à quelque chose. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JEG4ATLANTICO
- 12/04/2019 - 18:59
L'illusion de la Démocratie... Juan Branco nous (r)éveille
Hommage à Juan Branco pour son courage et sa lucidité - et merci à lui de nous (r)éveiller enfin. Et je salue aussi Atlantico pour le courage de le relayer.
CREPUSCULE est à lire sans modération. Et en complément, écouter la magistrale et passionnante interview de Juan Branco sur la chaine Thinkerview de YouTube.
https://youtu.be/yEtmZKE5jhw
Bobby Watson
- 12/04/2019 - 12:26
A lire et à diffuser
Même si on ne partage pas les engagements de Juan Branco, force est de constater qu'il révèle pour la première fois les dessous de l'élection de Macron. Avec des personnages peu reluisants qui manipulent les médias, comme Xavier Niel ( condamné pour proxénétisme) ou Mimi Marchant ( condamné pour trafic de drogue) , qui ont organisé son ascension. Branco explique comment cette pseudo "élite" se forme dans des endroits protégés comme l'Ecole alsacienne ( où il a fait ses études) , et se coopte au pouvoir , droite et gauche alternativement depuis des lustres , ensemble depuis 2017. . Et comment les oligarques ( Arnaud, Niel, Drahi, Bouyghes...) dont la fortune dépend des commandes de l'Etat ont placé un de leurs pions pour obtenir un retour sur investissement. Une démonstration implacable qui n'a pas suscité la moindre plainte en diffamation,. ce qui accrédite ses affirmations. D'ailleurs le livre est numéro 1 des ventes chez Amazon, alors qu les médias mainstream évitent de lui faire la moindre publicité. Merci à M Ferjou et à Atlantico de résister à ces intimidations scandaleuses.
Gastoch
- 12/04/2019 - 01:22
Confirmation par un insider
Tout ce qui est dit dans ce livre, que j'ai lu, je le savais sans en avoir été le témoin direct. Le rôle des media par exemple, dans l'élection —si j'ose dire— de cette calamité installée à l’Élysée bien plus que vainqueur de quoi que ce soit. Pas besoin d'être fakir pour comprendre, il suffisait de suivre la parodie grotesque de démocratie en 2016-17 (j'ai voté Fillon). Qui s'est prolongée bien tranquillement jusqu'à ce que les gilets jaunes redonnent espoir à des gens comme moi, dégoûtés. Les gilets ont ridiculisé à temps les domenach et autres maurice szafran & cie. Ça fait un bien fou. Le livre donc, a le mérite de décrire de l'intérieur ce qui est à l’œuvre depuis la prise de contrôle à bien des égards irréversible du pays par la bourgeoisie rose bâtie par mitterrand. Ces gens, dont maqueron est la dernière trouvaille, ne lâcheront rien. Seule la ruine peut nous sauver et encore.