En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "L’offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr, du rififi chez les Grecs !

il y a 2 heures 5 min
pépites > Europe
Revers de la médaille ?
Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum
il y a 2 heures 50 min
pépites > International
Port de Beyrouth
Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse
il y a 4 heures 46 min
light > Science
Impact de l'homme sur les écosystèmes
La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment
il y a 6 heures 26 min
pépites > France
Polémique 2.0
L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive
il y a 9 heures 10 min
pépite vidéo > International
Dégâts considérables
Explosions au Liban : ces images des rues de Beyrouth qui témoignent de la violence de la catastrophe
il y a 12 heures 4 min
décryptage > Santé
Enseignements

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : jetez vous à l’eau ! Fine Calvados, parjure pour certains, divin pour tous

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 1 jour 2 heures
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Le dernier des yakuzas" de Jake Adelstein, plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 2 heures 26 min
pépites > Justice
Calendrier judiciaire
Assassinat de Rafic Hariri : le verdict du procès finalement reporté suite aux explosions au port de Beyrouth
il y a 4 heures 7 min
pépites > Science
Ecosystème
Antarctique : de nouvelles colonies de manchots empereurs ont été découvertes grâce à des clichés pris depuis des satellites
il y a 5 heures 36 min
pépites > International
Solidarité avec le peuple libanais
Explosions à Beyrouth : Emmanuel Macron se rendra jeudi au Liban
il y a 8 heures 36 min
pépite vidéo > France
Images révoltantes
Un homme violemment agressé dans une laverie pour avoir demandé de porter un masque
il y a 10 heures 37 min
décryptage > France
Rébellion, sauvagerie ou les deux ?

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Société
Antisémitisme

Adrénochrome : une vieille théorie complotiste de récolte forcée de sang sur des humains resurgit puissamment sur les réseaux sociaux

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

il y a 15 heures 28 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 1 jour 3 heures
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 1 jour 7 heures
© NICOLAS MAETERLINCK / Belga / AFP
© NICOLAS MAETERLINCK / Belga / AFP
Bonnes feuilles

Islamophobie : comment les Occidentaux tombent dans le piège qui leur est tendu

Publié le 06 avril 2019
Philippe d’Iribarne publie "Islamophobie : intoxication idéologique" chez Albin Michel. Le concept d'islamophobie est un leurre, une illusion, une intoxication. Pour rendre meilleur les rapports entre l'Occident et le monde de l'islam, il faut échapper à cette manipulation et cultiver un regard de vérité. Extrait 1/2.
Philippe d'Iribarne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de l'école X-Mines, Philippe d'Iribarne est directeur de recherche au Cnrs, spécialisé dans la diversité des cultures politiques. Auteur de quatorze ouvrages, dont L'islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), il a notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe d’Iribarne publie "Islamophobie : intoxication idéologique" chez Albin Michel. Le concept d'islamophobie est un leurre, une illusion, une intoxication. Pour rendre meilleur les rapports entre l'Occident et le monde de l'islam, il faut échapper à cette manipulation et cultiver un regard de vérité. Extrait 1/2.

Loin d’être seulement des compagnons de route, « idiots utiles » de l’islamisme, les Occidentaux qui professent le discours de l’islamophobie ont leurs propres objectifs. Les uns voient dans les musulmans le substitut d’une classe ouvrière qui a massivement trahi les idéaux progressistes. Ils comptent sur eux pour être les nouveaux soldats d’une lutte contre une société engluée dans un passé « nauséabond ». D’autres aspirent à une fraternité postrépublicaine au sein d’un monde de tolérance, de respect et de paix, où la place occupée par l’islam dans une société métissée témoignerait du fait que celle-ci ne doit rien à un héritage culturel et religieux particulier. Pour d’autres encore, l’islam est un allié dans une lutte contre la sécularisation de l’Occident. Enfin, beaucoup ont simplement peur d’être mal vus, traités de xénophobes, racistes, fermés, etc., s’ils osent contester la doxa. Tous se rejoignent dans une fascination commune pour un islam de convention qu’il est possible de célébrer sans se soucier de ce que le monde islamique donne à voir. Et ceux qui prêtent attention à ce monde sont accusés de mauvaises pensées. 

Pendant ce temps, la plupart des Occidentaux sont loin d’être prêts à prendre pour argent comptant la fable d’un islam victime d’un Occident haineux. Pensant qu’il faut juger l’arbre à ses fruits, ils sont attentifs aux faits que les médias rapportent jour après jour, quelle que soit leur orientation idéologique, concernant la vie sociale dans le monde de l’islam. Ils reprochent à leurs sociétés de ne réagir qu’avec mollesse à l’emprise d’un islamisme conquérant. Le crédit accordé au discours de l’islamophobie est pour eux un symptôme du triomphe des islamistes.

Les ennemis de mes ennemis sont mes amis

Certains des Occidentaux qui se posent en défenseurs de l’islam et des musulmans sont animés par le vieux principe selon lequel « les ennemis de mes ennemis sont mes amis ». L’ennemi est pour eux le monde occidental, blanc, riche, judéo-chrétien, accusé d’être dominateur, colonialiste, oppresseur, méprisant, exploiteur. Il s’agit de le combattre, de s’attaquer à sa superbe, de le mettre à bas. Parmi les alliés à mobiliser, l’islam et les musulmans occupent une place de choix. Ceux qui adoptent cette position se divisent eux-mêmes en de multiples courants unis par une commune détestation des « dominants » tout en se focalisant sur l’une ou l’autre composante de leur univers honni. On peut saisir la passion commune qui les anime en se penchant sur un rapport officiel français où elle se donne à voir d’une façon particulièrement virulente : « La grande nation pour une société inclusive ». 

L’objet du ressentiment est la France du passé, avec ses traditions, son attachement à la patrie, que l’auteur, conseiller d’État, poursuit de ses sarcasmes : Empilons sans crainte – ni du ridicule ni de l’anachronisme  – les majuscules les plus sonores, clinquantes et rutilantes : Droits et Devoirs ! Citoyenneté ! Histoire ! Œuvre ! Civilisation Française ! Patrie ! Identité ! France ! Ce vocabulaire, remarquable par son archaïsme et sa boursouflure, relèverait de généralités majuscules de bronze, plus creuses qu’une statue de fer-blanc. Les dénonciations pleuvent : Un stock fini de cathédrales et de musées où périclite une identité nationale passée, sans présent ni avenir ; une France repliée sur la célébration de ses archaïsmes ; une politique qui cherche des dérivatifs dans la rumination du passé ; la frénétique invocation du drapeau, ou encore les images d’Épinal jaunies et flétries du roman national fêté avec nostalgie et amertume. 

À l’égard de ceux qui la rejoignent, est-il affirmé, la société française est profondément coupable de s’enfermer dans son passé. Elle est marquée par une xénophobie archaïque, une atmosphère de crainte, de suspicion, de mépris. Elle traite de manière indigne toutes les générations françaises qui aujourd’hui encore, par leur couleur, leur patronyme, leur foi, voire leur cuisine, leurs vêtements, leurs chants, sont rejetées, tenues à l’écart, cantonnées ou évitées. Elle fabrique en son sein les parias, les ilotes, les affranchis, sans citoyenneté ni liberté. Et c’est parce qu’elle n’est pas clémente à ceux qu’elle appelle étrangers que trop souvent ils clament en retour malaise ou détestation. 

Dans ces conditions, la France devrait cesser de faire pression sur les nouveaux venus pour les inciter à respecter ses mœurs. Elle devrait se laisser déstabiliser, transformer par eux. Il est, selon le rapport, scandaleux de faire de ceux qui la rejoignent les objets d’un usinage, le matériau d’une machine à mouler les Français, dont les ratés seraient dus au fait qu’il refuserait la fonte, le creuset, de les traiter comme une pâte inanimée, qu’on va triturer, avec générosité mâtinée de condescendance, une fermeté mêlée de distance. Il faut cesser d’apprendre aux étrangers un prétendu socle commun. Il est temps de ramener nos compatriotes au cœur de notre société sans leur reprocher leurs origines. Ce sont leurs cultures qu’il faut respecter, par opposition à une situation où comme on le voit aujourd’hui, le système blesse, heurte, éteint, ignore. Il faut à cet effet connaître chaque population et identifier sa provenance et sa culture d’origine, ses mœurs et ses pratiques religieuses, ses modalités de socialisation des enfants, des adultes et des vieux, son rapport à l’école au sport, etc. C’est ainsi que l’on construira une nation joyeuse, multiple, ouverte, et non obsédée par des périls imaginaires ou des projets liberticides et absurdes, qui méconnaissent la réalité du monde, que l’on échappera au rapetissement de la France au rabougrissement de son âme généreuse.

C’est dans cette perspective inclusive qu’est abordé l’islam en adoptant la représentation victimaire que le terme d’islamophobie synthétise. L’islam et les musulmans ne seraient source d’aucun problème. Ce sont les réactions de la fraction majoritaire de la société qui seraient condamnables  : la question musulmane, qui ne cesse d’enfler et de soucier, de polluer le débat public, et de troubler jusqu’au délire les meilleurs esprits est une pure invention de ceux qui la posent. Toutes les inquiétudes liées à l’islam sont balayées comme imaginaires, sans qu’il paraisse utile d’examiner précisément ce qui fait problème : Aucune religion pratiquée sur le territoire ne menace la République, restons sérieux […]. Croit-on sincèrement qu’une religion, quelle qu’elle soit, pourrait durablement imposer à des fidèles aussi informés, critiques, éduqués, que le sont les Français, un credo de violence, d’intolérance, d’exclusion et de terreur ? L’injure faite à nos compatriotes rejaillirait sur nous tous – nous n’aurions donc pas été capables, à l’école, sur le forum, dans notre vie politique et sociale, de faire mieux que cela ? 

Ainsi, rien de ce qui touche au statut des femmes dans le monde musulman n’est vu comme susceptible de semer le trouble. Le pourfendeur effarouché du statut qu’il pense diminué de la femme en islam est invité à se taire en pensant que les Églises n’ont pas toujours été parfaites en la matière. La question du voile islamique est tournée en dérision : Que le vêtement évolue nous rendra peut-être un peu moins gris, compassés, et encravatés. Quand même, reprenons-nous ! La France a-t-elle jamais dépendu de ce qu’un bout de tissu – boubou, coiffe bretonne, chèche ou béret – soit porté d’une façon ou d’une autre ? […] Qu’on sache, aucun mouvement de fond n’est venu exiger que les femmes de confession musulmane puissent déambuler en Burqa. C’est le gouvernement qui a décidé de cibler les quelques femmes ainsi vêtues pour les dévêtir de la toute-puissance de la loi, inventant ce slogan, qui laisse encore perplexe, selon lequel la République se vit à visage découvert. Il est pourtant noté que l’accompagnement scolaire réalisé au pied des mosquées, qui engendre ségrégation des garçons et des filles, attire de plus en plus les musulmans – mais c’est à la société française que cela est reproché. 

Ce qui touche aux liens entre l’islam et le terrorisme est écarté de même : Cessons de confondre quelques malades mentaux, hélas sans confession, qui – comme hier nos anarchistes – croient que tuer des innocents est un mode d’action politique, avec la religion. Non, l’islam ne génère pas le terrorisme, il n’est pas inscrit dans ses gènes. Comme toute religion et comme aucune n’y a fait exception, l’histoire le montre assez, elle a ses obscurantistes et ses fanatiques. […] mais ils sont, dans notre pays, rares, minoritaires, et sans rapport aucun avec l’islam. Ceux qui s’inquiètent du terrorisme sont présentés comme hantés par un imaginaire qui transforme le pauvre hère mal payé ou chômeur, déconsidéré et relégué, en élément de hordes islamistes terroristes qui fait la une des magazines, terrorise le bourgeois, et le fait colloquer gravement sur tous les tons du choc de civilisation qui se prépare ! En voulant stigmatiser quelques zélotes, on arrive à ostraciser des millions de croyants. 

Dans cette logique, ce sont ceux qui résistent à l’emprise de l’islam qui sont dénoncés comme adeptes d’un laïcisme de combat, furibond et moralisateur, qui mêle dans un étrange ballet les zélotes des racines chrétiennes de la France […] et républicanistes tout aussi intégristes, qui semblent n’avoir de la liberté qu’une idée terrifiée, où, hélas, souvent terrifiante. Il est temps de considérer enfin l’islam comme une religion paisible et respectable de lui laisser toute sa place de grande religion. 

Cette détestation du monde occidental – et en particulier de la société française –, jointe au désir de s’appuyer sur le monde de l’islam pour le déstabiliser, se rencontre sous bien d’autres formes. Il s’agit, pour la nébuleuse à laquelle est associé le terme générique d’islamogauchisme, de reprendre le combat anti-impérialiste avec ses divers avatars, du projet communiste aux luttes anticoloniales, avec d’autant plus de zèle qu’il s’agit de surmonter les déceptions nées des combats perdus.

Dans cette perspective, la seule chose qui importe concernant l’islam et les musulmans est que le rapport de ces derniers à l’Occident soit suffisamment conflictuel pour qu’une alliance soit possible contre l’ennemi commun. En revanche ce que le monde musulman est lui-même ne mérite pas qu’on s’y attache, d’autant plus que prêter trop d’attention à sa face obscure risquerait de miner la solidarité dans les luttes. Les femmes en hijab, ou même en burqa, seront déclarées héroïnes du combat féministe. Et on arrive à assimiler sans vergogne la situation des musulmans d’aujourd’hui à celle des juifs d’hier. Seul compte le fait que plus les musulmans croiront qu’ils sont victimes d’un Occident vu comme l’empire du mal, plus ils seront incités à le combattre.

Extrait du livre de Philippe d’Iribarne, "Islamophobie : intoxication idéologique", publié chez Albin Michel. 

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lal
- 07/04/2019 - 19:38
Nos politiques devraient
Nos politiques devraient faire un peu de théologie pour Comprendre ce qu’est vraiement L’Islam,parfaitement incompatible avec nos démocraties occidentales.Continer avec cette immigration musulmane est un suicide pour notre société et nos »élites « gauchistes et bien pensantes en porteront la responsabilité.
gerint
- 06/04/2019 - 20:13
Contenir l’Islam
C’est une question de survie de notre civilisation
salamander
- 06/04/2019 - 18:50
l'islam n'est pas un peuple...
comme le dit très bien Mohamed Sifoui, journaliste, vrai réfugié en France et sous protection policière -évidemment-

"le concept d'islamophobie est une escroquerie intellectuelle"

mais la caste médiatique pratique un black-out complet sur la question.