En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
C'est leur projet

LREM : mais que voulait vraiment dire Stanislas Guérini sur le groupe auxquels appartiendront les élus En Marche au Parlement européen ?

Publié le 06 avril 2019
La République en Marche souhaite créer un nouveau groupe au Parlement européen. Est-il en mesure de réussir ?
Sylvain Kahn est historien et géographe, professeur à Sciences Po. Il a publié  Histoire de la construction de l’Europe depuis 1945 (PUF, 2018) et a co-écrit Le pays des Européens avec Jacques Lévy (Odile Jacob, 2019).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Kahn
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Kahn est historien et géographe, professeur à Sciences Po. Il a publié  Histoire de la construction de l’Europe depuis 1945 (PUF, 2018) et a co-écrit Le pays des Européens avec Jacques Lévy (Odile Jacob, 2019).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La République en Marche souhaite créer un nouveau groupe au Parlement européen. Est-il en mesure de réussir ?

Atlantico : Le délégué général de la République en Marche, Stanislas Guérini, déclarait dimanche dernier au micro de France Inter, que son parti entendait créer un nouveau groupe au Parlement européen. Si LREM compte s'appuyer sur la base de l'Alliance des démocrates et libéraux en Europe, un certain nombre de conditions sont nécessaires à la création d'un groupe (minimum de 25 eurodéputés représentant 7 états européens au minimum), le parti est-il en mesure de les réunir ? LREM peut-elle fédérer à l'échelle européenne ? 

Sylvain Kahn : Le Parlement européen élu au suffrage universel existe depuis 1979. Les fédérations de partis européens comme l'ALDE, le PPE ou encore le S&D existent depuis plusieurs décennies. Il est toujours possible de créer un nouveau groupe parlementaire au Parlement européen mais le Parlement européen a déjà une vie politique très structurée. On ne peut donc pas créer un groupe parlementaire au Parlement européen en claquant des doigts.
 
Deuxièmement il faut prendre en compte les enquêtes d'opinion actuelles et les intentions de vote. Par exemple, la coalition au pouvoir en Italie devrait faire 53% des voix, en Pologne le parti actuellement au pouvoir est donné à environ 45%, en Espagne le parti au pouvoir bien que minoritaire est donné à environ 30%, en Hongrie le parti de Viktor Orban bien que décrié est donné à 48% des voix. En revanche, en France LREM devrait obtenir 22% à 23% des voix et il n'est pas non plus certain qu'elle arrive en tête. De ce fait, LREM ne sera pas en position de force au Parlement européen. Elle n'apparaîtra pas comme un parti ayant un poids déterminant. Stanislas Guérini s'il n'ignore pas ce facteur semble le minorer. S'il imagine que LREM, du fait de ses positions assez modernes sur l'Europe et parce que le parti a réussi à renverser les clivages gauche/ droite en France, va s'imposer facilement au Parlement européen ; il se leurre où alors il s'agit uniquement d'une technique de séduction de l'électorat français. Quoiqu'il en soit créer un groupe seul paraît assez invraisemblable.
 
Cependant, il est vrai que la famille libérale de centre-droite -l'ALDE qui correspond aux positionnement d'En Marche en France- a pour caractéristique, comparé aux autres groupes parlementaires, d'être un rassemblement de petites délégations nationales. Ainsi, au sein du Parlement européen En Marche n'aura guère de poids seul ; en revanche le parti disposera d'un poids non négligeable au sein de l'ALDE s'il rejoint le groupe et ne se contente pas d'en créer un nouveau "à partir de rien". Au sein de l'ALDE, LREM serait la principale force et pourrait donc peser fortement dans la balance.
 
Ainsi, sans rejoindre l'ALDE et élargir ce groupe, LREM ne parviendra pas à fédérer ni à créer son propre groupe. D'ailleurs, ils ont d’ores et déjà du mal à convaincre d'autres groupes de les rejoindre, s'ils font cavalier seul, les Verts allemands soit la principale force au sein du groupe Vert au Parlement européen -par exemple- auraient déjà refusé de les rejoindre. 

D'après Stanislas Guérini, LREM ouvrira son groupe à tous progressistes européens intéressés. LREM s'est alliée avec les libéraux et démocrates de l'ADLE comment gère-t-elle sa dissension avec l'un de leur membre les plus proéminent Mark Rutte, depuis le camouflet de KLM ?   

La vie politique se fait sur plusieurs registres et à plusieurs échelles. Les affaires bilatérales sont une chose, les stratégies pluripartites au sein du Parlement européen -pour faire avancer un agenda européen- en sont une autre. Ce n'est pas parce que les gouvernements français et hollandais étaient à couteaux tirés parce que les opérateurs aériens historiques français et hollandais étaient dans une alliance qui a connu des hauts et bas qu'ils n'arriveront pas à se mettre d'accord en terme d'agenda politique européen. 
 
Le Parlement européen comme son nom l'indique est transnational, donc bien souvent les éventuels problèmes qui peuvent exister dans les relations bilatérales ont une influence très limitée dans le cadre des enjeux au Parlement européen. Cette situation ne devrait donc pas poser problème, si jamais cela le devenait alors ce serait le signe que la délégation française au Parlement européen est trop influencée par l'Elysée ce qui impacterait négativement son rôle et son poids au sein du Parlement. 

Hormis l'ADLE avec qui les eurodéputés de LREM peuvent-ils s'allier? Alors que la gauche européenne est déjà membre du parti social démocrate européen LREM ne va-t-elle pas être amenée à s'allier majoritairement avec des libéraux de droite ?  

Personnellement, j'ai l'impression que Stanislas Guérini plaque sur le paysage européen ce que LREM est parvenu à faire en France. C'est-à-dire que parce que LREM a réussi à se détacher du clivage gauche/ droite en France, à s'allier avec le MODEM et à détourner un certain nombre d'électeurs de la gauche ou de la droite française, le délégué général de la République en Marche imagine que le parti pourrait en faire de même au Parlement européen. Or, la scène politique européenne est bien différente. 
 
En général, au Parlement européen chaque délégation nationale essaye de bien rester dans son couloir. C'est-à-dire que lorsque vous avez une coalition gouvernementale dans un gouvernement national européen, en général les membres de cette coalition essayent de ne pas intégrer le même groupe parlementaire au Parlement européen. Quand deux groupes s'allient chacun garde son identité. Il a quelques cas particuliers, mais en règle général les partis qui sont membres d'une coalition sur le plan nationale prennent soin de s'en distancer lorsqu'ils sont au Parlement européen. Aujourd'hui lorsqu'il y a des délégations de centre droit ou de centre gauche qui ne sont pas dans l'ALDE c'est justement parce qu'ils tiennent à se distinguer sur la scène européenne et par extension nationale. 
 
La tactique de LREM risque donc principalement de se traduire par des débauchages individuels. Ils vont peut être réussir à détacher quelques députés du PPE, quelques députés du S&D mais il serait assez surprenant qu'ils parviennent à rallier une délégation nationale entière.

En ce sens, les élections européennes ne signent-elles pas la fin du "et de gauche, et de droite" pour LREM ? Finalement, ne vont-elles pas révéler concrètement l'ADN de LREM ? 

Encore une fois, il faut distinguer la scène européenne de la scène française. Les deux ne se superposent pas. A l'échelle européenne il n'y a que LREM qui se dit "et de gauche, et de droite", les seuls qui se prétendent de cette ligne sont des populistes de droite, ils ne pourront donc pas faire d'alliance avec des groupes similaires outre rejoindre l'ALDE qui est le groupe le plus proche de leur ADN politique. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

03.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

04.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

05.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

06.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

07.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Allegro
- 06/04/2019 - 21:36
LREM= 50% à sa droite =centre gauche
Le discours Macron centre ou centre-droit estune blague qu'il serait bon d'arrêter de ressasser.
Lapuelle@gmail.com
- 06/04/2019 - 19:05
Franchement comment peut-on
Franchement comment peut-on faire autant de fautes dans un article?
Benvoyons
- 06/04/2019 - 17:36
Mais une discution avant les résultats ne sont pas
les discutions après les résultats. C'est normal pour une élection à la proportionnelle intégrale de ne pas rejoindre avant les résultats définitifs.
C'est pour ça que pour la France je ne souhaite pas la proportionnelle car tu votes pour un programme & ensuite ce programme se dilue avec d'autres que tu ne voulais pas. Je trouve que cela n'est pas démocratique alors que de faire un premier choix puis au deuxième tour faire un nouveau choix devient un choix personnel donc sans tromperie. Alors que l'autre système le choix est fait par d'autres sans que tu ais ton mot à dire. Comme quand tu achètes tu fais un choix sur 4,5,6 puis tu ressers ton choix & à la fin tu fais ton choix définitif. D'un bout à l'autre c'est ton choix sans compromis.