En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
Grandes manoeuvres des droites

Matteo Salvini-Marine Le Pen, même combat pour l’après européennes ? Pas si sûr…

Publié le 06 avril 2019
A l’approche des élections européennes, Matteo Salvini, avec l’appui de Marine Le Pen, multiplie les efforts pour construire un groupe puissant au sein du Parlement européen. Toutefois, si les partis nationalistes et eurosceptiques/europhobes se rejoignent sur la question migratoire, ils ne conçoivent pas les questions européennes et économiques de la même manière.
Anaïs Voy-Gillis est doctorante à l’Institut Français de Géopolitique.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anaïs Voy-Gillis
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anaïs Voy-Gillis est doctorante à l’Institut Français de Géopolitique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l’approche des élections européennes, Matteo Salvini, avec l’appui de Marine Le Pen, multiplie les efforts pour construire un groupe puissant au sein du Parlement européen. Toutefois, si les partis nationalistes et eurosceptiques/europhobes se rejoignent sur la question migratoire, ils ne conçoivent pas les questions européennes et économiques de la même manière.

Atlantico : Marine Le Pen a rencontré cette semaine Matteo Salvini, le ministre de l'intérieur italien, qui veut une alliance des partis de droite (tendance eurosceptique) avant les élections européennes. Il tiendra un meeting commun avec Marine Le Pen le 18 mai. Viktor Orban a décliné la proposition. Cette alliance a-t-elle des chances d'aboutir ? Qu'est-ce que Matteo Salvini peut espérer obtenir de la réalisation d'une telle coalition électorale ?

Anaïs Voy-Gillis : La création d’un groupe nationaliste et eurosceptique au sein du Parlement européen pour la Ligue et le Rassemblement National sera certainement plus évident en 2019 qu’en 2014. Toutefois, il y a peu de chances que tout cela se traduise par la création d’une grande coalition au sein du Parlement européen. L’émergence d’une coalition est un moyen pour Salvini de créer un rapport de force au sein du Parlement européen, même si les élus de ces partis sont rarement exemplaires au sein du Parlement (absentéisme notamment). Salvini espère une recomposition de l’échiquier politique européen à l’image de ce qui s’est produit en France en 2017 avec une remise en cause des cadres européens pour aller vers une Europe des Nations.

Toutefois, le rapport à l’Union européenne n’est pas du tout le même entre la Ligue, le Fidesz ou même le FPÖ ce qui complique le travail d’alliances.

L'autre objectif de Salvini (et de Marine Le Pen) serait de créer un grand groupe eurosceptique au parlement européen, qui en compte actuellement trois (ENL, CRE et ELDD). A-t-il des chances d'y parvenir? Peut-il rallier le Fidesz d'Orban qui appartient au PPE? Dans quelle mesure un tel groupe serait-il en capacité d'influer sur les politiques européennes?

Il va être difficile de rassembler l’ensemble des eurosceptiques au sein d’un même groupe au Parlement européen. D’une part, parce qu’en dehors de la question migratoire, ces partis ont des visions très différentes. D’autre part, parce que les stratégies de chaque parti sont très différentes. On imagine mal Les Patriotes faire une alliance avec le Rassemblement National au sein du Parlement européen. En outre certains partis ont refusé de s’allier de manière ferme avec le Rassemblement National comme l’UKIP ou le Parti Populaire Danois, tous les deux membres du CRE.

Il est plus difficile d’envisager que le Fidesz ou que le PiS (membre du CRE) rejoignent cette coalition notamment parce que la stratégie de ces deux partis n’est pas la même que celle de Salvini. Orban a un double discours entre un discours tenu à l’échelle nationale très europhobe et un discours tenu à Bruxelles plus neutre. Orban se voit en héritier de la démocratie chrétienne et cherche à créer un bloc conservateur via une éventuelle recomposition du PPE.

Pour les partis eurosceptiques, quelle est la meilleure stratégie pour peser au sein du parlement européen? Vaut-il mieux siéger dans un groupe eurosceptique, comme la Ligue et le Front National, ou rester au sein d'un groupe plus large, comme le fait - pour le moment - le Fidesz de Viktor Orban au sein du PPE?

La meilleure stratégie est d’être dans un groupe qui partage les mêmes idées et la même vision du monde. Le Fidesz se retrouve sur de nombreux sujets au sein du PPE. Les divergences peuvent venir sur les questions migratoires mais sur ce sujet les positions prises par le Rassemblement National ou la Ligue font de plus en plus consensus au sein d’une partie de la droite européenne.

Il est à noter que les partis au pouvoir en Hongrie, en Pologne ou en Roumanie sont des exceptions par les réformes remettant en cause l’État de droit qu’ils ont pris. Ils peuvent être difficiles à intégrer dans un groupe au Parlement européen car leurs réformes entrent en opposition avec les valeurs fondamentales de l’Union européenne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

03.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

04.

Le chômage est au plus bas au Royaume-Uni depuis 1974. Comment l’expliquer dans un pays empêtré dans le Brexit ?

05.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

06.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

07.

Quand Donald Trump fait la leçon au patron de la Nasa en lui demandant d'aller sur Mars sans passer par la Lune

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 06/04/2019 - 14:19
Ganesha:Tu as du te faire empapaouter par un Casque à Pointe au
moment de tes hémorroïdes Rouge Drapeau avec la faucille & le marteau :)::)
"Ils sont partout dans nos villes & nos villages" Chanson de Geste de Marine Bien en Pen
Ganesha
- 06/04/2019 - 11:16
Alliance Temporaire ?
Chronologiquement, une des toutes premières tâches qui incombera au Parlement européen fraîchement élu sera d'approuver la nomination du nouveau président de la Commission.

La désignation du candidat à ce poste est complexe, et débute par des réunions à huis-clos du Conseil Européen, c'est à dire les chefs d'état et de gouvernement.

L'aspect ''amusant'', c'est que le bruit court que le nouveau président de la Commission a déjà été choisi par Macron et Merkel : il s'agirait d'un obscur et très antipathique allemand, membre du groupe PPE.

Mais le fait essentiel, c'est pour occuper son poste, ''l'heureux élu'' doit obtenir la majorité du Parlement Européen.

Les élections à venir vont très probablement voir une forte poussée, dans la quasi-totalité des pays, des Souverainistes.
La question qui se pose, et le but des manœuvres en cours, c'est de savoir s'ils seront capables de conclure une alliance, au moins temporaire, pour s'opposer au Gauleiter, à la crapule, choisie par ces deux chefs d'état si contestés dans leur propre pays : Macron et Merkel !

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9sident_de_la_Commission_europ%C3%A9enne