En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Ce que la redoutable efficacité vietnamienne face au Coronavirus pourrait nous apprendre pour faire face à une potentielle 2eme vague (et ce dont nous ne voulons surtout pas...)

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

05.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Add Oil
Hong Kong : les manifestations reprennent, cette fois contre un projet de loi sur la sécurité imposé par la Chine
il y a 8 heures 18 min
pépites > Economie
Puits sans fond
La dette française dépassera "très certainement" 115% du PIB en fin d'année
il y a 9 heures 20 min
light > Culture
On ira tous au paradis
Le romancier et parolier Jean-Loup Dabadie est décédé
il y a 10 heures 10 min
pépites > Politique
Duo
Popularité : Macron en baisse, Philippe en hausse
il y a 13 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Soifs d’amitié

il y a 14 heures 56 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Cette grande bouffée d’air marin que vous respirez est probablement pleine de particules de microplastique
il y a 15 heures 13 min
décryptage > International
Animal social

Les années 2020, nouvelles années folles ?

il y a 15 heures 32 min
décryptage > International
Confrontation

Face à la Chine : l’Occident oublie les éléments qui nous avaient permis de gagner la guerre froide

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Economie
Proposition

500 milliards pour relancer l'Europe... Mais de nombreuses questions en suspens

il y a 16 heures 20 min
décryptage > International
White only?

"Un Noir n'est pas un Noir s'il pense voter Trump" : les nouvelles théories racialistes de Joe Biden

il y a 16 heures 20 min
light > Culture
Visites
Déconfinement : quels sont les musées français qui ont rouvert ?
il y a 8 heures 49 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"
il y a 9 heures 59 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Les premiers stades de la formation d'une planète observés en direct ; Le Pentagone rend public huit rapports de rencontres avec des « phénomènes aériens inexpliqués »
il y a 12 heures 54 min
pépites > International
Confrontation
Le ministre chinois des Affaires étrangères estime que son pays est "au bord d'une nouvelle Guerre froide" avec les États-Unis
il y a 13 heures 48 min
décryptage > International
Accalmie

Téhéran-Washington : Le calme d’après ou d’avant la tempête ?

il y a 15 heures 5 min
décryptage > High-tech
Volontariat

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

il y a 15 heures 25 min
décryptage > Société
Tentation liberticide

Covid-19 : une nouvelle servitude volontaire

il y a 15 heures 45 min
décryptage > Economie
Problème culturel

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

il y a 16 heures 20 min
décryptage > France
Agriculture

Les abeilles, atout des céréaliers dans leur volonté de reconquête de l'opinion publique

il y a 16 heures 20 min
décryptage > High-tech
Big Brother

Facebook se lance dans la vente en ligne pour vraiment TOUT savoir de vous

il y a 16 heures 20 min
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
Nouvelles routes de la soie

La mondialisation précédente portait sur la finance, la nouvelle portera sur les infrastructures

Publié le 09 avril 2019
L'Italie a signé 29 accords avec la Chine. Elle rejoint alors la longue liste des adhérents au projet des "nouvelles routes de la soie". Une signature évidemment très critiquée par Bruxelles.
Emmanuel Lincot est professeur à l’institut catholique de Paris, spécialiste de l’histoire politique et culturelle de la Chine contemporaine. Il est également chercheur-associé à l’Iris et a publié récemment « Chine, une nouvelle puissance culturelle -...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont est maître de conférences à l’Université catholique de Lille, et directeur de recherche à l’IRIS, où il est en charge du programme Asie-Pacifique. Il dirige la collection Asia Focus à l’IRIS, et a publié de nombreux ouvrages, dont L...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Lincot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Lincot est professeur à l’institut catholique de Paris, spécialiste de l’histoire politique et culturelle de la Chine contemporaine. Il est également chercheur-associé à l’Iris et a publié récemment « Chine, une nouvelle puissance culturelle -...
Voir la bio
Barthélémy Courmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont est maître de conférences à l’Université catholique de Lille, et directeur de recherche à l’IRIS, où il est en charge du programme Asie-Pacifique. Il dirige la collection Asia Focus à l’IRIS, et a publié de nombreux ouvrages, dont L...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Italie a signé 29 accords avec la Chine. Elle rejoint alors la longue liste des adhérents au projet des "nouvelles routes de la soie". Une signature évidemment très critiquée par Bruxelles.

Atlantico : La Chine promeut une vision de la mondialisation qui se développe à travers des projets d'infrastructures principalement trans-frontaliers. Quelles formes prend cette mondialisation chinoise transfrontalière et en quoi ces projets révèlent-ils une vision particulière de la mondialisation de la part de la Chine ?

Emmanuel Lincot : théoriquement parlant c'est une vision qui se nourrit de trois traditions. L'une est d'inspiration marxiste léniniste selon laquelle la Révolution doit se poursuivre à l'échelle du monde. Même si nous l'avons oublié pour des raisons liées à une défaite d'une partie seulement du monde communiste à l'issue de la guerre froide, cette vision eschatologique d'un changement profond de la société n'a jamais été perdu par Pékin. Les réussites technologiques de la Chine dans le domaine de l'aérospatial voire de la 5 G s'inscrivent dans la continuité des exploits performatifs de la société soviétique dont la Chine reprend symboliquement le flambeau. Par ailleurs, lorsque Xi Jinping se réfère à ces valeurs communistes, celles-ci ne nous renvoient pas un cadre purement formel et encore moins, anachroniques. Elles ont non seulement modelé des consciences mais elles nous rappellent l'idéal profondément égalitaire auquel le régime essaie encore à ce jour de se rattacher. Vous me direz que même si dans les faits la société chinoise présente des inégalités évidemment criantes, ce cadre idéologique en dit long sur une société chinoise qui, bien plus qu'un modèle de croissance, entend se présenter comme un modèle de développement. En cela, la Chine est fondamentalement différente de l'Inde contre laquelle elle n'a cessé de disputer un héritage auquel les deux géants asiatiques se sont longtemps refere, et qui vaut tradition dans son acception idéologiques, savoir le tiers mondisme. Ce dernier a plusieurs significations. La première est de nature économique. C'est la "troisième voie" que revendiquent les pays dits non alignés; Pékin disputant à New Dehli des approches très différentes à l'égard de l'Afrique notamment. La différence de ces approches issue de la décolonisation reste pour partie, et d'un point de vue rhétorique, entièrement d'actualité. Elle explique aussi l'empathie, souvent intéressée, que manifestent les dirigeants chinois vis à vis de leurs contemporains du Sud, dans leur rejet de l'Occident et plus généralement, dans leur dénonciation des Droits de l'homme. La troisième référence faite à la mondialisation, et à laquelle les dirigeants de Pékin se rattachent, relève d'une tradition totalement réinventée. C'est celle du "Tian Xia" que l'intellectuel conservateur Zhao Tingyang a, depuis une dizaine d'années, remis au goût du jour. Notion trouvant son cadre originel dans le contexte de la pensée chinoise antique, celle des Zhou (I er millénaire avant notre ère) mais conférant à la Chine un rôle d'inspiratrice dans la redéfinition du système international. Celui-ci ne reposerait plus sur un cadre westphalien (en référence au traité dit de Westphalie, 1648) à partir duquel s'est construite l'architecture de nos relations internationales (respect de la souveraineté d'autrui et du principe d'intangibilité des frontières) mais bien sur un système d'autorégulation qui, dans la critique qui peut en être faite, conférerait à la Chine une primauté qu'elle tend de facto à revendiquer à travers ses prétentions maritimes plus particulièrement.

Barthelemy Courmont : La Belt and Road Initiative (BRI) est aujourd'hui à échelle internationale, mais elle s’articule avant tout comme un outil au service du désenclavement des provinces les moins développées de Chine. En quarante de croissance soutenue, la Chine n’est pas encore parvenue à empêcher de fortes disparités entre les régions côtières et l’ouest du pays, et les voie d’accès terrestres ont pour objectif de développer ces vastes territoires. On pense au Gansu, au Xinjiang, mais aussi au Yunnan, pour ne citer que les provinces les plus directement liées aux projets de la BRI, dans sa dimension terrestre. D’autre part, ces projets révèlent une approche de la mondialisation fondée sur la recherche de nouveaux marchés, mais aussi de la pérennisation des échanges commerciaux. Sur ce point, il n’y a pas de différence fondamentale entre la Chine et d’autres puissances, si ce ne sont les moyens considérables dont dispose Pékin. Cette mondialisation à la chinoise, qui a pour finalité de replacer la Chine au centre de l’échiquier mondial (et rompre avec la périodes dites des humiliations, entamée avec ce que Kenneth Pomeranz qualifie de grande divergence), ne se tourne pas vers des acteurs en particulier, en excluant d’autres au prétexte d’une mauvaise gouvernance, mais se veut plus pragmatique. Nous verrons cependant si ce pragmatisme se maintient dès lors que les intérêts de Pekin seront en jeu. 

L'idée chinoise est aussi de connecter les pays d'Asie centrale entre eux. De leur côté, les gouvernements européens voient avec un oeil méfiant cette stratégie chinoise et la Belt and Road Initiative. La vision "financiariste" des gouvernements européens  concernant l'interconnexion des pays est-elle challengée par ces "partenariats" que propose la Chine qui reposent sur un système intégré d'infrastructures ? L'Union européenne pourrait-elle s'en inspirer ? 

Emmanuel Lincot : Cette interconnexion que souhaiterait la Chine comme vous le dites résiste à des revendications souverainistes fortes des pays concernés pour des raisons évidentes: ces pays sont jeunes et plutôt réticents aux approches multilatérales. Il ne vous aura pas échappé qu'à ce titre l'Organisation de Coopération de Shanghai peine à créer un projet de développement commun. N'était son volet sécuritaire, qui est loin d'ailleurs d'être performant - le nombre d'attentats à l'encontre des intérêts chinois en Asie centrale ex-soviétique comme au Pakistan ne cesse de croître - cette Organisation est handicapée par son gigantisme et son mode de gouvernance que lui dispute Moscou. Et puis, le développement de ces projets d'infrastructure dans des pays qui ne sont pas solvables rendent vulnérables non seulement le projet BRI mais plus fondamentalement encore l'économie chinoise. L'Union Européenne quant à elle est attendue dans sa capacité à créer une alternative non seulement à la Chine mais aussi aux États-Unis et non dans le mimétisme de projets fondamentalement hégémoniques. 

Barthelemy Courmont : Le voisinage de la Chine est bien entendu au cœur des projets de la BRI, Asie du sud-est et Asie centrale en particulier. Le risque de dépendance de nombreuses économies (les cas de la Mongolie ou du Laos sont déjà éclairants) éveille la méfiance de certains acteurs, en Europe notamment. Attention toutefois. Les Européens ne sont en effet en aucune manière accordés sur l’attitude à adopter face aux investissements chinois, et les divergences sont très grandes. Si ce sont les pays d’Europe occidentale qui attirent le plus gros volume de ces investissements, les pays d’Europe centrale et orientale sont plus vulnérables, et donc plus réceptives, aux projets chinois. Ces dissonances créent un désordre fâcheux, mais ne ralentissent pas les chantiers de la Chine, qui avance par défaut en établissant des paranariats bilatéraux, à la manière de celui récemment adopté avec l’Italie. Le « cavalier seul » de certains partenaires européens, pour reprendre les termes d’Emmanuel Macron, n’est pas une bonne chose pour l’Union européenne, mais pas nécessairement non plus pour Pékin, qui cherche à établir une coopération avec l’UE dans son ensemble plus qu’avec ses membres de façon dispersée. Concernant le système intégré d’infrastructures tel que propose par la Chine, s’il est une offre alléchante pour des pays avec de réels besoins dans ce domaine, il ne l’est pas nécessairement pour tous, aussi ce n’est pas un modèle plus inspirant qu’un autre, d’autant qu’il s’accompagne d’un gaspillage et d’un éparpillement dans les investissements, comme nous y reviendrons plus loin.

Les Européens ont parfois positivement accueilli l'investissement chinois (Grèce, Italie, Royaume-Unie, Serbie) alors que certains pays subissaient de plein fouet la crise de la dette et avaient besoin d'investissement étranger. Peut-on envisager une relation bilatérale plus sereine avec la Chine dans les prochaines années ? Connaissant la stratégie chinoise, quelles formes cette coopération pourrait-elle prendre ? 

Emmanuel Lincot : La Chine a privilégié des pays vulnérables économiquement. La relation que nous avons avec la Chine doit être repensée en profondeur. Le Président Macron a parfaitement raison d'insister sur la nécessaire réciprocité de nos échanges et l'ouverture réelle du marché chinois à nos entreprises. Je dirais donc fermeté mais aussi dissociation entre nos décisions de nature politique et économique. Nous nous laissons trop impressionner par la Chine, sa dictature. Ce qui se joue en matière de violation des droits de l'homme dans ce pays, du recours systématique de l'intelligence artificielle dans la surveillance du territoire et des populations - ouïghoure notamment - dans leurs faits et gestes, peut à terme nuire à nos intérêts, à notre identité la plus profonde dans notre attachement à la liberté. Il n'y a pas de fatalité contre la Chine. À nous de nous adapter et de devenir une véritable force de contre-propositions. C'est ainsi que nous ramènerons aussi la confiance entre Européens. 

Barthelemy Courmont : Il faudra d’abord que les États membres se mettent d’accord, et cela n’est pas à l’ordre du jour. D’un côté, certains pays, membres ou non de l’UE (le cas de la Serbie est de fait intéressant, celui du Royaume-Uni en l’attente cependant des conséquences de son divorce avec l’UE) ont besoin des investissements chinois, et avancent donc volontairement, et sans s’encombrer de discussions préalables avec leurs voisins et partenaires. Le cas de l’Italie est significatif. D’autres, comme la France et l’Allemagne, ouvrent la porte aux investissements chinois, mais exigent dans le même temps une réciprocité et une plus grande transparence. Enfin, la Commission semble rejoindre les positions de Paris et Berlin, mais elle ne peut s’engager sans s’assurer d’être suivie par les autres États membres. Pour qu’une relation bilatérale voit le jour entre l’UE et la Chine dans le cadre de la BRI, il faudra trouver un consensus. C’était d’ailleurs l’objet de la visite de Xi Jinping à Paris.

La BRI montre aussi ses limites, avec des projets parfois difficiles à comprendre, comme le pont reliant le canyon de Moraca au Montenegro. Ces événements créent défiance et division dans l'UE sur la position à adopter vis à vis des investissements chinois. Selon vous, quel serait le compromis idéal ? 

Barthelemy Courmont : De fait, il y a parfois un décalage entre les promesses de la BRI, et les projets qui ont abouti. D’où une grande difficulté à évaluer le montant total des investissements chinois dans le monde, puisque les effets d’annonce se multiplient, mais certaines promesses ne se concrétisent jamais. Il faut ajouter à cela les difficultés rencontrées dans différentes régions: problèmes d’acquisition des terres et d’expropriation, surévaluations de certains secteurs, résistances locales... la BRI coûte très cher à Pékin, mais elle ne lui a pas encore rapporté concrètement grand chose. Aussi Xi Jinping est attendu au tournant, car c’est lui qui porte le projet. Résultat, la Chine pourrait se montrer beaucoup plus sélective, après une période d’investissements tous azimuts, y-compris dans des secteurs peu rentables, et parfois à perte. Sur ce terrain, les institutions européennes peuvent aider la Chine à orienter les investissements dans de bonnes directions, et ainsi concrétiser ce fameux « gagnant-gagnant » si souvent évoqué par les dirigeants chinois, mais qui n’a pas trouvé d’écho toujours aussi favorable qu’espéré. La défiance vient du manque de transparence des activités chinoises, et Pekin doit apprendre sur ce point, elle vient aussi du manque de coherence des investissements, qui donne l’impression d’un déferlement sur un marché plus que d’une stratégie de partenariat avec des bénéfices partagés. Pour corriger ces erreurs, la Chine doit se montrer plus attentive aux craintes qu’elle soulève, et l’Europe plus disposée à se satisfaire des investissements chinois, dans un principe de dialogue et de coopération.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires