En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

03.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

04.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

05.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

06.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 28 min 59 sec
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 1 heure 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 1 heure 28 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 16 heures 49 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 18 heures 27 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 21 heures 20 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 22 heures 28 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 23 heures 9 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 23 heures 41 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 1 jour 8 min
décryptage > Economie
Destruction massive de productivité

Pourquoi les booms immobiliers sapent notre futur économique

il y a 53 min 14 sec
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 17 heures 28 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 18 heures 43 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 21 heures 25 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 22 heures 46 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 23 heures 18 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 1 jour 9 sec
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 1 jour 1 heure
© OZAN KOSE / AFP
© OZAN KOSE / AFP
Starfoullah

Municipales en Turquie : Erdogan a perdu sur son extrême-droite

Publié le 04 avril 2019
Les élections municipales qui se sont déroulées ce dimanche en Turquie ont abouti à un revers inédit pour le parti au pouvoir et encore plus pour son maître incontesté, le président Recep Tayyip Erdogan.
Laurent Leylekian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Leylekian est analyste politique, spécialiste de la Turquie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les élections municipales qui se sont déroulées ce dimanche en Turquie ont abouti à un revers inédit pour le parti au pouvoir et encore plus pour son maître incontesté, le président Recep Tayyip Erdogan.

Celui qui se voyait par avance enfoncer le dernier clou sur le cercueil d’Atatürk pour le centenaire annoncé de la république en 1923 vient de subir un échec cuisant, avec notamment la perte notable des municipalités d’Ankara et sans doute d’Istanbul, le fief de l’ancien gamin de Kasim Pacha qu’il était.

L’analyse la plus directe, la plus commune et la plus crédible de cette déroute attribue le retournement de situation aux performances de plus en plus piteuses de l’AKP en matière économique. Avec une inflation de près de 20%, avec un chômage de 13% - 24% chez les jeunes – et avec une livre turque qui a perdu la moitié de sa valeur face à l’euro en cinq ans, il est vrai que l’heure est à la morosité chez les Turcs et en particulier au sein des couches populaires. Pour beaucoup, cette crise se traduit très prosaïquement par l’impossibilité d’acheter des biens de première nécessité, et on a pu évoquer une « crise de l’oignon » ou de l’aubergine, éléments de base de la cuisine locale.

Confronté à un tel défi systémique – en vérité plus lié à des dynamiques mondiales qu’aux mérites ou aux fautes de la politique économique turque – Erdogan a longtemps usé et abusé de la cavalerie, escomptant les bénéfices de demain pour régler les ardoises d’aujourd’hui. Il s’est également employé à rétribuer symboliquement son électorat par de prestigieux mais dispendieux projets propres à flatter une grandeur ottomane fantasmée : la grande mosquée de Çamlica et le nouvel aéroport – le plus grand du monde – à Istanbul, le pont Yavuz Selim sur le Bosphore ou le pharaonique palais présidentiel d’Ankara. Tous les symptômes d’une politique populiste donc, qui n’auraient pas suffi face à la dure réalité économique. En témoignerait également la fatigue d’une partie de l’électorat avec un taux de participation en baisse de cinq points par rapport aux municipales de 2014.

Ce récit contient sans doute bien des éléments de vérité mais tombe en fait un peu court. Car à y regarder de près, le score de l’AKP qui dépasse 44% des suffrages exprimés est supérieur à celui des mêmes élections municipales de 2014 où il n’atteignait « que » 42%. En revanche, c’est bien le MHP, allié ultranationaliste d’Erdogan au sein de « l’alliance du peuple » qui a subi une large désaffection, son score passant de 17% à 7%. Les bénéficiaires des déboires du MHP sont un peu le parti kémaliste (CHP) dont le score global passe de 26% à 30% mais surtout le IYI parti – nouvelle formation de Mme Akşener –  dissidente du MHP ayant fondé son propre parti auquel elle tente de donner une figure respectable. L’IYI qui est allié au CHP au sein de « l’alliance de la nation » était inexistant en 2014 et a recueilli plus de 7% des suffrages lors des municipales de dimanche. Même si par des effets d’alliance l’IYI et le MHP étaient formellement absents de la compétition à Istanbul et à Ankara, la perte par l’AKP de ces deux villes doit sans doute beaucoup à cet effet de bascule entre électorats de ces deux formations ultranationalistes. Si l’IYI à lui seul reste marginal, son alliance avec le CHP a considérablement affaibli le MHP directement, et l’AKP par ricochet. Ceci est flagrant à Adana, quatrième ville du pays perdue par le MHP et gagnée par le CHP. Il est donc bien possible que les « faiseurs de roi » ne soient pas seulement les progressistes et les Kurdes du HDP – même si leur politique intelligente de retrait à l’Ouest a pu contribuer à renforcer les adversaires du pouvoir  – mais le vivier ultranationaliste qui représente bon an mal an un cinquième de l’électorat turc.

Quelles peuvent être les conséquences de ce nouvel équilibre des forces. D’une part, il est très probable que ces élections signent la fin de Devlet Bahceli, leader vieillissant du parti d’action nationaliste (MHP) qui avait déjà fait l’objet d’une tentative de putsch voici trois ans par un quarteron de « Jeunes Turcs » … dont Mme Akşener ! D’autre part, il est possible que le président du parti kémaliste – Kemal Kilicdaroğlu – également vieillissant et parfois décrit comme inconsistant, trouve une nouvelle jouvence dans ces résultats. Ceux-ci pourraient néanmoins susciter les appétits des nouvelles stars kémalistes, Ekrem Imamoğlu possible futur maire d’Istanbul, Mansur Yavaş, nouveau maire d’Ankara ou Muharrem İnce, candidat malheureux à la présidentiel de 2018.

Mais pour ce qui est du pouvoir, on peut craindre qu’Erdogan ne fasse que renforcer son discours nationaliste pour recouvrer les brebis égarées du côté de l’IYI. C’est une corde qu’il n’hésite pas à manier, qu’il manie avec brio et qui ne nuit par ailleurs pas à son électorat islamiste : de l’annonce de la reconversion de Sainte-Sophie en mosquée aux propos incendiaires contre les « infidèles » néozélandais et australiens à l’occasion des attentats de Christchurch en passant par les provocations aériennes dans le ciel d’Athènes à l’occasion des célébrations de l’indépendance grecque. Cela suffira-t-il ? Nul ne le sait mais il n’est pas plus dangereux que les grands fauves blessés.

Car le nouveau contexte met Erdogan et lui seul en difficulté : Ayant coupé toutes les têtes au sein de l’AKP, il se retrouve isolé et en première ligne, avec également le risque de se voir tirer dans le dos par les siens. Aujourd’hui, il est certes  bien difficile de voir une alternative à Erdogan au sein de l’AKP. Mais il est possible que pour les prétendants encore très discrets à sa succession, cette première défaire sonne l’hallali du « Reïs ».

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires