En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

02.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

03.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

04.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

05.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

06.

Bilan post-Covid-19 : les Français totalement déboussolés à l’insu de leur plein gré

07.

Libye : cette responsabilité française qu’Emmanuel Macron ne doit pas oublier quelles que soient celles de la Turquie aujourd’hui

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

04.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 1 min 57 sec
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 35 min 32 sec
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La sortie de crise dépend essentiellement des comportements individuels des populations

il y a 3 heures 34 min
pépites > France
Candidature
Défenseur des droits : l'Elysée envisage de remplacer Jacques Toubon par Claire Hédon
il y a 16 heures 11 min
Représailles
L’Inde décide d’interdire 59 applications chinoises, dont TikTok et WeChat, pour raisons de "sécurité"
il y a 17 heures 38 min
pépites > Politique
Fin de la langue de bois
Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel
il y a 18 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La rafle des notables" de Anne Sinclair : magnifique témoignage sur un camp de concentration méconnu, celui de Royallieu, réservé aux Juifs pendant la guerre de 1940

il y a 20 heures 43 min
pépites > Justice
PNF
Affaire des "écoutes" de Nicolas Sarkozy : Nicole Belloubet demande l'ouverture d'une inspection sur les investigations du parquet national financier
il y a 21 heures 46 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 14 min 4 sec
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 3 heures 18 min
décryptage > International
Fin des haricots occidentaux

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

il y a 3 heures 49 min
pépite vidéo > Environnement
Pollution
L'eau des égouts a été déversée par erreur sur une plage d'Acapulco
il y a 16 heures 52 min
light > Media
Validation de l’offre de reprise
Soulagement pour Presstalis qui va devenir France Messagerie
il y a 18 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les parfums" de Grégory Magne : une comédie dramatique aux fragrances et aux émotions délicates…

il y a 20 heures 26 min
pépites > Economie
Licenciements
Airbus : les aides de l'Etat pourraient sauver 2.000 emplois en France, selon Jean-Baptiste Djebbari
il y a 21 heures 7 min
pépite vidéo > International
Inquiétudes pour les libertés
Loi sur la sécurité : la répression des autorités se poursuit à Hong Kong
il y a 22 heures 29 min
© FRED DUFOUR / AFP
© FRED DUFOUR / AFP
Sortie de crise

Macron démission, c’est maintenant. Et c’est un pari gagnant

Publié le 10 avril 2019
Une partie importante de la France rêve d’une sortie de crise réussie, qui permette d’avancer sur un chemin apaisé et ouvre la voie à une transformation profonde et juste du pays. Oui, mais comment ?
Alexandre Malafaye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Malafaye a d’abord été chef d’entreprise avant de devenir cadre dirigeant au sein de grands groupes. En 2008, il décide de se lancer dans l’écriture, mettant ainsi à profit ses connaissances historiques et géopolitiques.
Il a publié plusieurs...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une partie importante de la France rêve d’une sortie de crise réussie, qui permette d’avancer sur un chemin apaisé et ouvre la voie à une transformation profonde et juste du pays. Oui, mais comment ?

Atlantico : Quelles questions pose la fin du Grand débat

Alexandre Malafaye : Quand une crise telle que celle-ci survient, l’après ne peut en rien ressembler à l’avant. D’autant que le mal est désormais enraciné, qu’il traverse la plupart des classes sociales et qu’il se nourrit d’un ressentiment de plus en plus éruptif et brutal à l’égard de la classe politique et de l’État, pour de multiples raisons, tantôt convergentes, tantôt fondées, tantôt irrationnelles ou irresponsables. Les violences des manifs en jaune et noir, ou celles exprimées par des forains au Mans, en attestent.

Ainsi, en mars 2019, 39% des Français considèrent que pour changer la situation du pays, il faudrait une révolution (sondage IFOP pour Atlantico). Il serait fou de négliger ce résultat, ou de mettre en cause la fiabilité du thermomètre, car en France, le mot « révolution » revêt une signification particulière : nous en connaissons le sens, même si trop souvent, nous en oublions la portée et les conséquences.

Dès lors, quelle que soit la pertinence et l’ampleur de ce qui sera mis sur la table par l’exécutif au cours des prochains mois, une seule question se pose : cela sera-t-il suffisant pour répondre aux multiples formes « d’exaspérations » pointées par le Grand débat ? Le système peut-il garantir aux Français le retour au calme ? Les centres villes redeviendront-ils les lieux de vie, de tourisme et de commerce qu’ils étaient avant le 17 novembre 2019 ? Nos ronds-points et nos routes ne se verront-ils pas de nouveau bloqués ?

Que faut-il pour que ce soit suffisant ?

La réponse se construit autour de deux mots. Acceptabilité et légitimité.

Bien sûr, il nous faut un projet, une perspective et une déclinaison de mesures, avec des effets (et des efforts) attendus à court, moyen et long termes. Les champs républicains à labourer en priorité sont ceux du pouvoir d’achat et de la fiscalité, de l’école et de l’ascenseur social, du fonctionnement de l’État, de son organisation et de la qualité et proximité des services publics, du changement climatique et de la transition écologique, de l’aménagement de nos territoires et de nos quartiers, de la démocratie et de la participation citoyenne.

Mais en l’état, sommes-nous certains que le nouveau projet du Président de la République, aussi brillant et ambitieux soit-il, avec tout ce qu’il comportera de rééquilibrages, de sacrifices, de limites et d’insuffisances, avec ses gagnants et ses perdants, sera accepté ? Pourra-t-il être mis en œuvre de façon sereine ? Les lois votées ne risquent-elles pas une fois de plus d’être annulées sous l’effet de la contestation populaire ? Et cette fois, les digues de nos institutions soi-disant si « fortes » résisteront-elles aux coups de boutoirs de cette France en colère ?

Personne ne peut répondre avec certitude à cette dangereuse interrogation.

Dès lors, si un nouveau monde existe, c’est maintenant qu’il faut l’inventer.

D’abord, en affrontant le défi de l’acceptabilité. Que le nouveau projet présidentiel soit acceptable est une chose. Qu’il soit accepté en est une autre. Que le Premier ministre nous assure de sa « détermination » ne suffit pas. En vérité, la sienne importe peu. La seule qui compte vraiment est celle des Français. Sont-ils déterminés à adhérer au projet, à se l’approprier, à se « mettre en marche » ?

Lorsque la mécanique démocratique se trouve à ce point déréglée, le consentement des Français n’est en rien acquis à l’avance. De lui dépend pourtant l’ordre public qui ne peut en aucun cas reposer sur la peur de l’autorité, ou sur la loi.

Vient ensuite l’enjeu de la légitimité de ceux qui portent et mettent en œuvre le projet. En tant qu’élu, avoir le droit et la légalité pour soi est une chose. Être légitime dans la tête et le cœur de ceux dont on attend l’engagement, ou a minima, le consentement, en est une autre. Surtout avec un pouvoir qui s’use d’autant plus vite qu’on en abuse. Et là, il faut admettre que le capital électoral, sur lequel repose la légitimé de l’actuelle équipe dirigeante paraît bien entamé.

Lors des moments critiques, les chefs n’acquièrent leur crédibilité qu’en se mettant eux-mêmes en risque. Par-delà les mesures, la situation exige donc un acte politique fort. Et plus il sera fort, plus il sera possible d’agir en profondeur et dans la durée, en évitant, autant que faire se peut, les mesures sacrificielles et l’abus de gadgets et autres mesurettes bien emballées.

A écouter le débat actuel sur le sujet, le Président de la République aurait le choix entre plusieurs options offertes par notre Constitution : le remaniement gouvernemental, la dissolution de l’Assemblée nationale, ou encore le recours au référendum.

En vérité, aucune de ces solutions ne suffira et le quinquennat sera gâché pour de bon.

La seule qui embarquera les Français dans l’aventure du « renouveau démocratique » et de la « transformation » du pays est inscrite dans la logique de nos Institutions. Comme tout procède encore du Président de la République, c’est lui qui doit monter au feu et obtenir une nouvelle victoire personnelle.

Le Président de la République doit donc démissionner et se représenter aussitôt.

S’il le fait début mai 2019, les élections présidentielles auront lieu avant l’été. Personne n’est préparé à une si soudaine confrontation au sommet. A part Emmanuel Macron, bien sûr, qui ne cesse de travailler son programme, bible du Grand débat en main, et qui est en campagne depuis le début de l’année. Et peu nombreuses sont les formations politiques à disposer de réserves financières suffisantes pour l’affronter en y consacrant les moyens suffisants.

Au plan tactique, il sera plus besoin à LaREM de faire campagne pour les Européennes. Le tsunami de l’élection présidentielle anticipée emportera tout sur son passage et assurera au parti présidentiel une nette victoire le 26 mai 2019.

Enfin, il ne faut pas douter du résultat. Les Français seront sensibles à cette prise de risque maximum et à ce sens manifeste des responsabilités. Ils apprécieront aussi le panache et l’audace de celui qui se remet en cause et cherche à obtenir le vrai soutien du pays.

Cette fois, Emmanuel Macron pourra affirmer urbi et orbi : « C’est notre projet ! » sans craindre ses détracteurs.

En définitive, il lui appartient de choisir entre la petite et la grande porte de l’Histoire. Celle qui peut lui assurer de rester dix ans à l’Élysée, mais avec le risque sérieux d’un bilan médiocre, ou d’une sortie humiliante en 2022. Ou bien celle qui limite à sept ans son séjour élyséen, mais lui offre les pouvoirs nécessaires pour mettre en œuvre son projet, main dans la main avec les Français.

« Toute hésitation serait une faute, toute frilosité impardonnable, tant le besoin de changement est radical » disait le Premier ministre lors de la séance de restitution du Grand débat. Alors oui, aux grands maux les grands remèdes ! Macron démission, c’est maintenant. Et c’est gagnant !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 10/04/2019 - 19:57
Impasse(suite et fin)
La confiance est défunte et la dichotomie entre les attentes du peuple et l'exercice d'un pouvoir qui se revendique absolu et solitaire a atteint un tel niveau d'intensité que la moindre étincelle peut tout embraser:une impasse en forme de poudrière dans laquelle sa jupitérienne majesté s'est engouffrée et s'est ainsi elle même consciencieusement fourvoyée.
spiritucorsu
- 10/04/2019 - 19:50
Impasse.
Rempli d'une assurance et d'un culot que seuls confèrent un immense complexe de supériorité et un narcissisme absolu,le monarque blessé dans sa psychée,s'est emparé avec véhémence du grand débat.Cette stratégie bien séduisante présentant entre autres avantages de priver de brider la contestation et mettre au devant de la scène un dirigeant très contreversé(doux euphémisme)afin de mieux promouvoir sa personne et son image comme si cela était encore possible.Notre bon prince aurait du davantage se méfier de ces solutions séduisantes au prime à bord qui si elles satisfont un ego avide n'en sont pas moins pernicieuses et trompeuses et conduisent le plus souvent non pas à la première marche du podium mais plus sûrement vers la roche Taepéienne du Capitole.La stratégie élyséenne pour se saisir du grand débat ressemble dans ces conditions de plus en plus à un dernier tour de piste avant une sortie houleuse vers les coulisses.En effet,les Français,très remontés et sceptiques ne s'en laissent pas compter.
thymthym711
- 10/04/2019 - 16:34
"Macronexit" ou pas ?
Croire que M. Macron serait réélu "automatiquement" s'il présentait sa démission relève de la foi du charbonnier. Pourquoi le serait-il ? Parce que le "Peuple" voterait pour le moindre mal ? Parce que nous aurions à nouveau un second tour RN-LREM qui assurerait même à un âne d'être élu ? Parce que M. Macron est devenu le marathonien des débats ?
M. Macron chercherait à se faire réélire dans le seul but de faire croire que le "Peuple" accepterait ensuite tout ce que le nouvel élu proposerait ? Il serait absurde de le croire. Si M. Macron a été élu une fois ce n'est pas parce que les gens pensent comme lui mais tout simplement parce qu'ils ont rejeté son adversaire du second tour. Se faire réélire de cette façon ne serait qu'un subterfuge, une malhonnêteté !
Le seul moyen pour un Président de savoir si une majorité du Peuple partage son point de vue sur "un grand problème" engageant l'avenir du Pays est de passer par le référendum. Ce qui engage le pays engage également le Président qui fait appel au référendum. Si la réponse est négative le Président doit en tirer les conséquences.
Mais si le Président actuel devait partir cela ne règlerait en rien les problèmes de notre Pays !