En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

05.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 3 heures 18 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 5 heures 30 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 6 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 8 heures 2 sec
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 8 heures 57 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 10 heures 5 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 12 heures 3 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 13 heures 36 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 14 heures 24 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 4 heures 29 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 6 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 7 heures 44 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 8 heures 20 min
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 9 heures 35 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 12 heures 40 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 13 heures 27 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 14 heures 44 min
© DANIEL JANIN / AFP
© DANIEL JANIN / AFP
Investissements verts

Mais pourquoi l’Europe veut-elle pénaliser le nucléaire quand le GIEC considère qu’il fait partie des leviers pour lutter contre le dérèglement climatique ?

Publié le 05 avril 2019
En ce début de semaine, le Parlement européen a choisi d'exclure l'énergie nucléaire de la "taxonomie du financement vert proposé par l'Union européenne".
Tristan Kamin est ingénieur en sûreté nucléaire. Son compte twitter : @Tristankamin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tristan Kamin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tristan Kamin est ingénieur en sûreté nucléaire. Son compte twitter : @Tristankamin
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En ce début de semaine, le Parlement européen a choisi d'exclure l'énergie nucléaire de la "taxonomie du financement vert proposé par l'Union européenne".

Atlantico : Au delà des enjeux politiques qui pourraient se comprendre par une forme de condamnation du nucléaire par les opinions européennes, qu'est-ce que l'ambition écologique a à perdre en voulant exclure le nucléaire de l'équation ? 

Tristan Kamin : Ça ne surprendra personne : construire une centrale nucléaire coûte cher. Même en admettant que les déboires des premiers EPR (Flamanville et Olkiluoto) sont des problèmes de jeunesse, et que les prix vont baisser, la construction d’un réacteur nucléaire nécessitera toujours de mettre quelques milliards d’euros sur la table. Ce qui ne veut pas dire que l’électricité nucléaire est chère, car ce coût peut être plus que compensé par la production énorme d’un réacteur nucléaire, mais il peut refroidir les investisseurs, qu’ils soient publics ou privés.

Il en est de même pour l’éolien et le solaire dont l’exploitation est peu coûteuse relativement à l’investissement initial considérable. Et il en serait de même pour l’hydraulique, si de nouveaux grands projets étaient sur les rails.

C’est pourquoi toutes ces filières, bas-carbone et indispensables à une maîtrise des émissions du secteur électrique en Europe, voient leur vitesse de déploiement être assez fortement liée aux mécanismes permettant de réduire les risques financiers.

En excluant le nucléaire de ces mécanismes, on cherche à s’amputer d’une jambe dans la course contre le dérèglement climatique. C’est d’autant plus regrettable qu’il s’agit d’une jambe fiable, la production nucléaire étant peu sensible aux aléas météorologiques, et donc à même d’assurer un socle fiable et robuste du système électrique – en remplacement, notamment, du charbon.

L’électricité nucléaire a un rôle important à jouer dans un futur « bas-carbone ». C’est, en fait, assez unanimement reconnu dans les milieux scientifiques. Par exemple, comme ne manquent pas de le rappeler les opposants au nucléaire, certains des scénarios étudiés par le GIEC dans son dernier rapport permettent de limiter le réchauffement climatique sans recours au nucléaire. Réciproquement, la majorité y ont recours. Je ne pense pas être déraisonnable en en déduisant qu’on a davantage de chances de tenir nos objectifs climatiques avec que sans nucléaire, et l’ampleur de l’enjeu ne nous autorise pas à réduire nos chances de succès pour des raisons idéologiques.

Visiblement, cette opinion n’est pas partagée par la sphère politique.

En quoi les travaux actuels, notamment du Prix Nobel français Gérard Mourou sur le traitement des déchets nucléaires pourraient être décisifs concernant cette même ambition écologique ? 

Au-delà de la question du risque financier, un autre facteur limitant la vitesse de déploiement de l’énergie nucléaire est celui de l’acceptabilité sociétale.

Dans ce domaine (comme dans bien d’autres), la perception du risque est démesurée par rapport au risque réel, et notamment en ce qui concerne les déchets radioactifs. La totale absence d’accident impliquant les déchets nucléaires, en France, ces trente dernières années, ne suffit pas à rassurer, pas plus que les discours rassurant de l’ANDRA (publique) ou de l’ASN (publique et indépendante de l’État) sur la question.

En d’autres termes, il paraît très difficile de convaincre de la maîtrise des risques, notamment en raison de la technicité de cette approche qui la rend bien moins abordable que les discours alarmistes et les appels à l’émotion dont usent et abusent les opposants au nucléaire.

 

Alors, si l’on ne peut rassurer par la maîtrise du risque, peut-être que la réduction à la source du risque serait mieux reçue par le public. Et en cela, le progrès technologique peut aider : augmentation des taux de recyclage du combustible nucléaire, transmutation de certains déchets, que ce soit dans des réacteurs à neutrons rapides (projet français ASTRID), des réacteurs pilotés par des accélérateurs (projets belge MYRRHA), des systèmes de laser comme celui imaginé par Gérard Mourou…

Que l’on ne s’illusionne pas : la physique suit des lois auxquelles les votes du Parlement Européen ne changeront rien, et l’on ne fera ni disparaître les déchets nucléaires passés, ni la totalité des déchets futurs, pas plus que l’on ne pourra s’affranchir de stockage géologique. On ne parle que de réduire les volumes, les délais, la radiotoxicité… Pas de disparition totale.

Quoi qu’il en soit, réduire le risque à la source est une idée séduisante, aussi bien en termes de sûreté nucléaire qu’en termes d’acceptabilité sociétale. On peut donc s’attendre à une forte opposition des mouvements écologistes traditionnels, pour lesquels une innovation bénéfique à l’acceptabilité du nucléaire est inacceptable, quand bien même cela serait un atout concernant nos ambitions écologiques.

Que peut-on attendre des "retombées" de la recherche nucléaire sur d'autres secteurs d'activité ? 

Je serais déjà bien en peine d’énumérer les retombées que le nucléaire a déjà apportées dans d’autres secteurs. Propulsion navale, stérilisation des aliments, du matériel médical, lutte contre la prolifération de parasites vecteurs de maladies, alimentation électrique des sondes spatiales, et évidemment, le nucléaire médical, des examens aux interventions (TEP-Scan, curiethérapie…).

Et demain ? À minima, des progrès, dans tous ces secteurs.

Je ne me prétends pas devin, mais on peut, par exemple, s’attendre à ce que le nucléaire médical continue à progresser, et à faire progresser la lutte contre les cancers.

On peut imaginer des réacteurs nucléaires comme alimentation de laboratoires robotisés à la surface de la Lune ou de Mars, voire (soyons fous !) des installations habitées. Ou utilisés pour propulser des sondes spatiales de plus en plus richement dotées en instrumentation.

On peut rêver de voir le transport maritime de marchandises et de personnes abandonner le fioul lourd pour l’uranium, comme ça a déjà été expérimenté (puis abandonné faute de compétitivité face au pétrole).

On verra probablement de petits réacteurs nucléaires, plus sûrs encore que les réacteurs actuels du fait de leur puissance modeste, se rapprocher des villes pour alimenter des quartiers entiers en chaleur, à la place de chaudières au charbon ou au gaz.

On aura peut-être des réacteurs dont la fonction principale sera la production d’hydrogène pour alimenter une flotte d’autobus, et en fonction secondaire la production d’électricité pour les véhicules particuliers.

En résumé : le nucléaire a plein d’arguments à faire valoir pour favoriser son acceptabilité… Mais la mise en œuvre de ces arguments dépend grandement de cette acceptabilité ! Y compris les atouts dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Parce que, trop souvent hélas, l’émotion prime sur la raison, l’idéologie l’emporte face aux arguments techniques.

Alors, quand les scientifiques disent « Okay, le nucléaire ça peut aider pour le climat, mais y’a des contraintes à prendre en compte sur le financement et la peur des populations », la réaction saine n’est probablement pas de chercher à maximiser ces contraintes…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jipebe29
- 07/04/2019 - 13:57
Incohérence de l'Europe...
« Pourquoi l’Europe veut-elle pénaliser le nucléaire quand le GIEC considère qu’il fait partie des leviers pour lutter contre le dérèglement climatique ? » C’est une bonne question. L’Europe n’a sans doute rien compris à la problématique de production d’électricité.
Sa politique climat-énergie a pour but premier de réduire nos émissions de CO2, et elle favorise le développement des EnR intermittentes (éolien et solaire), censées réduire les émissions de CO2. Or, la gestion de l'intermittence nécessite en soutien permanent des centrales thermiques pour équilibrer le réseau en temps réel, et donc les EnR ont un bilan carbone non vertueux, ce qui va à l'encontre des objectifs. De plus, l’Europe, noyautée par des Verts dont le combat historique est contre le nucléaire sous toutes ses formes, quoique le nucléaire ait un bilan carbone particulièrement vertueux, ce qu’elle ne veut pas savoir ou ignore peut-être, veut donc le réduire. Sa politique de transition énergétique va à l'encontre des objectifs affichés. Comprenne qui pourra !
Anouman
- 05/04/2019 - 12:57
Nucléaire
Il faut bien faire plaisir aux lobbies écologistes et aux vendeurs d'éoliennes.