En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

04.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

05.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

06.

Lutter contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 45 min 43 sec
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 4 heures 39 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 4 heures 39 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Ursula Von der Leyen, Angela Merkel, et Christine Lagarde, trois femmes qui ont transgressé les dogmes pour sauver l’Union européenne (et qui vont peut-être y parvenir...)

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 20 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 23 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 52 min 5 sec
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutter contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 4 heures 39 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Santé
Stratégie contre le virus

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

il y a 4 heures 43 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac
il y a 4 heures 44 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 22 heures 59 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 1 jour 56 min
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
A ignorance, ignorance et demi

Agression d’une jeune femme trans : petits éléments de référence à l’attention de Julia sur les questions d’identité sexuelle dans l’univers arabo-musulman

Publié le 04 avril 2019
L'agression de Julia, travesti, place de la République à Paris par des manifestants anti-Bouteflika a suscité de vives réactions. Interviewée quelques jours plus tard, Julia a déclaré "J'ai vu des messages de haine et de racisme, qui accusent une certaine communauté de m'avoir agressée. Les gens qui m'ont agressée sont des ignorants, mais cela rien à voir avec leur religion, leur origine".
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'agression de Julia, travesti, place de la République à Paris par des manifestants anti-Bouteflika a suscité de vives réactions. Interviewée quelques jours plus tard, Julia a déclaré "J'ai vu des messages de haine et de racisme, qui accusent une certaine communauté de m'avoir agressée. Les gens qui m'ont agressée sont des ignorants, mais cela rien à voir avec leur religion, leur origine".

Atlantico :  Ne peut-on pas voir ici une forme d'aveuglement sur les divergences, concernant la place de l'homosexualité, entre la France et les pays du monde arabo-musulman ?

Vincent Tournier : Si la réaction de cette personne peut paraître étrange, elle n’est pas exceptionnelle : on a déjà eu des débats comparables après les événements de la place Tahrir au Caire lors du Printemps arabe de 2011-2012 ou lors des événements de Cologne à la fin de 2015, ce qui avait d’ailleurs donné lieu à une virulente polémique lancée l’écrivain par Kamel Daoud sur la question de la sexualité en terre d’Orient.

L’attitude de Julia peut s’expliquer par trois raisons. La première réside dans la répugnance que l’on éprouve aujourd’hui en Occident envers tout discours qui viendrait mettre en cause un groupe ou une culture. Nous vivons dans des sociétés dont les grilles de lectures sont individualiste : nous partons du principe que la responsabilité ne peut être qu’individuelle, elle ne peut pas être collective. Les problèmes sont donc partout les mêmes : une personne transgenre ou homosexuelle aura la même probabilité d’être agressée, qu’elle soit en Algérie ou en Suède. L’idée que la tolérance puisse être variable selon les cultures est aujourd’hui perçue comme inacceptable, surtout lorsqu’il s’agit de cultures à l’égard desquelles on estime avoir une dette, comme c’est le cas pour l’Algérie.

La seconde raison tient au contexte politique. Le mouvement de contestation qui se déroule actuellement en Algérie donne lieu à un beau récit médiatique. Les médias ont pris fait et cause pour les manifestants ; ils pensent voir dans la contestation l’expression d’un mouvement profondément humaniste qui vise à transformer positivement l’Algérie pour en faire un pays libre et démocratique, tournant miraculeusement le dos à ses travers autoritaires et rétrogrades. Cette interprétation optimiste est certes plausible, mais pour l’instant, personne ne peut savoir comment l’histoire va se terminer. Pour l’heure, personne n’a envie de briser ce beau récit.

Enfin, la troisième raison tient à la nature même de la victime. En tant que personne issue d’une minorité sexuelle qui rencontre des difficultés, Julia peut difficilement se risquer à tenir un discours critique sur ses agresseurs : elle ne peut pas prendre le risque de passer pour une alliée objective de l’extrême-droite. C’est tout le problème des minorités aujourd’hui, qu’il s’agisse des homosexuels, des juifs ou même des femmes : toutes éprouvent un tiraillement entre, d’une part, leur volonté de dénoncer les problèmes et, d’autre part, leur crainte de passer pour des racistes qui ne feraient qu’apporter de l’eau au moulin de l’extrême-droite.

 

Quels sont les risques induits par ce refus de dresser un tel constat de divergences ?

Avant de parler des risques, voyons aussi les avantages. La volonté de mettre un couvercle pudique sur la réalité peut être vue comme une manière de ne pas envenimer les choses, de ne pas aggraver les tensions. On pourrait formuler le problème dans l’autre sens : que se passerait-il si la victime, Julia, tenait des propos très critiques à l’égard des Algériens ou des Maghrébins, si elle dénonçait une culture archaïque, des mœurs primitives ? Et que se passerait-il si de telles critiques se multipliaient, voire si elles devenaient la norme ? L’euphémisation peut ainsi être vue comme une bonne stratégie pour éviter une sur-politisation des problèmes.

Cela dit, évidemment, cette manière d’aborder les problèmes n’a pas que des avantages. D’abord, elle tourne le dos à l’exigence de vérité et de transparence qui constitue l’essence même du débat démocratique, surtout à l’heure où l’on se plaît à dénoncer la désinformation et les « fausses nouvelles ».

Ensuite, cette stratégie d’euphémisation devenant systématique, elle finit par donner le sentiment que les élites cachent la vérité et ne veulent pas traiter les problèmes. Au-delà d’un certain seuil, le déni des réalités finit par devenir une source de crispation en soi.

Par ailleurs, on a envie de poser une autre question : pourquoi est-il à ce point douloureux de vouloir affronter la réalité ? Pourquoi le déni systématique est-il à ce point valorisé puisque ce qui est finalement le plus loué dans le comportement de Julia, c’est que celle-ci ait renoncé à pointer la responsabilité d’une communauté ? Pour une partie de l’intelligentsia contemporaine, les vrais héros sont ceux qui refusent de décrire le monde tel qu’il est.

 

En quoi ce constat peut-il révéler une forme d'échec de la politique d'intégration ? 

Le problème est que la France a procédé à un double renoncement : elle a renoncé pour une large part à sa politique d’intégration (par exemple avec le choix des prénoms), mais elle a aussi renoncé à évaluer le processus d’intégration lui-même. La statistique publique et les institutions de recherche n’ont pas du tout pour objectif de mesurer l’intégration et ses évolutions : c’est même le cadet de leur souci. Ces deux types de renoncement vont évidemment de pair : il n’est guère envisageable de mesurer une politique que l’on a justement choisi de délaisser. Mais du coup, le problème est qu’on ne sait presque rien de la situation actuelle. On se doute que les choses ne se passent pas très bien, mais dans quelle proportion, et surtout avec quelle évolution ? Par exemple, la France a choisi de rester aveugle sur les origines ethno-religieuses des agressions contre les femmes : nous avons des études sur les caractéristiques des victimes mais, curieusement, nous n’avons pratiquement rien sur les caractéristiques des auteurs. De même, on ne sait rien sur les origines des détenus dans les prisons, contrairement à d’autres pays comme la Grande-Bretagne ou la Suisse.

Ce voile pudique qui couvre le monde réel nous place dans l’incapacité d’anticiper et d’affronter les problèmes. Du coup, les éruptions du monde réel deviennent des sujets d’étonnement : on est surpris par les émeutes des banlieues ; on est surpris par Charlie Hebdo et la radicalisation islamiste ; on est surpris par les agressions anti-juives et homophobes, ou par les agressions transgenres ; on est surpris par les chasses collectives contre les Roms en Seine-Saint-Denis, lesquelles pourraient presque faire passer nos militants d’extrême-droite pour des modèles de tolérance.

La priorité est de ne pas stigmatiser. On connaît ce mot d’ordre qui est maintenant une ritournelle. Or, si on peut comprendre qu’il faille se soucier de la paix civile, on peut se demander si ce souci de ne pas stigmatiser ne finit pas par devenir contre-productif. Après tout, pourquoi ne faudrait-il pas stigmatiser ? Est-ce si grave ? Cette question peut paraître brutale, mais est-on sûr que la volonté de ne pas stigmatiser soit la meilleure stratégie ? En fait, sous certaines conditions, la stigmatisation peut être bénéfique : identifier les défauts d’un groupe, c’est le placer devant ses responsabilités, c’est une manière de l’obliger à se remettre en question, c’est l’inciter à œuvrer pour trouver des solutions. Il y a des précédents : la stigmatisation dont les catholiques ont fait l’objet de la part des élites depuis la IIIème République a été rude, mais elle les a obligés à s’interroger sur leur rapport à la modernité, ce qui les a conduits à accepter un certain nombre d’évolutions dans le domaine des mœurs. Aujourd’hui, il existe aussi une politique du « name and shame » (nommer et punir) qui est revendiquée par les militants pour faire changer certaines pratiques. Pourquoi cette politique ne marcherait-elle pas avec les groupes qui cultivent des valeurs problématiques ?

Pour en revenir à Julia, on peut comprendre qu’elle s’inquiète d’être récupérée. Mais le problème est qu’elle est récupérée dans l’autre sens puisque certains sites musulmans se sont très vite emparés de son témoignage pour clore toute discussion. En clair : circulez, il n’y a rien à voir. Mais est-ce la meilleure manière de faire évoluer les choses ? La communauté algérienne peut-elle se contenter de balayer toute critique d’un revers de la main ? Cette question se pose plus généralement pour le monde musulman dont la tendance actuelle est plutôt d’aller vers un durcissement, comme on vient de le voir avec le sultanat de Brunei où la répression des homosexuels et des femmes adultères vient de franchir un nouveau cap. Remarquons que l’appel au boycott qui a été lancé contre les hôtels de luxe détenus par ce royaume est venu de George Clooney et d’Elton John, mais qu’il n’a guère été relayé par des personnalités françaises. Il faut dire aussi que l’Elysée n’a pas jugé bon de publier un communiqué.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 06/04/2019 - 09:24
Le Coran a été créé en faisant le Génocide des Tribus
Polythéistes & Juives d'Arabie puis après il est parti coloniser tout autour de la Méditerranée. Le Coran est Polythéistophobe, Judéophobe, Christianophobe, Zoroastrienophobe, Athéophobe,Homophobe, en fait il est contre tout ceux qui n'acceptent pas que lui seul a raison en tout.
Même Sourate 23 verset de 1 à 7 & bien le maître croyant ayant des esclaves peut les utiliser sexuellement (donc viole) & comme il est dit que Muhammad est le dernier des Prophètes & bien ils peuvent toujours attendre l'interdiction de l'esclavage & du viole. En fait par rapport à Jésus qui a fait une évolution le Coran a créé une régression même pour la femme. En effet Muhammad a travaillé pour une riche veuve commerçante. Ainsi il a été un commis de la dame puis responsable des caravanes de cette dame. Elle a décidé de le prendre pour époux & elle s'est donc mariée avec lui.
Pour la remercier il a fait le Coran qui a rendu cette femme en une moitié humaine, & qu'elle devra dépendre de son mari & des hommes de la famille quand le mari n'est pas là & que finalement elle n'aura qu'une petite parti du patrimoine & pour le tenir devra passer par un homme de la famille. 1régression comme gâteau de Mariage
valencia77
- 05/04/2019 - 15:51
opinion
L'opinion d'un dingue qui veut etre gonzesse? Rien a foutre non?
Forbane
- 04/04/2019 - 23:23
Chère Julia
Si les gens qui vous ont agressé «  sont des ignorants, mais cela rien à voir avec leur religion, leur origine", allez donc passer vos prochaines vacances à Brunei, La Mecque, Le Caire , Tunis, Rabat ou Alger...