En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Taisez-vous, espèce de… nationaliste, sexiste, populiste, ultra-libéral, islamophobe et cie...
L’intimidation morale, arme fatale des responsables politiques en manque d’inspiration
Publié le 05 avril 2019
Disqualifier ses adversaires en les renvoyant hors du champ du débat démocratique n’est pas seulement une tactique utilisée pour masquer le vide de la pensée de ceux qui l’emploient, c’est aussi un poison qui donne de facto les clés de la vie politique à des militants radicaux.
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Disqualifier ses adversaires en les renvoyant hors du champ du débat démocratique n’est pas seulement une tactique utilisée pour masquer le vide de la pensée de ceux qui l’emploient, c’est aussi un poison qui donne de facto les clés de la vie politique à des militants radicaux.

Atlantico : Alors que chaque "dérapage" ou opinion sortant du cadre du politiquement correct est immédiatement sanctionné d'une violente riposte médiatique, pointant le nationalisme, l'islamophobie, ou l'antisémitisme de ses opposants, peut-on considérer que le débat politique français est entré dans une ère où l'intimidation est devenue une arme essentielle au service d'un vide idéologique ?

Bertrand Vergely : Nous vivons aujourd’hui dans une société d’intimidation. C’est indéniable. En permanence, histoire de rectifier et de prévenir tout dérapage, des voix s’élèvent pour dénoncer tel ou tel propos en pointant le racisme, la discrimination, le rejet de l’autre. De sorte que, de peur d’être traité de raciste et  de réac nauséabond, on n’ose plus rien dire.  Cette pratique désormais courante est-elle en train d’envahir le débat politique du fait du vide de celui-ci ? Elle n’est pas en train de l’envahir. Elle l’a toujours envahi avec toutefois aujourd’hui une nouvelle façon de s’y prendre. 

Quand la société est « normale », celle-ci est apaisée et ne passe pas son temps à intimider les citoyens qui la composent. Tout change quand apparaît le désir de la  changer. 
En général, cela commence toujours pour réparer une injustice. Ce qui en soi n’est nullement répréhensible. L’injustice existe. Malheureusement. Quand elle existe et qu’elle devient un état de fait, elle donne l’impression d’être normale et de faire partie de l’ordre des choses. « Oui, c’est injuste. », soupire-t-on, « Mais cela a toujours été ainsi. Que voulez vous y faire ? On ne va tout de même pas tout chambouler ». Quand des hommes et des femmes épris de justice dénoncent cet état de fait et qu’ils luttent contre lui afin de le faire disparaître, on ne va pas s’en plaindre. Ce sont des justes qui méritent d’être admirés comme tels. Toutefois, une chose est de supprimer une injustice, une autre de vouloir créer une nouvelle société et, notamment, une société idéale. Là, on n’a plus affaire à une juste lutte pour la justice et contre l’injustice. On a affaire à une guerre du nouveau contre l’ancien dans laquelle il ne s’agit plus de réparer la société mais de supprimer la société telle qu’elle était afin de la remplacer par une autre. Quand tel est le cas, c’est là que l’on voit apparaître l’intimidation. 

 Il n’est pas possible de créer une nouvelle société et, qui plus est, une société idéale. À chaque fois que les peuples s’y sont essayés, cela s’est transformé en terreur, en génocide et en enfer. Pour une raison très simple. La société nouvelle n’étant possible que si l’on détruit la société ancienne, cela ne peut pas se faire sans une guerre civile afin de liquider les représentants et les symboles de la société ancienne. La Révolution français, la révolution russe, la révolution chinoise et la révolution au Cambodge en sont les terribles illustrations. 

Les révolutionnaires l’ont toujours su. Mais, comme cela les a toujours gênés, ils ont toujours passé leur temps à ne pas vouloir le savoir. Et pour ne pas le savoir qu’ont-ils fait ? Ils ont intimidé en usant et en abusant du combat idéologique et de la propagande. 
Ainsi, je suis un révolutionnaire qui veut changer le monde. Mais, mon discours passe mal. Il inquiète. Comme je ne veux pas renoncer à la révolution, il ne me reste qu’n seul moyen : faire peur à ceux qui mettent en doute mon projet révolutionnaire. Pour cela, je n’y vais pas par quatre chemins. J’utilise un argument massue : « Si mon discours révolutionnaire ne passe pas, cela ne vient pas de ce que je me suis trompé et qu’il est faux. Cela vient de ce que vous ne m’aimez pas. Vous êtes plein de haine à mon égard et à l’égard de mes idées parce que vous détestez la justice. Vous avez peur du nouveau. Vous ne voulez pas de l’idéal sur la terre. Vous êtes un ennemi de l’humanité ». 

On s’interroge à propos du débat politique. Il a aujourd’hui recours à l’intimidation. Qu’il soit permis de faire remarquer que ce n’est pas nouveau. Cela fait près de deux siècles et demi qu’il en est ainsi. Depuis la Révolution Française, le monde ne cesse de vivre dans un état continuel d’intimidation, ceux qui rêvent de changer le monde mettant, comme on dit, « la pression » en disant à tous ceux qui les critiquent  « Réacs. Vous êtes des réacs. Vous avez peur du changement. Sales réacs. On aura votre peau ».  

Jetons un regard sur les cinquante dernières années en France. Le débat politique n’a été constitué que de cela. Il n’a été qu’une longue guerre civile menée par les communistes, l’extrême gauche et la gauche, cette guerre étant illustrée par cette perle inoubliable qui résume tout : « Mieux vaut avoir tort avec Sartre que raison avec Raymond Aron ».  

Aujourd’hui, on assiste à un regain d’intimidation. Rien d’étonnant à cela. Si le communisme est tombé, si le parti communiste a disparu, si le parti socialiste a également disparu, la pulsion révolutionnaire est toujours là en faisant partie, comme on dit, de l’ADN de la France et du monde occidental.  D’où cette question : « Je suis un révolutionnaire. J’ai envie de changer le monde. Le communisme est tombé et je ne peux décemment plus m’en réclamer. Comment faire ? ».Il ya une solution : le musulman, le migrant et l’homosexuel. La révolution a échoué avec le communisme ? Elle va réussir avec eux.
Le musulman a été colonisé. Le migrant est refoulé aux frontières. L’homosexuel a été déporté par le nazisme dans des camps de concentration comme les juifs et les tziganes. Les prolétaires exploités et humiliés qu’il faut défendre ce sont eux. Aussi va-t-on les défendre et, grâce à eux, on va changer le monde et établir enfin la société idéale sur terre. 
Un problème toutefois : le musulman n’est plus simplement une victime. Il y a aujourd’hui des musulmans terroristes qui tuent des innocents afin de terroriser le monde occidental. Il n’est pas possible d’ouvrir les frontières de l’Europe à des centaines de millions de migrants sans la faire exploser. Enfin, les couples gays ne pouvant pas faire des enfants, c’est quand même sur le couple homme-femme que repose la vie. Qu’à cela ne tienne. Le révolutionnaire  va bousculer tout cela.  Il va intimider. 

Il est question du terrorisme islamiste ? « Pas d’amalgame. Rien à voir avec l’islam ». « Les sourates 4 et 5 du Coran appellent au meurtre de l’infidèle et à sa crucifixion ? » « Pas d’amalgame, on a dit. Rien à voir avec l’islam. Arrêtez vos propos racistes et xénophobes. 
Il est question des migrants et de leur afflux ? « Retirez immédiatement ce propos haineux. Il n’y a pas d’afflux de migrants. C’est une rumeur, une fake news raciste d’extrême droite. La terre doit être à tout le monde et l’on doit être libre de s’installer où on veut. D’ailleurs, c’est  le pape vient de le dire ». 
Enfin, pour que les couples gays puissent avoir des enfants, la GPA pour les hommes et la PMA pour les femmes et, de ce fait, pas de père ou pas de mère pour les enfants, vous êtes sûr que cela ne va pas poser de problèmes pour ces derniers ?  « Vous êtes homophobe. C’est pour cela que vous êtes contre la GPA et la PMA ».  
On s’interroge au sujet de l’intimidation aujourd’hui dans le débat politique. Est-ce nouveau ? Non ce n’est pas nouveau. Cette intimidation est consubstantielle à la modernité et à son projet révolutionnaire. En revanche, une chose est nouvelle. Hier, c’était le prolétaire qui était mis en avant pour faire la révolution. Aujourd’hui, c’est le musulman, le migrant et le gay. 

 

En quoi cette attitude peut-elle finalement contribuer à soutenir des militants bien plus radicaux utilisant ces mêmes techniques d'intimidations ou d'accusations ?

Cette attitude soutient-elle les militants radicaux ? Bien évidemment, l’intimidation et la radicalité ne faisant qu’un.  Dans les années soixante-dix, quand le monde croyait encore au communisme et au socialisme, Louis Althusser, grand philosophe marxiste à l’époque,  a intellectuellement fasciné la gauche intellectuelle autour de lui en expliquant qu’il fallait « porter la lutte des clases dans la théorie ». En philosophie, cela a débouché sur une guerre contre l’idéologie bourgeoise incarnée par la religion, la morale, la famille, l’école, l’État, la médecine, la justice, l’art la philosophie et la métaphysique. Un intellectuel parlait d’autre chose que de la lutte des classes ? C’était un bourgeois, un collabo vendu au grand Capital, un chien de garde  détournant l’attention des vrais problèmes.
 Aujourd’hui, ce n’est plus la lutte des classes que le révolutionnaire introduit dans la théorie mais la théorie du genre. Marx reprochait à la culture d’avoir classé les hommes en prolétaires et en bourgeois. La théorie du genre reproche à la culture d’avoir genré l’humanité en créant le genre homme, le genre femme, le genre migrant ou le genre musulman. D’où un combat passant par le projet de nettoyer nos inconscients de tous les stéréotypes provoqués par le fait de genrer ainsi. Avec des pratiques sournoises d’intimidation utilisant le soupçon c’est-à-dire le décryptage des messages subliminaux afin d’y traquer l’infâme ainsi que des « coups ». Comme par exemple l’écriture inclusive, histoire de faire respecter la parité homme-femme. Tant pis si un texte en écriture inclusive est illisible. Ou bien encore la défense du voile islamique. C’est un symbole de la violence faite aux femmes ? Qu’importe. L’important, ce n’est pas ce qui se passe en Arabie Saoudite mais ici en France. Enfin, le droit de l’étranger. En général, quand on rentre dans la maison de quelqu’un, on n’y rentre pas en disant qu’on a des droits. On cherche plutôt à être discret. C’était le monde d’hier. Aujourd’hui, l’heure étant à la Génération « J’ai le droit » comme le dit Barbara Lefèbvre dans son livre du même nom, l’étranger a d’abord un droit. Vous vous en étonnez ? « Taisez vous. Vous êtes raciste et xénophobe ». 

 

Cette ère de la "reductio ad" permanente n'est-elle en cela le témoignage d'une classe politique désemparée face aux événements, déstructurée idéologiquement ? 

La scène se passe dans un bureau de poste. Il est midi. Le Samedi, dans cette poste, le travail cesse à midi. Un homme, qui a réussi à rentrer au moment où la porte se fermait, réclame qu’on le serve. Une employée lui dit que non. Il est midi. La poste est fermée. Elle ne le servira pas. Réaction de l’homme ivre de rage : « Nazis. Vous êtes des nazis ». 

Autre scène.À la télévision cette fois-ci. Une boîte de nuit gay vient d’être fermée en raison du trafic de drogue qui s’y déroulait. On interroge un client gay de cette boîte de nuit présent devant la boîte fermée. Commentaire de  celui-ci : « C’est du nazisme ». 
La « reductio ad Le Penum » ou bien encore la « reductio ad Hitlerum ». Dans son livre La gauche contre le réel, Élisabeth Lévy pointe ce travers intellectuel qui s’est emparé du débat politique à travers l’utilisation du Rassemblement National de Marine Le Pen comme argument massue destiné à assommer l’adversaire. 
Ainsi, en France, il est interdit de dire qu’il existe un problème migratoire. Une masse d’étrangers qui rentrent illégalement en France, ce n’est pas facile à gérer. Ce n’est pas du racisme que de dire cela. C’est une réalité. Pour le politiquement correct ce n’est pas une réalité, c’est du racisme. Résultat : vous osez dire que c’est un problème ? Immédiatement la sanction tombe. « C’est nauséabond. Ce propos sent le Rassemblement National ». Réductio ad Le Penum. Reductio ad Hitlerum ». Vous êtes un nazi qui s’ignore. Du temps où le communisme et le socialisme existaient, c’était la gauche qui pratiquait ces « reductio ». Aujourd’hui, ce n’est plus la gauche. C’est la société entière, tout le monde se mettant à censurer tout le monde, le politiquement correct étant devenu un réflexe subliminal. 

Vous faites une conférence dans laquelle vous citez Pascal disant « Toute la dignité de l’homme réside dans la pensée ». Vous venez de commettre une faute. Lors des questions, un auditeur hors de lui vous le fait remarquer vertement. « Et ceux qui ne pensent pas, hein ? Vous en faites quoi ? » Vous avez discriminé en réservant l’humanité uniquement aux intellectuels comme vous. Vous êtes raciste. 
Vous êtes allé en Birmanie. Ce pays hautement spiritualisé vous a ébloui et vous l’écrivez dans votre futur livre. Lors des épreuves, l’éditeur vous demande d’éviter de parler de la Birmanie ou de dénoncer le régime militaire qui opprime les populations musulmanes à la frontière du Bangladesh. Résultat : vous vous mettez à vous autocensurer en vous disant « Non je ne vais pas le dire. J’aimerais le dire mais si je le dis cela va créer des histoires à n’en plus finir. Donc, gagnons du temps. Je me tais ». Moralité : « Merci à la révolution ! »

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
05.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AZKA
- 05/04/2019 - 23:09
@Forbane
Oui surtout que ce tryptique infernal islam/Migrant/Homo est en tube de moraline Macronienne à longueur de journées.
Forbane
- 05/04/2019 - 23:02
Marre de recevoir des leçons de morale
de tous les mecs de gauches nés dans les « colonies »: Mélenchon, Bartolone, Attali, Cayrol, Bedos, BHL....
Ou Mitterand le collabo avec sa Francisque...
Qu’ils aillent à confesse ou chez un psy expier leurs pêchés ou ceux de leurs ancêtres et nous foutent la paix!
Pas connu les colonies dans ma famille, ni la collaboration, et à ma connaissance, pas de persécution des homos...
Benvoyons
- 05/04/2019 - 19:00
Le Coran a été créé en faisant le Génocide des Tribus
Polythéistes & Juives d'Arabie puis après il est parti coloniser tout autour de la Méditerranée. Le Coran est Polythéistophobe, Judéophobe, Christianophobe, Zoroastrienophobe, Athéophobe, en fait il est contre tout ceux qui n'acceptent pas que lui seul a raison en tout.
Même Sourate 23 verset de 1 à 7 & bien le maître croyant ayant des esclaves peut les utiliser sexuellement (donc viole) & comme il est dit que Muhammad est le dernier des Prophètes & bien ils peuvent toujours attendre l'interdiction de l'esclavage & du viole. En fait par rapport à Jésus qui a fait une évolution le Coran a créé une régression même pour la femme. En effet Muhammad a travaillé pour une riche veuve commerçante. Ainsi il a été un commis de la dame puis responsable des caravanes de cette dame. Elle a décidé de le prendre pour époux & elle s'est donc mariée avec lui.
Pour la remercier il a fait le Coran qui a rendu cette femme en une moitié humaine, & qu'elle devra dépendre de son mari & des hommes de la famille quand le mari n'est pas là & que finalement elle n'aura qu'une petite parti du patrimoine & pour le tenir devra passer par un homme de la famille. Le Coran un beau gâteau de Mariage