En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 15 min 10 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 27 min 18 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 2 heures 25 sec
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 15 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 36 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 17 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 28 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 25 min 50 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 57 min 53 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 2 heures 5 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 28 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 57 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 3 heures 7 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 41 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 5 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 33 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 54 min
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
Grandes manoeuvres des droites

Matteo Salvini-Marine Le Pen, même combat pour l’après européennes ? Pas si sûr…

Publié le 06 avril 2019
A l’approche des élections européennes, Matteo Salvini, avec l’appui de Marine Le Pen, multiplie les efforts pour construire un groupe puissant au sein du Parlement européen. Toutefois, si les partis nationalistes et eurosceptiques/europhobes se rejoignent sur la question migratoire, ils ne conçoivent pas les questions européennes et économiques de la même manière.
Anaïs Voy-Gillis
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anaïs Voy-Gillis est docteur en géographie de l'Institut Français de Géopolitique. Ses recherches concernent la montée des nationalismes et des droites extrêmes en Europe.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l’approche des élections européennes, Matteo Salvini, avec l’appui de Marine Le Pen, multiplie les efforts pour construire un groupe puissant au sein du Parlement européen. Toutefois, si les partis nationalistes et eurosceptiques/europhobes se rejoignent sur la question migratoire, ils ne conçoivent pas les questions européennes et économiques de la même manière.

Atlantico : Marine Le Pen a rencontré cette semaine Matteo Salvini, le ministre de l'intérieur italien, qui veut une alliance des partis de droite (tendance eurosceptique) avant les élections européennes. Il tiendra un meeting commun avec Marine Le Pen le 18 mai. Viktor Orban a décliné la proposition. Cette alliance a-t-elle des chances d'aboutir ? Qu'est-ce que Matteo Salvini peut espérer obtenir de la réalisation d'une telle coalition électorale ?

Anaïs Voy-Gillis : La création d’un groupe nationaliste et eurosceptique au sein du Parlement européen pour la Ligue et le Rassemblement National sera certainement plus évident en 2019 qu’en 2014. Toutefois, il y a peu de chances que tout cela se traduise par la création d’une grande coalition au sein du Parlement européen. L’émergence d’une coalition est un moyen pour Salvini de créer un rapport de force au sein du Parlement européen, même si les élus de ces partis sont rarement exemplaires au sein du Parlement (absentéisme notamment). Salvini espère une recomposition de l’échiquier politique européen à l’image de ce qui s’est produit en France en 2017 avec une remise en cause des cadres européens pour aller vers une Europe des Nations.

Toutefois, le rapport à l’Union européenne n’est pas du tout le même entre la Ligue, le Fidesz ou même le FPÖ ce qui complique le travail d’alliances.

L'autre objectif de Salvini (et de Marine Le Pen) serait de créer un grand groupe eurosceptique au parlement européen, qui en compte actuellement trois (ENL, CRE et ELDD). A-t-il des chances d'y parvenir? Peut-il rallier le Fidesz d'Orban qui appartient au PPE? Dans quelle mesure un tel groupe serait-il en capacité d'influer sur les politiques européennes?

Il va être difficile de rassembler l’ensemble des eurosceptiques au sein d’un même groupe au Parlement européen. D’une part, parce qu’en dehors de la question migratoire, ces partis ont des visions très différentes. D’autre part, parce que les stratégies de chaque parti sont très différentes. On imagine mal Les Patriotes faire une alliance avec le Rassemblement National au sein du Parlement européen. En outre certains partis ont refusé de s’allier de manière ferme avec le Rassemblement National comme l’UKIP ou le Parti Populaire Danois, tous les deux membres du CRE.

Il est plus difficile d’envisager que le Fidesz ou que le PiS (membre du CRE) rejoignent cette coalition notamment parce que la stratégie de ces deux partis n’est pas la même que celle de Salvini. Orban a un double discours entre un discours tenu à l’échelle nationale très europhobe et un discours tenu à Bruxelles plus neutre. Orban se voit en héritier de la démocratie chrétienne et cherche à créer un bloc conservateur via une éventuelle recomposition du PPE.

Pour les partis eurosceptiques, quelle est la meilleure stratégie pour peser au sein du parlement européen? Vaut-il mieux siéger dans un groupe eurosceptique, comme la Ligue et le Front National, ou rester au sein d'un groupe plus large, comme le fait - pour le moment - le Fidesz de Viktor Orban au sein du PPE?

La meilleure stratégie est d’être dans un groupe qui partage les mêmes idées et la même vision du monde. Le Fidesz se retrouve sur de nombreux sujets au sein du PPE. Les divergences peuvent venir sur les questions migratoires mais sur ce sujet les positions prises par le Rassemblement National ou la Ligue font de plus en plus consensus au sein d’une partie de la droite européenne.

Il est à noter que les partis au pouvoir en Hongrie, en Pologne ou en Roumanie sont des exceptions par les réformes remettant en cause l’État de droit qu’ils ont pris. Ils peuvent être difficiles à intégrer dans un groupe au Parlement européen car leurs réformes entrent en opposition avec les valeurs fondamentales de l’Union européenne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 06/04/2019 - 14:19
Ganesha:Tu as du te faire empapaouter par un Casque à Pointe au
moment de tes hémorroïdes Rouge Drapeau avec la faucille & le marteau :)::)
"Ils sont partout dans nos villes & nos villages" Chanson de Geste de Marine Bien en Pen
Ganesha
- 06/04/2019 - 11:16
Alliance Temporaire ?
Chronologiquement, une des toutes premières tâches qui incombera au Parlement européen fraîchement élu sera d'approuver la nomination du nouveau président de la Commission.

La désignation du candidat à ce poste est complexe, et débute par des réunions à huis-clos du Conseil Européen, c'est à dire les chefs d'état et de gouvernement.

L'aspect ''amusant'', c'est que le bruit court que le nouveau président de la Commission a déjà été choisi par Macron et Merkel : il s'agirait d'un obscur et très antipathique allemand, membre du groupe PPE.

Mais le fait essentiel, c'est pour occuper son poste, ''l'heureux élu'' doit obtenir la majorité du Parlement Européen.

Les élections à venir vont très probablement voir une forte poussée, dans la quasi-totalité des pays, des Souverainistes.
La question qui se pose, et le but des manœuvres en cours, c'est de savoir s'ils seront capables de conclure une alliance, au moins temporaire, pour s'opposer au Gauleiter, à la crapule, choisie par ces deux chefs d'état si contestés dans leur propre pays : Macron et Merkel !

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9sident_de_la_Commission_europ%C3%A9enne