En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 8 heures 40 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 9 heures 36 min
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 10 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 12 heures 1 min
décryptage > France
Ensauvagement

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

il y a 14 heures 14 min
décryptage > Santé
Sevrage

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Europe
Business

Ces femmes qui, dans l’Histoire, ont changé le monde. Aujourd’hui, Margaret Thatcher

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Environnement
Un mal pour un bien ?

Le gouvernement veut réintroduire les néonicotinoïdes pour sauver les betteraves et voilà pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les abeilles

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

il y a 15 heures 43 min
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 1 jour 5 heures
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 8 heures 58 min
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 10 heures 4 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 11 heures 32 min
pépites > International
Drame
Inde : au moins 17 morts après la sortie de piste d'un avion qui s'est cassé en deux
il y a 12 heures 39 min
décryptage > Sport
Football

Juventus/Lyon : malgré sa défaite, l'Olympique Lyonnais arrache sa qualification et affrontera Manchester City en quarts de finale de la Ligue des Champions.

il y a 14 heures 59 min
décryptage > International
Ingérence ?

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

il y a 15 heures 12 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.
il y a 15 heures 30 min
décryptage > Société
Danger classé X

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

il y a 15 heures 41 min
décryptage > International
Détresse psychologique

Voulez-vous savoir pourquoi Michelle Obama fait une dépression ? C’est à cause de Trump

il y a 15 heures 43 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 1 jour 5 heures
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Renoncer à l’avion et se serrer la ceinture, c’est bon pour les autres

Parfum d’ancien régime : ces aspirants aristocrates qui se cachent derrière les sauveurs auto-proclamés de la planète et de la démocratie libérale

Publié le 06 avril 2019
Certaines élites entretiennent le fantasme d’un retour à un monde d’aristocrates où les puissants peuvent continuer à vivre comme avant, tout en demandant au peuple de s'adapter.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Certaines élites entretiennent le fantasme d’un retour à un monde d’aristocrates où les puissants peuvent continuer à vivre comme avant, tout en demandant au peuple de s'adapter.

Atlantico : La tête de liste aux européennes et porte-parole du Parti Communiste Français Ian Brossat a déclaré lors de l'Emission politique : "Un Paris/New-York, c'est un an de chauffage d'une famille. Il faut absolument dissuader les voyages en avion." On l'a cependant épinglé sur les réseaux sociaux sur lesquels il affichait un certain nombre de voyages à l'étranger nécessitant bien entendu de prendre l'avion. Brossat avait par ailleurs utilisé cette formule pour s'en prendre à Arielle Dombasle qui avait lancé un appel écologique dans une vidéo prise dans un avion. Comment expliquer ce genre de contradictions flagrantes chez nos élites ? 

Edouard Husson : Ian Brossat représente un parti où un tel phénomène est classique. La nomenklatura communiste se réservait, en Union Soviétique, tous les avantages qu’elle refusait au reste de la population. Ce n’est pas un phénomène limité au communisme; ce sont toutes les idéologies modernes qui sont concernées. Voltaire était obsédé par l’argent, tout en accusant l’Eglise d’être cupide. Rousseau, grand théoricien de l’éducation, a fait abandonner par sa concubine les enfants qu’ils avaient eu ensemble. 

Regardez comment l’on organise des sommets pour sauver la planète où tout le monde se rend en se déplaçant en avion. C’est risible mais nous n’avons pas le droit d’en rire. Tous ces sommets relèvent du même planisme que l’organisation économique de feu l’Union Soviétique: on fixe des objectifs a priori. On ne les atteint pas donc on fixe de nouveaux objectifs. C’est en Occident que l’on a fait le plus pour la classe ouvrière; mais l’Union Soviétique se voulait le paradis des travailleurs. De même, c’est au niveau local que se met en place une économie vraiment propre. Pourtant, hier, lorsque l’un des candidats a fait l’éloge d’une écologie envisagée du point de vue local, Yannick Jadot, tête de liste des Verts, s’est comporté en inquisiteur, demandant au candidat en question: « Adhérez-vous à la thèse du réchauffement climatique? ». Le bûcher n’était pas loin. On a affaire à une structure mentale, qui est celle de l’idéologue moderne. Et je vous propose de ne pas mêler à cela la légèreté d’Arielle Dombasle. 

N'y a-t-il pas une forme de fantasme progressiste d'un retour à un monde d'aristocrate où les élites pourraient continuer à vivre comme avant, tout en demandant au peuple de s'adapter ? Nos élites progressistes sont-elles celles qui paradoxalement ont des pulsions d'Ancien régime ?

La gauche est éminemment réactionnaire, elle l’est constitutivement. Voltaire ou Gibbon sont obsédés par le retour au monde d’avant le christianisme. Rousseau, lui, veut revenir carrément au monde d’avant la civilisation. Parmi les grandes catégories anti-historiques que Raoul Girardet a repérées, nous avons affaire, en l’occurrence, au mythe de « l’âge d’or ». La gauche veut toujours revenir à un âge d’or. C’est le paradis rousseauiste, le monde d’avant sa perversion par l’instinct de propriété; c’est le paradis communiste d’autrefois; et le paradis vert d’aujourd’hui. En fait, ce sont des enfers que projettent tojours ces utopistes. Rousseau a déclenché la destruction de ce monde fragile et raffiné à la fois qu’était la monarchie française de Louis XV et Louis XVI. Le communisme a tué l’économie. Le nazisme voulait rétablir le droit du plus fort. On peut dire la même chose de l’européisme: alors que les nations démocratiques sont des réalités complexes et évoluées, l’Union Européenne entend nous ramener à un stade antérieur aux nations. 

Cécile Philippe ou Yascha Mounk ont relevé la montée d'une forme de rejets de la démocratie chez les jeunes diplômés occidentaux et chez les élites, qui privilégient le libéral au détriment du démocratique. Comment expliquer cette crainte de la démocratie voire cette tendance à défendre une forme plus censitaire de gouvernance chez ces catégories de population ?

Ces auteurs redécouvrent ce que Michael Young avait vu dès les années 1950: l’accès à un nouveau palier éducatif (en l’occurrence l’enseignement supérieur) crée une minorité de nouveaux diplômés qui tendent à se différencier de ceux qui ne sont pas allés plus loin que l’enseignement secondaire. Mais il faut aller plus loin que ne le font Cécile Philippe ou Yasha Mounk: ce n’est pas seulement que les jeunes diplômés du supérieur préfèrent le régime des experts à la démocratie: cette dernière - la crise des Gilets Jaunes le montre - est un bien précieux aux yeux de tous les « sédentaires » (les « somewheres »); parler de démocratie illibérale ou de « foule haineuse » est profondément injuste car les classes moyennes et populaires peu diplômées sont aujourd’hui les  piliers de la démocratie; tandis que les diplômés du supérieur plébiscitent un régime des experts et des réseaux transnationaux. Puisque nous sommes dans le rétablissement de l’incorrection politique qui sied à la démocratie, on remarquera que les militants d’extrême gauche type « bloc noir » ou « antifa » appartiennent plutôt aux classes moyennes qui ont accès à l’enseignement supérieur. Ils n’aiment pas, eux non plus, la démocratie.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
guzy1971
- 12/04/2019 - 13:20
étrange question de Jadot
"« Adhérez-vous à la thèse du réchauffement climatique? ». Ce n'est pas une thèse c'est une réalité scientifiquement établie. En utilisant ce type de vocabulaire inquisitoriale effectivement Jadot se trahit.

C'est d'autant plus bête de sa part, qu'il a la science de son côté, pas besoin de menacer les gens du bûcher, il faut juste les ignorer.

PS
Si un climatosceptique pouvait venir me sauter à la gorge au nom de sa foi scientiste, j'apprécierais ah ah ah
Forbane
- 08/04/2019 - 06:56
Ganesha est fraternel et solidaire
mais pas s’il doit payer la pension alimentaire des connasses qu’il a engrossé après ses soirées arrosées! :-)
Fraternel et solidaire avec l’argent des autres?
Facile!
TPV
- 07/04/2019 - 22:50
Je me demande tout de même
Les 100 et quelques millions de morts des guerres et révolutions du 20eme siecle au nom du progrès humain et de la raison triomphante...un truc dialectique de progrès ?
Quand à Adam qui rejette la faute sur Eve après avoir bouffé le fruit défendu, une bonbe histoire pour illustrer l'incapacité de il ou elle à respecter une consigne simple.
Pas de quoi en faire une histoire...quant au très Français Voltaire, traître ami des Prussiens et des Anglais, et au très pedagogue Rousseau mettant ces enfants à l'orphelinat ...no comment, on oubliera pas Diderot ami du servage tsariste...quel beau monde. Il est vrai qu' à Paris et ses faubourgs (banlieue au 21eme siècle) le verbe et l'idée sont plus vraies que les actes.